Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Ne conquiers pas le monde si tu dois y perdre ton âme car la sagesse vaut mieux que l’or et l’argent.» Bob Marley

Municipales en Côte d’Ivoire : Imbroglio autour des listes du PDCI et du RHDP

Accueil > Actualités > International • • mercredi 29 août 2018 à 19h10min
Municipales en Côte d’Ivoire : Imbroglio autour des listes du PDCI et du RHDP

La recomposition du paysage politique en Côte d’Ivoire continue de faire des émois à travers la publication des listes de candidats aux élections locales. Ces élections municipales et régionales, prévues le 13 octobre 2018, débutent dans une confusion totale avec les listes du PDCI/RDA (le parti d’Henri Konan Bédié) et celle de la coalition RHDP au pouvoir. Le PDCI/RDA, qui a récemment rompu son alliance avec le RHDP, a publié ses listes samedi. 24 heures plus tard, c’est autour du RHDP de dévoiler les leurs. Problème : 18 personnalités du PDCI/RDA se retrouvent à la fois sur les listes de leur parti et du RHDP.

La fin de cette semaine a été riche en rebondissements avec le Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI), qui a ouvert le bal des publications de ces listes prochaines. En effet, le samedi 18 août, le parti d’Henri Konan Bédié, qui a récemment rompu son alliance avec le président Alassane Ouattara, a publié ses listes de 126 candidats aux municipales et 21 candidats aux régionales.

La première brèche vient du quotidien Le Nouveau Réveil, quotidien proche du PDCI, qui avait, deux jours auparavant, publié une liste différente dans ses colonnes. Une fuite qui, au sein du PDCI, est une vieille pratique. Mais, le même jour, Samy Merhy, maire sortant de Lakota (Centre-Ouest) élu sous la bannière du Rassemblement des républicains (RDR, parti présidentiel) et non investi par celui-ci, a démenti être l’un des candidats parrainés par Bédié, alors qu’il figurait sur la liste publiée par Le Nouveau Réveil.

Du côté du Plateau (commune d’Abidjan), Fabrice Sawegnon, qui s’était jusque-là présenté comme un candidat indépendant et n’ayant pas fait acte de candidature pour être parrainé par le RDR, se proclamait candidat du RHDP, sans attendre de lettre d’investiture, et alors que le consensus s’était dégagé autour de Dramane Ouattara, candidat à la candidature du RDR.

La deuxième fausse note est, quant à elle, intervenue suite à la publication des listes du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP, mouvance présidentielle). Preuve qu’au sein aussi de la mouvance présidentielle, les choses se sont faites dans la précipitation, les rédactions ont reçu tour à tour trois moutures différentes de listes au cours de la seule soirée du dimanche, 26 août.

À la suite de la publication de la deuxième mouture, le PDCI est monté au créneau, à travers un communiqué laconique, signé de son secrétaire exécutif en chef, Maurice Kakou Guikahué : « Des cadres du PDCI, candidats aux municipales et aux régionales, figurent également sur la liste RHDP. Ils sont au nombre de 18. Afin d’avoir une idée claire sur leur position, le président du PDCI, Henri Konan Bédié, convoque ce lundi [27 août] ces candidats à double casquette ».

Le RHDP va parrainer 29 candidats aux Conseils régionaux (contre 21 pour le PDCI) sur les 31 que compte le pays.
Conséquence : le RHDP a rendu publique, tard dans la nuit, une troisième mouture où ne figurait plus deux personnalités issues du PDCI, dont le ministre Pascal Kouakou Abinan.

En définitive, le RHDP va parrainer 29 candidats aux Conseils régionaux (contre 21 pour le PDCI) sur les 31 que compte le pays. Abinan, président du conseil régional sortant, élu en 2013 sous la bannière du PDCI, pourrait donc y aller en tant que candidat indépendant.

Quant aux ministres Jean Claude Kouassi (Centre) et Kobenan Kouassi Adjoumani (Nord-Est), tous issus du PDCI, ils représenteront le RHDP. De leur côté, les ministres Alain Richard Donwahi, Aka Aouélé et Patrick Achi, parrainés par le PDCI et présentés comme candidats du RHDP, devront clarifier leurs positions.

« Ce sont les conséquences des errements politiques de cette classe dirigeante qui régente la vie politique depuis des décennies. Des amalgames entre la chose publique et le besoin alimentaire de ces leaders ivoiriens qui donnent très peu l’exemple car ils gèrent leurs partis comme une affaire familiale où un clan prend les décisions pour tous et applicables à tous », commente Innocent Gnelbin, analyste politique et ex-président de Initiative ivoirienne pour la démocratie et le développement (2IDé, mouvement de la société civile).

De la date butoir du dépôt des candidatures, la même confusion règne au sein de l’opposition. Disposé à participer aux élections, en dépit de la configuration actuelle de la Commission électorale indépendante (CEI), appelée à être réformée, Pascal Affi N’Guessan du Front populaire ivoirien (FPI, parti de Laurent Gbagbo) n’a pas encore rendu publique la liste de ceux qu’il compte parrainer.

Source : Jeune Afrique.

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Côte d’Ivoire : La réforme la Commission électorale divise la classe politique
Côte d’ivoire : Les conclusions de la rencontre entre Bédié et Gbagbo à Bruxelles
20 ans de règne de Mohammed VI au Maroc : Une vision royale pour une Afrique prospère et décomplexée
Lutte contre le terrorisme : 250 soldats britanniques attendus au Mali en 2020
Sénégal : La voiture de Macky Sall avec à son bord le président malien prend feu
CEDEAO : Alassane Ouattara espère que la monnaie unique sera mise en place "le plus tôt possible"
Le Togo organise des élections municipales après 32 ans
Côte d’Ivoire : Henri Konan Bédié reste campé sur ses propos controversés sur les étrangers
Madagascar : La fête nationale endeuillée (au moins seize morts)
Guinée-Conakry : Le président Alpha Condé tient à la modification de la Constitution !
UNESCO : Bilan satisfaisant pour le Burkina Faso à la septième session de la conférence des parties à la Convention de 2005
Togo : Les élections locales fixées au 30 juin
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés