Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Le bien se fait , mais ne se dit pas. Et certaines médailles s’accrochent dans l’âme et pas sur la veste» Jino Bartoli

Demande d’extradition de François Compaoré : Les requérants doivent patienter jusqu’au 13 juin 2018

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Affaire Norbert Zongo • • jeudi 29 mars 2018 à 01h30min
Demande d’extradition de François Compaoré : Les requérants doivent patienter jusqu’au 13 juin 2018

La décision de la Cour d’Appel de Paris sur la demande d’extradition de François Compaoré, dans le cadre de l’affaire Norbert Zongo, sera finalement rendue le 13 juin 2018, a-t-on appris de notre confrère Alerte Info.

En effet, c’est ce mercredi, 28 mars 2018 que François Compaoré, frère cadet de l’ancien président du Faso, Blaise Compaoré, était appelé à comparaître devant la Cour d’Appel de Paris suite à la demande d’extradition formulée par l’Etat burkinabè dans l’affaire Norbert Zongo où il est inculpé pour « incitation à assassinat ».

Selon la radio Omega FM, une heure environ après son ouverture, l’audience a été suspendue du fait qu’une personne, proche de François Compaoré, enregistrait l’audition, malgré l’interdiction. « L’audience a repris quelques minutes après, a précisé la même source. Finalement, elle a été suspendue et reprend le 13 juin. Selon certains avocats, trois situations pourraient se présenter à la reprise : le refus de l’extradition, l’acceptation ou la présentation de nouveaux éléments qui pourraient entraîner un rebondissement dans le dossier », apprend-on de ladite radio.
Pour mémoire, François Compaoré a été interpellé dans la matinée du 29 octobre 2017 à l’aéroport Roissy Charles-de-Gaulle, à Paris, dans le cadre d’un mandat d’arrêt international émis par la justice burkinabè dans l’enquête sur l’assassinat du journaliste Norbert Zongo, en 1998.

Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 28 mars 2018 à 21:26, par vérité no1 En réponse à : Demande d’extradition de François Compaoré : Les requérants doivent patienter jusqu’au 13 juin 2018

    Je ne fais pas confiance aux Français et c’est mon droit de les faire confiance ou pas !
    Lib lib quand tu nous tiens mais tout va se savoir !!!!!!!!!
    Si toutefois on refuse de l’extrader, eh bien qu’on le juge par contumace !!!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 28 mars 2018 à 22:15, par caca En réponse à : Demande d’extradition de François Compaoré : Les requérants doivent patienter jusqu’au 13 juin 2018

    Le paradoxe Burkina de nouveau mis en peine. Justice pour Norbert Zongo oui, mais apportez des preuves aux blancs. La France est un pays des droits humains, même les terroristes qui tuent en plein jour ont un droit à une justice équitable. Ils ont un droit au silence devant les questions du juge. Je pense la proposition de CODER pour une réconciliation serait la voie royale afin de liquider certains dossiers de la justice qui relève d’un geste politique. Car là où vont les choses, le Burkina des insurgés court un risque d’être un de voyou. On ne peut pas simplement faire des crimes du droit commun une politique de justice du développement. Même le cas du putsch, si la justice était équitable, plusieurs personnes retrouveront la liberté, mais comme c’est une justice aux ordres des hommes puissants actuels, les accusés seront condamnés.

    Répondre à ce message

    • Le 29 mars 2018 à 04:17, par Nabiiga En réponse à : Demande d’extradition de François Compaoré : Les requérants doivent patienter jusqu’au 13 juin 2018

      Que disent-ils tous les dictionnaires français du sens de réconciliation ? C’est bien cela la question qu’il faut se poser ; que vous, et votre CODER, doit se poser. On est réconcilié lorsque deux parties s’affrontent dans une situation de guerre, de conflit armé on pas etc. La question qui se pose avec acuité est la suivante : Que doit-on se dire pour se réconcilier ? Que doit dire quoi à qui ? Qui a fait quoi à qui et pour quelle raison on doit laisser tomber le passé pour vivre en paix, les uns avec les autres. Qui sont les parties prenantes ? La Côte d’Ivoire est partie en fumée, le nord versus le sud, bref une guerre civile s’est éclatée dans ce pays-là. Les fils et filles de ce pays se sont mis ensembles pour se réconcilier afin de vivre en paix. J’ai beau cherché dans les archives de notre histoire politique récente, (pour ne pas dire notre histoire contemporaine) et je peine à trouver une situation de conflit qui a voulu que les deux parties belligérantes s’assoient pour discuter leurs différends afin enfin, que la paix règne. Ce que j’ai vécu par contre, était une situation ou le pays était devenu la mainmise d’une famille, si bien que Blaise a voulu s’éterniser au pouvoir ; tellement le pays lui appartenait. En un seul corps, (tout le Burkina débout) on l’a chassé comme une peste de nos rangs. Bon, voilà ce qui s’est passé. Oui, lambda burkinabè veut la paix et la réconciliation mais avec qui doit-on se réconcilier puisque ça prend deux pour réconcilier. Le peuple Burkinabè d’un côté, il lui faut un autre corps en face pour qu’on puisse dialoguer sinon on se parle et là, c’est la maladie mentale. Le Burkina Faso n’a pas besoin d’une réconciliation. Toute tentative de réconciliation est une manœuvre de ce même CODER qui ne roule que pour la famille Compaoré qui a été vomie par le peuple, pour arracher de nos bouches ‘pardon’ pour avoir chassé Blaise de pouvoir. Cela n’aura pas lieu car les gens ont vu claire.

      Répondre à ce message

  • Le 28 mars 2018 à 22:55, par Nabiiga En réponse à : Demande d’extradition de François Compaoré : Les requérants doivent patienter jusqu’au 13 juin 2018

    J’ai eu à le dire par le passé et je le répète. Lambda burkinabé a déjà gagné dans cette affaire. Le fait que François soit inquiété par la justice, la jurisdiction de celle-ci importe peu, suffi largement déjà. Jamais depuis que son frère s’est propulsé au sommet de notre pays a-t-il cru être justiciable. Il était juge et partie au Burkina donc il rédigeait de lui-même les verdicts dans toute affaire qui le touchait. Le voici attrappé par son passé. Qu’il le gère

    Répondre à ce message

    • Le 29 mars 2018 à 07:21, par un gondwanais En réponse à : Demande d’extradition de François Compaoré : Les requérants doivent patienter jusqu’au 13 juin 2018

      Nabiiga, et le fait de ne pas pouvoir mettre pieds sur la terre qui l’a vu naître est également pathétique. Voir son pays et le contourner, être dans l’obligation d’avoir une autre nationalité pour pouvoir voyager, même si tu ne peux pas aller où tu veux, comme tu veux et quand tu veux !

      Répondre à ce message

      • Le 29 mars 2018 à 11:18, par Nabiiga En réponse à : Demande d’extradition de François Compaoré : Les requérants doivent patienter jusqu’au 13 juin 2018

        Chapi ! Vous voyez les choses comme moi. Nous pensons de la même manière. Haba, François ceci, François cela, petit président ceci, petit président cela au point qu’un journaliste qui le critiiquait ait été assassiné par lui et son frère, rien que parce que le pays leur appartenait et il se conduisait en terre conquise où personne d’autre ne vivait sinon que la leur et leurs accolytes. La souffrance de la famille Norbert ne sera pas vain car personne n’a été né d’un tronc d’arbre mais bien d’un être. Qu’il gère sa situation actuelle. C’est pour régler la situation de François et la famille Compaoré que le CODER veut qu’il y ait une réconciliation afin que nous pardonnions à cette famille là. Ce gouvernement trouvera le moyen pour que la paix sociale règne mais pas par la voie de CODER, qu’ils l’entendent bien

        Répondre à ce message

      • Le 29 mars 2018 à 12:24, par RueKaze Fetisse En réponse à : Demande d’extradition de François Compaoré : Les requérants doivent patienter jusqu’au 13 juin 2018

        ..Et surtout, la case a fetiche partie en fumee, les gris- gris et autres reliques humaines avec. Dieu est bon. Pour tout le monde.Soyez justes dans votre comportement car ce qui va pousser pour vous, c’est ce que vous semez.C’est Dieu qui a voulu que ceux qui se croyaient des demi- dieux fuient ce pays a midi moins pile certainse sans sipo, d’ autres sans tapettes.

        Répondre à ce message

  • Le 29 mars 2018 à 02:08, par Crésus Déchu En réponse à : Demande d’extradition de François Compaoré : Les requérants doivent patienter jusqu’au 13 juin 2018

    François, tu vois ? Même si cette justice humaine qui est mics-macs te laisse , la justice de Dieu te hante tous les jours, matin mindi soir. Au moment où tu avais usurpé le pouvoir de ton frère qui n’ était que le president, tu ne respectais même pas Dieu dans ce pays.Je te tutoie aujourd’hui parce que tu es tombe ooh. Or quand Dieu décide de te corriger, quoi ! Tu as vu ? Rien n’est éternel. Tout n’ est que vanités des vanités. Même des chateaux rutilants peuvaient brûler en un seul jour. Même si vous croyez que vous êtes puissant comme Naba Kodonosor, vous pouvez finir dans les chaînes. Si c’est visible, c’est plus mieux. Je dis ça parce que ya trop de gens mêmes qui sont des vraies prisonniers de leur concience. Souvent, ils sont comme les sépultres. Blancs dehors mais pleins de merde dans leur sous- sol. La Maman de Norbert Zongo avait dit que les tueurs de son fils vont payer. Tu vois, chaque jour, ce qui ont tué Norbert Zongo pensent à lui. Forc Norbert Zongo vi ten eux alors que lui il vit dans la paix du père. Conseil. Que personne ne prends la vie de personne.Vous êtes qui pour décidé qui doit vivre et qui doit mourir ?

    Répondre à ce message

  • Le 29 mars 2018 à 07:52, par HUG En réponse à : Demande d’extradition de François Compaoré : Les requérants doivent patienter jusqu’au 13 juin 2018

    J’ai écouté RFI et selon l’avocat de François les preuves n’ont pas introduits dans le dossier d’extradition de François et selon l’avocat c’est parce que il n y’ a n’en pas.Selon l’avocat c’est un procès politique que l’on veut faire à son client. Selon lui on veut le juger parce qu’on ne peut pas juger le grand frère qui a fui en Cote d’Ivoire. Si cela est vrai (absence de preuves dans le dossier) je me demande si nos juges sont compétents car ils savent que la force de l’argument qui peut arriver pays à extrader quelqu’un. Écoutez bien l’avocat de françois n’a pas dit que les preuves ne sont pas convaincantes mais il a dit qu’il n y a pas de preuves. C’est dommages si cela est vrai.
    Voyez vous, nous avons chassé blaise compaoré mais ces acolytes sont toujours là, nous avons chassé blaise compaoré mais ses supporteurs sont toujours là, nous avons chassé blaise compaoré mais ses pratiques sont toujours là, nous avons chassé blaise compaoré mais ses griots sont toujours là. Les mêmes juges qui ont prononcé un non lieu relatif au dossier de Norbert ZONGO sont toujours là et certains sont toujours promis à des hautes fonctions. Donc françois compaoré ne sera pas extradé depuis le sol français. Je suis septique. Rappelez vous, le dossier David OUEDRAOGO a été jugé mais il semble que ce sont les exécutants (quelque militaires) qui ont été condamnés. Les commanditaires, les complices n’ont jamais été inquiétés. Dans quel justice sommes nous ?. Mais la justice divine, elle ne badine pas. Tôt ou tard ceux qui commandité l’assassinat de Norbert ZONGO seront hantés à jamais, Ils feront des nuits blanches. Déja cela a commencé . Qu’a t-il de traumatisant que de vivre hors de son patrie sans pouvoir y revenir.

    Répondre à ce message

  • Le 29 mars 2018 à 08:32, par Maria de Ziniaré En réponse à : Demande d’extradition de François Compaoré : Les requérants doivent patienter jusqu’au 13 juin 2018

    Le dossier a été réouvert par la transition pour connaître un second jugement mais depuis plus de 2 ans on ne nous dit jamais quel est l’Agenda prévu. Quel est la date prévisionnelle pour le procès ?. La seule communication sur le dossier ne porte que sur la demande d’extradition de François alors que l’écosystème de l’affaire Norbert ZONGO ne se réduit pas à l’individu François COMPAORE il y’a d’autres témoins de cette affaire qui peuvent contribuer à la manifestation de la verité . A mon humble avis le nouveau procès doit avoir lieu avec ou sans François et cet dernier peut ne pas être extradé et comme tout mortel il peut être rappelé par qui de droit avant le procès. Alors que la justice traite le dossier avec comme hypothèse que François peut ne pas y être et même s’il y est par bonheur, ce n’est qu’un acteur présumé innocent tant que le tribunal ne l’aura pas condamné sur la base de la matérialité des faits. L’intime conviction du juge sur la base des faits peut ne pas correspondre avec le ressentiment populaire bâti sur des opinions journalistiques. La montagne pourrait accoucher d’une souris.

    Répondre à ce message

    • Le 29 mars 2018 à 15:36, par Nabiiga En réponse à : Demande d’extradition de François Compaoré : Les requérants doivent patienter jusqu’au 13 juin 2018

      Le dossier a été rouvert par la transition pour connaître un second jugement puisqu’il n’y a jamais eu un premier jugement. La transition a vu juste. François fut le juge et partie dans le truchement que vous appelez abusivement jugement. François et son frère se sont servis des milices qu’ils sont créés de toutes pièces en l’occurrence le RSP pour assassiner Norbert. Point barre. Qu’il réponde de son forfait. Par ailleurs, qui se rappelle si Blaise dormait ce jour-là encore ? Pour lui, lorsque tous les grands événements à sa faveur se déroulaient, il dormait ou souffrait d’un mal par ci et par là. J’avoue que si le coup d’état qu’il a télécommandé d’Abidjan réussissait, il n’allait pas être impliqué car il dormirait. Famille des lâches, oui !

      Répondre à ce message

  • Le 29 mars 2018 à 09:06, par TRANQUILOS En réponse à : Demande d’extradition de François Compaoré : Les requérants doivent patienter jusqu’au 13 juin 2018

    arretons la justice à double vitesse dans notre pays là. Qui etais qui lors de l’assassinat de Norbert Zongo.Je me rappel que quand nous etions etudiants,pendant les marches de 13 decembre pour reclamer justice pour Norbert et ses compagnons,certains noms etaient scandés et ces personnes sont les personnalités les plus importantes de ce pays aujourd’hui.donc si nous voulons etre honnetes commençons par faire comparaitre ses personnes d’abord.

    Répondre à ce message

  • Le 29 mars 2018 à 09:22, par Comment ça ? En réponse à : Demande d’extradition de François Compaoré : Les requérants doivent patienter jusqu’au 13 juin 2018

    C’est quoi être magistrat (juge, avocat etc....) au Burkina en particulier et en Afrique au général ? J’ai l’impression qu’on les enseigne comment réussir l’égoïsme dans toutes ces formes. En redisant cette demande d’extradition, il n’y a pas eu d’autres magistrats pour voir les failles de la demande d’extradition ou quoi surtout que ça part dans un autre pays ? Chaque magistrat s’assoit et dit si le dossier n’est avec moi je ferme ma bouche, mes yeux et mes oreilles. Si c’est comme cela aller étudier et venir nourrir sa famille avec, ça va pas être facile. Que Dieu nous garde.

    Répondre à ce message

  • Le 29 mars 2018 à 09:43, par war En réponse à : Demande d’extradition de François Compaoré : Les requérants doivent patienter jusqu’au 13 juin 2018

    François sera acquitté par un non lieu car il n’ya rien de nouveau dans cette affaire qui a déjà été jugée et clôturée par la cour de l’ua suite au dédommagement de la famille de norbert z. Le pf kafando a fait ouvrir le dossier dans la fievre de l’insurrection alors qu’il n’y avait pas de faits nouveaux. Il a dit lui-même que c’est par le fait du prince. La justice française ne va pas suivre nos actions haineuses et revanchardes mais tranchera sur base de pièces et de faits.Nôtre justice a toujours perdu la partie au niveau international (cedeao,ua,France. ...) et souvent condamnée à payer des sommes élevées a des gens souvent fautifs.On va encore ridiculiser notre pays pour ces mandats hasardeux et mal documentes intentés par des magistrats politiciens.

    Répondre à ce message

  • Le 29 mars 2018 à 12:42, par Thom’s En réponse à : Demande d’extradition de François Compaoré : Les requérants doivent patienter jusqu’au 13 juin 2018

    Monsieur caca, bonjour. Je ne voudrais plus revenir sur la question de reconciliation, puisque monsieur Nabiiga a éclairé ta lanterne. Caca tu as dit : "Justice pour Norbert Zongo oui, mais apportez des preuves aux blancs. La France est un pays des droits humains, même les terroristes qui tuent en plein jour ont un droit à une justice équitable. Oui, mais n’oublies pas que ton François Compaoré a baffoué les droits de Norbert ZONGO pour porter atteinte à sa vie. C’ est parce que les droits humains n’étaient pas respectés ! Tu n’as pas besoin qu’on te le dise. Caca, si ton François Compaoré ne se reproche de rien, s’il sait que son corps n’est pas couvert de sang humain, si il est Burkinabè intègre, qu’il rentre pour se donner à la Justice ! Ou bien ? N’oublies pas encore que Henri ZONGO, LENGANI et autres ont été exécutés sans jugement. Alors monsieur caca, estime toi heureux que tes mentors soient en prison dans des conditions favorables, ou en résidence surveillée dans une villa. Défendre de façon aveugle un criminel c’est accepter d’être criminel.

    Répondre à ce message

  • Le 29 mars 2018 à 14:43, par Thom’s En réponse à : Demande d’extradition de François Compaoré : Les requérants doivent patienter jusqu’au 13 juin 2018

    Monsieur caca, bonjour. Je ne voudrais plus revenir sur la question de reconciliation, puisque monsieur Nabiiga a éclairé ta lanterne. Caca tu as dit : "Justice pour Norbert Zongo oui, mais apportez des preuves aux blancs. La France est un pays des droits humains, même les terroristes qui tuent en plein jour ont un droit à une justice équitable. Oui, mais n’oublies pas que ton François Compaoré a baffoué les droits de Norbert ZONGO pour porter atteinte à sa vie. C’ est parce que les droits humains n’étaient pas respectés ! Tu n’as pas besoin qu’on te le dise. Caca, si ton François Compaoré ne se reproche de rien, s’il sait que son corps n’est pas couvert de sang humain, si il est Burkinabè intègre, qu’il rentre pour se donner à la Justice ! Ou bien ? N’oublies pas encore que Henri ZONGO, LENGANI et autres ont été exécutés sans jugement. Alors monsieur caca, estime toi heureux que tes mentors soient en prison dans des conditions favorables, ou en résidence surveillée dans une villa. Défendre de façon aveugle un criminel c’est accepter d’être criminel.

    Répondre à ce message

  • Le 29 mars 2018 à 17:05, par Ogoune Feraille En réponse à : Demande d’extradition de François Compaoré : Les requérants doivent patienter jusqu’au 13 juin 2018

    Selon l’avocat c’est un procès politique que l’on veut faire à son client. Selon lui on veut le juger parce qu’on ne peut pas juger le grand frère qui a fui en Cote d’Ivoire.

    Il a raison, François est innocent.
    Il n’est pas au courant du meurtre de David Ouedraogo par le RSP et ne se sent pas coupable de l’assassinat de Norbert Zongo, il n’était pas sur le lieu du crime et d’ailleurs quand cela se passait, tout comme son frère lors de l’assassinat de Thomas Sankara, lui aussi il dormait....

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Assassinat de Norbert Zongo : Un 21e anniversaire sous le signe du « sursaut »
Lutte contre l’incivisme et la corruption : Norbert Zongo, un exemple de combat
Assassinat du journaliste Norbert Zongo : 20 ans après, vérité et justice sont toujours attendues
Affaire Norbert Zongo : ‘’Mes souvenirs de reporter, 20 ans après...’’
20e anniversaire de l’assassinat de Norbert Zongo : A Fada N’Gourma, on a marché pour réclamer vérité et justice
Burkina : La justice française émet un avis favorable à l’extradition de François Compaoré
Extradition de François Compaoré : Les avocats de l’Etat burkinabè dénoncent « des sous-entendus insultants »
Extradition de François Compaoré : Tout sur l’arrêt du 13 juin 2018 portant demande de complément d’information
Demande d’extradition de François Compaoré : Le compte rendu de l’audience du 28 mars 2018 de la Cour d’Appel de Paris par Bruno Jaffré
Demande d’extradition de François Compaoré : Les requérants doivent patienter jusqu’au 13 juin 2018
Assassinat de Norbert Zongo : Les organisations de défense des droits humains dénoncent 19 ans d’impunité
17 ans après l’assassinat de Norbert Zongo, la SEPP en appelle au nouveau président Roch Marc Christian Kaboré
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés