Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Il y a des temps où l’on ne peut plus soulever un brin d’herbе sаns еn fаirе sοrtir un sеrреnt.» Marceline Desbordes-Valmore

Campus Faso : La plateforme informatique qui va faciliter les procédures d’inscription dans les universités du Burkina

Accueil > Actualités > Société • • mercredi 12 septembre 2018 à 23h40min
Campus Faso : La plateforme informatique qui va faciliter les procédures d’inscription dans les universités du Burkina

Le Ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l’innovation (MESRSI) a organisé une conférence de presse, ce mercredi 12 septembre 2018, pour apporter plus d’information sur l’utilisation de la plateforme Campus Faso dont l’ouverture est prévue en ligne, du 21 septembre au 7 octobre 2018. Ce nouveau système informatique présente des avantages pour les utilisateurs que sont les étudiants, les parents d’élèves, l’administration universitaire et le ministère.

Les bacheliers n’auront plus besoin d’aller sur le campus pour les inscriptions et les orientations, encore moins pour le paiement des frais de scolarité. Ils pourront désormais effectuer toutes ces tâches partout au Burkina, grâce à la plateforme Campus Faso.

À la conférence de presse, ce mercredi 12 septembre 2018, Dr Rasmané Kaboré, représentant la directrice générale de l’Enseignement supérieur, structure technique porteuse du projet, a précisé que Campus Faso permettra aux étudiants et aux parents d’élèves de disposer d’un portail unique d’information. En plus de cela, le système permet de réduire les distances, de gagner en temps et d’économiser.

L’administration universitaire et le ministère pourront disposer du répertoire complet des nouveaux bacheliers nationaux et ceux de la diaspora qui désirent s’inscrire au Burkina. Il sera aussi possible de connaître l’effectif total des étudiants inscrits, grâce à un recoupement de fichiers avec les universités privées du Burkina. Les fausses déclarations pourront être détectées sur la plateforme déjà renseignée sur les résultats du Bac. En somme, Campus Faso permettra de disposer de statistiques fiables en temps réel sur les étudiants.

Brahima Konaté, directeur des services informatiques à l’Université Ouaga II, gestionnaire de Campus Faso, a ajouté qu’il est possible de voir, à partir de la plateforme, les raisons pour lesquelles un étudiant n’a pas été retenu dans une filière de formation. L’étudiant pourra aussi modifier le choix et l’ordre de préférence des filières, suivre le processus de paiement de bout en bout, tout en accédant à la « Foire aux questions » qui décrie toutes les étapes du processus d’orientation.

L’accès à la plateforme doit suivre trois étapes. La première consiste en la création d’un compte mail qui donne droit à un Identifiant national d’étudiant (INE). Vient ensuite le dépôt des dossiers de façon classique. En fonction des critères renseignés, l’étudiant ne pourra voir que les universités dans lesquelles il est éligible. La troisième action est le paiement qui s’effectue sur l’adresse www.campusfaso.bf via Mobicash ou Orange money.

L’Office national des télécommunications (ONATEL) entend jouer pleinement son rôle dans l’accompagnement de la transformation digitale des inscriptions dans les universités publiques du Burkina.

« Il est demandé aux anciens bacheliers, pour cette année, de déposer les dossiers de façon physique dans les différentes universités. Ces dernières vont reverser les listes pour qu’on les charge sur la plateforme », précisera Brahima Konaté.

Dans chaque région, il y aura un répondant qui sera chargé d’apporter l’assistance de premier niveau à tous les utilisateurs qui auront des problèmes pour s’inscrire sur la plateforme. Il y aura plus de 25 000 dépliants qui seront mis à la disposition des nouveaux bacheliers pour qu’ils puissent s’informer. Également, sur les réseaux sociaux, les étudiants pourront avoir plus d’éclairage. Au cas où tous les étudiants ne pourront pas s’inscrire dans le délai prévu, des mesures seront prises pour y remédier.

Laurence Tianhoun (Stagiaire)
LeFaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Insécurité au Burkina : « Ne nous trompons pas d’adversaire », invite la fédération des associations islamiques
Réduction des inégalités au Burkina : L’ONG Oxfam en appelle à des engagements des gouvernants
Accès à l’eau potable : La commune de Béré bénéficie de 28 forages en une année
Déplacés internes de Pazaani : Miss Burkina offre un repas et des vivres
Maladie du coronavirus : « Aucun cas n’a été notifié au Burkina », selon le ministère de la Santé
Projet RESIANE : Une table ronde pour partager les approches réussies
Bobo-Dioulasso : La Douane détruit 5 tonnes de cannabis et 3,8 tonnes de produits médicamenteux prohibés
Région de l’Est : L’amélioration du climat des affaires au cœur des préoccupations
2e CASEM de l’année 2019 du ministère de la Santé : Le bilan des activités 2019 et les priorités 2020 à l’ordre du jour
Beauté : L’épilation à base d’aloé Véra, une astuce efficace
Racket sur l’axe Niamey-Ouagadougou : L’argent d’abord, la sécurité on verra !
Burkina : « 2020 commence comme s’est achevée 2019 », regrette le syndicat des éducateurs de base
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés