Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Nul n’a le droit d’effacer une page de l’histoire d’un peuple, car un peuple sans histoire est un monde sans âme.» Alain Foka dans son émission " Archives d’Afrique"

Crises dans l’espace CEDEAO : Le Centre d’alerte précoce et de réponse du Burkina est désormais opérationnel

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Attaques terroristes • LEFASO.NET | Par Moussa DIALLO • vendredi 9 février 2018 à 23h55min
Crises dans l’espace CEDEAO : Le Centre d’alerte précoce et de réponse du Burkina est désormais opérationnel

Le Centre national pour la coordination du mécanisme d’alerte précoce et de réponse au Burkina Faso est opérationnel. Il a été officiellement ouvert le 08 février 2018, par le premier ministre Paul Kaba Thiéba, en présence du Président de la Commission de la CEDEAO (Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest). Ce centre, 3e du genre dans la sous-région, vise à renforcer le dispositif de prévention et de prise en charge des menaces qui plombent les efforts de développement des différents Etats.

Lors de la 45e session ordinaire de la CEDEAO, le 14 juillet 2014, les dirigeants de l’espace ont adopté le cadre stratégique pour la mise en place des mécanismes nationaux d’alerte précoce et de réponse aux menaces sécuritaires afin de permettre une réaction diligente en cas d’urgence. Ce dispositif de prévention concerne essentiellement la sécurité humaine, et vise à fournir des rapports sur les tendances et les incidents relatifs à la paix et à la sécurité humaine, ainsi que des options d’interventions en temps réel à titre préventif aux décideurs politiques afin d’assurer la prévisibilité des conflits et de faciliter les interventions visant à retourner, aplanir ou désamorcer de façon créative les situations aigues de conflit, d’instabilité, de troubles ou de catastrophes.

coupure du ruban symbolique

Après le Mali et le Libéria, le Burkina est le 3e pays de l’espace CEDEAO à disposer d’un centre d’alerte précoce. Le nombre devrait rapidement passer à cinq pays dont les centres, puis à dix et enfin à quinze. « Dans un contexte national, régional et international marqué par la montée de l’insécurité et des menaces de diverses natures, la présente cérémonie nous rappelle le destin commun qui est le nôtre et la nécessité de conjuguer les efforts de tous les Etats de la sous-région pour venir à bout de ces différents fléaux. Il s’agit de menaces sécuritaires notamment l’insécurité liée aux effets des changements climatiques, aux attaques terroristes, aux crimes transnationaux, à l’avènement d’épidémies et de pandémies et à la piraterie maritime », a précisé le Premier ministre burkinabè Paul Kaba Thiéba.D’ailleurs ce centre est sous la tutelle du Premier ministère.

Dans la salle de situation, le premier ministre a échangé en direct avec l’équipe d’Abuja

Aucune politique efficace de développement ne saurait être efficiente sans un environnement apaisée. C’est pourquoi, le Burkina souscrit aux engagements régionaux d’anticipation et de prévention des crises sécuritaires. De ce fait, réaffirme Paul Kaba Thiéba, le pays ne ménagera aucun effort pour appuyer les actions de lutte contre les menaces sécuritaires par des mécanismes, des institutions et des actions au niveau national et par la participation aux instances régionales. Mieux, assure-t-il, « le gouvernement burkinabè se réjouit de faire partie des pays pilotes d’opérationnalisation des centres nationaux d’alerte précoce et s’engage à œuvrer à la réussite des missions de son centre ». Il n’a pas manqué d’exprimer sa reconnaissance au Président de la Commission de la CEDEAO qui, en plus d’honorer le Burkina par ce choix, était personnellement présent.

Marcel de Souza se réjouit de l’ouverture du Centre de Ouagadougou

« Lorsque des alertes sont données, il faut qu’on puisse très tôt analyser les données pour organiser la riposte. Il s’agit d’alerte précoce et de riposte rapide », a rappelé Marcel de Souza, le Président de la Commission de la CEDEAO, qui a qualifié cette cérémonie de fort simple, mais d’une importance capitale. Car, il s’agit de protéger la vie de 324 millions de personnes que constitue la CEDEAO. Les équipements ont couté plus de deux milliards de francs CFA. Ce, avec l’appui technique et financier des USA. « Les crises peuvent venir de partout et à tout moment. Les USA ont pour ambition que ce centre nous permette de mieux répondre à ces différentes crises et aux risques sécuritaires. Nous espérons que ce centre nous donnera les moyens de sauver des vies à travers une coordination étroite avec tous les acteurs clés », a confié David Young, le Premier conseiller de l’ambassade des USA au Burkina.

les membres du gouvernement fortement représentés à cette cérémonie

C’est le Commissaire divisionnaire de police Dieudonné Ouattara qui a lourde charge de diriger le Centre national pour la coordination du mécanisme d’alerte et de riposte au Burkina Faso, en tant que secrétaire permanent. Avec son équipe, il devra quotidiennement faire des alertes, faire des analyses et des propositions ou des recommandations au gouvernement. Le chef du gouvernement burkinabè a invité le secrétaire permanent du Centre et ses collaborateurs à faire preuve d’esprit d’initiative afin d’obtenir des résultats probants dans la mise en œuvre des activités et des objectifs assignés au centre.

Le Centre dispose actuellement de cinq experts : un expert en santé, un expert en crime et criminalité, un expert en sécurité, un expert en environnement et un expert en gouvernance et droits de l’Homme. Ainsi, le chef du gouvernement doit recevoir chaque matin la situation au niveau régional.« Nous avons des équipements de haute qualité qui nous ont été offerts par les USA, nous avons des locaux et les moyens de fonctionnement devraient suivre puisque les gouvernants ont signé des engagements », a confié le secrétaire permanent, Dieudonné Ouattara.

Moussa Diallo
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Commune de Thiou (Yatenga) : Pourquoi et comment le maire a négocié avec les terroristes
Opération Barkhane Au Mali : Un groupe armé terroriste interpellé dans la région d’Hombori
Lutte contre le terrorisme : La Côte d’Ivoire et le Burkina Faso mutualisent leurs forces dans les zones frontalières
Lutte contre l’extrémisme : Vers l’adoption d’une stratégie nationale de prévention de la radicalisation et son plan d’action
Opération HOUNE : Une vingtaine de terroristes neutralisés
Sécurisation du territoire national : des terroristes délogés au Nord et au Sahel grâce à une opération d’envergure
Recrudescence des attaques terroristes : L’État islamique au grand Sahara (EIGS) augmente son emprise au Liptako-Gourma
Oudalan : Les populations de Tin Akof se réfugient près du camp militaire après une attaque
Mali : Environ 300 militaires de la Force Barkhane mobilisés pour sécuriser un convoi de ravitaillement dans le nord
Attaque contre le village de Kodyel : L’Union européenne condamne fermement ces actes barbares
Recrudescence des attaques à l’Est : « Il pourrait y avoir un lien avec la mort d’Idriss Déby », selon Mahamoudou Savadogo, expert des questions d’extrémisme violent
Situation hebdomadaire des opérations de sécurisation : Huit terroristes neutralisés et du matériel récupéré
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés