Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Le bien se fait , mais ne se dit pas. Et certaines médailles s’accrochent dans l’âme et pas sur la veste» Jino Bartoli

Haut conseil pour la réconciliation : Les conseillers en atelier de validation des travaux des sous-commissions Ad’ hoc

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Romuald DOFINI • jeudi 19 octobre 2017 à 00h13min
Haut conseil pour la réconciliation : Les conseillers en atelier de validation des travaux des sous-commissions Ad’ hoc

Le Haut Conseil pour la Réconciliation et l’Unité Nationale (HCRUN) tient du 16 au 26 octobre 2017, une session de validation des travaux des sous-commissions Ad’ hoc à Bobo-Dioulasso. La cérémonie d’ouverture de cette séance délocalisée s’est tenue ce lundi 16 octobre 2017 au Centre Muraz de la ville de Sya.

Au cours de cette cérémonie d’ouverture des travaux, le maire de la commune de Bobo-Dioulasso, Bourahima Sanou, a souhaité la bienvenue aux membres du Haut Conseil pour la Réconciliation et l’Unité Nationale (HCRUN). Il a par la suite exprimé son soutien au HCRUN en ces termes : « Nous restons ouverts à toutes formes de contributions pour l’atteinte des objectifs du Haut Conseil pour la Réconciliation et l’Unité Nationale, car la paix ne profitera pas à un individu, mais à toute cette nation que nous chérissons tous ».

Quant au HCRUN, c’est la deuxième fois qu’il pose son regard sur la ville de Sya pour réfléchir sur les mécanismes qui peuvent permettre d’amorcer la marche vers un Burkina de paix et de concorde. Cette session qui se déroule du 16 au 26 octobre 2017, a pour objectifs de porter des amendements aux propositions élaborées par des sous-commissions mises en place par le HCRUN le 18 aout 2017 lors d’une assemblée plénière pour travailler en urgence sur les dossiers relatifs aux contentieux administratifs ; aux décisions de justice non exécutées ; aux évènements des 30 et 31 octobre 2014 et du 16 septembre 2015 et à des dossiers pendants devant la justice.

« La présente session a pour objectif de porter des amendements aux propositions élaborées par lesdites sous-commissions », a dit Madame Aicha Zampaligré/Ouédraogo, 2e vice présidente, représentant le président par intérim du HCRUN, Younoussa Sanfo.

Cette session est également une étape majeure dans la démarche du HCRUN pour soulager les femmes et les hommes victimes de toutes les situations qui ont assombri le visage du Burkina Faso à un moment donné de son histoire. Car selon la présidente, il est impérieux que les Burkinabè se parlent, non pas dans le cadre d’une tribune de vengeance ou de revendication de toute nature, mais dans le cadre d’une tribune de vérité, de justice, comme facteurs de pardon et de réconciliation pour un mieux vivre ensemble. [ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Romuald Dofini
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 18 octobre 2017 à 19:22, par Ka En réponse à : Haut conseil pour la réconciliation : Les conseillers en atelier de validation des travaux des sous-commissions Ad’ hoc

    Une bonne initiative qui devait se répéter a tout moment pour réveiller les consciences de ceux qui veulent la réconciliation sans la justice comme ces inconscients de la CODER qui continuent et persistent à berner le peuple. Les ateliers de ce genre doivent se multipliés et apporter sa petite pierre dans la recherche d’une réconciliation durable par la justice, cette même justice qui empoisonne tout le Burkina avec des magistrats ripoux. Dire comme ces messieurs de la CODER qu’ils ont la clé de la réconciliation, c’est tromper son peuple, car a l’heure actuelle, personne n’a la clé de la réconciliation dans notre pays. Parler sur la réconciliation comme-ci ou la réconciliation comme ça, n’aboutira rien sur un peuple meurtri par les crimes de sang et qui demande de la justice avant la réconciliation. La seule question que nous pouvons poser aujourd’hui avec une réponse certaine est : ‘’’’’Ou bien on est réellement réconcilié par la justice qui assumera ses responsabilités, et condamner les criminels pour soulager les familles des victimes, ou bien on n’est pas réconcilié du tout.’’’’’’’ Ce que le peuple Burkinabé assiste de nos jours avec la réconciliation sans la justice, est une réconciliation démagogique instrumentale, et qui est de la foutaise pour un peuple meurtri par les crimes de sang. La réconciliation ne se décrète pas, c’est une affaire qui est dans le cœur de chacun. Ce n’est pas parce qu’on va décréter quelque chose ou faire telle ou telle cérémonie, ou quelques gesticulations, que cela changera la disposition de ceux qui sont pétris de haine a cause de leurs parents tués par des inconscients qui tuaient qui ils veulent, là ils veulent dans l’impunité.
    Le constat pour la réconciliation au Burkina est clair : Nous avons pris la fâcheuse habitude de violer le droit et les valeurs fondamentales de la société. Cette situation a conduit à la banalisation du mal, à la déresponsabilisation, à la criminalité politique, à l’impunité et la déliquescence des mœurs. Quelles sont les leçons à retenir ? Il y a des gens irresponsables comme les responsables de la CODER, les vermines comme le jeune ZAIDA qui souhaitent, ou préparent une guerre civile au Burkina pour en tirer profit. Ces gens doivent comprendre que les enjeux sont devenus tels que, ceux qui ont lourdement investi dans l’insurrection pour l’alternance politique et l’émergence du pays ne se laisseront pas faire, et ces types d’ atelier avec ses responsables doivent le crier très fort.

    Répondre à ce message

  • Le 19 octobre 2017 à 06:51, par Raga En réponse à : Haut conseil pour la réconciliation : Les conseillers en atelier de validation des travaux des sous-commissions Ad’ hoc

    J’espère que les agents de l’information bloqué dans leur carrière auront une oreille attentive pour la résolution de leur situation administrative.

    Répondre à ce message

  • Le 19 octobre 2017 à 09:58, par Tout est pire qu’avant En réponse à : Haut conseil pour la réconciliation : Les conseillers en atelier de validation des travaux des sous-commissions Ad’ hoc

    HCRUN n’est pas une institution sérieuse, depuis que vous Les membres du HCRUN êtes là qu’est-ce que vous avez fait pour la réconciliation si ce n’est pas faire des ateliers et recevoir des gens dans vos bureaux et consommer et le carburant du peuple !

    Répondre à ce message

  • Le 19 octobre 2017 à 10:31, par DAO En réponse à : Haut conseil pour la réconciliation : Les conseillers en atelier de validation des travaux des sous-commissions Ad’ hoc

    où peut-on avoir le satut du Haut conseil pour la reconciliation ?
    car je voudrais connaitre ses attributions notamment en matière de contentieux administratif dans le cadre de la reconciliation nationale

    merci à qui voudra bien m’informer

    Répondre à ce message

  • Le 19 octobre 2017 à 10:55, par DAO En réponse à : Haut conseil pour la réconciliation : Les conseillers en atelier de validation des travaux des sous-commissions Ad’ hoc

    Raka : justement je me demande comment le Haut Conseil va statuer sur ce genre de contentieux qui est purement administratif et qui à mon avis serait mieux géré par le Ministère de la Fonction publique ou le Mediateur du Faso ou le tribunal administratif
    ce genre de dossier a-t-il quelque chose à voir concrètement avec la reconciliation nationale ?
    j’essaie juste de comprendre ! je ne vous critique pas !

    bonne journée à Ouaga !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
11 décembre 2019 : Le message du président du Faso
Région du Centre-est : Des composantes sociales se succèdent chez le président du Faso
59e anniversaire de l’indépendance : Le Roi de Tenkodogo formule des vœux de paix et de concorde nationale
Bagrépôle : Un « rêve toujours réalisable » malgré sa complexité, reconnaît le directeur général, Joseph Martin Kaboré
Journées santé sécurité et environnement : La 2e édition se tient du 9 au 12 décembre 2019 sur le site d’Essakane
Commune de Ouagadougou : La Coordination des associations de production et de transformation a un nouveau bureau
Multinationales au Burkina : « Les fruits de la croissance doivent être réinvestis », exige le Syndicat national des télécommunications
Dori : La pertinence du couvre-feu et de l’état d’urgence expliquée à la population
Infrastructures, communication et habitat : Une mise en œuvre satisfaisante des projets
Festivités du 11 décembre : la Fondation Orange offre un lycée scientifique à Tenkodogo
Développement des compétences des jeunes au Burkina : L’heure de la capitalisation après 6 ans de mise en œuvre
Fonds permanent pour le développement des collectivités territoriales (FPDCT) : Les agents préparent les activités de 2020
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés