Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les erreurs, comme des pailles, flottent à la surface. Celui qui vеut сhеrсhеr dеs реrlеs dοit рlοngеr еn рrοfοndеur.» John Dryden

Agressions de Adja Divine : Les femmes de l’UPC condamnent

Accueil > Actualités > Société • COMMUNIQUE • samedi 27 mai 2017 à 01h46min
Agressions de Adja Divine : Les femmes de l’UPC condamnent

Encore une femme victime de violence ! A Ouagadougou et, de façon générale, dans les villes et campagnes du Burkina, nous assistons à une recrudescence des violences perpétrées sur les femmes, sous diverses formes : des lynchages, des bastonnades, et même des assassinats.

Plusieurs situations de maltraitances insoutenables nous sont souvent présentées par la presse écrite et audiovisuelle.
Le cas le plus récent est celui de notre sœur Diessongo Adjaratou dite Adja Divine, qui a été agressée par la foule sous prétexte de vol d’enfant et sous le silence complice de la société.

Vu la cruauté de la scène, personne ne peut rester indifférent à cet acte barbare dont elle a été victime. Nous sommes indignées et même inquiètes de ce qui est arrivé Dame Diessongo.

Sommes-nous dans un Etat de droit ou dans une jungle où chacun s’attribue le droit d’agresser son prochain suivant ses humeurs. Quelles qu’en soient les raisons, la violence doit être condamnée et combattue.

En septembre 2015, le Conseil National de la Transition avait adopté une loi portant prévention, répression et réparation des violences à l’égard des femmes et des filles, et la prise en charge des victimes.

Malgré l’existence de cette loi spécifique réprimant les violences à l’égard des femmes et des filles, celles-ci continuent d’être agressées, aussi bien dans les sphères privées que publiques.

Il est grand temps que les autorités prennent à bras le corps la question de la violence à l’égard des femmes. Si rien n’est fait, cette montée spectaculaire de la misogynie risque de compromettre dangereusement la paix sociale.
Il ne faut pas perdre de vue le fait qu’une femme violentée, voit tous les aspects de sa vie s’ébranler négativement :
-  sa dignité humaine ;
-  sa santé physique et mentale ;
-  son estime de soi.
Nous exprimons notre compassion, notre solidarité et notre soutien à Madame Diessongo.

Nous demandons que toute la lumière soit faite sur cette agression barbare, et que les auteurs soient punis à la hauteur de leur forfait.

Hommes et femmes, cultivons ensemble l’esprit de tolérance et bannissons les comportements violents !

Ouagadougou, le 26 mai 2017
L’Union nationale des Femmes de l’UPC

Vos commentaires

  • Le 27 mai 2017 à 02:19, par Toēenga En réponse à : Agressions de Adja Divine : Les femmes de l’UPC condamnent

    Qui a écrit ça la même ? Vous parlez au hasard femmes. Le silence complice de quelle société. Nous a réagi, le reste appartient à la justice. Vous voulez qu’on fasse quoi d’autre ? Vous parlez de violence à l’égard des femmes comme si ce St les femmes seulement qui St agressées. Si on accusait un homme de vol de bb,il serait lynché (ce que je ne justifie pas). Donc c’est tte la Société qui est en insécurité. Ta les aspects de sa vie ébranlé sachez mesdames de l’upc que c’est observation est valable aussi pour l’homme. Arrêter de vouloir tirer la couverture du côté de l’upc. Adja bne santé.
    Toēenga

    Répondre à ce message

  • Le 27 mai 2017 à 17:36, par (Joseph) Leonard-Jerry, Guirma En réponse à : Agressions de Adja Divine : Les femmes de l’UPC condamnent

    “Bonté Divina !” Devrons-nous, nous sentir cumulativement affligés par “Le Terrorisme Intérieur” ? Quo vadis, Burkina Faso ? Et cette terrible tare de “Déshabiller nos Femmes dans les rues. Pour ce, pour ci, pour ça, ici, là-bas…d’où nous-est atterrie cette perversité ?

    Répondre à ce message

  • Le 27 mai 2017 à 20:03, par Kotigui En réponse à : Agressions de Adja Divine : Les femmes de l’UPC condamnent

    Toeenga si réellement tu viens d’une femme attends de voir ta sœur ta fille ta femme ou encore la maman d un connaissant humilier de la sorte on verra ta réaction macho aucun respect pour ton prochain va rejoindre les autres dans la jungle foutaises

    Répondre à ce message

  • Le 31 mai 2017 à 14:30, par pomme66 En réponse à : Agressions de Adja Divine : Les femmes de l’UPC condamnent

    Je déplore et condamne ce qui est arrivé à ADJA DIVINE. Que Dieu fasse qu’aucun burkinabè ne vive encore ces instants traumatisants, humiliants et déshonorants. Cependant, la récupération politicienne qui a été faite de ce fait m’intrigue. Ya t-il une semaine au Burkina Faso sans que quelqu’un ne soit torturé, violenté ou humilié ? Tous les jours les koglowéogo brutalisent les individus qui auraient commis ou non des faits avérés. C’est silence radio personne n’en parle. Personne ne veut avoir ces groupes d’auto défense sur le dos. En mars 2014, une jeune dame avait été abattu dans la cour familiale à Dassasgo par son copain militaire du RSP personne n’a levé le petit doigt. En début juin à Solenzo, un vieillard a abattu sa maitresse de 23 ans les connaisseurs de droits humains surtout le ministère de la promotion de la femme est resté silencieux. Rien qu’hier un journal de la place faisait cas d’une jeune dame qui a succombé aux blessures infligées par son époux. Si c’est un début de prise de conscience, je me réjouis alors ; mais le mal est déjà très profond. Est ce seulement les personnalités publiques qui ont besoin de notre solidarité ou toute vie équivaut à une autre et a besoin d’être protégée. Le ministère de la promotion de la femme utile seulement en mars ferait mieux de se rendre plus utile car les défis sont énormes.Arrêtez votre jeu d’hypocrites politiques ou d’insensibles à la question des droits humains et prenez à bras le corps cette affaire de droits humains au Burkina Faso.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Rencontre nationale de l’UAS : Les syndicats durcissent le ton face au gouvernement
An 2 du décès de Salif Diallo : Le MPP se souvient de son ancien président
Forum de l’entreprenariat à Abuja : Les Burkinabè font le bilan de leur participation
Programme d’entrepreneuriat pour les jeunes du Sahel : La jeunesse bobolaise informée des opportunités offertes
FIIJA 2019 : Laïcité et dialogue interreligieux, gages du vivre-ensemble
Commune de Dori : L’esprit d’entreprenariat inculqué à 136 jeunes
Opération BARKHANE : Point de situation du 11 au 17 août 2019
Décès du roi du Gulmu : Des explications sur les obsèques et les règles de succession
Syndicats du Burkina : Des « actions immédiates » de lutte actées
Organisation démocratique de la jeunesse (ODJ) : Une marche silencieuse pour réclamer l’autopsie des militants « assassinés » dans le Yagha
Forum international interreligieux, interculturel jeunesse pour l’avenir (FIIJA) 2019 : Une conférence sur les enjeux de l’extrémisme violent au Burkina
Santé : « Tiétaa main tendue », une nouvelle association pour lutter contre le cancer
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés