Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Le plus grand secret pour le bonheur, c’est d’être biеn аvес sοi.» Bernard Le Bovier de Fontenelle

Enseignement au Burkina : 649 établissements clandestins répertoriés par le ministère de l’Éducation

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Par Dimitri Ouédraogo • vendredi 7 septembre 2018 à 21h45min
Enseignement au Burkina : 649 établissements clandestins répertoriés par le ministère de l’Éducation

Au cours d’une inspection initiée par le ministère de l’Éducation nationale et de l’Alphabétisation, il est ressorti qu’il existe 649 établissements non-reconnus sur le territoire national. L’annonce a été faite par ministre en charge de l’Éducation, Pr Stanislas Ouaro, au cours d’une conférence de presse tenue ce vendredi 7 septembre 2018 au sein du ministère. Il a également révélé que parmi ces établissements, 423 sont récupérables. En revanche, 226 autres ne le sont pas. Les services du ministère ont procédé à leur fermeture.

Dans le souci d’assainir l’environnement de l’enseignement préscolaire, primaire, post-primaire et secondaire privé, les services techniques du ministère de l’Éducation ont effectué une mission de recensement des structures privées, du 23 juillet au 4 août derniers.

Il ressort de ces inspections effectuées dans les treize régions du Burkina que 649 établissements scolaires ne sont pas reconnus par l’autorité compétente. Parmi ces établissements en porte-à-faux avec la loi, 423 sont récupérables. Selon le ministre Ouaro, ces établissements, bien qu’ils ne soient pas reconnus, possèdent des infrastructures adéquates. Ils remplissent les conditions d’ouverture. C’est-à-dire qu’ils disposent des superficies suffisantes et des cadres appropriés pour les apprenants. L’administration va les accompagner à régulariser leur situation dans un délai de six mois.

En revanche, 226 autres ont été purement et simplement fermés. Pour cette catégorie d’établissements, les infrastructures, les superficies ou la situation géographique ne permettent pas de créer de bonnes conditions pour l’apprentissage. Ces établissements, à certains endroits, présentent de réels dangers et de graves risques d’insécurité aussi bien pour les élèves que le personnel enseignant et les autres usagers. La liste des établissements épinglés n’est pas exhaustive car, rappelle le ministre, des promoteurs d’établissements non-reconnus étaient introuvables.

Aucune permanence n’était assurée dans ces établissements. La liste pourrait donc être complétée à l’issue d’autres contrôles. Pour le moment, la région du Centre tient la palme des établissements pirates avec 113 écoles à fermer. Les régions du Sahel et du Nord ne disposent d’aucun établissement dans cette situation.

Dans peu de temps, informe le ministre, son département va procéder à la publication des écoles fermées. Cela, en vue de permettre aux parents d’élèves de faire le discernement entre les 4 142 établissements privés reconnus et ceux qui ne le sont pas. Pr Ouaro a profité de l’occasion pour demander aux parents d’élèves et à tous les acteurs de l’éducation de ne pas hésiter à interpeller les services techniques du ministère, chaque fois qu’il y a constat d’existence d’établissements pirates. Cette mesure s’exerce dans le souci de permettre aux enfants de recevoir l’enseignement dans de bonnes conditions de formation, a conclu le ministre.

Dimitri Ouédraogo
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Festivités du 11-décembre à Tenkodogo : Il faut aussi compter avec les tensions autour des logements !
Syndicat national des commerçants du Burkina : Le bureau répond à l’accusation de gestion opaque
Perturbations des cours dans les établissements scolaires : Le maire de la ville de Ouagadougou interpelle les jeunes inciviques
8es Journées burkinabè de parasitologies : Un cadre de réflexion pour l’élimination des maladies parasitaires
11-Décembre dans le Centre-Est : L’Onatel contribue à la normalisation de l’école Bogaré B
Journée internationale des personnes handicapées dans le Kouritenga : Le prix de l’ONG Light for the World attribué à Edouard Kaboré
Ecole nationale de santé publique (ENSP) : La cuvée 2019 forte de 3010 nouvelles compétences est prête à servir
Burkina : Une nouvelle association pour promouvoir la paix
Lutte contre la corruption au Burkina : Une Nuit pour célébrer la transparence dans la gestion de la chose publique
Gaoua : Les femmes ont encore marché pour réclamer de l’eau
Commune de Niankorodougou : La société minière Wahgnion Gold Operation offre une adduction d’eau potable à la population
Dimensionnement et gestion des réservoirs de barrages : Une conférence réunit des professionnels du domaine à Ouagadougou
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés