Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «L’art de plaire consiste simplement en deux choses : ne point parler dе sοi аux аutrеs еt lеur раrlеr tοujοurs d’еux-mêmеs.» Edmond et Jules de Goncourt

Concours international d’architecture pour la conception d’une œuvre du mémorial Thomas Sankara : Top ! C’est parti pour les inscriptions

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Insurrection populaire • LEFASO.NET | Par Aïssata Laure G. Sidibé • mercredi 10 mai 2017 à 22h24min
Concours international d’architecture pour la conception d’une œuvre du mémorial Thomas Sankara : Top ! C’est parti pour les inscriptions

L’Association comité international mémorial Thomas Sankara vient de lancer le concours international pour la conception d’une œuvre architecturale du mémorial Thomas Sankara qui sera implantée sur le site principal du Conseil de l’entente. Il s’étale sur deux mois, c’est-à-dire du 11 mai au 26 juillet 2017. L’information a été donnée au cours d’une conférence de presse, ce mercredi 10 mai 2017 à Ouagadougou.

Suite aux décisions prises par l’assemblée générale lors du lancement officiel du projet de construction d’un mémorial en l’honneur du père de la révolution burkinabè, le 2 octobre 2016, l’Association comité international mémorial Thomas Sankara (CIM-TS) a reçu pour mandat d’organiser un concours international. Ceci, en vue de la sélection d’un architecte pour la conception d’une œuvre originale conforme à l’esprit du père de la révolution de 1983. C’est dans ce contexte qu’il a été organisé une conférence de presse dont l’objectif était d’annoncer le lancement dudit concours. Il bénéficie de l’appui technique du ministère de l’Urbanisme et de l’habitat. Le président de l’association, le Colonel Bernard Sanou était entouré par le reageamen Sam’s K. Le Jah, Sana Karim, Sandamba Prosper, Luc Damiba et Garané Samuel.

Les propositions d’idées constituent le premier degré et à cette étape, il y aura une présélection des dix meilleures idées. Ainsi, les architectes individuels ou cabinets d’architecture agrées, nationaux ou internationaux sont invités à soumettre leur candidature dès ce jeudi 11 mai et tous les jours ouvrable de 8h00 à 15h au siège de l’association sis au quartier 1200 logements. Les associations ou groupements peuvent également participer à ce concours à condition de présenter un acte de groupement certifié par un notaire. Quant aux cabinets associés, ils doivent se conformer individuellement aux dispositions du présent concours. S’agissant des architectes ou cabinets d’architecture internationaux, ils doivent fournir les pièces conformément aux dispositions légales de leurs pays d’origine.

Les dossiers peuvent être consultés gratuitement sur place au siège de l’association ou être acquis contre la somme non remboursable de 200 000 F CFA.
Les propositions devront parvenir à la direction générale de l’architecture, de l’habitat et de la construction au plus tard le jeudi 1er juin à 10h. Les détails relatifs aux conditions de participation sont disponibles sur le site web : www.memorialthomassankara.org. Ils peuvent également être obtenus en appelant au (226) 70 25 09 01 ou 64 27 47 55.

10.000.000 F CFA pour le premier projet

Le second degré porte sur les propositions de l’avant-projet sommaire de l’œuvre architecturale. A ce niveau, il mobilisera les 10 meilleures propositions du premier degré et sera clôturé le 26 juillet 2017. A l’issue de ce degré, les 5 meilleurs projets seront primés. « Les primes varient entre 10.000.000 pour le premier projet et 1.000.000 pour le 5e projet », selon le président de l’association, qui a également confié que l’association a acquis par rétrocession le site principal du Conseil de l’entente pour le projet du mémorial. Le choix de ce site, à en croire le secrétaire général de l’association, Luc Damiba, n’est pas fortuit. « Ce site fut le siège du Conseil national de la révolution ; c’est là où le camarade Sankara a travaillé et pris les grandes décisions qui ont marqué la vie de la révolution. C’est aussi là où il a trouvé la mort avec ses compagnon (…) », a-t-il expliqué.

C’est pourquoi, pour lui, un effort doit être fait pour conserver tout cela. Et pour paraphraser Thomas Sankara, M. Damiba a affirmé que « là où Sankara a été tué c’est là où, il faut le faire renaître, le ressusciter au grand dam de ces bourreaux qui avaient cru l’avoir tué ». Toutefois, il est prévu d’autres sites secondaires dans une seconde étape. « Bien que dispersés à travers plusieurs sites, le mémorial devra être vu et pensé comme un seul ensemble », soutien-t-il.

Thomas Sankara n’est pas le patrimoine seul du Burkina Faso

A la question de savoir pourquoi le concours est ouvert à l’international, le Sam’s K. Le Jah rétorque « Sankara, c’est vrai c’est un patrimoine national mais il est également un patrimoine international. La preuve, pour ceux qui voyagent beaucoup, vous vous rendez compte que Sankara a eu plus de défenseurs à l’international qu’à l’interne. Et pour avoir un mémorial digne de ce nom, moi je pense qu’il est de bon ton de s’ouvrir à ceux qui ont toujours été aux côtés des Burkinabè pour la défense du patrimoine Thomas Sankara ». Et au SG d’emboucher la même trompette : « Sankara n’appartient plus au Burkina.

Si vous avez vu le lancement, ce n’est pas que des burkinabè qui étaient là. Tous les jeunes des pays voisins étaient également là ». Les journalistes ont, en sus, voulu savoir si tout est mis en œuvre pour la réussite du concours ? En réponse, le SG rassure « Oui. Nous sommes vraiment bien préparés. Nous avons tout ce qu’il faut. Avec les technologies, nous prévoyons des consultations en ligne pour ce qui veulent consulter le dossier(…) ».

Aïssata Laure G. Sidibé
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Bendi Parfait Gnoula, blessé de l’insurrection : « En sortant les 30 et 31 octobre 2014, chacun savait qu’il pouvait mourir mais a accepté de risquer sa vie »
5e anniversaire de l’insurrection populaire : Le Balai citoyen scrute les acquis
Insurrection populaire d’octobre 2014 : Où en est le Burkina Faso cinq ans après ?
Insurrection populaire au Burkina : Une victoire du peuple contre le non-respect des engagements constitutionnels, selon le président Roch Kaboré
Commémoration de l’an 5 de l’insurrection populaire : « Nous voulons la vraie démocratie, pas la démocratie mouta mouta », Victor Pouhaloulabou, président de l’Union des familles des martyrs
Insurrection populaire : « Cinq ans après, le constat est très amer », constate l’APP/Burkindi
5e anniversaire de l’insurrection populaire : « Le changement profond n’est pas l’option de tous les Burkinabè », dixit Dr Abdoul Karim Saidou (politologue et enseignant-chercheur)
Commémoration du 5e anniversaire de la Journée d’hommage aux martyrs : Le message du Haut conseil pour la réconciliation et l’unité nationale
5e anniversaire de l’insurrection populaire : « Nous devons plus que jamais refuser toute forme de soumission d’où qu’elle vienne », déclare la Majorité présidentielle
Cinquième anniversaire de l’insurrection populaire : « L’insurrection a été une grande leçon de démocratie et un exemple pour les futures générations » , déclare le MPP
An V de l’insurrection populaire : Des OSC dénoncent la « systématisation de la corruption, de la fraude, des détournements de deniers publics
Burkina : L’insurrection populaire racontée par Dr Emile Paré
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés