Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : « Le travail n’épouvante que les âmes fаiblеs. » Louis XIV

Commune de Ziniaré : Un reliquat de plus 140 millions de F CFA oppose des conseillers municipaux au maire

Accueil > Actualités > Politique • LEFASO.NET | Par Marcus Kouaman • jeudi 6 septembre 2018 à 21h10min
Commune de Ziniaré : Un reliquat de plus 140 millions de F CFA oppose des conseillers municipaux au maire

Depuis les élections municipales de mai 2016, il ne passe un jour sans qu’il n’y ait des soubresauts dans une commune au pays des Hommes intègres. Ces derniers jours, l’actualité se tourne vers la commune de Ziniaré, dans l’Oubritenga, chef-lieu de la région du Plateau Central. Une coalition de conseillers municipaux du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) et de l’Alliance des jeunes pour l’indépendance et la république (AJIR) ont adressé une lettre ouverte au haut-commissaire de la province, accusant le maire Pascal Compaoré du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) « de manquements graves dans la prise de certaines décisions » pour la vie de la commune.

Cette lettre ouverte en date du 30 août 2018 adressée à la première autorité administrative de la province, fait suite à la tenue de la première session extraordinaire du conseil municipal de Ziniaré, le vendredi 24 août dernier. Au sortir de cette session, une coalition des 45 conseillers du MPP et de l’AJIR, sur les 117 conseillers que compte le conseil municipal, se démarque de certaines décisions prises par le maire Pascal Compaoré avec l’appui de sa majorité du CDP. Dans les huit projets de délibération soumis aux conseillers ce jour, deux n’ont pas trouvé l’assentiment de tous.

Le premier point, objet de cette lettre ouverte adressée au haut-commissaire, autorité de tutelle, est l’adoption de la délibération portant régularisation de l’affectation du reliquat du compte administratif 2016 dans le budget supplémentaire 2017. Un reliquat de plus de 140 millions de F CFA du budget 2016 de la commune a été retrouvé en 2018. Cela suite à une erreur de la part du Trésor public dans l’approbation du budget de 2016. Pour le conseiller municipal MPP, Mathias Sawadogo, l’un des porte-voix de la coalition, le fait d’avoir plus de 140 millions de F CFA pour la commune est une bonne chose en soi.

Le problème est que nulle part, de 2016 à 2018, l’on ne décèle un écart entre le compte administratif et le compte de gestion présenté par le maire et le Trésor public lors des différentes sessions. « Nous avons demandé au maire d’où vient l’erreur et il nous a dit que cela vient du Trésor public », a-t-il laissé entendre. Si tel est le cas, selon eux, que les agents du Trésor public, qui ont l’habitude de venir s’adresser aux conseillers lors des sessions, viennent expliquer pourquoi une telle erreur et où était l’argent pour réapparaître maintenant. Une demande qui n’a pas trouvé l’assentiment du président du Conseil municipal. Pour ne rien arranger, la commune avait un délai de dix jours pour affecter ces fonds, sans quoi les millions seront perdus, a fait savoir le maire lors de cette session.

Une attitude que la coalition n’arrive pas à comprendre. Surtout que ce n’est pas la première fois que de telles erreurs surgissent. Selon Mathias Sawadogo, la commune en 2017 a perdu de l’argent de cette manière alors que les moyens manquent pour les investissements. D’où ces questionnements : comment de l’argent peut disparaitre et réapparaitre ainsi ? ; pourquoi, dans la présentation du bilan gestion 2016 et 2017, tout semble concorder ? ; est-ce qu’il n’y a pas d’autres montants cachés quelque part ?

Le second point de discorde concerne l’adoption du Plan de développement institutionnel (PDI) au profit de la commune. Les conseillers de cette coalition ne sont pas d’accord, car le PDI a été élaboré dans « la clandestinité totale ». « Les conseillers municipaux étaient surpris de voir cette délibération inscrite à l’ordre du jour alors qu’aucune délibération n’a été prise au préalable pour son élaboration conformément aux dispositions de l’article 224 du Code général des collectivités territoriales », a dénoncé la coalition.

Joint au téléphone, le maire Pascal Compaoré n’a pas voulu s’exprimer sur le sujet d’abord. Pour lui, la lettre a été adressée au haut-commissaire de la province, donc aborder le sujet ainsi serait aller trop vite en besogne. Il a promis nous de revenir si toutefois l’autorité venait à le convoquer pour l’entendre.

Le haut-commissaire a accusé réception de cette lettre ouverte de la coalition des 45 conseillers MPP et AJIR. Les deux partis et le Trésor public ont été invités à une rencontre avec la première autorité administrative de la province dans l’après-midi de ce jeudi 6 septembre 2018. Nous y reviendrons.

Marcus Kouaman
(kmagju@gmail.com)
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Covid-19 : Le CDP propose des mesures sociales pour aider les populations
Lutte contre le COVID-19 : Le soutien de l’Alternative patriotique panafricaine/Burkindi (APP/ Burkindi) à l’ensemble des Forces-vives de la nation burkinabè
Gouvernance en Afrique : Quand les forces « invisibles » dictent leur Loi !
Politique : L’UPC en deuil
Coronavirus : PDIS-LAAFIA transforme ses activités politiques en campagne de sensibilisation et de distribution de kits de protection
Pandémie de coronavirus : Des partis politiques confinés au télétravail et à l’adaptation !
Burkina : Le conseiller spécial du président du Faso, Louis Armand Ouali, crée un parti politique, le Rassemblement pour le Burkina (RPB)
Processus électoral au Burkina : Une formation pour mieux impliquer les personnes handicapées
CDP : Trois prétendants pour la présidentielle de novembre 2020
Nécrologie : L’UPC annonce le décès de la députée Rose Marie Compaoré/Konditamdé
Exclusion sociale des femmes : Les députés du Bazèga s’en préoccupent
Politique : « Le président Blaise Compaoré est notre boussole », dixit Abdoul Karim Baguian dit Lota, militant du CDP
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés