Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les gens sollicitent vos critiques, mais ils ne désirent sеulеmеnt quе dеs lοuаngеs. » William Somerset Maugham

Bobo-Dioulasso : Sauvons le ciné Guimbi !

Accueil > Actualités > Culture • LEFASO.NET | Par Romuald Dofini • mercredi 25 juillet 2018 à 16h34min
Bobo-Dioulasso : Sauvons le ciné Guimbi !

Malgré sa population de plus d’un million d’habitants, Bobo-Dioulasso, la deuxième ville du Burkina Faso, ne dispose plus de salle dédiée au cinéma. L’accès à une offre cinématographique adaptée et accessible à la population fait donc aujourd’hui défaut. C’est face à ce constat que l’Association de soutien du cinéma au Burkina Faso (ASCBF) a lancé, en 2013, la réhabilitation du ciné Guimbi de Bobo-Dioulasso. Aujourd’hui, un nouveau bâtiment est sorti de terre. Malgré les multiples efforts, les moyens financiers font défaut pour achever le projet.

Le ciné Guimbi, situé au secteur N°4 (quartier Kôkô) de Bobo-Dioulasso, est l’un des anciens cinés du pays. Autrefois, il était très fréquenté par les cinéphiles de la ville. Avec l’effet du temps et des intempéries, il n’a pas échappé à la fermeture. C’est ainsi que l’Association de soutien du cinéma au Burkina Faso (ASCBF) a décidé de sa réhabilitation. L’objectif est d’ouvrir un multiplexe de deux salles, un café-restaurant, une salle polyvalente, un centre de ressources et des bureaux. Plus qu’un simple cinéma avec une programmation quotidienne variée, le ciné Guimbi sera également un espace d’accueil, d’échanges, de débat et d’actions. Il accueillera notamment un programme d’éducation à l’image dédié aux jeunes, aux scolaires et au grand public.

Débutée en 2015, la construction de ce joyau traîne les pas, par manque de moyens financiers. En effet, pour que le bâtiment puisse sortir de terre, l’ASCBF, qui porte le projet, a eu recours à de multiples formes de financement. Elle a eu droit à des soutiens multiformes de la part de l’État et aussi de la commune de Bobo-Dioulasso. Notamment pour l’acquisition du terrain et dans la médiation avec les femmes du marché qui jouxtait la clôture du bâtiment, afin qu’elles acceptent de se déplacer pour les besoins du chantier.

Malgré ces multiples efforts, le bâtiment n’est toujours pas achevé et les porteurs du projet ont lancé une campagne de financement participatif baptisé ULULE. Trente-deux millions étaient attendus avant la fin de la campagne, le 16 juillet dernier. Cette somme devait permettre d’achever la première phase du chantier qui correspond à la mise en sécurité du bâtiment, la réalisation des travaux d’étanchéité et la pose de la charpente métallique.

« Cette campagne souhaite impulser une nouvelle dynamique pour la suite du projet, en permettant dans un premier temps au chantier d’avancer de manière significative ; mais également en pérennisant l’action et les efforts des porteurs de projet. Cette campagne est également l’occasion pour le ciné Guimbi de souder sa communauté déjà engagée et de faire découvrir ce projet culturel et citoyen au plus grand nombre », a laissé entendre Lili Auderset, la responsable de la gestion du projet.

Lili Auderset

Pour elle, l’ambition est de faire de ce lieu un espace de rencontre, d’échanges et de détente. De manière générale, un lieu de référence dans la ville de Sya. En outre, le ciné Guimbi, selon elle, va générer des emplois pour les jeunes de la commune. « De nombreux commerçants ambitionnent également d’ouvrir des commerces aux alentours de la salle de ciné lorsqu’elle sera ouverte », a-t-elle laissé entendre.

Aujourd’hui, plus de la moitié de la somme a déjà été mobilisée. L’ASCBF espère pouvoir très rapidement mobiliser ce montant afin d’apporter un peu de lumière à la ville de Sya. [ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Romuald Dofini
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 25 juillet 2018 à 16:51, par Raogo En réponse à : Bobo-Dioulasso : Sauvons le ciné Guimbi !

    Pourquoi ne pas approcher Canal plus a travers son expertise avérer en matière de construction et la gestion de salle moderne de projection ciné et salle de spectacle aux normes contemporains adapter dans le cadre d’un partenariat "Win-Win"

    Répondre à ce message

  • Le 25 juillet 2018 à 17:50, par Sya le rêve En réponse à : Bobo-Dioulasso : Sauvons le ciné Guimbi !

    Que devient le ciné houet ?...................................................................................

    Répondre à ce message

  • Le 25 juillet 2018 à 18:24, par TANGA En réponse à : Bobo-Dioulasso : Sauvons le ciné Guimbi !

    Si nous Burkinabès ne pouvons pas faire cota pour terminer ce bâtiment, il ne faudra pas venir dire après que le bâtiment semble appartenir à des étrangers car eux peuvent venir le terminer.
    C’est quoi ça ? Personne ne veut faire l’effort de donner 100, 200 ou 500f ; mais pour parler et critiquer, on est fort.
    Que les OSC qui se penchent vers la culture et le devenir de la jeunesse se mettent au boulot.

    Répondre à ce message

  • Le 25 juillet 2018 à 20:24, par Maria de Ziniaré En réponse à : Bobo-Dioulasso : Sauvons le ciné Guimbi !

    Drôle de mentalité à Bobo toujours à vouloir revivre dans leur passé. Il convient de préciser que contrairement aux insinuations de l’article Bobo dispose bien d’une salle de Cinéma : le Ciné SANYON construit sur le site de l’ancienne autogare à côté du stade Wobi. Je me demande pourquoi restaurer ce vieux cinéma colonial Guimbi sis dans un vieux cartier en banco. Déjà que le cinéma a changé de visage avec les TIC est ce la peine d’investir des millions dans une salle qui ne sera véritablement qu’un musée. C’était mieux de construire sur le site un petit marché moderne pour les braves femmes que d’investir à perte dans un secteur en déclin.

    Répondre à ce message

    • Le 26 juillet 2018 à 12:37, par Omer En réponse à : Bobo-Dioulasso : Sauvons le ciné Guimbi !

      C’est une initiative privée décidé par un groupe de personne basée sur leur conviction. Dans la vie chacun choisi son combat et la mène et les gens normaux encourage quand il s’agit d’une initiative bénéfique à la communauté comme c’est le cas ici. Comme les initiatives non pas de limite vous pouvez faire comme ces gens, mobiliser des personnes intéressées pour construire sur un autre site un petit marché moderne pour les braves femmes et laisser ce qui croient au cinéma d’investir à perte dans un secteur en déclin puis que vous vous avez une mentalité non drôle différente des bobolais qui veulent vivre dans le passé.

      Répondre à ce message

    • Le 4 juin à 00:50, par Bobolais à vie ! En réponse à : Bobo-Dioulasso : Sauvons le ciné Guimbi !

      Toute oeuvre valeureuse et durable se construit dans la continuité et sur la capitalisation des acquis du passé. Les aventuriers eux ne connaissent que chercher de l’argent à tout prix et n’investissent que dans l’effemère sans aucun idéal. Il y a des édifices qui sont aujourd’hui la fièrté de l’umanité seulement grâce à la vision de leur concepteurs. Le ciné Guimbi en sera de ceux là. Ceux qui ne croient qu’au présent peuvent aller construire leur petit marché ailleurs et peuvent aller voir ailleurs. Ici il n’y a que des gens qui croient en leur ville. Ne venez pas avec vos idées divisionnistes pour parler de notre façon de voir les choses à bobo et vos idées retrogrades de d’ouvrage coloniale. Je précise que c’est ceux qui ont un patrimoine qui cherchent à le préserver.« »

      Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Kotéba de Seydou Boro : Du théâtre pour abattre le silence
Culture : « Notre musique n’est pas comestible à l’extérieur », dixit Tibiafouba Madiega, journaliste culturel
Musique : « Les Burkinabè commencent à s’intéresser à leurs artistes », dixit OUM’C, artiste musicien
Issa Sanou, danseur contemporain : « Au départ, ce n’était pas une vocation »
Rencontres artistiques et culturelles de Bingo : la 3e édition se tiendra du 22 au 24 novembre 2019
Disparition de DJ Arafat : Des politiques burkinabè lui rendent hommage
Culture : l’artiste Ivoirien DJ Arafat n’est plus
Iron Bender : « Depuis que j’ai commencé la musique, je n’ai jamais eu de producteur, je n’ai jamais eu de soutien »
Tourisme au Burkina : 25% de réduction sur les tarifs hôteliers du 1er août au 30 septembre 2019
Ministère de la Culture : « Le ministre tient des propos qui mettent de jour en jour un fossé entre les agents et lui », dénonce le SYNATRACT
Culture : Le film « Duga » pour célébrer l’amitié ivoiro-burkinabè
Foire gastronomique : L’intégration ivoiro-burkinabè par la cuisine
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés