Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Le succès est d’obtenir ce que vous voulez. Le bonheur est de vouloir ce que vous obtenez» Dale Carnegie

FESPACO 2017 : C’est parti pour une semaine de fête du cinéma

Accueil > Actualités > DOSSIERS > FESPACO 2017 • LEFASO.NET | Tiga Cheick SAWADOGO • lundi 27 février 2017 à 00h38min
FESPACO 2017 : C’est parti pour une semaine de fête du cinéma

C’est dans la cuvette du stade municipal, Issoufou Joseph Conombo que le clap d’ouverture de la 25e édition du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou a été donné, ce 25 février 2017. Des milliers de festivaliers étaient là pour assister à l’évènement, confirmant ainsi le caractère populaire de la biennale. Allocutions, prestations d’artistes, défilé de masques et spectacle équestre ont agrémenté cette cérémonie de lancement.

Après le palais des sports de Ouaga 2000 qui avait accueilli l’ouverture de la biennale en 2015, les festivaliers ont retrouvé un stade ‘’ouvert’’ pour fêter le cinéma africain.
C’est un stade Issoufou Joseph Conombo plein, qui a accueilli le lancement officiel de la 25e édition du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO).

Le maire de la ville de Ouagadougou , Armand Pierre Beouindé , tout en souhaitant la bienvenue aux festivaliers venus des quatre coins du monde, a noté que cette édition était une opportunité de relancer le FESPACO. Redonner au festival, son éclat d’antan, comme dans les années 1980.

Le président du comité d’organisation, Stanislas Méda, a noté quant à lui, qu’au fil des années le FESPACO s’est forgé comme un événement majeur du continent. Pour cette édition 2017, ce sont 105 films dans la sélection officielle qui seront projetés pour le bonheur des cinéphiles. 20 longs métrages sont en course pour le trophée le plus convoité, l’Etalon d’or de Yennenga.

13 prix spéciaux seront décernés par les partenaires. En plus, des plateaux artistiques sont prévus tout au long de la semaine pour tenir les festivaliers en haleine. Des colloques autour du thème de l’édition, « Formation et métiers du cinéma et de l’audiovisuel », seront organisés.

Stanislas Méda a donc invité les Burkinabè à sortir massivement pour célébrer la fête du cinéma africain.

Au-delà de la fête…

C’est en courant que le ministre de la culture des arts et du tourisme, Tahirou Barry a rejoint le pupitre pour prononcer le discours officiel d’ouverture du FESPACO 2017.

Il a formulé le vœu que cette édition soit celle de la vérité et du sursaut. « Chers festivaliers, ne vous contentez pas de manger des poulets flambés et bicyclettes, et repartir sans rien proposer », a-t-il lancé.

A travers le thème de l’édition, « nous devons pouvoir repositionner la formation au cœur de la stratégie de développement de l’industrie cinématographique surtout à l’heure des nouvelles technologies », a poursuivi Tahirou Barry.

La mondialisation et les nouveaux outils de communication sont des opportunités dont les cinéastes africains devraient se servir. Foi du ministre en charge de la culture, « pour continuer à exister, le cinéma africain doit sans cesse se questionner, s’adapter aux nouvelles technologies, se professionnaliser, et rechercher les fondements de son autofinancement grâce aux nécessaires mesures structurelles des pouvoirs publics ».

Au rendez-vous du donner et du recevoir, le cinéma africain doit présenter l’Afrique dans ses réalités socioculturelles. Imiter c’est se perdre, a-t-il martelé avant de préciser que, « s’il y a un film western aux Etats Unis, indou en Inde, Ninja en chine, nous devons être fiers de présenter un film simplement africain pour ne pas perdre nos repères et notre âme ».

Musique, masques, et chevaux

Les différentes allocutions étaient entrecoupées de prestations d’artistes. Awa Sissao, Smockey, Sana Bob, Dicko Fils, Wendy, ont bercé les milliers de festivaliers. De l’humour, il y en avait également avec Moussa petit sergent. Les cavaliers de Madi Dermé avec leurs 40 chevaux ont donné un spectacle à couper le souffle.
Avec des acrobaties sur les chevaux, ils ont mis en scène un pan de la vie de Yennenga, cette femme rebelle et guerrière dans l’histoire du royaume Moaga qui donne son nom au trophée le plus en vue du FESPACO.

Juste après le clap d’ouverture donné par le président du Faso, Roch Kaboré, le public a eu droit à un concert. Offert par le pays invité d’honneur de cette édition, Alpha Blondy, a ‘’gâté le coin’’, comme l’avait prédit le ministre ivoirien de la culture et de la francophonie, Maurice Bandaman dans son discours.
Rendez-vous est maintenant donné aux festivaliers dans les différentes salles de ciné pour « déguster » les films, ce jusqu’au 4 mars 2017.

Tiga Cheick Sawadogo
Lefaso.net

Portfolio

Vos commentaires

  • Le 26 février 2017 à 09:08, par RV En réponse à : FESPACO 2017 : C’est parti pour une semaine de fête du cinéma

    Bon Fespaco à toutes et à tous !
    Que Dieu protège le Faso ! Amen !
    Que l’Onea nous donne de l’eau.
    Mobolisons nous pour le cinéma africain.

    Répondre à ce message

    • Le 26 février 2017 à 13:56, par MDR En réponse à : FESPACO 2017 : C’est parti pour une semaine de fête du cinéma

      Tu crois que ton Dieu va passer son temps à s’appesantir sur le sort de faux types ?Je le dis et redis,le Burkina Faso est devenu le pays de voyous et les voyous,il faut les éliminer purement et simplement car en parlant de l’ONEA,tu trouves normal que la fourniture d’eau soit sérieusement perturbée pendant le FESPACO ?En temps normal,nous avions l’habitude de ces désagréments mais pas à cette période avec les nombreux étrangers.Si nous étions dirigés par des hommes et des femmes responsables,cela ne devait pas arriver,le PM allait monter au créneau,le ministre de tutelle de l’ONEA allait faire la même chose tout comme le ministre de la culture et du tourisme.Chacun est dans son coin concoctant des astuces pour arriver à gruger,à détourner,à bouffer cadeau sans fournir le moindre effort.Ainsi va le Burkina depuis cet octobre noir 1987 avec l’arrivée de ce mafieux bilaise compaoré et sa bande de voyous qui sont toujours là et bien là

      Répondre à ce message

  • Le 26 février 2017 à 14:45, par Le patriote En réponse à : FESPACO 2017 : C’est parti pour une semaine de fête du cinéma

    Encore une occasion manquée pour le gouvernement de lancer un appel à la réconciliation nationale. Ne dit-on pas que le linge sale se lave en famille ? Pourquoi se mettre à dénigré toujours vos anciens compagnons de la quatrième république devant les étrangers venus pour fêter le cinéma africain que d’écouter vos palabres d’enfants que vous ne cessez d’étaler en public. A écouter sur RFI ce qui a été dit dans les discours ça me fait honte que des autorités continuent de se comporter comme des écoliers. Travailler au moins un instant en cessant de critiquer ceux qui vont précéder parce que ceux qui viendront après vous aussi vont vous critiquer aussi. Je ne sais pas mais j’ai comme l’impression que la majeure partie des autorités le font pour contenter le président. Non, non quittez dans ça ; ce n’est pas responsable. Si Rock me nomme ministre je fais le travail que le peuple demande à mon ministère un point barre sans me lancer dans des discours insensés. C’est parce que les autres n’ont pas pu qu’on vous a voté. Travailler au lieu de nous montrer vos carences en bavardant beaucoup sans rien apporter de nouveau.

    Répondre à ce message

  • Le 26 février 2017 à 23:51, par brooklyn En réponse à : FESPACO 2017 : C’est parti pour une semaine de fête du cinéma

    alpha blondy a chante une chanson qui parle de :democratie pathetique.que veut il dire par la ?eclairez moi SVP.

    Répondre à ce message

  • Le 26 février 2017 à 23:55, par brooklyn En réponse à : FESPACO 2017 : C’est parti pour une semaine de fête du cinéma

    alpha blondy a chante une chanson qui parle de :democratie pathetique.que veut il dire par la ?eclairez moi SVP.

    Répondre à ce message

  • Le 27 février 2017 à 07:20, par BORODOUGOU En réponse à : FESPACO 2017 : C’est parti pour une semaine de fête du cinéma

    quelle honte devant ces illustres personnalités de nous présenter un tel scénario pour une manifestation de cette taille.Une cérémonie d’ouverture confisquée par bon nombre d’acteurs qui en profitent pour verser leur bile et se venger de leurs camarades qu’ils considèrent comme des diables.On a même retiré cette cérémonie d’ouverture au chorégraphe professionnel qui devait le faire pour des raisons politiques et permettre à des artistes musiciens insulteurs de diviser encore le peuple burkinabè.Mr le ministre vous vous êtes laissé embarquer par ces gens. Une occasion d’accentuer la haine dans tous ses sens entre fils et filles du pays.Alpha blondi était embarrassé, d’ailleurs il fallait d’autres artistes rassembleurs qui chantent l’amour la paix et la réconciliation entre des peuples.Mais non des discours enfantin et des SMOKEY et autres qui font l’objet de doute à travers leur passage dans la transition.

    Répondre à ce message

  • Le 27 février 2017 à 08:51, par FESPACO En réponse à : FESPACO 2017 : C’est parti pour une semaine de fête du cinéma

    Félicitation au ministre d’Etat, ministre de la sécurité, Simon Compaoré pour le bon dispositif de sécurité du FESPACO. C’est un travail formidable de sécurité qui a été accompli par les forces de sécurité (police, gendarmerie) lors de la cérémonie d’ouverture de la 25è édition du FESPACO le samedi 25 février 2017 au stade municipal de Ouagadougou. Les services de sécurité menaient minutieusement leur travail de contrôle et de fouille avec courtoisie et les citoyens qui savaient que c’était pour leur sécurité collaboraient pacifiquement avec les agents de sécurité. Autre fait remarquable, un bon esprit de solidarité était visible entre forces de sécurité (police municipale, police nationale, gendarmerie) qui, tous grades confondus se saluaient avec respect. Le ministre de la sécurité est à saluer pour ses efforts de renforcement de la cohésion au sein des forces de sécurité dont l’unité a été mise à rude épreuve lors des mutineries de 2011. La proximité dont le ministre a fait preuve auprès des forces de sécurité lors des fêtes de fin d’année 2016 est un fait entre autres qui booste le moral de la troupe pour mener à bien les missions de sécurisation. Bravo et bonne continuation pour l’intérêt de tous.

    Répondre à ce message

  • Le 27 février 2017 à 11:58, par LE POIL En réponse à : FESPACO 2017 : C’est parti pour une semaine de fête du cinéma

    Toujours des gens de l’ancien régime qui se plaignent. le DCP n’arrive jamais à croire que le Burkina peut marcher sans blaise compaoré. Votre reconciliation avec le peuple on n’en veut pas d’abord sans la justice. Laisser le gouvernement Rock faire son travail. au temp de blaise est-ce que Alpha blondy pouvait chanter à l’aise comme il le fait maintenant ? vous n’aimez pas qu’on vous jette sur la figure certaine vérité. Alpha est un musicien engagé comme smokey. ce qui sont là pour glorifié blaise ne sont pas des musiciens. on glorifie les heros et non des assassins qui ont peur de se faire tuer. Vous dirigez le pays durant 27 ans sans bras de fer et voilà quelqu’un qui n’a même pas 2 ans et vous vous plaignez. si blaise voulais vraiment de la réconciliation, il n’allait pas mettre le pays dans cette situation. vous avez eu de la chanche car le peuple burkinabè est un peuple qui aime la paix. Votre CDP est à la base de tous les problèmes au burkina Faso.

    Répondre à ce message

  • Le 27 février 2017 à 18:58, par Cinemaki En réponse à : FESPACO 2017 : C’est parti pour une semaine de fête du cinéma

    Mr Tahirou Barry,il est temps que le FESPACO ait sa propre chaine TV pour promouvoir la culture et prioritairement le cinéma Africain.Fais la différence avec les autres ministres passés il faut avancer. C’est un vieux souhait et j’espère je serai entendu par les autorités.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
FESPACO 2017 : WaterAid soutient le cinéma africain
Fespaco 2017 : L’Union européenne au service du cinéma africain
FESPACO 2017 : La sécurité mérite d’être ‘’Félicitée’’, l’organisation traine encore des boulets
Etalon d’or de Yennenga 2017 : La ‘’Félicité’’ de Alain Gomis !
FESPACO 2017 : La moisson des réalisateurs, acteurs et techniciens
« Il y a 20, 30 ans, le Burkina Faso était en phase de labéliser son cinéma » Souleymane Ouédraogo, directeur général de l’ISIS-SE
Prix Thomas Sankara : « A place for myself » fait l’unanimité
Etalon de Yennenga !
Alain Gomis, lauréat de l’Etalon d’or de Yennenga 2013 : ‘’On est en train de dévier comme si c’était des compétitions sportives’’
FESPACO 2017 : Le prix Houphouët-Boigny du conseil de l’entente pèse 10 millions
FESPACO : « Ouaga Girls », Un documentaire sur les filles dans le métier de mécanicien
Boubacar Diallo, réalisateur : « Je refuse que le cinéma africain soit enfermé dans une calebasse ».
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés