Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «En matière de prévision, le jugement est supérieur à l’intelligence. L’intelligence montre toutes lеs рοssibilités рοuvаnt sе рrοduirе. Lе jugеmеnt disсеrnе раrmi сеs рοssibilités сеllеs qui οnt lе рlus de chance de se réaliser.»  Gustave Le Bon

Bien-être des équidés de trait : L’ONG Brooke commandite deux études pour mieux orienter ses actions

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Justine BONKOUNGOU (Stagiaire) • lundi 27 février 2017 à 18h00min
Bien-être des équidés de trait : L’ONG Brooke commandite deux études pour mieux orienter ses actions

Le bureau régional Afrique de l’Ouest de l’ONG Brooke a tenu ce vendredi 24 février 2017, un atelier de restitution des études sur la cartographie des dispositifs législatifs pertinents pour le bien-être des équidés de trait et le système de santé animale au Burkina Faso. Ces deux études permettront à l’ONG Brooke de mieux cerner la place des équidés de trait au Burkina Faso afin d’orienter ses actions sur le terrain.

Les équidés de trait que sont l’âne, le cheval et le mulet constituent à n’en point douter des aides précieuses pour la plupart des ménages ruraux au Burkina Faso, et aussi pour certains ménages en zones urbaines. Ils constituent une force de travail non négligeable au vu des services qu’ils rendent à l’humain. Ce sont cependant, des animaux qui sont le plus souvent maltraités par leurs propriétaires.

Dans le but de mieux faire comprendre la place des équidés au Burkina Faso, afin d’élaborer une stratégie de plaidoyer efficace pour l’amélioration du bien-être de ces animaux, l’ONG Brooke a commandité deux études sur la cartographie des dispositifs législatifs sur le bien-être animal et l’analyse du système de santé animale. Selon Emmanuel Sarr, représentant régional de Brooke Afrique de l’ouest, ces deux études dont les résultats seront restitués au cours du présent atelier permettront à l’ONG de comprendre le contexte juridique et institutionnel dans lequel évoluent les équidés au Burkina Faso, avant le démarrage de leurs actions sur le terrain et ainsi mieux axer leur intervention.

Il formule par ailleurs le vœu que ces deux études constituent « une bonne base de travail pour tous les acteurs soucieux du bien-être animal en général et celui des équidés de trait en particulier. »

Un vœu qui sera exaucé à en croire Mme Germaine Compaoré de la direction générale des services vétérinaires, représentant le ministre des ressources animales qui souligne que « La restitution de ces études permettra aux services techniques d’avoir de la matière pour pouvoir faire de la sensibilisation avec l’aide de l’ONG Brooke et amener les populations à changer de mentalité et de comportement et à mieux considérer l’âne dans notre société. »
Elle se satisfait également de la tenue de cet atelier qui selon elle, s’inscrit en droite ligne des actions déjà initiées au ministère des ressources animales pour la protection des équidés, et plus particulièrement des ânes, dont la survie était menacée il y a peu.

« Traiter l’âne comme un membre de la famille », Emmanuel Sarr

Selon Emmanuel Sarr, une précédente étude commanditée par l’ONG Brooke avait permis de montrer que les équidés et plus particulièrement les ânes ne sont pas suffisamment considérés aussi bien au niveau des ménages, qu’au niveau juridique et politique. Ils ne bénéficieraient pas d’une alimentation adéquate, de la protection nécessaire et encore moins de programmes de santé qui leur sont spécifiquement adressés. Il invite donc les propriétaires d’ânes à les « prendre comme un membre de la famille. » Car dit-il, « C’est un animal que l’on voit sur toutes les tâches. En milieu rural, il permet le transport des femmes enceintes vers les hôpitaux, le transport des enfants vers l’école et aussi le transport du matériel. L’âne a donc besoin de manger, de boire, d’être dans un abri, d’être protégé, et quand il est malade, d’être soigné. »

Justine Bonkoungou (Stagiaire)
Lefaso.net

Portfolio

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Développement local : les réalisations du projet pilote d’amélioration de l’aviculture traditionnelle en évaluation
Application de l’IUTS au Burkina Faso : Quand les éléphants se battent…
Préavis de grève des syndicats : Voici la plateforme revendicative
Centre universitaire de Ziniaré : Les activités académiques et pédagogiques lancées
Bobo-Dioulasso : La police met le grappin sur des spécialistes de vols à main armée
Santé : Pr Claudine Lougué encourage les agents de santé à Fada N’Gourma et Koupèla
Bobo-Dioulasso : Une marche le 29 février prochain pour dénoncer « l’injustice » dans le lotissement du secteur 26
Cadre sectoriel « Eau, hygiène et assainissement » : Le programme 2019 réalisé à 64,3%
Burkina : Marches-meetings et grève générale à partir du 7 mars 2020 contre l’extension de l’IUTS
Bobo-Dioulasso : La Sitarail offre à des étudiants, des codes d’accès à la « plus grande bibliothèque francophone »
Mercredi des cendres : A la chapelle du Scolasticat, on a porté le Burkina dans les prières
Crise dans la gestion des marchés de Bobo-Dioulasso : « Celui qui pense que ses droits ont été violés, qu’il saisisse la justice », lance le maire
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés