Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Donne au monde le meilleur de toi-même, et le meilleur viendra»  Madeline Bridge

15e promotion de l’université Senghor : 20 compétences mises sur le marché de l’emploi burkinabè

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Par Aïssata Laure G. Sidibé • dimanche 8 octobre 2017 à 23h05min
15e promotion de l’université Senghor : 20 compétences mises sur le marché de l’emploi burkinabè

20 étudiants burkinabè ont défendu les couleurs de la nation parmi 25 communautés à l’université internationale de langue française au service du développement africain (Senghor). Ils ont reçu leur parchemin de fin de formation, dans la matinée du samedi 7 octobre 2017, à Ouagadougou.

L’Université Ouaga II a célébré, le samedi 7 octobre 2017, la sortie nationale des étudiants burkinabè de la 15e promotion de la prestigieuse et historique université Senghor d’Alexandrie. Au nombre de 20, ces diplômés, après deux ans de formation, ont obtenu avec brio leur Master en développement dans 8 des 9 spécialités que compte l’université. Il s’agit, entre autres, des spécialités gestion des aires protégées, de l’environnement, communication et médias. Ils sont aujourd’hui sortis et souhaitent tous contribuer au développement de leur pays. « Nous demandons aux structures et responsables des projets et programmes de ne pas avoir de doutes. De nous confier des missions et de nous accepter en stage (…) », a déclaré le représentant des étudiants, Moumouni Ouédraogo, après avoir adressé des mots de remerciements aux personnes qui ont été à leur côté du début de cette aventure à cet instant précis.

Par ailleurs, M. Ouédraogo a formulé des doléances à l’endroit des autorités. Elles se résument en trois points. D’abord pour le voyage en Egypte, il leur a exhorté de soutenir les admis burkinabè par la prise en charge des droits d’inscription et des billets d’avion. Concernant les travailleurs du secteur public, les lauréats ont demandé aux autorités de mettre tous les fonctionnaires admis au concours en position de stage en lieu et place de la mise en disponibilité de certains d’entre eux. L’une des requêtes, c’est aussi le maintien des indemnités à défaut de l’octroi de l’indemnité de stage aux fonctionnaires admis au concours. « Je prie la valorisation des nouvelles compétences à travers une affectation raisonnable des travailleurs déjà en activité et l’insertion des diplômés en quête d’un premier emploi », ajoute M. Ouédraogo.

Le parrain, Pr Stanislas Ouaro, pour sa part, a invité ses filleuls à cultiver certaines valeurs qui constituent des vertus cardinales qui fondent et valorisent la société : « Il vous faut faire preuve de discipline, de rigueur, d’intégrité, de ponctualité et d’aller au-delà du diplôme car c’est une somme de connaissances acquises qu’il faut valoriser au niveau du monde professionnel ». De l’avis du Pr Ouaro, le diplôme à lui seul ne suffit pas qu’on l’ait obtenu dans la plus prestigieuse des universités. « Il faut se professionnaliser en collaborant étroitement avec le monde de l’entreprise. Et enfin travailler comme les asiatiques l’on fait pour développer notre pays », a-t-il conseillé.

S’inscrivant dans cette dynamique, la représentante du ministre de l’enseignement supérieur de la recherche scientifique et de l’innovation, Aminata Sankara recommande aux diplômés de ne pas avoir peur de l’échec. « On a le droit de se tromper, on a le droit de commettre des erreurs. Le plus important est d’en tirer les leçons et de continuer à avancer », a-t-elle laissé entendre. Egalement, la chargée de mission du MESRSI a invité les diplômés à conserver le savoir-être que l’université Senghor leur a inculqué.

L’université Senghor est université francophone au service du développement africain. C’est l’opérateur direct de la francophonie. « Nous mettons en place des formations qui ne soient pas en concurrence avec les universités nationales. Nous avons une mission d’utilité publique internationale. Nous travaillons avec toutes les universités francophones. C’est la mission que les chefs ‘Etats nous ont donné », explique le coparrain Dr Martin Yelkouni.

Aïssata Laure G. Sidibé
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Attaque du convoi minier de Boungou : Le PDG de SEMAFO présente ses condoléances au peuple burkinabè
Diffusion de fausses informations : Le gouvernement met en garde
La Poste Burkina : Des lettres écrites par des élèves primées
Santé oculaire de l’enfant : L’ONG Light for the world veut jeter les bases d’une planification à long terme
Planification participative pour une gestion plus inclusive et durable de l’eau en milieu rural : Un atelier pour présenter les résultats du projet
Sécurité : Que faire en cas d’attaque terroriste ?
Mouloud 2019 : Les fidèles musulmans de Gaoua ont prié pour la stabilité du Burkina
Formation : L’Ecole privée de santé Sainte Julie met sur le marché de l’emploi 217 agents
Insécurité au Burkina : Maître Paceré, 76 ans, demande son incorporation dans l’armée
Crise humanitaire au Burkina : « Les Ouagalais vivent dans une insouciance totale », regrette le cardinal Philippe Ouédraogo
Lycées scientifique et professionnel du Centre-Est : Le ministre de l’Education nationale satisfait des réalisations en cours
Journée internationale de la fille : Le Burkina Faso face aux enjeux et défis des grossesses en milieu scolaire
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés