Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «C’est bien d’être le meilleur, mais c’est meilleur d’être le plus original.» Youssoupha dans Mon Roi

Bobo-Dioulasso : Des OSC ont manifesté contre la liberté provisoire accordée à Djibrill Bassolé

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Putsch du Conseil National pour la Démocratie • LEFASO.NET | Romuald DOFINI • jeudi 12 octobre 2017 à 01h24min
Bobo-Dioulasso : Des OSC ont manifesté contre la liberté provisoire accordée à Djibrill Bassolé

Incarcéré depuis le 29 septembre 2015 à la maison d’arrêt et de correction des armées (MACA), pour son rôle présumé dans le coup d’état manqué du 16 septembre 2015, le général Djibrill Bassolé bénéficie d’une liberté provisoire depuis le mardi 10 octobre 2017. Si certains ont tenu ce mercredi 11 octobre 2017 à manifester leur joie suite à l’annonce de la nouvelle, d’autres par contre ont manifesté leur mécontentement en occurrence la coordination des organisations de la société civile de Bobo-Dioulasso. Un appel au rassemblement qui n’a pas drainé du monde.

La libération provisoire accordée au général Djibrill Bassolé depuis le mardi 10 octobre dernier, fait couler beaucoup d’encre et de salive. En effet, cette nouvelle n’est pas bien appréciée par la coordination des organisations de la société civile de Bobo-Dioulasso. A l’appel de cette coordination, des jeunes ont manifesté dans la matinée du mercredi 11 octobre 2017, pour protester contre la décision de libération provisoire du « général putschiste ».

La place Tiefo Amoro de la ville de Sya a servi de cadre de rassemblement pour ces contestataires qui se comptaient au bout du doigt. Selon Eloi Sawadogo, membre de la coordination, ce rassemblement visait ainsi donc à dénoncer et mettre l’autorité en garde suite à « certaines décisions qui risquent de détruire la stabilité de notre pays ».
Ce dernier a signifié que la coordination n’est pas contre la libération de Djibrill Bassolé, mais qu’il soit jugé avant toute libération provisoire.

« Les faits sont là et nous devons aller au jugement. C’est pourquoi nous manifestons pour dire à nos juges de revenir à la raison. Personne n’est contre la libération de Djibrill Bassolé mais il faut qu’il soit jugé », a lancé Eloi Sawadogo.

Ce mercredi 11 octobre 2017, certains établissements scolaires tels que le Lycée Ouézzin Coulibaly ainsi que le Lycée Municipal Vinama Thiemounou Djibril ont libéré leurs élèves dans la matinée, par crainte de perturbations. Aussi, la route nationale numéro un (RN1) a été bloquée par des manifestants pour quelques minutes. Mais très vite cette route a été libérée. [ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Romuald Dofini
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Putsch de septembre 2015 : Minata Guelwaré est décédée
Coup d’Etat de septembre 2015 : Dans l’attente des indemnisations...
AN 5 du putsch de 2015 : « Nos cœurs portent encore les souvenirs douloureux et indélébiles... »
Procès du putsch : Les accusés condamnés solidairement à payer 947 279 507 F CFA à titre de dommages et intérêts aux parties civiles
Procès du putsch du CND : L’audience sur les intérêts civils à nouveau renvoyée au 19 novembre 2019
Procès du putsch : L’audience sur les intérêts civils renvoyée au mardi 29 octobre 2019
Procès du putsch manqué de 2015 : Pour le journaliste Sita Tarbagdo, « les faits sont têtus »
An IV du putsch de septembre 2015 : Déclaration du balai citoyen en cette journée d’unité d’action patriotique
An IV du putsch manqué de septembre 2015 : Des Bobolais prônent la réconciliation nationale
Putsch de septembre 2015 : Quatre ans après, syndicalistes et citoyens se souviennent de la résistance opposée par le peuple
Procès du coup d’Etat : En fuite, Fatou Diendéré et 6 autres écopent de 30 ans de prison ferme
Procès du putsch de 2015 : Fatoumata Diallo, l’épouse du Général Diendéré condamnée à 30 ans de prison fermes
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés