Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «L’autonomie et l’indépendance peuvent se transformer en égoïsme et en licence, l’ambition en cupidité, un désir effréné de réussir à tout prix.» Barack Obama

Comoé : Niangoloko, ville morte

Accueil > Régions • • mardi 16 décembre 2003 à 11h00min

Niangoloko dans la province de la Comoé a vécu des heures de tourmentes au lendemain de la fête de l’indépendance. Dans cette bourgade frontalière avec la Côte-d’Ivoire, le Maire et ses adjoints sont en proie à la violence déclenchée par une frange de la population.

Actes de vandalisme à la mairie et aux domiciles de ces autorités communales, vols et pillages, tel est le devant de la scène depuis le 12 décembre dernier. Si l’intervention des forces de l’ordre a entraîné une certaine accalmie, dimanche dernier, il y a eu résurgence des violences. Mais depuis hier 15 décembre, la paix semble revenir.

Après une journée d’accalmie marquée surtout par la visite du premier responsable de la province, le Haut-commissaire Jean Bassono accompagné pour la circonstance du Maire Yacouba C. Sagnon de Banfora et du député Ernest Soulama, les hostilités ont repris le dimanche 14 décembre 2003. Contrairement à la journée du vendredi 12 décembre, les forces de l’ordre ont pris les devants en envahissant les rues très tôt ce dimanche, jour du marché de la ville de Niangoloko.

Dès que les premiers regroupements ont été aperçus, les tirs de grenades lacrymogènes ont commencé à retentir. Les premiers coups ont été entendus vers 7 heures du matin tirant de leur lit certains habitants du fait du froid de ce mois de décembre.

Les forces de l’ordre qui ont bénéficié d’un renfort de la compagnie républicaine de sécurité (CRS), de la gendarmerie de Banfora et du détachement militaire ont eu du mal à venir à bout des manifestants. Ceux-ci avaient barré les voies avec des troncs d’arbres gênant ainsi les manœuvres des forces de sécurité. Il faut signaler qu’il a été procédé à de nombreuses interpellations pour les besoins de l’enquête surtout que le procureur du Faso près le tribunal de Banfora était à Niangoloko le samedi 13 décembre pour constater l’ampleur des dégâts.

Les patrouilles de police ont duré toute la journée et des barrages tenus par les militaires étaient visibles jusqu’à la tombée de la nuit. Il faut signaler que le marché n’a pu se tenir que timidement à partir de l’après-midi où un calme apparent régnait. La nuit a été marquée par des rafles et des arrestations à domicile. Les activités ont repris ce lundi matin.

Dahourou KAM
AI Niangoloko

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Bitumage de la route Kantchari-Diapaga : Les travaux quasi terminés avec un taux d’exécution de 82% !
Infrastructures routières dans la région de l’Est : Plus de 160 milliards de F CFA injectés !
11-décembre dans la région des Cascades : Les travaux de voiries urbaines inaugurés !
Région des Cascades : La campagne agricole s’installe au rythme des fluctuations climatiques
Les Cascades : Bref aperçu sur une région aux ressources naturelles exceptionnelles
Situation sécuritaire et sanitaire dans la région de la Boucle du Mouhoun : Le gouverneur dresse un bilan préoccupant
Lutte contre le COVID-19 dans le Nayala : Don de matériels au CSPS de Koin par l’Association Koinbienkö
Saïdou Maïga, maire de Falagountou : « L’insécurité doit nous amener à investir davantage »
Route Didyr-Toma : 12 mois de retard, 7 km de bitume sur 43 km
48 heures de la citoyenneté : Une série d’activités pour sensibiliser les jeunes de la région de l’Est
Boucle du Mouhoun : Un projet pour accroître l’accès à l’énergie
Paroisse de Toma : Le nouveau curé installé
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés