Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Le Sage donne tous ses soins à la racine. La piété filiale et lе rеsресt еnvеrs lеs suрériеurs sοnt lа rасinе dе lа vеrtu. » Confucius

Maxime Nébié : La voix de « kalakuta » s’est éteinte

Accueil > Actualités > Nécrologie • • mardi 19 juillet 2005 à 14h10min

Le 10 juillet, Maxime Nébié, alias Dj Max, est décédé. Dimanche, la Maison des associations rendait hommage au célèbre chroniqueur et dj de Couleur 3 (Génève).

Ils étaient tous là, dimanche à la Maison des associations, pour rendre hommage à dj Max, une des voix les plus appréciées de Couleur 3, notamment pour l’émission Republika kalakuta. Le groupe Farafina, ses amis des communautés brésiliennes et colombiennes, des danseurs, des curieux, des connaissances et bien sûr ses compatriotes burkinabè.

Il faut dire que Maxime Nébié, alias dj Max, était un grand rassembleur. Cette ultime révérence ne pouvait donc que lui ressembler. Rythmée par les notes du « balafon » de Mahama Konaté -le meilleur d’Afrique assurent certains-, la soirée s’est déroulée dans un esprit de partage et de solidarité.

Découvert comme dj à Bobo Dioulasso (Burkina Faso), Max travaille très tôt comme animateur à la radio de Ouagadougou Horizon FM. « D’un point de vue professionnel, le parcours de Max a toujours représenté, à mes yeux, l’exemple même de cet esprit débrouille typiquement africain, voire burkinabè », raconte Jean-Marc Baehler, son ami et collègue pendant cinq ans à Couleur 3.

« Max, précise-t-il, comme toute personne venant de ce coin du monde, a toujours possédé une culture du contact. Cette qualité se traduisait chez lui en une facilité à faire communiquer entre elles les différentes cultures. » Dj Max n’était donc pas seulement un nom lié à la musique.

Quel rôle se donnait-il donc ? Quels étaient, par exemple, ses rapports avec la Suisse ? « Tout en étant très fier d’être Burkinabè, il était curieux des autres cultures ; il n’a donc rencontré aucun problème à créer des liens avec son pays d’accueil, indique M. Baehler.

Sur le terrain, Max se transformait en un formidable intervieweur et animateur. Il nous montrait à tous comment faire sortir la radio de sa tour d’ivoire. Son modèle était alors peut-être Thomas Sankara, père du Burkina Faso moderne. »

Pris par l’émotion, M. Baehler enchaîne alors sur un énième souvenir. « Max, c’était son T-shirt. Il le portait toujours à son travail, à Montreux, au Paléo. Un vieux T-shirt Couleur 3 sur lequel figuraient les signatures de tous les artistes qu’il rencontrait. Max était ainsi couvert de paraphes comme il était recouvert par la vie, tatoué d’émotions. »

Décédé le 10 juillet dernier, Max laisse une petite fille et un souhait, celui d’être rapatrié sur la terre de ses ancêtres. Son dernier voyage commencera en musique. Un détail qui lui aurait sans doute plu. D’autres hommages sont encore prévus à Genève : mercredi 27 juillet au Chat Noir à Carouge avec une soirée KOODETAA (dès 23h), et samedi 10 septembre à Vernier, à l’occasion du Swiss World Music. I

NICOLA DE MARCHI
Le Courrier (Suisse)
Source :http://www.lecourrier.ch/print.php?sid=39875

P.-S.

Lire aussi :

- Hommage à Dj Max

Vos commentaires

  • Le 20 juillet 2005 à 12:54, par Bernard Ouedraogo (Staten Island) U.S.A ,NB : J´ai connu Max à Genève en 2000-2001 près de la gare Cornevain (Genève). En réponse à : > Maxime Nébié : La voix de « kalakuta » s’est éteinte

    DJ Max

    Il etait jeune et plein de projets pour l’ avenir...

    Il vivait d’espoir et d’amitié...

    pourtant le destin de ce jeune homme s’arrête là....

    son décès est une profonde tristesse pour sa famille

    pour la communauté Burkinabè à Genève

    et pour tous ceux qui l’ont connu

    Nous présentons nos très sincères condoléances à la famille de Max et à tous ses amis principalement .

    Répondre à ce message

    • Le 22 juillet 2005 à 00:59, par Dady En réponse à : > Maxime Nébié : La voix de « kalakuta » s’est éteinte

      Etant cousin germain de Max, suis très attristé d’apprendre sa disparition sans au préalable entendre la moindre nouvelle sur un éventuel état fébrile de santé. Notre dernière rencontre remonte à 2002 en normandie lors d’un mariage. J’avais été ravi de faire la connaissance de sa femme et de sa petite fille, à qui j’adresse mes condoléances.
      Je l’ai souvent écouté sur satellite les dimanches soir et avais été séduit par sa façon toute particulière de présenter les voeux du nouvel an en dioula, mooré sur une radio européenne. Je n’ai jamais pu repondre à son invitation de leur rendre visite à Génève. Regret qui ne sera hélas pas assouvi. Paix à son âme.
      Sincères condoléances.
      Daouda Dady.

      Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Décès de Cheick Dimkissdo Ouédraogo : Faire part
In memoria : SOMÉ Kaya Antoine
Décès de SON Satourassé Jean François : Remerciements et faire part
Décès de KABORE Sandaogo François : Remerciements
Décès de Yugbaré née Bambara Fatimata Aline : Faire part
IN MEMORIA Julien Francis SIDIBE
Décès de Emmanuel Laurent Salamberé : Programme des obsèques
Décès de El Hadji SEDOGO Salifou : Remerciements et faire part
Décès de Marie Madeleine Fatimata COULIDIATY née BOUBACAR : Faire part
Décès de KABORE Benoît : Remerciements
Burkina : Décès du magistrat Emmanuel Salambéré
In memoria : El Hadj FOFANA IBRAHIMA dit Biton
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés