Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les idées ont une durée de vie courte. Vous devez agir avant qu’elles n’expirent.» John C. Maxwell

Maladie de Djibrill Bassolé : « Une urgence évidente et une exigence humanitaire », selon la CODER

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Putsch du Conseil National pour la Démocratie • DECLARATION • vendredi 10 mars 2017 à 23h45min
Maladie de Djibrill Bassolé : « Une urgence évidente et une exigence humanitaire », selon la CODER

Incarcéré depuis le 29 septembre 2015 à la Maison d’Arrêt et de Correction des Armées (MACA) pour son implication présumée dans la tentative de coup d’Etat du 16 septembre 2015 de l’ex Régiment de Sécurité Présidentielle (RSP) contre les Autorités de la Transition, le Général Djibrill BASSOLE connaît une dégradation de son état de santé comme relayé avec insistance ces derniers jours par la presse nationale et internationale et des Mouvements de la protection et de défense des Droits Humains.

Le Général Djibrill BASSOLE, qui souffre d’un mal cardio-vasculaire compliqué, a été hospitalisé à plusieurs reprises à la Clinique Internationale de Ouagadougou où il est aujourd’hui interné depuis le 25 février 2017 et malgré les soins disponibles à la Clinique, sa situation sanitaire ne connait pas d’amélioration.

Pire et comme le souligne le Communiqué daté du 2 mars 2017 du Cercle d’Eveil et de l’Observatoire de la Démocratie et des Droits de l’Homme (ODDH), « le rapport médical du Médecin Traitant exige en urgence des examens approfondis qui ne peuvent se faire au Burkina Faso à cause de l’inexistence d’un centre cardiologique plus outillé pour effectuer les examens indispensables à sa prise en charge sanitaire appropriée ».

Face à cette dégradation progressive et inquiétante de l’état de santé du Général Djibrill BASSOLE, et afin d’éviter l’irréversible et éventuellement le pire qui pourrait lui arriver du fait d’une situation de non assistance à personne en danger, la Coalition pour la Démocratie et la Réconciliation Nationale (CODER) :

-  Considère que le cas Djibrill Bassolé constitue une urgence évidente et une exigence humanitaire ;

-  Demande au Chef de l’Etat et aux Autorités de la Justice militaire de prendre, sans délai et sans conditions, les dispositions idoines pour l’acheminement du malade Djibrill BASSOLE sur un centre médical étranger approprié pour les soins exigés, au nom de son droit élémentaire à la vie et aux soins de santé ;

-  Appelle la justice militaire à accélérer les procédures pour un procès équitable qui conduira à dire toute la vérité sur cette tentative de coup d’Etat du 16 septembre 2015 afin de faciliter et de renforcer la réalisation d’une véritable réconciliation nationale, seule alternative pour la relance du Burkina Faso aux plans politique, économique, social et de la sécurité.

Lire aussi : Djibrill Bassolé victime d’un malaise : Son parti exige son évacuation à l’étranger pour des soins médicaux appropriés

Pour la CODER, le droit doit être celui des hommes pour les hommes et celui-ci doit être fait et rendu pour servir les hommes et non les desservir. Ainsi le droit des hommes est évidement humain et même humanitaire, aussi faut-il être en vie pour pouvoir passer devant la justice.

Justice-Réconciliation-Paix

Me Gilbert Noël OUEDRAOGO
Commandeur de l’Ordre National

Vos commentaires

  • Le 10 mars 2017 à 15:37, par Ka En réponse à : Maladie de Djibrill Bassolé : « Une urgence évidente et une exigence humanitaire », selon la CODER

    A qui la faute si notre pays a une carence de technologie avancé de la médecine ? Pour une exportation illégale des armes qui a pu tuer plus de 200.000 personnes au Liberia et de 3.000 en Côte d’Ivoire, dont toutes les bénéfices de ces ventes d’armes par Blaise Compaoré et sa clique y compris Djibril Bassolé, et dont Gilbert Ouédraogo a bénéficier des miettes pour trahir son peuple, pouvaient équipé plus de 20 hôpitaux de haute technologie au pays des hommes intègres, et soigner sans problème le soldat Bassolé. Quand les charognards s’associent aux hyènes pour remuer une seule carcasse, comme Giblbert Ouedraogo qui a trahi son peuple et joue le guide d’humaniste avec l’ODH, c’est qu’il y a encore des miettes à prendre dans cette affaire de Djibril Bassolé. Nous sommes au Burkina, et on se connait. Si l’état Burkinabé, sous prétexte d’une maladie imaginaire se permette la fuite du soldat Djibril, un soulèvement populaire avant midi, demandera la libération de tous les prisonniers du Faso, afin que ces derniers prennent le pouvoir et les faire fuir les queues sous les jambes. Le denier public et l’or volé par le soldat Djibril Bassolé peuvent faire venir tous les spécialistes du monde entier pour le soigner a la MACA. Messieurs les hommes du CODER, vous criez a la réconciliation, et par derrière vous poussez l’état a ne pas respecté nos institution, et saboter la réconciliation nationale. Vous n’êtes que des diviseurs pour régner sans partage. Le cas de Djibril Bassolé ne concerne pas un président et son gouvernement, mais une institution qui est la justice. Je lance un appel à tous les partisans du soldat Djibril Bassolé qui attendent des miettes ou ont reçu des miettes en disant qu’ils veulent le sauver, l’envoient directement en enfer : Et je les demande d’accepter que son maintien en prison est pour une justice juste, mais rentrer dans les ruses pour le sauver, tel cadre devient objectivement et subjectivement un obstacle pour entraver notre justice. Messieurs les caméléons du CODER, ayez le courage de rompre avec les ruses, les trahison, la corruption à ciel ouvert, pour s’autoriser à des actions de bonne foi, qui nous conduirons a une réconciliation apaisée dans la justice pour tous

    Répondre à ce message

    • Le 10 mars 2017 à 17:54, par Le Voltaïque En réponse à : Maladie de Djibrill Bassolé : « Une urgence évidente et une exigence humanitaire », selon la CODER

      Monsieur ou Madame KA j’ai le sentiment que vous avez une haine viscérale vis à vis du sieur Djibril BASSOLET. Il est un humain comme vous et à droit à ce que le CRÉATEUR nous a tous doté c’est à dire la vie. Est il normal d’empêcher un burkinabé qui est présumé innocent de se soigner ?. Djibril ne demande pas à ce que les maigres ressources du Faso soit utilisées pour le soigner ses amis au Faso en Afrique dans les pays du Golf dans le monde sont prêts à prendre en charge son évacuation sanitaire. Alors cessez votre méchanceté gratuites sur ce citoyen qui ne demande qu’à être jugé pour que la vérité soit connue du peuple.

      Répondre à ce message

      • Le 10 mars 2017 à 23:17, par Ka En réponse à : Maladie de Djibrill Bassolé : « Une urgence évidente et une exigence humanitaire », selon la CODER

        Une auto critique doit être fondée sur des argumentations solides et non sur les dénigrements, les injures, et les railleries comme toi le voltaïque tente de faire en ayant pas aucune réponse positive à la mienne. Aucune haine en moi contre qui que ça soit, mais ma vérité perce les montagnes et les cœurs noircis comme le tien. Tu complètes ma critique en disant que le monde entier est sous les pieds du soldat Djibril Bassolé ! Alors qu’ils envoient des cardiologues ambulants avec des appareils de hautes définition d’analyse, ceux qui sillonnent en humanitaire dans notre continent ou en Inde et partou ailleurs, par bateau pour sauver des malades du cœur, des opprimés, et de des laissés pour compte, et pourquoi pas venir à la MACA soigné Djibril Bassolé, si les puissants de ce monde sont à ses pieds ? Si tu as d’autres autos critiques qui peuvent dire le contraire de ma critique, d’autres internautes de bonne foi nous jugerons avec plaisir. Dans le cas contraire mon cher compatriote, toutes critiques stériles sans proposition de solutions meilleures ne sont pas écoutées par le vieux Ka. J’ai appris qu’en passant par la haine à la haine, la violence à la violence, on applique une vieille philosophie qui ne donne pas des bons résultats. Je n’ai aucune haine contre notre frère Bassolé, mais je déteste l’injustice et l’impunité. Il y a combien de cas comme celui de Djibril Bassolé dans nos prisons ? C’est la justice seule de décider le sort de tout en chacun dit accusé ou supposé, elle fait partie de nos institutions fortes pour protéger le peuple contre les prédateurs égoïstes de ton genre qui ne pense qu’à toi seule. Mon compatriote le voltaïque, ou tu mets l’injustice, l’impunité, la corruption à ciel ouvert dont tu as appliqué durant plus de 30 ans, et que la jeunesse Burkinabé a dit le 31 Octobre 2014 que rien ne sera plus comme avant ? Si tu peux me répondre là-dessus, va payer les magistrats pour qu’ils ne fassent pas leur travail. Nous sommes dans un état de droit, et chacun a le droit de s’exprimer sa vérité sans être un aigri, ou un haineux, et ce n’est pas notre Ablassé Ouédraogo nationale qui me dira le contraire.

        Répondre à ce message

      • Le 11 mars 2017 à 09:05, par Ka En réponse à : Maladie de Djibrill Bassolé : « Une urgence évidente et une exigence humanitaire », selon la CODER

        Le Voltaïque, si nous mettons la pression avec nos critiques fondées sur des argumentations solides, l’équipe de Roch Kaborè réfléchira deux fois avec ce PNDES, et équiper nos mouroir d’hôpitaux pour leurs propres avenir. Le cas de Djibril Bassolé touche le cœur de tout gouvernant, car il se dit, un jour ça sera son tour. Si la justice Burkinabé qui a la vie de Djibril Bassolé dans ses mains, décide qu’il faut le soigné à l’étranger, c’est elle seule maître de ses actes, car le peuple croit à sa justice, et a qui, il a confié les accusés ou supposés criminels et prédateurs.

        Répondre à ce message

  • Le 10 mars 2017 à 16:00, par le gnès En réponse à : Maladie de Djibrill Bassolé : « Une urgence évidente et une exigence humanitaire », selon la CODER

    Ainsi il n’y a pas d’hôpital capable de le soigner hein ! Et le pauvre Goama qui assiste impuissant ses enfants partir un à un du fait des hommes qui auraient dû construire un CSPS mais ne l’ont pas fait. Et si les tenants du pouvoir actuel songeaient déjà à voir ce côté, on ne sait jamais. C’est ce que nous donnons à nos hôpitaux qu’ils nous soignent. Prompt rétablissement à tous les malades

    Répondre à ce message

  • Le 10 mars 2017 à 16:58, par AHMED En réponse à : Maladie de Djibrill Bassolé : « Une urgence évidente et une exigence humanitaire », selon la CODER

    Monsieurs de la CODER vous savez très bien que Mr Bassolet a été interné à la clinique du coeur . Arreter de parler pour ne rien dire . On aurait pu aller à yalgado pour ses soins mais par soucis de mieux le soigner on l’a amené dans une clinique. Du reste pour l’évacuer il y a une procédure qui commence par la constitution d’un dossier médical. S’il doit mourir même si on fait venir tous les cardiologues du monde à son chevet il mourra. Si Houphouët est mort c’est pas par manque de soins. Le meilleur médecin du monde va mourir. La CODER gagnera à beaucoup prier pour lui. Seul Dieu . Je suis surpris de voir que Gilbert n’a pas encore compris que c’est Dieu qui est à la base de tout. Lui il était chaud bouillant pour la modification de l’art 37. Mais hélas le seigneur n’a pas voulu . Il connaît la suite. Que la CODER arrête son cinéma de reconciliation . Le peuple est reconcilié . Les gens mangent et boivent ensemble. Les baptêmes et autres ( mariages et décès ) pas de soucis entre nous . Votre reconciliation est politique. Ablasse cherche un moyen pour dissoudre son parti dans le MPP. Ça va être dur. Blaise aussi sait que vous voulez manger son argent. Vous ne pourrez jamais le faire rentrer au Faso par votre thème sur la reconciliation.

    Répondre à ce message

  • Le 10 mars 2017 à 17:35, par SOUS INFORME En réponse à : Maladie de Djibrill Bassolé : « Une urgence évidente et une exigence humanitaire », selon la CODER

    Il faut qu’on arrête de se culpabiliser ou de culpabiliser les autres. Le pays a besoin d’une véritable réconciliation. Un malade est un malade ; si c’est possible de le soigner à l’étranger ou est le problème ?

    Répondre à ce message

  • Le 10 mars 2017 à 17:57, par kenichi En réponse à : Maladie de Djibrill Bassolé : « Une urgence évidente et une exigence humanitaire », selon la CODER

    01er gaou n’est pas gaou... Le mieux ç’est de faire venir des médecins européens avec leur avion médicalisé, si certains pensent vraiment (chose que je ne pense pas du tout) que nos cardiologues ne sont pas bien outillés pour cela.. Car je parie tout ce que j’ai, que si nous l’évacuons , il ne rentrera au pays que lorsque les poursuites contre lui seront abandonnées...

    Répondre à ce message

  • Le 10 mars 2017 à 18:17, par nabayouga En réponse à : Maladie de Djibrill Bassolé : « Une urgence évidente et une exigence humanitaire », selon la CODER

    Encore une fois voila quelqu’un qui est resté au pouvoir pendant longtemps et ,avec ses acolytes n’ont rien fait pour la santé de ses concitoyens. Le faire soigner à l’extérieur, c’est une insulte à la conscience des burkinabé. Si jamais il sort du pays ,Rock et les autres payeront tot ou tard leur forfaiture car des burkinabé ont été tué pendant l’insurrection et Bassolet est coresponsable.

    Répondre à ce message

  • Le 30 mars 2017 à 07:59, par SARKO En réponse à : Maladie de Djibrill Bassolé : « Une urgence évidente et une exigence humanitaire », selon la CODER

    Quand c’ est eux, il faut les évacuer en Europe mais si c’ est les autres il faut les soigner ici au Faso . Mon pauvre franc maçon , ce n’est que le commencement du début . Tu en as fait voir des couleurs aux autres , il faut gouter aussi . Djibi, tu fais semblant ; Souviens toi des tortures que tu as infligé aux autres . tu as humilié des opposants et des défenseurs des droits de l’ homme en les faisant raser la tête . Du courage si tu as en as. La vie est comme cela au Faso .

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Putsch de septembre 2015 : Minata Guelwaré est décédée
Coup d’Etat de septembre 2015 : Dans l’attente des indemnisations...
AN 5 du putsch de 2015 : « Nos cœurs portent encore les souvenirs douloureux et indélébiles... »
Procès du putsch : Les accusés condamnés solidairement à payer 947 279 507 F CFA à titre de dommages et intérêts aux parties civiles
Procès du putsch du CND : L’audience sur les intérêts civils à nouveau renvoyée au 19 novembre 2019
Procès du putsch : L’audience sur les intérêts civils renvoyée au mardi 29 octobre 2019
Procès du putsch manqué de 2015 : Pour le journaliste Sita Tarbagdo, « les faits sont têtus »
An IV du putsch de septembre 2015 : Déclaration du balai citoyen en cette journée d’unité d’action patriotique
An IV du putsch manqué de septembre 2015 : Des Bobolais prônent la réconciliation nationale
Putsch de septembre 2015 : Quatre ans après, syndicalistes et citoyens se souviennent de la résistance opposée par le peuple
Procès du coup d’Etat : En fuite, Fatou Diendéré et 6 autres écopent de 30 ans de prison ferme
Procès du putsch de 2015 : Fatoumata Diallo, l’épouse du Général Diendéré condamnée à 30 ans de prison fermes
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés