Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «C’est bien d’être le meilleur, mais c’est meilleur d’être le plus original.» Youssoupha dans Mon Roi

Instabilité dans le nord Mali : Bref cours d’histoire avec Bassolma Bazié

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Attaques terroristes • • mercredi 25 avril 2018 à 23h21min
Instabilité dans le nord Mali : Bref cours d’histoire avec Bassolma Bazié

Il raffole des dates et des chiffres quand il s’agit de tacler le gouvernement et le rappeler à l’ordre pour non-respect de ses engagements, même si il doit brandir ses preuves (huile, sel, arachides, haricot, sucre) cachées dans les poches de sa veste (Voire l’émission « Grand déballage » sur la chaine Burkina Info). Le 19 avril dernier, alors qu’il réagissait au discours sur la situation de la Nation du Premier ministre, Paul Kaba Thiéba, c’est un Bassolma Bazié, offensif, qui a fait un petit cours d’histoire sur l’origine de l’instabilité au Mali voisin.

Selon Bassolma Bazié, le mouvement syndical a attiré l’attention des autorités burkinabè, depuis 2012, sur la situation au Nord Mali, mais a toujours été traité de tous les noms d’oiseaux. Pour lui, l’instabilité que vit le nord du Mali ne date pas de maintenant mais de 1952. « Il y a eu une mission de l’Assemblée de l’Union française, raconte-t-il, sur cette zone qui est vachement riche en matières premières. Heureusement que Modibo Kéita et l’opposition malienne se sont réunis et ont dit qu’il n’était pas question de venir s’installer pour ré-exploiter les ressources du pays. »

Face au refus des autorités maliennes de se laisser gruger, la France, toujours selon le SG de la Confédération générale du travail du Burkina (CGT-B), a fait voter la loi française n°57-27 du 10 janvier 1957 portant création d’une Organisation commune des régions sahariennes (OCRS). L’objet de cette organisation, selon la loi disponible ici (https://www.legifrance.gouv.fr) est « la mise en valeur, l’expansion économique et la promotion sociale des zones sahariennes de la république française et à la gestion de laquelle participent l’Algérie, la Mauritanie, le Soudan, le Niger et le Tchad ». Et l’article 3 indique que l’une des missions de l’OCRS sur le plan économique et social est de « susciter l’installation d’industries extractives et de transformation, et de créer, lorsque les conditions le permettent, des ensembles industriels ».

Cette même zone malienne, à en croire Bassolma Bazié, deviendra plus tard l’AZAWAD. « Quand ils sont revenus, ils ont fabriqué le Mouvement national de libération de l’AZAWAD (MNLA en 1963). Comment comprendre que vous voulez sauver un pays, vous combattez les terroristes jusqu’à Kidal et vous dites que les rebelles qui y sont ne sont pas des djihadistes et qu’il faut négocier avec eux ? », s’interroge M. Bazié. Et de poursuivre « Vous pensez que la France va venir verser ses militaires dans une zone parce qu’elle aime les beaux yeux des Burkinabè ou des Maliens ? ».

« Le système qui nous dirige n’est pas un système d’émotion, de sentiment. C’est un système de l’exploitation de l’homme par l’homme. La guerre est un moyen pour pouvoir mieux exploiter. Le BUMIGEB vient de dire que nous avons des traces de pétrole et de diamant au Burkina. Pourtant, pendant des dizaines d’années, on a caché les données géologiques pour dire qu’il n’y a rien dans le sous-sol burkinabè. Si ces pays (les Occidentaux, ndlr) étaient là pour défendre la justice, ils n’allaient pas bombarder la Syrie, la Libye, l’Iraq. C’est le même mensonge qu’ils vont utiliser pour saccager notre zone », prédit le SG CGT-B, qui rappelons-le, a toujours eu une position tranchée sur la présence des bases militaires étrangères dans la sous-région.

« Quand vous parlez, les gens vous demandent si vous n’avez pas peur de mourir. Il y a deux façons de mourir : il y a la mort matérielle qui est la mort de la chair. Elle vaut mieux que la mort morale. Quand vous êtes complices du mal et que vous ne le dénoncez pas, c’est que vous êtes aussi acteur », a conclu Bassolma Bazié, qui dit s’inquiéter aujourd’hui de la démission ou de la compromission des intellectuels burkinabè.

Herman Frédéric Bassolé
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 26 avril 2018 à 08:25, par Abdou O. En réponse à : Instabilité dans le nord Mali : Bref cours d’histoire avec Bassolma Bazié

    L’esclavage c’est l’exploitation de l’homme par l’homme.
    La colonisation c’est exactement le contraire.

    Répondre à ce message

  • Le 26 avril 2018 à 09:00, par ALKABOR En réponse à : Instabilité dans le nord Mali : Bref cours d’histoire avec Bassolma Bazié

    Je suis parfaitement d’accord avec vos propos ,puisse la force de nos ancêtres nous guider pour sortir de ce bourbier.

    Répondre à ce message

  • Le 26 avril 2018 à 09:25, par dignité En réponse à : Instabilité dans le nord Mali : Bref cours d’histoire avec Bassolma Bazié

    Mr Bassolma vaut mieux dire la vérité puis mourir que de mourir dans le mensonge. je suis parfaitement d’accord avec vous sur cette leçon que vous nous avons faites. c’est bien dit, merci pour l’éclairage.les ennemie de l’Afrique sont ceux qui sont avec lui qui se voilent la face disant qu’ils sont là pour son aide. On pourra bien combattre les terroristes sans l’intervention des forces extérieures. Que dieu bénisse l’Afrique.

    Répondre à ce message

  • Le 26 avril 2018 à 09:25, par Sabari En réponse à : Instabilité dans le nord Mali : Bref cours d’histoire avec Bassolma Bazié

    Helas ! Deux fois fois helas. Cela ressemble malheureusement à la vérité.

    Répondre à ce message

  • Le 26 avril 2018 à 09:26, par sandokan En réponse à : Instabilité dans le nord Mali : Bref cours d’histoire avec Bassolma Bazié

    Merci M. BASSOLMA. Les gens ont peur de la vérité ; surtout ici au Burkina. Quand les Burkinabè crient à la paix, la paix, en réalité ils ne sont préoccupés qu’à boire et manger tranquillement. Quant à dénoncer et/ou lutter contre l’injustice extérieure et l’exploitation éhontée des ressources de notre pays et ceux de l’Afrique de la zone franc en générale par l’ancienne métropole, ils sont peu nombreux à ouvrir leurs yeux pour voir et leurs oreilles pour entendre. Quand les spécialistes vous décortiquent l’utilisation faite des fameux comptes d’opérations dans lesquelles sont logées 50% des recettes des pays de cettezone ; ça donne envie de vouloir d’étrangler nos chefs d’État africains et les dirigeants Français. Il y est même dénoncé la démission des intellectuels africains. Un économiste asiatique n’a pas hésité a se moquer publiquement d’eux dans une interview publiée sur YouTube récemment. Ce que Bassolma dénonce entre dans le même registre.

    Répondre à ce message

  • Le 26 avril 2018 à 09:38, par bédjou En réponse à : Instabilité dans le nord Mali : Bref cours d’histoire avec Bassolma Bazié

    L’occident n’a pas d’ami, mais des intérêts. Après la colonisation, le colon revient sous une autre forme pour exploiter et continuer à dominer l’Afrique. Il est temps que la jeunesse consciente se réveille pour anéantir définitivement cette forme d’exploitation, en réalité avec la complicité et ou le silence de nos gouvernants. La liberté ne se donne pas, elle s’acquiert au prix de la lutte et du sacrifice. Les dirigeants éclairés africains qui ont refusé le diktat du colon, je pense aux Kwamé Nkruman, Modibo Kéita, Sékou Touré, Thomas Sankara et j’en oublie, ont été écartés certes, mais la jeunesse consciente doit continuer le combat.

    Répondre à ce message

  • Le 26 avril 2018 à 09:40, par Economiste En réponse à : Instabilité dans le nord Mali : Bref cours d’histoire avec Bassolma Bazié

    C’est la première fois que j’entends une personnalité burkinabé dénoncée haut et fort la situation sécuritaire du Burkina.
    Dommage que le peuple burkinabé comprendra votre message 30 ans après et il faudrait que ce soit les occidentaux qui leur expliquent parce que personne ne le fera au Burkina.
    C’est même un tabou.
    Je crains qu’avec le G5 Sahel, la France récupère en même temps les trois pays que sont le Mali, le Niger, et le Burkina au nom de la paix. Observer l’évolution du G5 Sahel sa vous dira quelque chose.
    Au moins s’il y a une personnalité au Burkina qui a osé dire haut et fort ce que toutes les personnes averties savent c’est bien Basolma.
    Dommage, Dommage, Dommage, Dommage ...

    Répondre à ce message

  • Le 26 avril 2018 à 10:08, par le citoyen En réponse à : Instabilité dans le nord Mali : Bref cours d’histoire avec Bassolma Bazié

    Dommage pour le pauvre qui n’a pas encore pris conscience que sa situation ne peut changer que s’il le décide avec un minimum de sacrifice.
    pour rétablir la situation, il faut un minimum de sacrifice que les gens ne veulent pas faire

    Répondre à ce message

  • Le 26 avril 2018 à 10:12, par PUKNINI En réponse à : Instabilité dans le nord Mali : Bref cours d’histoire avec Bassolma Bazié

    Eh oui ! Pure réalité. Il faut qu’on se ressaisisse pendant qu’il est temps. Songeons aux générations futures même si ça sera au prix de beaucoup de sacrifices. D’autres( les asiatiques) l’ont fait pourquoi pas nous. On veut nous recoloniser par le truchement du terrorisme.

    Répondre à ce message

  • Le 26 avril 2018 à 11:23, par Maadenka En réponse à : Instabilité dans le nord Mali : Bref cours d’histoire avec Bassolma Bazié

    Mon cher, bien vu et bien dit ; comme on le dit au quartier, c’est propre ; mais là où moi je ne saisi pas très bien, c’est lorsqu’il est question de ce qui est dit "intellectuels". Alors là tout se melange dans ma tête puisque moi je ne suis pas allé loin dans leur école là. Je pense humblement qu’une grande part de responsabilité revient à justement cette catégorie de gens qui, pour avoir été à l’école, pour savoir lire et écrire, ils se passent pour plus que les colons blancs parce que pour eux d’avoir été à l’école c’est pour asservir accompagner leur maître dans l’oeuvre d’asservissement de leurs propres frères.
    Intellectuels me donne une forte nausée car elle me renvoie à cette catégorie de "noirs-blancs" comme alassane ouattara, maky sale etc. Merci

    Répondre à ce message

  • Le 26 avril 2018 à 11:39, par KASOJI En réponse à : Instabilité dans le nord Mali : Bref cours d’histoire avec Bassolma Bazié

    C’est dommage que certaines personnes ne voient la réalité du Burkina qu’à travers le prisme de l’impérialisme. Nous ne sommes responsables de rien . C’est l’impérialisme qui est la cause de tous les problèmes de l’Afrique qui est très riche .
    VOUS connaissez un peu les réalités sociologiques du Sahel , son passé de société esclavagiste et ses conséquences.

    Répondre à ce message

  • Le 26 avril 2018 à 11:42, par rawa En réponse à : Instabilité dans le nord Mali : Bref cours d’histoire avec Bassolma Bazié

    Toi Bassolma là tu parle beaucoup et au hasard et à ce rythme comme le disent les ivoirien on finira par ne plus te" calculer"’ !!!!!!

    Répondre à ce message

    • Le 26 avril 2018 à 15:25, par lemarabout En réponse à : Instabilité dans le nord Mali : Bref cours d’histoire avec Bassolma Bazié

      %M. Rawa vous un de ces petits qui courent pour ouvrir les portières des faux politiciens pour avoir à manger.Voilà que vous n’aimer pas l’histoire

      Répondre à ce message

    • Le 27 avril 2018 à 01:06, par Sonia En réponse à : Instabilité dans le nord Mali : Bref cours d’histoire avec Bassolma Bazié

      Internaute RAWA, tu n’es pas garçon !
      Les Ivoriens insistent pour te dire, de ne plus jamais utiliser une référence de chez eux, fusse même de l’argot pour habiller tes propos nauséabonds d’assujetti mental. Kô entre toi et eux, y’a pas alliance.
      Et ils ont raison.
      Kô Mr BASSOLMA "parle trop et au hasard", mais c’est avec ses frères et sœurs africains. Tu vois donc qu’on est en famille ? Et tu n’en fais pas partie, ni par le sang reçu, ni par le sang versé, ou à verser. Quelle est ton affaire dedans ?
      Que nous vaut donc le déplaisir de sentir ton haleine fétide d’impérialiste transi jusqu’à los, qui écrit avec des mégas cadeau (toujours la culture du rapt, ne rien faire et tout avoir ? Comme tes mentors).
      Comme le disent nos frères Ivoriens " enlève ta bouche dans notre histoire, quitte surtout dans ça, vas créer pour toi ; famille c’est forcé ??? Réponse : Non, famille c’est pas forcé, parce que c’est affaire de sang, c’est naissance woo"
      Pardon, ne reviens plus ici dans ce forum , y’a d’autres, tous indiqués pour toi : le forum de l’apprenti impérialiste, semeur de merde, suceur de sang, le parfait pirate mercantile, comment appauvrir et dominer les autres pour le plaisir de leur rappeler leur pauvreté,, comment allumer le feu de la guerre pour pérenniser son bol de chocolat du matin, le génie de la désorganisation culturelle et sociétale chez les autres pour leur voler leurs ressources et le leur reprocher après ? Etc.
      Â gnân flè...

      Cordialement...quand même.

      Sonia.

      Répondre à ce message

    • Le 17 mai 2018 à 12:37, par Jonassan En réponse à : Instabilité dans le nord Mali : Bref cours d’histoire avec Bassolma Bazié

      Il a raison, mais sous autre angle. Il y’a plusieurs angles dans l’insécurité au nord mali. S’arc-bouter sur un seul n’est que vérité partielle et analyse limitée. Au Nigéria, Maiduguri n’est pas une zone de richesses mais l’insécurité est là. Aux experts de prévilégier l’approche systémique à celle cartésienne qui n’est pas suffisante pour connaître et combattre un système. Le monde aujourd’hui est ouvert et on n’a plus affaire à des enclaves isolées. Les armes, l’introduction des versets préparés, le choix et la formation des kamikases, tout çà là dépasse le cadre de votre analyse. Il n’y a plus que de l’insécurité au Nord Mali, il y’a l’insécurité au Nord Burkina, au Nord Nigéria et bientôt à Ouagadougou, à Bobo-Dioulasso, comme à Lagos, à Kaduna. Merci de vos efforts mais c’est pas arrivé.

      Répondre à ce message

  • Le 26 avril 2018 à 11:55, par Atome En réponse à : Instabilité dans le nord Mali : Bref cours d’histoire avec Bassolma Bazié

    Bassolma BAZIE, chapeau ! C’est cela aussi être panafricain ! Que ceux et/celles qui tenteront de te faire taire sachent que derrière toi il y a des hommes et femmes, des milliers et des milliers ! Je suis au Nigeria et suis avec la plus grande attention tes prises de positions justes ! Courage !

    Répondre à ce message

  • Le 26 avril 2018 à 13:06, par Bernard Luther King ou le Prophete Impie En réponse à : Instabilité dans le nord Mali : Bref cours d’histoire avec Bassolma Bazié

    Merci Bassolma pour cette acuité intellectuelle et morale que tu as et que tu mets au service du Burkina. Parlant de mort, mort morale, j’en crains pour toi quand je vois des gens de même niveau de courage que toi qui ont fini dans la compromission. C’est pourquoi, je prie pour toi pour que jamais, cela ne t’arrive. Tu as un point fort que rare de tous tes predecesseurs (syndicats, hommes politiques, etc ...) ont : l’acuité intellectuelle + l’acuité morale. Preserves les !
    Je pense que tu es l’un des quelques 0.0001% des Burkinabè qui peuvent participer très honorablement au debat panafricain sur la Chaine "Afrique Media".
    Divers :
    "Combien seront-ils qui rejoindront Dieu en Enfer si Il y demenage : à bas l’hypocrisie !"

    Répondre à ce message

    • Le 26 avril 2018 à 16:18, par PRUDENCE En réponse à : Instabilité dans le nord Mali : Bref cours d’histoire avec Bassolma Bazié

      Héiiii ! Parlez de ce que vous savez. Qu’en savez-vous de son acuité morale ? Et les maisons à étages qu’il a construites ? Avec quel salaire ? Aussi, sous Blaise, on ne l’entendait pas. Maintenant, il crie plus fort que tout le monde. Tchrrr.

      Répondre à ce message

      • Le 26 avril 2018 à 20:16, par Virgile En réponse à : Instabilité dans le nord Mali : Bref cours d’histoire avec Bassolma Bazié

        Mesquin méchant médiocre et mécréant ! Voilà le résumé de la vie de ceux qui voir que du flou dans la vie des autres, étant soi-même le prototype de la déconfiture ! Le prix de la médisance c’est le suicide. Continue et tu en serras payé comme ton père !

        Répondre à ce message

      • Le 26 avril 2018 à 20:19, par Force En réponse à : Instabilité dans le nord Mali : Bref cours d’histoire avec Bassolma Bazié

        Tu lui dis de parler de ce qu’il sait, et toi tu en sais quoi oiseau de mauvaise augure ! Quelqu’un te réveille pour t’alerter qu’on pille ta dignité, et toi ta réponse c’est que je n’ai pas de dignité ! Ok reste là-bas, puisque si tes parents en avaient aussi tu ne serais pas né là où tu sais !

        Répondre à ce message

      • Le 26 avril 2018 à 20:40, par Saint En réponse à : Instabilité dans le nord Mali : Bref cours d’histoire avec Bassolma Bazié

        Après les assassinats des Sankara, Lumumba et autres via les mains de leurs propres frères noirs, j’ai naïvement cru que cette époque était révolue, mais hélas ! Voici un oeuf malsain en pondaison par là ! Eh Dieu !!

        Répondre à ce message

      • Le 26 avril 2018 à 20:59, par Vision En réponse à : Instabilité dans le nord Mali : Bref cours d’histoire avec Bassolma Bazié

        "présence" est la preuve que l’Afrique soufre plus de la mentalité de ses enfants que tout autre chose ! En effet, un doigt volontaire t’indique ta destinée et toi ta réaction : "ce doigt est tordu". N’est pas le comble de la sotise ! ?

        Répondre à ce message

      • Le 26 avril 2018 à 21:08, par Synthèse En réponse à : Instabilité dans le nord Mali : Bref cours d’histoire avec Bassolma Bazié

        Soit un homme averti et bien éduqué dans un environnement fait de mentalités embastillées, on tentera d’inventer des salissures pour te les coller. C’est cet esprit également qui fait de nous des bureaucrates arriérés ! La valeur d’un homme se résume t elle au contenu de son bulletin ? Le travail du bulletin peut être un travail de passion pour lui et utiliser d’autres compétences pour s’offrir ce qu’il veut. Sous nos cieux africains avec de tels esprits, je parie que si Bassolma avait un parcours sal, il aurait été déjà mis aux arrêts. Une fois j’étais dans un kiosque et j’ai appris par un type qui thesait fort, en disant que Bassolma a tous ses enfants aux USA. Quand j’ai connu Bassolma et sa famille , je suis tombé totalement à la renverse,tellement le mensonge du type m’avait tellement désorienté ! Arrêtez de traiter de ce que vous ignorez,et totalement donc !

        Répondre à ce message

      • Le 26 avril 2018 à 21:31, par Armatant En réponse à : Instabilité dans le nord Mali : Bref cours d’histoire avec Bassolma Bazié

        La seule façon de mieux traiter une idée pensée par les fesses, c’est purement et simplement ignorer le propriétaire !

        Répondre à ce message

      • Le 26 avril 2018 à 21:39, par If En réponse à : Instabilité dans le nord Mali : Bref cours d’histoire avec Bassolma Bazié

        Ce sont ces genres de personnes qui sont les professionnels des kiosques, grains de thé et autres lieux de frelatés ! Puisqu’il faut survivre en montrant aux naïfs qu’on connait untel et un autre, même les détails de leurs vies. Pour se lever soit même dans sa vie un soir et constater qu’on n’a rien été pour soi même en dehors de la merde ! Un bulletin de salaire et un étage viennent chercher quoi dans un sujet clairement posé si ce n’est pour tenter de rabaisser ou diluer le débat ! Comme tu n’as pas lu le CV de Bassolma je fais une synthèse au cas où tu es illettré : Ingénieur Minier , spécialiste en management des organisations et relations du travail, professeur certifié des sciences de la vie et de la terre (SVT). Je m’arrête là, sachant tes capacités de rétention assez limitées. Bonne suite !

        Répondre à ce message

      • Le 26 avril 2018 à 21:46, par Nico En réponse à : Instabilité dans le nord Mali : Bref cours d’histoire avec Bassolma Bazié

        Si tu la fermais, ne valait il pas mieux ? Voilà une limite ! Leur référence, le bulletin de salaire ! Un homme qui se respecte, sa vie n’est pas aliénée par un bout de papier. Si non par peur de le perdre à tout moment,il n’osera jamais lever le moindre doigt comme le fait Bassolma ! Une heure de ses consultations peut prendre en charge ta famille un mois. Donc va calculer ! Si incapable, fais moi signe !

        Répondre à ce message

      • Le 27 avril 2018 à 01:52, par Sonia En réponse à : Instabilité dans le nord Mali : Bref cours d’histoire avec Bassolma Bazié

        Rions ensemble des valets locaux endoctrinés par et pour le ventre et le bas ventre, prompts à sacrifier père et mère, frères et sœurs et même les voisins et le chat, juste pour pouvoir continuer la ronde des "maquis". A présent désemparés, de la maturité, de la détermination et de la dynamique des vrais intellectuels de la jeunesse africaine, ils sortent du bois et tels des loups hurlent à la mort. Vous n’aurez pas Mr BASSOLMA. Soyez en assurés ; on vous tient à l’œil. Vous ne tuerez plus nos leaders pour eux. Priez pour vous même car à présent, le danger est dans votre camp, mais vous avez le choix de changer de comportements tout de suite.
        Quand vous leur avez offert mon président, le Valeux Thomas SANKARA, que s’est il passé ensuite : "Debandada" tous azimuts.
        On vous attend de pieds fermes. Venez nombreux.

        Sonia... pas cordiale.

        Sonia.

        Répondre à ce message

      • Le 27 avril 2018 à 03:28, par Moralité En réponse à : Instabilité dans le nord Mali : Bref cours d’histoire avec Bassolma Bazié

        Eh les mécréants : " Bassolma à un étage, Bassolma à des v8, Bassolma a ses cinq enfants aux USA, Bassolma a une double nationalités (Burkinabé et canadienne), Bassolma vient d’être proposé comme ministre des finances par Bebamba à Blaise et qui à son tour l’a imposé à Roch, Bassolma vient de rencontrer Blaise à Abidjan pour que Blaise le lui signifie, Bassolma est du cdp, du mpp, de la nafa, du pcrv, il est un opposant, Bassolma a grossi, Bassolma porte des vestes, Bassolma porte des faso danfani etc etc etc". Vraiment ! On dit que nous sommes des hommes intégrés mais quand je vois tout cela, contradictoire que déconfiture, je me pose vraiment des questions !! Et tout cela à cause d’une seule chose : l’intégrité de la personne ou sa réussite sociale ou son éloquence ou sa vérité...! Arrêtez cela et grandissez ! Je sais aussi pertinemment que même dans son propres camp syndical des esprits souillés comme cela existent mais c’est simplement dommage ! Au lieu d’être fier qu’après le général Tole Sagnon, vous ayez trouvé cet homme qui n’a plus rien n’a démontrer en un seul mandat, c’est chercher à le salir, coûte que coûte ! Digérez vos informations avant usage parceque nous sommes que ce que nous consommons ! Mais, j’oubliais que tous les grands hommes surtout d’Afrique ont connu ces médisances ! Jésus également ! Bhe, continuez si c’est pour cela que les parents ont investi en vous. De toutes les façons, c’est la présence des ordures qui donnent de la valeur à et un sens à la propreté. Il serait mieux de se battre quand même pour ne pas être une ordure, au prix du sacrifice de ses propres parents ! Courage à Bassolma BAZIE et je salue Mr Ka et atta de passage !

        Répondre à ce message

    • Le 27 avril 2018 à 14:05, par Force En réponse à : Instabilité dans le nord Mali : Bref cours d’histoire avec Bassolma Bazié

      "prudence", j’espère que tu as un niveau acceptable te permettant de lire et comprendre toutes ces réactions à ta malheureuse sortie ? Il faudra en tirer toutes les leçons pour les autres fois. Comme conseil de ma part, connaître l’alphabet, c’est bien, l’utiliser intelligemment est encore mieux ! Cela nous protège de certaines situations et honore nos géniteurs ! En attendant gère tes douleurs avec ceux qui t’ont envoyé ! Désormais,retiens que "Quand on t’envoie, il faut savoir t’envoyer !"

      Répondre à ce message

  • Le 26 avril 2018 à 13:07, par Djibi En réponse à : Instabilité dans le nord Mali : Bref cours d’histoire avec Bassolma Bazié

    Cela voudrait dire qu’il faut une lutte commune à tous les pays concernés par cette mascarade impérialiste inhumaine. Que les peuples s’unissent derrière leurs gouvernements pour dire non aux colons et assumer le sacrifice pour nos descendances.

    Répondre à ce message

  • Le 26 avril 2018 à 13:14, par dignité En réponse à : Instabilité dans le nord Mali : Bref cours d’histoire avec Bassolma Bazié

    Mr Bassolma vaut mieux dire la vérité puis mourir que de mourir dans le mensonge. je suis parfaitement d’accord avec vous sur cette leçon que vous nous avez faites. c’est bien dit, merci pour l’éclairage.les ennemie de l’Afrique sont ceux qui sont avec lui qui se voilent la face disant qu’ils sont là pour son aide. On pourra bien combattre les terroristes sans l’intervention des forces extérieures. Que dieu bénisse l’Afrique.

    Répondre à ce message

  • Le 26 avril 2018 à 13:50, par Action En réponse à : Instabilité dans le nord Mali : Bref cours d’histoire avec Bassolma Bazié

    Internaute"rawa", moi on me disait depuis que pour certains vivants, c’est leur placenta qui a été préservé par erreur ! J’ai toujours réfuté cela jusqu’à ce que je lise ton poste ! Les déchets humains en Afrique !!! Moi je suis ivoirien, africain tout court, et je félicite ce burkinabé Bassolma pour son esprit de sacrifice. N’utilise pas du n’importe quoi pour te référer à la côté d’Ivoire. C’est cette myopie morale en Afrique qui est à la base de notre misère. Et c’est vous autres que les Sankara, Lumumba, etc ont été assassiné ! J’ai des larmes aux yeux après avoir lu ton poste : Afrique ta douleur vient de tes propres enfants, et en voici un ! Dommage !

    Répondre à ce message

  • Le 26 avril 2018 à 13:57, par Calculs En réponse à : Instabilité dans le nord Mali : Bref cours d’histoire avec Bassolma Bazié

    "rawa", toi, on a fini de te calculer et effectivement, tu as pondu ici que ce que tu vaut : rien !

    Répondre à ce message

  • Le 26 avril 2018 à 15:40, par KoukaDenis En réponse à : Instabilité dans le nord Mali : Bref cours d’histoire avec Bassolma Bazié

    " la loi française n°57-27 du 10 janvier 1957 portant création d’une Organisation commune des régions sahariennes (OCRS)". Son extension EST:OUEST est connue mais celle NORD_SUD. c’est pourquoi tout le peuplement de la zone nilo-saharienne revendique leur appartenance à cette économique. l’OCRS est toujours d’actualité ,alors que les textes de l’UA disent que chaque état héritent des territoires de la colonisation. cette close africaine est elle applicable ? c’est une base juridique du MNLA. les acteurs sont classés nationalistes et non terroristes et bénéficient des closes du système des nations unies qui autorisent à chaque nationalité à s’autodéterminer. rappelons nous que le G5 combat les terroristes supposée jihadistes religieux (musulmans), trafiquants de drogues et autres cigarettes. et non les nationalistes . ainsi les souhaitent un dialogue mais comment ? surtout que ses nationalises sont des musulmans qui veulent un territoire pour exploiter leurs ressources et alimenter leur société islamique.leur stratégie c’est la guerre des cultures. de telles idées ont élaborées, éditées et diffusées ici au FASO à travers un bouquin intitulé PARFAIRE SA FOI : DIAGNOSTIC ET SOLUTIONS et vendu ici au Faso. ce bouquin, KOUKA DENIS l’acquis le 28 /10/2008. certainement que les autorités étaient au courant, mais au lieu de prendre les choses au sérieux, elles préféraient faire la politique l’autruche et ont favorisé l’élection d’un président malien légitimé pour pouvoir négocier avec nationalistes de l’AZAWAD. pourtant les informations faisaient que leur AZAWAD se prolongerait jusqu’à TOUGOURI. de ce qui précède, rien de ce qui nous arrive n’est autres que le résultat du laxisme . KOUKA DENIS est d’accord avec les affirmations de BASSOLMA

    Répondre à ce message

  • Le 26 avril 2018 à 19:34, par molotov En réponse à : Instabilité dans le nord Mali : Bref cours d’histoire avec Bassolma Bazié

    Regardons les choses sans émotion.
    J’ai bien peur qu’on se laisse arnaquer et qu’on perde le nord au propre comme au figuré.
    La guerre est la continuation de ma politique dans sa forme violente.
    Que nos dirigeants fasse donc ma bonne politique : boutons hors du Faso toutes les armées étrangères et assumons notre destin
    Citoyens l’heure est grave !!!
    Ordre de mobilisation générale !!!

    #MOLOTOV

    Répondre à ce message

  • Le 26 avril 2018 à 19:56, par Règles En réponse à : Instabilité dans le nord Mali : Bref cours d’histoire avec Bassolma Bazié

    Internaute "prudence", heureusement que Bassolma BAZIE est une personne assez mature et sage, si non, beaucoup de vous autres de merdes seraient déjà passés dans la casserole de diffamation ! Rassurez vous des choses avant de vous prononcer sur la vie des gens. Du reste as tu lu son CV posté par alino le faso ? Si non fais le, au lieu de rester petit d’esprit ! Ah jalousie !

    Répondre à ce message

  • Le 26 avril 2018 à 20:01, par Merci En réponse à : Instabilité dans le nord Mali : Bref cours d’histoire avec Bassolma Bazié

    "prudence" ,et tous ceux et celles qui doutent de la vie de ce Mr Bassolma la loi vous permet d’introduire une plainte pour délit d’apparence, donc faites et cela montrera que vous êtes vraiment de votre père ! Au lieu de se cacher derrière de petit écran et faire des vomissures. Tellement limité ! On vous a dit que la richesse d’une personne doit se résumer au contenu d’un bulletin ? Vraiment désolant ! Rester à fuiner dans la vie des autres au lieu d’avancer ! Bassolma BAZIE, lui il avance !

    Répondre à ce message

  • Le 26 avril 2018 à 20:36 En réponse à : Instabilité dans le nord Mali : Bref cours d’histoire avec Bassolma Bazié

    Il a peut être des rapports avec le régime Compaoré mais ne jetez pasle bébé avec l’eau du bain. Certaines personnes sont utiles au pays. Il faut l’écouter sur le sujet du nord Mali. La zone est vraiment riche en minéraux

    Répondre à ce message

  • Le 26 avril 2018 à 20:51, par Ka En réponse à : Instabilité dans le nord Mali : Bref cours d’histoire avec Bassolma Bazié

    Souvent je ne partage pas les réactions du syndicaliste qui se prend pour un opposant : Mais ici, je partage entièrement son analyse pertinente. J’ajouterais simplement que les responsables au premier niveau de la chienlit sont nos dirigeants depuis nos indépendances.

    C’est vrai que le problème du sahel et son terrorisme, surtout le Mali qui est devenu un poison pour le continent, ne date pas d’aujourd’hui : Je me rappelle qu’au sommet du 4 au 6 mai 1986 des pays les plus industrialisés à Tokyo, les chefs d’état ont mis l’accent sur le terrorisme en disant qu’il faut l’stopper avant que ce fléau ne se développe surtout au Sahel. Mais personne n’à lever le doigt par la suite.

    De nos jours, tous les prétextes sont bons pour ne pas faire soi-même les efforts nécessaires. On refuse de se remettre en cause, on trouve toujours des causes extérieures à nos malheurs, et, se livrer à accuser les autres comme la France.
    Pourtant tout le monde connait la vérité que les dirigeants africains depuis nos indépendances ont une responsabilité directe de ce qui arrive au Sahel et le Mali. Car, que signifie l’indépendance pour les Africains ?

    Pour les dirigeants du continent Africain, l’indépendance n’est que théorique, dans la pratique cette indépendance est gérer par le donateur. Si vraiment le continent Africain depuis plus de cinquante gérait son indépendance en conservant sa richesse sans la distribué pour le pouvoir personnel, le problème du Sahel et le Mali n’aura pas eu lieu de nos jours. Ou bien on est indépendant et cela va avec ses attribues ou bien on renonce à l’indépendance et se laisser gérer totalement par les impérialistes. Sinon, si nous acceptons que nous sommes indépendants, il faut qu’on apprenne à assumer l’indépendance et ne plus compter sur les autres pour régler nos problèmes. Si le Mali est là où elle est, c’est à cause de l’enfantillage de ses dirigeants et tous ceux du continent. Jusqu’à quand l’Afrique continuera à être un enfant ? Nous avons plus de 50 ans d’indépendance : Il va falloir qu’on s’arrête pour revoir notre fonctionnement et dire que nous avons suffisamment des intellectuels, les richesses, des cadres de l’armée, et que nous pouvons orienter nous-mêmes pour nous défendre contre ces punaises qui sont nos propres frères, nos enfants. Il faut qu’on décide d’être mature ; on ne restera pas à vie dépendant de la France. Africains ouvrez les yeux. Il ne s’agit pas d’une affaire de panafricanisme, il s’agit d’assumer en toute responsabilité notre choix d’indépendance. On naît on grandit. Il faut que l’Afrique grandisse maintenant.

    Répondre à ce message

  • Le 26 avril 2018 à 23:06, par atta En réponse à : Instabilité dans le nord Mali : Bref cours d’histoire avec Bassolma Bazié

    Ce que je crains ;qu on n utilise son frère contre lui.Il nous faut des éclaireurs à la taille des gens comme Basolma.Car l esclave qui n est pas capable de s affranchir ne mérite pas qu on s appui toi sur son sort.

    Répondre à ce message

  • Le 27 avril 2018 à 03:10, par Histoire En réponse à : Instabilité dans le nord Mali : Bref cours d’histoire avec Bassolma Bazié

    Bonjour"atta" ! Vision très juste ! Dommage que ce soit l’Afrique comme cela souvent ! La réaction d’un internaute dit "présence" ici est une preuve malheureusement suffisante ! Dites à koro yamyele que ses écrits me manquent ! Peut-être qu’il a été découragé par certaines attitudes, mais qu’il continue d’éclairer. De toutes les façons moi je retiens ce propos et que je paraphrase en disant que la tragédie des Nations révèle des grands hommes ! Mais ce sont les dévergondés sociaux qui sont à l’origine de ces tragédies. Que l’internaute dit "présence" le retienne, cela pourrait lui faire du bien.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Recrudescence des attaques terroristes : L’État islamique au grand Sahara (EIGS) augmente son emprise au Liptako-Gourma
Attaque contre le village de Kodyel : L’Union européenne condamne fermement ces actes barbares
Recrudescence des attaques à l’Est : « Il pourrait y avoir un lien avec la mort d’Idriss Déby », selon Mahamoudou Savadogo, expert des questions d’extrémisme violent
Situation hebdomadaire des opérations de sécurisation : Huit terroristes neutralisés et du matériel récupéré
Région de l’Est : Deux VDP et plus d’une dizaine de civils tués à Kodyel
Opération Barkhane : Plusieurs terroristes neutralisés dans le Gourma
Insécurité : Le MPP appelle à un sursaut salvateur pour juguler le regain terroriste
Kompienga : Des journalistes occidentaux tués par leurs ravisseurs
Seno : Des attaques ont fait 20 morts dans plusieurs villages
Terrorisme : Interrogeons nos limites et tirons leçons du départ des soldats tchadiens de la zone des trois frontières
Opérations de sécurisation du territoire du 19 au 24 avril : Des terroristes neutralisés et plusieurs motos saisies
Lutte contre l’insécurité : Chérif Sy cible la formation aux opérations spéciales de Pô
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés