Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «N’attendez pas d’être trop fatigué pour donner du repos à votre corps et votre esprit» Mario Morini

Commerce et intégration régionale : L’UEMOA pour plus de compétitivité

Accueil > Actualités > Economie • LEFASO.NET | Par Herman Frédéric Bassolé • mardi 21 février 2017 à 21h47min
Commerce et intégration régionale : L’UEMOA pour plus de compétitivité

C’est parti pour la première phase du PACCIR, le Projet d’appui à la compétitivité du commerce et à l’intégration régionale. Un projet ambitieux qui veut accélérer l’insertion de l’Afrique de l’Ouest dans le concert des grandes économies, ce, par l’amélioration des échanges intrarégionaux et interrégionaux. Son lancement officiel a eu lieu, ce mardi 21 février 2017 à Ouagadougou en présence du secrétaire général du ministère du Commerce, de l’Industrie et de l’Artisanat.

C’est connu. Le taux des échanges commerciaux entre les huit Etats membres de l’Union économique et monétaire Ouest-africaine demeure faible et vacille entre 12 et 14%. Or le commerce est l’un des baromètres de l’intégration sous-régionale. Conscient de cela, l’UEMOA a commencé à réfléchir depuis 2011 à la mise en œuvre d’un projet régional de promotion commerciale. Six ans après, le Projet d’appui à la compétitivité du commerce et à l’intégration régionale (PACCIR/UEMOA) connait son baptême de feu grâce à l’appui financier de l’Union européenne (UE) qui a donné son accord pour la mise en œuvre du projet par le Centre de Commerce international (CCI).

Financé à hauteur de 11 millions d’euros, le projet est articulé en deux phases. Sa première phase prévue pour durer 18 mois est financée à hauteur de 3 millions d’euros par l’Union européenne dans le cadre du Programme indicatif régional de l’Afrique de l’Ouest, lui-même financé sur les ressources du 10e Fonds européen de développement (FED). Selon le représentant de l’UEMOA, Christophe Joseph Marie Dabiré, cet appui va permettre la mise en œuvre concrète de la facilitation des échanges, la surveillance commerciale, la formation des ressources humaines, le renforcement des capacités institutionnelles et managériales des organismes de promotion commerciale des Etats-membres.

Et pour atteindre ces objectifs, l’UEMOA peut compter sur l’expertise du Centre de Commerce international, une agence de l’Organisation mondiale du Commerce et des Nations Unies. Pour la directrice de la Division du développement des marchés de ce centre, Mme Aicha Pouye, il est important que le secteur privé s’approprie le projet afin que les contraintes soient levées pour permettre d’améliorer la compétitivité principalement des petites et moyennes entreprises. Pour ce faire, le Centre de commerce international compte mettre en place dans les huit Etats, un mécanisme de suivi et d’évaluation afin que les résultats escomptés du projet puissent faire des émules sur le continent.

« L’UEMOA est un exemple abouti du processus d’intégration régionale en Afrique », pense Thierry Barbe de la délégation de l’Union européenne. Selon lui, L’Union doit franchir « une autre étape avec le PACCIR, en développant ses capacités opérationnelles afin de générer encore plus d’impacts tangibles pour les Etats membres et les citoyens de l’Union ».Et le secrétaire général du ministère du commerce, de l’industrie et de l’artisanat, Sibiri Sanou, d’exhorter les parties prenantes du projet à relever le défi de l’efficacité, de l’efficience et de la performance afin que les ressources disponibles et engagées soient utilisées à bon escient.

Herman Frédéric Bassolé
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
2e Compact du MCC : Les procédures de passation de marché expliquées aux entreprises burkinabè
Secrétariat Permanent pour la Promotion de la Microfinance : le groupe de travail sur la finance digitale tient sa réunion introductive
20e rapport Africa’s Pulse de la Banque mondiale : Le secteur des services a perdu de son élan et la croissance du secteur agricole est restée atone
Accès des femmes à la terre au Burkina : Les enjeux économiques en réflexion
Fermeture des frontières nigérianes : Des importateurs burkinabè affectés par la mesure
DIACFA Automobiles présente ses camions Renault Truck aux clients
Projet d’aménagement et de valorisation de la plaine de la Léraba : La BAD apporte 21 milliards de F CFA
Programme d’appui à la gestion publique et aux statistiques : Des documents pour améliorer la gestion des moyens de l’Etat
Revue de l’actualité économique : Guéguerre entre des traders et Coris Bank
Chambre de commerce et d’industrie : La Semaine de l’intelligence économique pour la promotion des entreprises burkinabè
Situation difficile des sociétés de « trading » : Idrissa Nassa, PDG de Coris Bank International, dément toute implication
Impôt Unique sur les Traitements et Salaires (IUTS) : Ce qui va changer
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés