Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Une nation n’a de caractère que lorsqu’ellе еst librе. » Madame de Staël

Grand prix littéraire d’Afrique 2017 : Aristide Tarnagda honore le Burkina Faso

Accueil > Actualités > Culture • LEFASO.NET | Par Milaine Tiendrebeogo • jeudi 21 juin 2018 à 18h00min
Grand prix littéraire d’Afrique 2017 : Aristide Tarnagda honore le Burkina Faso

Aristide Tarnagda est le lauréat du Grand prix littéraire d’Afrique noire 2017, avec son œuvre titrée « Terre rouge - Façon d’aimer ». Ecrivain mais aussi comédien, Aristide Tarnagda désire, par sa plume, faire connaître au monde entier le continent africain, plus précisément son pays le Burkina Faso. Il est le troisième écrivain burkinabè à décrocher ce prestigieux prix. L’écrivain a présenté officiellement son œuvre ce jeudi 21 juin 2018 à l’Université Ouaga 1 Pr-Joseph-Ki-Zerbo, en présence de nombreux étudiants avec qui il a partagé ses expériences professionnelles.

« Terre rouge - Façon d’aimer », c’est le titre de l’œuvre littéraire de l’écrivain burkinabè Aristide Tarnagda. C’est cet ouvrage qui a permis à Aristide Tarnagda de remporter le Grand prix littéraire d’Afrique noire 2017. Il est le troisième burkinabè, après Me Frédéric Titenga Pacéré et Gomdaogo Patrick Ilboudo, à permettre au Burkina Faso de recevoir sur son sol un prix littéraire d’une telle envergure. Pour le Pr Albert Ouédraogo, Aristide Tarnagda a levé très haut le flanc de la littérature burkinabè. Pour lui, ce prix vient une fois de plus rehausser le niveau de la littérature burkinabè et lui permet d’être comptée de nouveau parmi les pays ayant un grand potentiel en ce qui concerne l’écriture.

Parcours de Aristide Tarnagda

Aristide Ttarnagda, lauréat du grand prix littéraire d’Afrique Noire 2017

Originaire de Soumagou, localité située sur l’axe Tenkodogo-Garango dans la province de Boulgou, Aristide Tarnagda entame sa relation avec le monde littéraire par le théâtre. Ainsi, il fréquente des troupes scolaires telles que celle du lycée Rialé de Tenkodogo. On le retrouve comédien dans la troupe « Époque » avec laquelle il joue dans des pièces comme « Le sorcier » et « Le philosophe » ou encore « La musaraigne ».
Après son admission au baccalauréat, il s’inscrit à l’Université de Ouagadougou, actuelle Université Ouaga I Pr-Joseph-Ki-Zerbo, au département de sociologie. Il y poursuit ses études tout en s’engageant dans le monde de la comédie dans une troupe professionnelle, le « Théâtre de la Fraternité » de Jean-Pierre Guingané.
Ainsi, c’est au sein de cette troupe qu’il va affiner son talent de comédien avant de se lancer dans l’écriture dramatique. En 2004, c’est sa rencontre avec Koffi Kwahulé, au cours du festival « Les Récréatrales », à Ouagadougou, qui va être déterminante dans son engagement à devenir auteur dramatique. Aujourd’hui, à l’âge de 35 ans, il est comédien, metteur en scène et écrivain.

Contenu de l’œuvre « Terre rouge - Façon d’aimer »

Public présentpour la rencontre

L’œuvre de Aristide Tarnagda est un questionnement poignant sur le sens de l’existence, sur les rapports sociaux et la condition humaine. En effet, dans cet ouvrage, Aristide Tarnagda est arrivé à créer des personnages pouvant avoir une existence matérielle et des personnages immatériels qui sont tout simplement les résultats d’une hallucination.
Ces personnages sont, selon lui, des possédés. Dans ses textes, l’absence de destinataires fait que le dialogue tourne en monologue. Dans ses pièces, les intermédiaires centraux comme la « gauchère » dans « Façon d’aimer » et les deux frères dans « Terre rouge » fonctionnent comme des homogames. Ils sont en effet comme des prétextes trouvés par ceux-ci pour se donner des raisons de parler et de vider ce qu’ils ont au fond du cœur.

Les représentants des UFR félicitant le lauréat

À travers ses œuvres, l’auteur dit être à la recherche permanente du discours social et d’un nouvel humanisme qui passent inévitablement par une recollection de l’être avec les valeurs fondamentales comme la solidarité. Une sorte donc de polyphonie condensée dans le sein d’un être unique. Une écriture marquée par son langage socio-culturel. On y trouve des légendes, des mythes, des histoires de la vie quotidienne et de l’environnement africain.

L’écriture de Aristide Tarnagda prend ses racines dans les réalités socioculturelles et politiques du Burkina Faso. Il les transcende pour avoir un écho au-delà des frontières nationales et continentales.

Milaine Tiendrebeogo
LeFaso.net


Quelques œuvres dramatiques de Aristide Tarnagda

 Il pleut de l’exil ! suivi de Les larmes du ciel d’août, in Écritures d’Afrique : dramaturgies contemporaines ;
 De l’Amour au Cimetière ;
 Alors, tue-moi suivi de Les larmes du Ciel d’août
 Et si je les tuais tous, Madame ? suivi de Les Larmes du ciel d’août ;
 Sank ou la patience des morts (Lansman Editeur) ;
 Les patrons, je les emmerde ;
 On ne payera pas l’oxygène.

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
20 ans de Fitini Show : L’association Deni Dêmê annonce les couleurs
Gaoua : « La Nuit des conteurs », pour renouer avec les traditions ancestrales
Musique : « Béogo », le nouvel album de Dez Altino
Yacouba Napon dit MCZ, réalisateur burkinabè : « Tout coûte cher dans le cinéma »
« Nuit du Yololo » : La 2e édition fait la promotion de la salubrité
Cinéma : « Plus que jamais, Ouagadougou mérite l’appellation de capitale du cinéma africain », dixit Jean-Baptiste Pazouknam Ouédraogo
Slam : Kys dédicace « Elle », son nouvel album
Musique : « Au début, j’ai donné des cours à domicile pour payer le studio pour faire mon enregistrement », révèle Dez Altino
Culture : L’Atelier du rire, le nouveau cadre de l’humour au Burkina
Burkina Faso : Les sites de métallurgie déclarés patrimoine mondial de l’Unesco
Musique traditionnelle : « À notre époque, on ne chantait pas parce qu’on avait une belle voix, mais parce qu’on en avait le pouvoir », dixit Adama Ouédraogo dit Adam Gausse
Cinéma : Dramane Gnessi dénonce l’injustice au Burkina avec « Le film »
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés