Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «L’autonomie et l’indépendance peuvent se transformer en égoïsme et en licence, l’ambition en cupidité, un désir effréné de réussir à tout prix.» Barack Obama

Sanmatenga - Journée nationale du paysan

Accueil > Régions • Le haut-commissaire de la province du Sanmatenga et le maire de la commune de Kaya : S’approprier la manifestation • lundi 22 décembre 2003 à 10h14min

Un hommage spécifique fait au monde paysan, tel est un des aspects du contenu du message à la nation, du président du Faso à l’occasion de la commémoration du 11-Décembre. De ce message, on retient que la province du Sanmatenga (Kaya chef-lieu) abritera cette année la journée nationale du paysan.

L’Agence d’information du Burkina a donc approché le haut-commissaire et le maire de la commune de Kaya, afin de savoir comment se font les préparatifs et qu’attendent-ils de cette journée ?

Agence d’information du Burkina (A.I.B.) : Monsieur le haut-commissaire, le Sanmatenga a été choisi pour abriter la journée nationale du paysan, comment vont les préparatifs ?

Maxime Bandaogo, haut-commissaire de la province du Sanmatenga : Lorsque nous avons eu l’information officielle du choix porté sur notre province pour abriter cette importante manifestation, cela nous a fait un baume au cœur. Nous nous sommes sentis honorés et avons été fiers d’avoir été retenus, pour abriter cette manifestation.

C’est le lieu de remercier le gouvernement, les autorités pour avoir placé cette confiance en nous. Pour ce qui concerne les préparatifs, c’est un branle-bas. A l’heure actuelle, c’est un remue-ménage général, car pour abriter une manifestation de ce genre, avec la qualité des gens qui vont la présider, il est tout à fait normal que les petits plats soient mis dans les grands afin que la fête soit belle et soit une réussite. Nous avons mis en place un comité provincial d’organisation qui est le répondant du comité national. Au sein de ce comité, les commissions sont en train de s’affairer et de peaufiner les stratégies prévues pour la réussite de la fête.

A.I.B. : Avec les milliers de personnes que vous allez recevoir, les infrastructures suffiront-elles ?

M.B. : A ce niveau, je puis vous assurer qu’il n’y aura pas de problème. Kaya compte parmi les plus importantes villes du Burkina et nous avons déjà eu à accueillir des manifestations qui ont drainé pas mal de monde.

A.I.B. : Mésententes coutumières et politiques se vivent à Kaya.

Ne craignez-vous pas que la mobilisation lors de cette journée nationale du paysan ne soit pas à la hauteur de vos attentes ?

M.B. : La journée nationale du paysan est d’importance capitale et d’intérêt majeur pour tout le peuple burkinabè et les partenaires au développement qui nous accompagnent. La province du Sanmatenga et sa population sont conscientes de l’enjeu de cette manifestation.

Quelles que soient donc les considérations, les susceptibilités, les tendances auxquelles vous faites allusion, tout le monde va se positionner pour que la manifestation soit réussie.

Nous voulons aussi que cette manifestation soit une occasion de retrouvailles pour tous les fils de la province et que les tendances, les velléités, se taisent et que cette manifestation soit une occasion pour unir les fils et que l’entente revienne au Sanmatenga. Cela est aussi un enjeu pour la province. Je ne trahirais pas en disant que si la manifestation est présidée par le premier burkinabè qui est le chef de l’Etat, c’est un événement et sa venue dans la province est un plus, une raison à elle seule pour mobiliser la population. Ce qui est certain, nous allons avoir du beau monde pour le volet mobilisation et la population doit s’approprier la manifestation.

A.I.B. : Quel message pour la population et quelles retombées la province compte tirer pendant et après cette importante manifestation ?

M.B. : Chaque fils et chaque fille de la province doit s’approprier cette manifestation, la ressentir comme un honneur fait à l’ensemble de la province, un honneur particulier fait aux paysans du Sanmatenga. Nous avons un message de fraternité, de ralliement. Nous demandons aux gens de se mobiliser pour accueillir le chef de l’Etat et tous les partenaires au développement, et tous ceux qui ont placé leur confiance en nous. A voir les différentes commissions à l’œuvre, nous restons convaincus que ce message a passé. En ce qui concerne la province du Sanmatenga, nous sommes touchés par le problème de la sécurité alimentaire. Nous comptons sur cette manifestation, afin que le monde paysan s’approprie le message, s’investisse dans les débats, participe au forum qui aura lieu afin que la problématique du monde paysan trouve des solutions ou une esquisse de solution pour renforcer les efforts déjà faits.

Cette manifestation sera pour nous une occasion de souligner la nécessité d’avoir une adduction d’eau depuis le lac de Dem. Nous avons le quai d’embarquement ferroviaire qui peut intéresser des partenaires, etc.

A.I.B. : Monsieur le maire, votre commune ralliera des milliers de personnes pour la célébration de la journée nationale du paysan. Etes-vous prêt ?

Saïdou Sawadogo, maire de la commune de Kaya : Nous sommes prêts. Les différentes commissions mises en place s’attellent à la tâche et tout doit se dérouler normalement comme nous le souhaitons.

A.I.B. : Kaya compte parmi les villes moyennes. Comment comptez-vous alors mobiliser la population pour une participation massive à cette manifestation ?

S.S. : Contrairement à ce que vous dites, Kaya compte parmi les plus grandes du Burkina. Pour ce qui concerne le volet mobilisation, ce n’est pas la première fois que Kaya reçoit le président du Faso. Aussi, sommes nous sûrs et certains que la mobilisation sera parfaite et à la hauteur de l’événement.

A.I.B. : Ce n’est pas tous les jours qu’on abrite une telle manifestation. Comment comptez-vous immortaliser cet événement ? Une stèle, baptême d’une rue, don d’une parcelle à l’organisation des paysans du Sanmatenga ou au premier paysan qu’est le président du Faso ?

S.S. : Je préfère réserver des surprises, car le conseil municipal s’est retrouvé pour débattre de cette manifestation.

Nous avons rencontré les responsables coutumiers des différents quartiers, les ressortissants de la province à l’invitation de M. le haut-commissaire. Alors, patientez.

A.I.B. : Une telle manifestation draine du monde. Quelles dividendes la commune peut-elle en tirer ?

S.S. : On ne peut pas mesurer en terme de quantité, le bénéfice que la population peut tirer de cette manifestation. L’honneur fait à la province pour abriter cette manifestation est inestimable. Néanmoins, c’est l’occasion pour les opérateurs économiques de tirer les marrons du feu. Les hôtels, bars, restaurants, buvettes, artisans d’art, vont en tirer profit. Cela se fera pendant plusieurs jours.

A.I.B. : Quel message à l’endroit de la population ?

S.S. : Je vais demander à la population de se mobiliser, car c’est tout le gouvernement, les ambassadeurs, les partenaires du développement surtout que le président du Faso sera présent.
La population devra sortir beaucoup plus que d’habitude.

Propos recueillis par
Jacques NONGUIERMA
AIB/Sanmatenga

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Bitumage de la route Kantchari-Diapaga : Les travaux quasi terminés avec un taux d’exécution de 82% !
Infrastructures routières dans la région de l’Est : Plus de 160 milliards de F CFA injectés !
11-décembre dans la région des Cascades : Les travaux de voiries urbaines inaugurés !
Région des Cascades : La campagne agricole s’installe au rythme des fluctuations climatiques
Les Cascades : Bref aperçu sur une région aux ressources naturelles exceptionnelles
Situation sécuritaire et sanitaire dans la région de la Boucle du Mouhoun : Le gouverneur dresse un bilan préoccupant
Lutte contre le COVID-19 dans le Nayala : Don de matériels au CSPS de Koin par l’Association Koinbienkö
Saïdou Maïga, maire de Falagountou : « L’insécurité doit nous amener à investir davantage »
Route Didyr-Toma : 12 mois de retard, 7 km de bitume sur 43 km
48 heures de la citoyenneté : Une série d’activités pour sensibiliser les jeunes de la région de l’Est
Boucle du Mouhoun : Un projet pour accroître l’accès à l’énergie
Paroisse de Toma : Le nouveau curé installé
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés