Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Il n’y a de dignité du travail que dans le travail librement accepté» Albert Camus

Institut supérieur des sciences de la population (ISSP) : Deux semaines de formation pour mieux appréhender les questions de genre

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Par Justine Bonkoungou • lundi 18 juin 2018 à 15h52min
Institut supérieur des sciences de la population (ISSP) : Deux semaines de formation pour mieux appréhender les questions de genre

L’Institut supérieur des sciences de la population (ISSP) de l’Université Ouaga I/ Pr Joseph Ki-Zerbo organise du 18 au 29 juin 2018 la 6e session de sa formation régionale en genre. L’ouverture de ladite formation a eu lieu ce lundi 18 juin 2018 avec une conférence inaugurale sur le thème : « Genre et éducation au Burkina Faso : parcours d’une professionnelle de l’éducation qui s’est investie pour la cause de la fille et de la femme pendant plus de 10 ans. »

Outiller les acteurs et actrices nationaux et régionaux en connaissances sur le concept Genre et aussi sur les liens entre le genre et plusieurs thématiques d’intérêt notamment la santé de la reproduction, les violences faites à la femme et l’éducation, c’est ce qui motive l’ISSP à tenir la formation régionale sur le Genre depuis 2014. Le but étant de favoriser une meilleure prise en compte des relations de genre dans les politiques, programmes et projets de développement. Et ce d’autant plus que « La participation égale des femmes et des hommes aux programmes de développement, notamment grâce à l’amélioration des rapports de genre est un facteur essentiel pour un développement humain durable. », confie Bilampoa Gnoumou/Thiombiano, la coordonnatrice de la formation.

Elle ne manque pas également de souligner que bien que le genre soit au centre des préoccupations pour le développement dans plusieurs pays et qu’il ait fait l’objet de plusieurs recherches ces dernières années, le concept n’est pas encore suffisamment compris et maitrisé par les différents acteurs du développement, surtout dans les pays francophones. Alors que « L’existence de l’expertise sur les questions de genre est l’un des défis majeurs à relever en Afrique. », souligne-t-elle. Et c’est ce défi que veut relever l’ISSP à travers cette formation régionale sur le genre qu’il organise.

La formation est destinée aux cadres, décideurs ou acteurs travaillant dans les domaines de la population, de la santé, de l’éducation, de la réduction de la pauvreté et du développement et désirant approfondir leurs connaissances et compétences en approche genre. Elle est organisée en quatre modules :
• module introductif (définition des concepts « genre » et « genre et développement » ;
• Genre et santé de la reproduction ;
• Genre et violence à l’égard des femmes ;
• Genre et éducation.

Comme à l’accoutumée, la formation a débuté cette année également par une conférence inaugurale. Elle a été donnée par Mme Elisabeth Ouédraogo qui a développé le thème « Genre et éducation au Burkina Faso : parcours d’une professionnelle de l’éducation qui s’est investie pour la cause de la fille et de la femme pendant plus de 10 ans. » Une conférence qui a été l’occasion pour elle de partager avec l’assistance sa longue expérience dans le domaine de l’éducation.

En rappel, depuis 2014, début de la formation régionale dur le genre initiée par l’ISSP, ce sont 120 acteurs et actrices de divers secteurs qui ont été formés dont 44 hommes et 76 femmes. Ils viennent essentiellement du Burkina Faso, du Benin, du Cameroun, du Niger, de la Guinée, de la République Démocratique du Congo, du Congo, du Sénégal et du Tchad.

Justine Bonkoungou
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Lutte contre la corruption au Burkina : Une Nuit pour célébrer la transparence dans la gestion de la chose publique
Journée internationale des volontaires : C’est parti pour l’édition 2019 !
Djibo : Un nouveau maire pour tresser le courage et la résilience
Lutte contre l’excision : Les acteurs de la chaîne judiciaire se concertent pur mieux appliquer la loi
Institut supérieur de génie électrique du Burkina Faso (ISGE-BF) : C’est parti pour la 1ère session de soutenances publiques
Etablissements scolaires de Ouagadougou : Le ministre de la Sécurité met en garde les « sinistres individus » qui perturbent les cours
Infrastructures du 11-Décembre à Kaya : L’appel de Simon Compaoré n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd
Crise humanitaire et sécuritaire : La Commission nationale des droits humains fait le constat dans le Bam
Agriculture dans la Boucle du Mouhoun : L’ONG SOS Faim Luxembourg à la recherche de solutions pour un accès facile et la réussite du Warrantage
Renforcement du système de santé au Burkina Faso : L’ONG Terre des hommes implémente un nouveau projet
5ème Revue Annuelle des Réformes, Politiques, Projets et Programmes de l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA) au Burkina Faso
Education nationale : Près de 13 000 écoles primaires publiques non clôturées au Burkina
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés