Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Certaines personnes font bouger les choses, d’autres regardent les choses bouger et d’autres se demandent ce qui s’est passé» Casey Stengel

Activités minières à l’Est : SEMAFO Boungou a parlé emplois avec les communautés riveraines

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Mines, mineurs, miniers, énergie • PUBLIREPORTAGE • lundi 22 mai 2017 à 16h00min
Activités minières à l’Est : SEMAFO Boungou a parlé emplois avec les communautés riveraines

La Société d’Exploitation des Mines en Afrique de l’Ouest SEMAFO Boungou dans sa volonté perpétuelle de cultiver la coexistence pacifique avec les communautés riveraines de la mine, a accompagné la création d’un Cadre Communal de Concertation et de Suivi des activités minières. Cette entité communale mènera ses activités sur une période de 7 à 10 ans, correspondant à la durée d’exploitation du gisement. La rencontre qui a eu lieu dans la journée du 20 Mai 2017 a connu une participation massive des différentes composantes du Comité, présidée il faut le rappeler par le maire de la commune de Partiaga. Les populations riveraines impactées, la SEMAFO BOUNGOU, les services déconcentrés de l’Etat, les ressortissants de la commune de Partiaga vivant à Fada et Ouagadougou, sont partie prenante au processus qui se veut inclusif.

Petit à petit, le Pays des Hommes Intègres se fait une place dans le concert des nations à fort potentiel minier. Le Burkina Faso se classe depuis quelques années dans le top 5 des pays africains producteurs d’or derrière l’Afrique du Sud, le Ghana, le Mali et la Tanzanie.

Avec 9 mines en production industrielle, ce pays sahélien situé à l’Ouest du Continent a exporté en 2016 environs 40 tonnes de métal jaune.
En Avril 2017, la Société d’Exploitation des Mines en Afrique de l’Ouest SEMAFO lançait les travaux de construction de sa seconde mine dans ce pays où elle est installée depuis plus d’une dizaine d’années. Le Projet BOUNGOU situé à plus de 300KM à l ’Est de la capitale est prometteur sur bien des aspects, le plus significatif étant la teneur du minerai, bien au dessus des chiffres habituels que connaît le pays en la matière.

A L’ordre du jour de cette rencontre du 20 MAI, la question des emplois que génère l’activité minière dans la région, avec de multiples interrogations émanant des représentants des populations riveraines, celles de la commune de Partiaga, de la province de la Tapoa et de la région toute entière.

Monsieur Roger BESLILES le Directeur des Ressources Humaines de SEMAFO a fait un exposé relatif à cette politique d’emplois voulue par le Groupe SEMAFO : priorité est accordée aux ressortissants de la région pour ce qui concerne les emplois non qualifiés. Plus de 95% des ces emplois non qualifiés seront occupés par les ressortissants de la région. Monsieur BELISLE a également relevé le fait que la phase de construction de la mine (phase actuelle) est celle qui nécessite le plus grand nombre d’emplois. SEMAFO Boungou, tout comme les entreprises sous traitantes travaillant sur la mine privilégient le recrutement de la main d’œuvre locale. Ceci a une fois de plus été réaffirmé lors des échanges ; l’offre et la demande en la matière sont traitées à la faveur d’une base de données disponible qui permet de caser de nombreux jeunes de la région en quête d’emplois. Pour l’heure, ce sont 312 emplois qui sont déjà occupés par les jeunes de la région.

Cette étape terminée, et durant la phase de production, la courbe des recrutements amorcera une descente, avec un resserrement sur des emplois spécifiques qualifiés. Ces profils recherchés seront pour leur part soumis à des appels à candidature aux plans national et international.

La question de la pré qualification des entreprises désireuses de fournir des biens et services à la mine a également été abordée. Monsieur Sébastien PERREAULT, le surintendant de la mine a relevé le fait que 73 entreprises locales ont déjà soumis des offres et que la procédure de sélection sur le mérite, la compétence et l’expérience est en cours.

Sur la base de sa politique en matière de RSE, SEMAFO BOUNGOU prendra le soin alléger certains critères dans le but de permettre à ces entreprises locales de se familiariser avec les exigences de rigueur , de méthode et de professionnalisme qu’induit le partenariat avec un grand groupe minier.

Le désenclavement routier s’est invité aux échanges avec la réfection déjà réalisée de la route allant de la localité d’OUGAROU au village de TAWORI sur la route régionale N°28. Les représentants des populations ont souhaité son prolongement jusqu’au chef lieu de la commune qu’est Partiaga. Les responsables de SEMAFO BOUNGOU ont fait remarquer que l’étude de faisabilité effectuée mentionne la nécessité de réaliser de nombreux ouvrages de franchissement avant de recharger le tronçon restant. Ces travaux relevant du BTP sont onéreux et nécessitent le concours de spécialistes en la matière. La mairie de Partiaga est en pourparler avec le ministère en charge des infrastructures pour trouver des réponses à ces préoccupations.

Les multiples actions de la fondation SEMAFO dans la région (construction d’école, réalisation de forages, mise en place d’outils en matière d’assainissement etc.) ont également été abordées.
La fondation prévoit de lancer des projets d’apiculture et d’embouche. Une formation au crochet suivie de distribution de matériels de tissage aux femmes de TAMBOANGOU permettra aux bénéficiaires de mener des activités génératrices de revenus.

Avec la baisse drastique de l’insécurité et les frémissements constatés au niveau des activités économiques locales, les retombées positives du projet BOUNGOU pour la région se font déjà sentir, pour le grand bonheur des populations.

E.K.

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
SEMAFO Boungou : Des chiffres au-delà des attentes après une année d’exploitation
Exploitation minière : Le cas de Bomboré en débat à Ouagadougou
Activités minières en Afrique de l’Ouest : L’industrialisation de l’Afrique en réflexion à Ouagadougou
SAMAO 2019 : Le charbon actif au cœur des échanges
Extraction de l’or : Le Burkina lance un projet pour l’élimination du mercure
Village de Sangoulanti (Sud-Ouest) : Un site d’orpaillage ouvert en face d’une école primaire
Province du Boulgou : Des violences sur le site de la mine de Youga
Affaire charbon fin d’Essakane IAMGOLD : L’audience renvoyée en octobre à la demande de la défense
Affaire charbon fin : L’UPC exige la démission « sans délai » du ministre des Mines
Affaire charbon fin d’Essakane IAMGOLD : Douze personnes physiques poursuivies pour des faits de fraude de commercialisation de l’or
Mine de Karma au Nord : Des kits d’embouche ovine pour les jeunes de Namissiguima
Société minière de Sanbrado (Somisa SA) : Une convention pour démarrer l’extraction de l’or
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés