Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Un gagnant est un rêveur ,qui n’a jamais abandonné.» Nelson Mandela

Affrontements entre Koglweogo et populations à Tialgo : Le MPP contre toute forme de justice privée

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Koglwéogo • COMMUNIQUE • lundi 22 mai 2017 à 01h38min
Affrontements entre Koglweogo et populations à Tialgo :  Le MPP contre toute forme de justice privée

Ceci est un communiqué du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP, parti au pouvoir), suite aux affrontements entre éléments du groupe d’autodéfense dénommé Koglweogo, et des populations à Tialgo dans la province du Sanguié.

C’est avec consternation que le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) a appris l’affrontement entre Koglwéogo et populations de Tialgo/Sanguie, localité située à 3 kilomètres de Ténado depuis le jeudi 18 mai 2017. Cette série de violences, faut-il le réitérer, est un acte répréhensible aux antipodes de nos valeurs républicaines. L’esprit de tolérance et la symbiose communautaire ont toujours été nos valeurs cardinales au Burkina Faso. A ce titre, nous devons les privilégier en toutes circonstances pour favoriser la cohésion sociale, l’unité nationale face à nos défis communs.

A cet effet, le MPP condamne avec fermeté toute forme de justice privée. Il exhorte le peuple burkinabè à consolider la paix sociale et à s’orienter vers les voies de recours légales en cas de nécessité. Le civisme dans nos actes quotidiens est le seul gage de nos libertés individuelles et collectives.

Par conséquent, le MPP présente ses sincères condoléances aux familles endeuillées, souhaite prompt rétablissement aux blessés. Il appelle le gouvernement à circonscrire cette altercation et à restaurer la quiétude dans les communautés éplorées tout en prenant des mesures drastiques contre toute récidive. Il exhorte le gouvernement à diligenter les enquêtes appropriées en vue de situer les responsabilités d’une part et d’ouvrir les informations judiciaires d’autre part pour permettre aux autorités judiciaires de châtier les coupables à la hauteur de leurs forfaits.

Le MPP demande à nos structures provinciales de prendre des initiatives communautaires proactives pour favoriser le dialogue social, l’entente et la concertation, conformément à nos idéaux.
Le MPP en appelle au peuple burkinabè à cultiver nos liens communautaires séculaires qui ont toujours vaincu le temps, tant leur éclat honore toute nation éprise de liberté, de justice et de fraternité.

Démocratie, Égalité, Progrès
Le Secrétaire exécutif national

Vos commentaires

  • Le 22 mai 2017 à 03:04, par Bouba En réponse à : Affrontements entre Koglweogo et populations à Tialgo : Le MPP contre toute forme de justice privée

    Le président de votre parti Salif Diallo n’a-t-il pas chanté les louanges d’un Simon Compaoré "Chef Suprême des kolgweogos ?

    Répondre à ce message

    • Le 22 mai 2017 à 10:00, par Boinzem En réponse à : Affrontements entre Koglweogo et populations à Tialgo : Le MPP contre toute forme de justice privée

      Voici ce que j’avais fait comme commentaire. "J’ai besoin d’un spécialiste en analyse du discours politique pour décoder la stratégie de communication du gouvernement MPP sur les Koglwéogo depuis l’irruption de ce groupe dans la scène publique nationale. Après avoir menacé et tenté de museler les les Koglwéogo, les RSS ont pris maintenant l’initiative de la récupération politique par tous les moyens.
      Acte 1) Salif Diallo du haut de son trône de l’Assemblée nationale décrète Simon Compaoré « Chef suprême des Koglwéogo » sans consulter l’AG des Koglwéogo. Tout le monde croit à une blague et applaudit. Moi, j’ai vite compris que ce gars-là ne lance pas des paroles en l’air et la suite me donne raison. Pour le stratège et maitre à penser du MPP, il faut à tout prix venir à bout de ces soldats improvisés. Il ne peut s’être débarrassé du RSP pour ce retrouver avec un nouveau corps armé hors contrôle pour perturber son naam.
      Acte 2) L’activiste exhibitionniste, Simon Compaoré, prend son nouveau titre à la lettre et s’en va immédiatement demander l’allégeance des Koglwéogo. Oubliant qu’il est le Ministre d’Etat, Ministre de l’Administration Territoriale et de la Sécurité, le voilà juché à l’arrière d’un Peugeot bâchée comme pendant la campagne électorale. En réalité, il est en campagne pour se faire adouber par les Koglwéogo, comme leur leader. Or, pour cette opération de séduction et de récupération politique, l’autorité de l’Etat est bafouée et ridiculisée. Les présidents locaux des Koglwéogo de Boulsa et Fada parlent d’égal à égal avec Simon Compaoré, un aspirant au poste de Chef Suprême et non avec le Ministre d’Etat. Et les images parlent plus que les mots. A Boulsa, le Ministre de la Sécurité ne semblait pas en sécurité et les forces de l’ordre sont bien présentes pour le protéger sous le parasol exigu qui lui sert d’abri pendant sa supposée rencontre.
      Acte 3) En voyant la difficulté de la manoeuvre à Boulsa, Simon préfère aller en terrain conquis pour obtenir la confirmation de son nouveau titre de Chef Suprême des Koglwéogo. C’est à Zorgho, Village de Roch Marc Christian Kaboré, Président TRANSITOIRE du Burkina Faso comme le dit le Ministre de la Communication Remis Djandjinou qu’il se rend. Et là, le terrain est mieux préparé et l’accueil plus triomphal sous des nimiers. Simon se sent plus en sécurité et monte même à l’arrière d’une Peugeot bâchée pour se faire voir de l’auditoire des enfants assis au sol. Salif Diallo l’a prédit. Mais, Simon a reçu un autre titre. Et cette fois, c’est le représentant des Koglwéogo de Zorgho qui le lui a donné. "Il est aussi ou dorénavant (c’est selon) « Le président de l’association nationale des Koglwéogo". En effet, il n’obtient pas la confirmation de son titre de "Chef suprême des Koglwéogo", mais juste celui de Président de l’association nationale des Koglwéogo. Une nuance de taille, mais qu’importe, il ne reviendra pas les mains vides à Ouaga !! "Il a même été coiffé d’un chapeau et a reçu une canne pour jouir pleinement de ces nouveaux attributs. C’est donc en cette nouvelle qualité, que le président national des Koglwéogo à fait la synthèse des échanges et fixé le nouveau cap à suivre par les Koglwéogo".

      Après avoir joué à cette comédie, est-ce que Simon peut aujourd’hui menacer ou contrôler l’action des Koglwéogo ? Non car il ne l’a pas fait au bon moment. Et Puisque Salifou Diallo, le meilleur critique de l’action gouvernementale l’a nommé "Chef Suprême des Koglwéogo", qu’ils assument les dérapages actuels et paient pour les pertes en vies humaines. Quand un imprudent s’amuse avec la panthère en croyant qu’il est un chat, il finit par être dévoré. Des milliers de citoyens ont alerté sur les risques et ils n’ont pas été écoutés. Que Dieu sauve le Burkina des mains de ses destructeurs.

      Répondre à ce message

  • Le 22 mai 2017 à 06:46, par oeil de lynx En réponse à : Affrontements entre Koglweogo et populations à Tialgo : Le MPP contre toute forme de justice privée

    Je suis d’accord pour la condamnation, de même pour la justice. Cependant, c’est au gouvernement qu’il faut faire appel afin qu’il soit clairvoyant dans la conduite des affaires de sécurité et de justice. Si nous sommes d’avis qu’il faut combattre toute forme de justice privée, pourquoi autoriser l’existence d’organisations qui ne vivent que par et pour la justice privée ? Voilà notre dilemme au Burkina Faso. Nous autorisons et encourageons l’existence des kogl weogo qui sont des justiciers privés et nous ne voulons pas de justice privée.
    Le MPP, parti de gouvernement devrait prendre une position plus claire en faveur de la dissolution pure et simple des kogl weogo sur l’ensemble du territoire du Burkina Faso.
    Les mêmes faits produiants les mêmes effets, il ne faudra pas longtemps pour compter encore des morts. Mais combien de morts faut-il attendre pour agir ?
    Faisons en sorte que l’histoire ne nous condamne pas.

    Répondre à ce message

  • Le 22 mai 2017 à 07:14, par Martial HLPGD En réponse à : Affrontements entre Koglweogo et populations à Tialgo : Le MPP contre toute forme de justice privée

    Le MPP ressemble à un conglomérat d’individus qui ne respirent que pour leurs intérêts personnels. Les problèmes auxquels les populations font face au quotidien ne semblent pas les concernent vraiment. Depuis belle lurette le danger des dérives des Kogl-weto a fait l’objet de plusieurs écrits et mises en garde. Gouverner c’est prévoir ?

    Répondre à ce message

  • Le 22 mai 2017 à 07:49, par OAD En réponse à : Affrontements entre Koglweogo et populations à Tialgo : Le MPP contre toute forme de justice privée

    Votre message manque de fermeté ! Vous utilisez un langage de politicien, une langue de bois tandis que le peuple meurtri a plus besoin de langage direct, de vérité ? Vous devez trancher cette question de Kogl-wéogo !

    Répondre à ce message

  • Le 22 mai 2017 à 08:15, par Massages En réponse à : Affrontements entre Koglweogo et populations à Tialgo : Le MPP contre toute forme de justice privée

    Que voulez-vous dire au juste ? Que ceux de ces localités ne devait pas s’affranchir. du joug de vos coglwego ? Faites au nom de dieu et condamné juste vos cdr-bis sinon Rock va plus raté d’entrée.dans l’histoire que Blaise

    Répondre à ce message

  • Le 22 mai 2017 à 08:16, par Karfolo En réponse à : Affrontements entre Koglweogo et populations à Tialgo : Le MPP contre toute forme de justice privée

    Le mensonge à beau courir il finit toujours par être rattrapé par la vérité. Les Kolweogos sont venus au pouvoir en même temps que le MPP. Le MPP qui a fait miroité à notre peuple le bonheur et Le développement. Le MPP est entrain de connaître son pire échec de la gestion du pouvoir d’Etat. Nul nest besoin d’être un professionel Pour se rendre compte que La faillite de l’état est en Processing. Tous les secteurs de l’état sont en déliquescences . Les mouvements sociaux sont Le thermomètre de la bonne santé ou pas d’un État. Le MPP est incapable de nous montrer la direction , La voie et la bonne vision de développement tant prônées . Les dirigeants sectaires du MPP sont pris Dans leur propre piège. Ce parti à du mal à rassembler les Burkinabè meme modérés . L’aventure des kolweogos est un déclic, un signal fort et si nous n’y prendront garde beaucoup de zones ethniques risques de ne pas se reconnaître dans cette république, patrimoine cher que nous ont légué nos aïeux, La fière volta.

    Répondre à ce message

    • Le 22 mai 2017 à 10:18, par Sawadogo En réponse à : Affrontements entre Koglweogo et populations à Tialgo : Le MPP contre toute forme de justice privée

      Les conflits ethniques, dont vous parler, n’arriveront jamais, le Burkina n’est pas au niveau que vous pensez. À vous lire entre les lignes, vous semblez laisser croire que cette histoire de Tialgo a opposé des kogl weogo mossi et des autochtones goût lundi, tél n’est pas le cas mon frère. Seul à L’Ouest où les gens pensent que ce groupe n’est composé que des gens de cette ethnie. Les kogl weogo de l’Est, Leo, Sanguié sont des autochtones. Toutefois, je suis d’accord avec vous sur un point, il faut éradiquer Ces kogl weogo pour le bien du pays, ils ne vont rien apporter de bon au pays. Un petit conseil, ne ramener pas tout à l’ethnie, c’est plus compliqué que vous ne pensez.

      Répondre à ce message

  • Le 22 mai 2017 à 08:28, par Cheick Omar En réponse à : Affrontements entre Koglweogo et populations à Tialgo : Le MPP contre toute forme de justice privée

    Que préconisez-vous mesdames et messieurs du parti présidentiel face aux dérives répétées de ces groupe d’autodéfense qui endeuillent nos familles chaque jour que Dieu fait. A mon avis, vous deviez aller au-delà de ce communiqué laconique pour ouvrir le débat nécessaire afin de voir comment ce problème doit être définitivement tranché. Mais je doute que cette question soit véritablement tranchée dans parti issu des reliques de l’ODP/MT et du CDP. Le centralisme démocratique, qui est en réalité le pouvoir des trois (RSS) a pris en otage tout débat au sein de ce parti qui gère le pouvoir d’Etat. Toute voix discordante doit être combattue et voilà le pays entre les mains d’un trio qui le mène à la dérive. Tout ce passe comme s’il y avait pas quelqu’un au sein du parti pour leur dire la vérité par rapport à certaines actions du gouvernement. Et le pays tangue en fonction des humeurs de ces leaders éclairés. Pourtant, comme du temps de ses prédécesseurs, Dieu seul sait combien de sommités, d’intellectuels, de cadres compétents regorge ce parti. Des personnalités qui constituent des ressources humaines à même de favoriser le développement de notre pays. Mais, toute honte bue, ils se taisent et se baladent, la queue entre les jambes, et réduits à exprimer leur impuissance. Leurs responsabilités seront établies au même titre que leurs maitres à l’heure du bilan. Alors, ressaisissez-vous pendant qu’il est encore temps.

    Répondre à ce message

  • Le 22 mai 2017 à 08:30, par Paula En réponse à : Affrontements entre Koglweogo et populations à Tialgo : Le MPP contre toute forme de justice privée

    et moi je m’insurge contre ce communiqué qui tend à culpabiliser les populations de Tialgo qui ne sont nullement à l’origine de ces affrontements. Ayez le courage d’appeler "un chat, un chat". Le problème, personne mieux que le MPP ne connaît sa cause. Le MPP est au courant des Kolgwéogo. Son refus même de supprimer ces groupes d’autodéfense, sans foi ni loi, laisse croire qu’il approuve leurs bavures car, dites-moi qui plus que le MPP pour les supprimer. Le RSP n’a-t-il pas été courageusement supprimé ? qui s’en plaint ?
    Gens du MPP, ce discours ne nous intéresse aucunement. vous savez devant qui le tenir

    Répondre à ce message

  • Le 22 mai 2017 à 08:59, par YAMEOGO En réponse à : Affrontements entre Koglweogo et populations à Tialgo : Le MPP contre toute forme de justice privée

    Slt ceux qu’on a encouragé de se conformer aux textes, viennent encore une fois de plus semer la mort. La question que je me pose : qui répond ? Que fait mr le procureur ? Non mrs du MPP agissez maintenant au lieu de condamner !

    Répondre à ce message

  • Le 22 mai 2017 à 09:05, par panga En réponse à : Affrontements entre Koglweogo et populations à Tialgo : Le MPP contre toute forme de justice privée

    Ce communiqué n’est ni moins ni plus qu’un soutien aux koglweogos, donc une condamnation des populations qui se sont défendues. C’est la preuve que certains dirigeants du MPP sont de connivence avec cet hydre.

    Répondre à ce message

  • Le 22 mai 2017 à 09:55, par Faso Kanu En réponse à : Affrontements entre Koglweogo et populations à Tialgo : Le MPP contre toute forme de justice privée

    Je commence à me persuader de quelque chose : un jour, les koglwégos vont nous aider à chasser le MPP du pouvoir. Partout où des groupes d’auto-défense ont été soutenus par les pouvoirs en place, ils ont fini par se brouiller avec ces pouvoirs. Ce qui m’inquiète seulement, c’est le désordre que ça va créer. Peut-être que les terroristes vont en profiter pour nous...

    Répondre à ce message

  • Le 22 mai 2017 à 10:19, par Horus En réponse à : Affrontements entre Koglweogo et populations à Tialgo : Le MPP contre toute forme de justice privée

    Extrait du message du CCP au Président du Faso en date du 21-05-2017 publié par le Faso.net : "...Une révélation de responsables kolgweogos réunis le 22 juin 2016 en assemblée générale à kombissiri finira de nous convaincre sur l’existence d’un probable deal entre vous et ce regroupement. En effet, un reportage de la radio Omega sur cette assemblée générale avait énuméré ceci : « Au cours de cette rencontre, les chefs Kolgweogo ont révélé à leurs membres avoir rencontré le président Roch Kaboré lors de la campagne présidentielle. Ils affirment avoir assuré à l’époque M. Kaboré de leur soutien pour sa candidature en échange d’une reconnaissance officielle de leur mouvement en cas de victoire à la présidentielle de novembre 2015. Ces assertions n’ont encore pu être confirmées par d’autres sources ». Si ces dits n’ont pas été confirmés par d’autres sources, ils n’ont pas aussi été formellement démentis par la présidence du Faso."

    Répondre à ce message

  • Le 22 mai 2017 à 10:29, par Yako En réponse à : Affrontements entre Koglweogo et populations à Tialgo : Le MPP contre toute forme de justice privée

    Rien que des paroles comme tjrs.Si vous êtes cohérent sortez de la langue de bois en appelant le gouvernement à interdire cette bande de criminels sur tout le territoire national.Point barre.

    Répondre à ce message

  • Le 22 mai 2017 à 12:25, par MADOU En réponse à : Affrontements entre Koglweogo et populations à Tialgo : Le MPP contre toute forme de justice privée

    Toutes dérives (sévices, séquestrations) de koglwéogos doivent être sanctionnées conformément aux lois de la république. Les Koglwéogos doivent poursuivre leur collaboration avec les forces de sécurité (police, gendarmerie) à qui ils doivent remettre les voleurs et bandits qu’ils appréhendent. De nombreux Koglwéogos ont compris ces principes républicains que le ministre de la sécurité Simon Compaoré ne cesse de leur inculquer. Grâce aux initiatives locales de sécurité par des citoyens, notamment à travers les Koglwéogos,les vols et attaques armées ont sensiblement diminué dans les villes et villages du Burkina ainsi que sur les axes routiers particulièrement en 2017. Les populations doivent être vigilantes face aux manœuvres politiciennes d’adversité que fomentent certains politiciens pour nuire aux actions de progrès que le ministre de la sécurité est en train de mener. On se rappelle cette crise instrumentalisée que des politiciens sous-marins avaient voulu provoquer dans la région ouest du Burkina en imposant des Koglwéogos qu’ils voulaient opposer aux chasseurs dozos.Le ministre de la sécurité a pu vite désamorcer cette crise artificielle. Les incidents survenus en mai 2017 dans la province du Sanguié(Tialgo) au moment où le ministre de la sécurité était en tournée dans la région, pourrait être encore une situation de crise provoquée par ces politiciens masqués, qui cherchent vaille que vaille à nuire au ministre de la sécurité et aux koglwéogos. L’objectif de ces politiciens avides de pouvoir, c’est de combattre le ministre de la sécurité pour espérer l’empêcher de réussir la sécurisation du pays, et ensuite progresser dans leur plan diabolique de déstabilisation du président Roch Marc Christian Kaboré.Les populations doivent comprendre ces intrigues pour éviter de tomber dans les pièges de ces égoïstes qui sont prêts à multiplier des crises dans le pays au détriment des citoyens, juste pour atteindre leurs objectifs sataniques. Courage donc au ministre d’Etat en charge de la sécurité Simon Compaoré, pour ses efforts visibles de sécurisation du pays, même si cela ne plait pas aux jaloux qui cherchent à saper ces succès par des crises instrumentalisées. Les gens savent de plus en plus les méthodes subversives et anarchistes de ces pêcheurs en eau trouble et sont très irrités contre eux. S’ils ne reviennent pas à de meilleurs sentiments, la colère populaire pourrait brutalement se retourner contre eux. Tous ceux qui veulent être présidents au Burkina, doivent passer par les urnes s’ils sont convaincus de leur popularité supposée.

    Répondre à ce message

  • Le 22 mai 2017 à 13:19, par Bernard Luther King ou le Prophete Impie En réponse à : Affrontements entre Koglweogo et populations à Tialgo : Le MPP contre toute forme de justice privée

    1) MPP, d’entrée de jeu, moi, je vous dis que vous êtes dans le decor en condamnant les effets d’une cause ; tout en faisant table de la vraie cause de l’existence de cette "justice privée". Pourquoi les Koglweoogo existent-ils ? A tous les detracteurs de ces Initiatives Locales de Securités (ILS) dont certains s’appellent Koglweoogo, qu’il me suffise de pontifier en vous rappelant que l’avènement des Koglweoogo fait suite à ce que certains appellent la "faillite regalienne". Oui, la naissance des Inittiatives Locales de Securité (Les Koglweoogo) fait suite à une certaine faillite de l’Etat de repondre aux defis de notre securité interieure.. Que c’est ridicule de demander de faire recours à un acteur qui a echoué plus de n fois et qui n’est toujours pas prêt de reussir face à une situation qui le depasse objectivement. Pourquoi objectivement ?
    2) En realité, l’existence des Koglweoogo repond à un nouveau besoin de securité interieure dont la prise en charge est denommée par "Police de proximité", "Police communautaire" ...
    Detracteurs des Koglweoogo, sachez que ce nouveau besoin de securité interieure ne fait pas partie du rôle traditionnelle, classique qui revient aux forces de Police et de Gendarmerie. Nos FDS, c’est pas leur rôle de faire de la Police de proximité ou de la Police communautaire. Ce besoin est nouveau et demande une extension des rôles classiques des FDS. Et c’est pourquoi nos Autorités ont mené des etudes qui ont conduit à la necessité de l’implementation de la Police de Proximité au Burkina Faso. En la matière des dispostions legales existent depuis 200x et etaient censé resorbé ce problème de Securité Interieure. Pourquoi sont-elles restés inefficaces au point que les ILS prennent le dessus ? Detracteurs, voici ce que vous devez savoir. Les FDS ont dejà echoué, c’est pas leur rôle à moins d’une extension d’attributions moyennant tout ce qu’il faut pour que nos vaillants FDS accomplissent cette nouvelle tâche.
    3) MPP, vous vous êtes trompés sur cette question. A tous les detracteurs, qu’ils sachent que nos vaillants populations repondent à une "loi de la demande et de l’offre". Vous dites de supprimer les Koglweoogo. Je suis d’accord. Mais,mais, proposez-nous une solution operationnelle d’ici 6 mois. C’est facile de se cacher derrière l’Etat Providence et de pontifier que force reste à la loi. Si les FDS doivent prendre la relève, qu’on nous fassent voir un projet de substitution des ILS avec des plans d’actions claires, mesurables et quantifiables.
    4) "Sen pa siid gomd zakê" dit l’hyène ("il y a loin de la coupe aux lèvres", "easier said than done"). MPP, les Koglweeogo sont une offre d’initiative privée face à un appel d’offre national pour la securisation de proximité des populations. Où sont vos dossiers ? Où sont les dossiers de l’Etat ? de nos FDS.
    5) Le cas de Tenado reste à deplorer et à conjurer. Que Dieu console.
    6) Vive les ILS (les koglweoogo, dozos, Wendpanga, etc ...). Cependant, il est du devoir de l’Etat de les encadrer et de sevir au cas par cas pour chaque bavure. Vive les vaillantes populations ! Vive les Koglweoogo ! En passant je termine par ceci :
    "Dieu est le plus grand amateur de plaisir, la preuve, il vit au Paradis et non en Enfer"

    Répondre à ce message

  • Le 22 mai 2017 à 15:22, par Paligba En réponse à : Affrontements entre Koglweogo et populations à Tialgo : Le MPP contre toute forme de justice privée

    Quelques coups et les aveux fusent immédiatement

    ’’Tout est bien organisé et chaque membre à un rôle bien précis dans le déroulement du procès. Un à un, les jeunes sont amenés au milieu de l’espace qui fait office de tribunal. Ils sont attachés à des piquets de bois solidement plantés au sol. Mains et pieds liés et immobilisés par des cordes en nylon dans une technique d’attache propre aux Kogléwéogo, les jeunes sont fouettés par de fines fouets débarrassés de leurs feuilles et préalablement chauffés au feu. La procédure est bien réglée : le chef Wibga (épervier ou chasseur), d’un signe de la main, indique que le procès peut commencer. Le juge se place devant l’accusé. Un autre homme se tient à côté avec un récipient contenant du piment pilé et dilué dans de l’eau. Deux autres passent leurs fouets dans les flammes, attendant le signal. Un coup de sifflet strident est donné par un autre agent. C’est le signal. Les deux hommes aux fouets administrent des coups vifs et secs sur le dos du supplicié qui pousse des hurlements effroyables. Les centaines de curieux amassés tout autour ne perdent rien de la scène.’’

    (Cyrille ZOMA)

    Répondre à ce message

  • Le 22 mai 2017 à 16:25, par Gringo En réponse à : Affrontements entre Koglweogo et populations à Tialgo : Le MPP contre toute forme de justice privée

    Un faux débat que celui qui se mène en ce moment sur les Kolgweogo !
    S’est-on seulement posé la question de savoir pourquoi après plus d’un demi siècle d’indépendance c’est aujourd’hui que ce mouvement fait son apparition ? Sans la réponse à cette question tout ce qui se dit n’a aucun intérêt.
    Si la place n’avait pas été vacante, il n’y aurait point de koglweogo !
    Il ne s’agit pas de prendre un arrêté ou je ne sais quel autre texte pour interdire ces mouvements d’auto-défense car aucun texte ne les a créé ; il faut surtout créer les conditions pour que les populations n’aient pas besoin d’assurer elles-même leur défense.
    Il est facile de se dire juriste-expert et d’épiloguer sur la question ; allez-y dire aux populations que les koglweogo sont une mauvaise chose et qu’elles doivent laisser leur maigres ressources à la disposition des voleurs de bétail et que sais-je encore.
    Les koglweogo font certes des bavures, mais même les forces de l’ordre en font.
    le débat n’est donc pas à ce niveau, il est : "que doit faire l’Etat pour rassurer les populations" ?
    les populations n’ont plus confiance aux forces de l’ordre quand bien même celles-ci sont présentes dans leur localité ; pourquoi ? parce ce que tout simplement ces dernières sont accusées à tort ou à raison d’être de connivence avec les malfaiteurs.
    comme on le voit, l’équation n’est pas simple et la solution ne peut venir d’un texte que le gouvernement prendrait sans d’ailleurs avoir la force ni les moyens de l’appliquer.

    Si le gouvernement n’a pas de solution toute faite, il peut avoir recours à certaines personnes ressources pour leur soumettre la question. Mais il faudrait dans ce cas, éviter tout ceux qui au nom de leur "savoir" ont déjà des positions tranchées sur la question car l’équation Koglweogo n’est pas simplement une question de droit comme certains juristes en mal de communication tentent de nous le faire croire.

    Il y’a la loi mais les populations ont perçu la nécessité de s’organiser pour assurer elles-même leur défense ; ce n’est donc pas une simple question de droit qui peut régler la question ; et puis, ce sont des hommes qui ont écrit ces loi et on saurait les invoquer pour ne pas avancer.
    Faisons des lois qui répondent à nos réalités et non le contraire.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Groupes d’autodéfense : Les koglwéogo s’invitent dans les laboratoires de recherche
Hauts-Bassins : Le gouverneur promet de prendre des mesures pour que la région n’entende plus parler des koglwéogo
Commune de Karangasso-Vigué : Après le drame, l’heure est aux discours d’apaisement
Commune rurale de Karangasso-Vigué : Un affrontement entre populations et koglwéogo fait trois morts et de nombreux blessés
Moogho Naaba Baongho : Les Koglwéogos y étaient pour la présentation des vœux du nouvel an
Bavures des koglwéogo à Karangasso Vigué : Le témoignage de M.B., une des victimes
Grand Ouest du Burkina : La fin des koglwéogo a sonné
Karangasso vigué : L’ultimatum des dozos aux Koglweogo
Grand Ouest du Burkina : Le chef des dozo, Aly Konaté, toujours opposé à l’installation des koglwéogo
Simon Compaoré aux Koglweogo de Kantchari : « Même les chiens ont des papiers »
Dérapages d’associations « Koglweogo » au Burkina : L’os à la gorge du pouvoir !
Affrontements entre Koglwéogo et populations à Tialgo : Pour l’UPC, « C’est surtout l’incapacité du Gouvernement à encadrer les Koglwéogo qui est en question »
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés