Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Ne jugez point, afin que vous ne soyez point jugés. Car on vous jugera du jugement dont vous jugez, et l’on vous mesurera avec la mesure dont vous mesurez.» Jésus de Nazareth

"M’ba Boanga" ou l’humour sous toutes ses formes

Accueil > Actualités > Portraits • • lundi 25 juillet 2005 à 08h01min

Difficile de parler d’humour au Burkina sans mentionner le nom de Hippolyte OUANGRAWA. Plus connu sous le nom d’artiste de « M’ba boanga », ce qui signifie l’âne en langue mooré. Hippolyte OUNGRAWA est à lui seul tout un spectacle. Maîtrise, voix, gestuelle, tout chez cet homme respire l’Art au temps présent.

Formé au trentenaire « Théâtre de la Fraternité », c’est aux côtés du Pr. Jean Pierre Ginganné, un des maîtres de l’art théâtral Burkinabè (universitaire de renom, il est le promoteur du Festival International de théâtre et de marionnettes de Ouagadougou, FITMO) qu’il a fourbi ses armes.

Lentement mais sûrement, son jeu et son image sont devenus familiers au Burkinabè de tous âges. De la série télévisée intitulée « vis-à-vis » réalisée par Abdoulaye DAO et diffusée sur les antennes de la télévision nationale aux longs métrages en passant par les clips musicaux ou les spots publicitaires, la silhouette généreuse de « M’ba boanga » impose et s’impose.

Du rôle de gendarme à celui du mauvais père de famille qui refuse que ses enfants soient vaccinés, Hippolyte OUNGRAWA entre comme un gant dans la peau de son personnage. Il est vrai que pour nombre de Burkinabè les « mauvais rôles » lui vont à merveille ; non pas qu’il en soit ainsi dans son quotidien (bon père de famille, il est légalement marié) mais au contraire à cause de la difficulté qu’il y a à retourner le rôle pour faire jaillir la morale de l’histoire. Ce que réussit du reste et avec maestria notre humoriste.

Et comme chez tous les passionnés de la chose artistique, le talent finissant par faire place au désir, « Le théâtre de l’espoir » est né dans la périphérie de Ouagadougou. Depuis lors, les sorties se succèdent pour celui qui dit ne souhaiter qu’une chose à ses compatriotes : « la paix et l’amour ».

Et ce ne se sont pas les causes qui manquent : enregistrement des naissances, lutte contre la pratique de l’excision, promotion du commerce équitable..., Hippolyte OUNGRAWA et son Art sont de toutes les batailles.

Juvénal Somé
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 26 juillet 2005 à 10:25 En réponse à : > "M’ba Boanga" ou l’humour sous toutes ses formes

    je viens de lire le portrait que vous avez fait de hippolyte wangrawa,grand monument de notre théâtre et de notre cinéma.. ;merci.seulement ,pour un grand artiste comme lui,vous auriez pu davantage étoffer son long et riche parcours ;ensuite une erreur monumentale s’est glissée dans son cv : en effet hippolyte sort de l’ecurie de PROSPER KOMPAORE,l’autre grand pionnier du theatre burkinabé et non de celle du Professeur Jean pierre GUINGANE.
    Courage pour le travail que vous abbattez pour la culture dans notre pays.

    etienne minoungou
    Directeur des RECREATRALES de ouagadougou
    eminoungou@hotmail.com
    BRUXELLES

    Répondre à ce message

  • Le 28 juillet 2005 à 13:43 En réponse à : > "M’ba Boanga" ou l’humour sous toutes ses formes

    Il est toujours bon de rencontrer son son sujet ou quelqu’un qui le connaît bien avant de faire son portrait, pour éviter certaines erreurs difficilement pardonnables. Pour M’Ba Boanga, les personnes ressources ne manquent pas, même qu’un simple coup de fil à Gambidi aurait suffi pour savoir qu’il est plutôt de l’ATB.
    C’est nul comme travail, faites l’effort, M Somé, de rechercher l’information pour ne pas ternir l’image de prestige de "lefsao.net".
    Salut !

    Répondre à ce message

    • Le 28 juillet 2005 à 16:07, par Lefaso.net En réponse à : > "M’ba Boanga" ou l’humour sous toutes ses formes

      C’est vrai que c’est une grosse erreur. Mais il ne faut pas exagérer non plus.
      Que M’Ba Boanga soit de chez Jean-Pierre Guingané ou de chez Prosper Kompaoré, ce n’est pas seulement ça qui fait sa force. Ce qui compte, c’est sa valeur intrinsèque de comédien et cela, l’article le dit.

      Maintenant quand on connaît la "concurrence" qu’il y a entre ces deux écuries, on peut comprendre que cette erreur soit pour eux un crime de lèse majesté !!!!!!!!!!!!

      Répondre à ce message

  • Le 27 mai 2006 à 18:41, par Myrya En réponse à : > "M’ba Boanga" ou l’humour sous toutes ses formes

    Je trouves que vous auriez du mieux parler de lui car quelqu’un qui ne le connaît pas ne peut pas comprendre que nous puissions l’apprécier en tant qu’homme de culture.C’est un homme que j’apprécie de part son travail dans le domaine de la sensibilisation qu’il véhicule de manière humoristique ce qui pousse les gens à le suivre.Je lui souhaite bon courage dans ses activités .

    Répondre à ce message

  • Le 28 août 2009 à 10:00 En réponse à : "M’ba Boanga" ou l’humour sous toutes ses formes

    j’aime bien ce mosieur la .il travail bien et donne beaucoup de satisfaction .j’aimerais qu’il se force de jouer aussi bien en moré quéen dioula et francais ce la va lui donné plus de renommmé internationale .sinon il est tresbien comme comedien

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Razack Belemgnégré : Le champion de l’agroécologie qui veut révolutionner l’agriculture
Koiné Maxime Drabo : Un médecin à la tête de la recherche scientifique au Burkina
Ada Yaya Bocoum : Une carrière d’architecte née d’une passion pour l’art
Ecologie : Dramane Sanogo redonne une seconde vie aux pneus usagés au Burkina
Entrepreneuriat féminin au Burkina : Rakiatou Zibaré, la "reine des pavés" qui rêve de bâtir un empire BTP
Alizèta Nikièma, atteinte de nanisme : « Je suis peut-être de petite taille, mais mon cerveau ne l’est pas »
Batien Nignan : De la faculté de droit au studio photo
Laure Ouédraogo : Veuve d’un militaire tombé au front, elle se bat pour offrir un avenir radieux à sa fille
Albert Roamba, l’homme qui enseigne les maths gratuitement depuis 45 ans
Patrice Kouraogo : Le député qui rêvait d’être le boucher de son village
Lancina Ki, DG de la Maison de l’entreprise : « Pour moi, avoir été utile à un moment donné à son pays est plus important que l’argent »
Annick Pikbougoum : Itinéraire d’une férue de sport
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés