Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Un gagnant est un rêveur ,qui n’a jamais abandonné.» Nelson Mandela

Simon Compaoré à Bobo : « Boukary KABORE dit Le Lion ne parlera plus d’implantation de Koglwéogo »

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Koglwéogo • La Direction de la Communication et de la Presse Ministérielle du MATDSI • samedi 7 janvier 2017 à 06h41min
Simon Compaoré à Bobo : « Boukary KABORE dit Le Lion ne parlera plus d’implantation de Koglwéogo »

Le Ministre d’Etat, Ministre de l’Administration Territoriale, de la Décentralisation et de la Sécurité Intérieure, Simon Compaoré a rencontré des représentants des Dozos et des autorités coutumières et religieuses des Hauts-Bassins.

"Nous sommes venus pour qu’on trouve ensemble solution définitive à la situation qui prévaut à Makognadoukou et vous dire ce que nous allons faire. Si la création d’une association est de nature à troubler l’ordre public, c’est du devoir de l’Etat d’interpeller ces associations. Il ne faut plus jamais que des gens viennent d’ailleurs pour implanter une association qui crée des problèmes ", a indiqué le Ministre d’Etat Simon Compaoré.

Il a poursuivi en ces termes : "Nous allons demander à ces personnes d’arrêter. Il sera signifié à Boukary KABORE dit Le Lion de s’abstenir de toutes histoires de Koglwéogo. Même s’il revient à Makognadoukou, il ne pourra plus parler d’implication de Koglwéogo. Toutes ces mesures seront prises aujourd’hui. Par respect, nous allons nous déporter dans le village pour signifier cela à la population ".

Le Ministre instruit les Forces de sécurité à prendre toutes les dispositions pour que ces mesures soient appliquées. Simon Compaoré a invité les Dozos à la sérénité car l’Etat fera son travail comme il se doit. "Continuez à nous faire confiance car les mesures prises, au delà de Makognandougou, concernent toute la région ", a-t-il conclu.

La Direction de la Communication et de la Presse Ministérielle du MATDSI

Vos commentaires

  • Le 6 janvier 2017 à 14:01, par ib En réponse à : Simon Compaoré à Bobo : "Boukary KABORE dit Le Lion ne parlera plus d’implantation de Koglwéogo"

    Message on ne peut plus clair.Il faut commencer a faire respecter l’autorité de l.Etat.

    Répondre à ce message

  • Le 6 janvier 2017 à 14:14, par Cheikh En réponse à : Simon Compaoré à Bobo : « Boukary KABORE dit Le Lion ne parlera plus d’implantation de Koglwéogo »

    Il était vraiment temps, car la sagesse recommande que ce soit cela l’idéal. Il faut que Boukary le lion reste vraiment tranquille. Si l’hospitalité lui a été accordée à Makognadougou quand il avait le feu aux trousses, rien que par respect pour les populations de cette localité, il devrait s’abstenir d’y semer ce genre de trouble. Et d’ailleurs que vont-ils désormais penser de lui ? La bonne entente continuera-t-elle à régner entre les villageois et lui ? Sinon, c’est à lui que tous les torts en devraient être imputés.

    Répondre à ce message

  • Le 6 janvier 2017 à 14:15, par YAAM SOBA En réponse à : Simon Compaoré à Bobo : « Boukary KABORE dit Le Lion ne parlera plus d’implantation de Koglwéogo »

    Monsieur le ministre il faut joindre la parole à l’action. On a remarqué que les koglweogos défient votre autorité. Vous leur avez dit de rejoindre la police de proximité, ils ont refusé. Le mois passé vous leur avez dit de ne pas s’implanter dans les villages de l’ouest et ils ont refuser. Desormais il faudra passer à la sanction repressive, sinon c’est une rebellion qui se propage.

    Répondre à ce message

  • Le 6 janvier 2017 à 14:21, par Mohamed Napon En réponse à : Simon Compaoré à Bobo : « Boukary KABORE dit Le Lion ne parlera plus d’implantation de Koglwéogo »

    Donc ailleurs c’est possible ? Et si on arrêtait de déplacer les problèmes et les résoudre définitivement. Un jour on les intègre aux forces de l’ordre un autre on de ne discuté pas avec une entité qui n’existe pas.. Le lendemain grande rencontre avec ces structures.
    Mais ou allons nous avec cette cacophonie ??

    Répondre à ce message

  • Le 6 janvier 2017 à 14:25, par L’optimiste En réponse à : Simon Compaoré à Bobo : « Boukary KABORE dit Le Lion ne parlera plus d’implantation de Koglwéogo »

    Je pense que le message est clair, compte tenu du fait que la cohabitation entre kogweologo et Dozos n’est pas propice, pas d’installation de kogweologo à l’ouest. Cela nous évitera d’éventuels conflits entre ces associations, car au lieu de traquer les bandits, ils vont se traquer. Paix pour le Faso.

    Répondre à ce message

  • Le 6 janvier 2017 à 14:54, par kissi En réponse à : Simon Compaoré à Bobo : « Boukary KABORE dit Le Lion ne parlera plus d’implantation de Koglwéogo »

    De toutes façon depuis le début de cette histoire de koglweogo là, nous étions convaincu du chaos que celà allait créer dans la société burkinabé. Cependant les politiciens ne pensant que politique ne pouvaient aucunement voir le danger, mais plutôt le bétail électorale.

    Répondre à ce message

    • Le 7 janvier 2017 à 08:44, par Libre Penseur En réponse à : Simon Compaoré à Bobo : « Boukary KABORE dit Le Lion ne parlera plus d’implantation de Koglwéogo »

      Merci A Simon Pour Cette Decision Ki Se Veut Ferme. Boukary Kaboré Le Faux Lion Est Venu Affamé Negocier L.Hospitalité A Makognadougou Pour S.Y Etablir. Aujourd.Hui Il Est Rassasié Et Pour Remercier Ses Logeurs Il Veut Mettre Le Feu Dans Leurs Maisons. Le Faux Lion Avait Affirmé K Si Les Dozos Veulent L.Affrottement Avec Les Koglweogos Il Y.En Aura. Si En Etant En Activité Militaire Boukary Kaboré N.A Pas Eté Acteur Des Hauts Faits Militaires Ce N.Est Pas A Sa Retraite Kil Pourra Faire Kelke Chose. Le Lion Doit Etre Mis Aux Arrêts Pour Incitation A La Violence.

      Répondre à ce message

  • Le 6 janvier 2017 à 14:54, par Indjaba En réponse à : Simon Compaoré à Bobo : « Boukary KABORE dit Le Lion ne parlera plus d’implantation de Koglwéogo »

    On t’a bien dit au début que cette histoire causerait des problèmes intercommunautaires d’ordre religieux, ethniques, régionales etc. Tu n’aimes pas la contradiction, tu crois toujours détenir en tout temps et en tout lieu la vérité et tu as foncé et voilà !. Ce n’est que le début car ces Dozos et kolgweogos risquent de nous plonger dans un bazzar qui va ressembler à celui de la RCA avec les Seleka et les Antibalaka.

    Répondre à ce message

  • Le 6 janvier 2017 à 15:04, par kere En réponse à : Simon Compaoré à Bobo : « Boukary KABORE dit Le Lion ne parlera plus d’implantation de Koglwéogo »

    entouka ns on a pas besoin de koglweogo dans notre grand ouest du Burkina, pas chez ns ici point barre !!!

    Répondre à ce message

  • Le 6 janvier 2017 à 15:31, par Bintoa En réponse à : Simon Compaoré à Bobo : « Boukary KABORE dit Le Lion ne parlera plus d’implantation de Koglwéogo »

    Une question : est ce que les dozos pourraient s implanter à Poa ou à manga ou toute localité sans concertation avec les kolwéogo du coin et le chef ? Boukary Kaboré est une personne âgée , je pense qu il doit avoir une approche pleine de sagesse. Il n est pas dans un camp militaire où tout se résoud par des ordres. Comme on dit au BF "la pluie nous bat et nous nous battons au lieu de chercher à nous protéger". De grâce qu il ne multiplie pas nos problèmes. Qu il aille au nord combattre les terroristes , ça nous fera du bien plutôt que d ouvrir un autre front !

    Répondre à ce message

  • Le 6 janvier 2017 à 15:37, par le choco En réponse à : Simon Compaoré à Bobo : « Boukary KABORE dit Le Lion ne parlera plus d’implantation de Koglwéogo »

    MERCI SIMON au moins je commence à te reconnaitre

    Répondre à ce message

  • Le 6 janvier 2017 à 15:43, par hors sujet En réponse à : Simon Compaoré à Bobo : « Boukary KABORE dit Le Lion ne parlera plus d’implantation de Koglwéogo »

    pas de koglweogo dans l’ouest du burkina .
    c’est aussi simple que ça.

    Répondre à ce message

  • Le 6 janvier 2017 à 15:48, par le Visionnaire En réponse à : Simon Compaoré à Bobo : « Boukary KABORE dit Le Lion ne parlera plus d’implantation de Koglwéogo »

    Je pense qu’il est grand temps que nos autorités prennent leur responsabilité face à ce problème de koglwéogo à l’Ouest. Boukary KABORE a soif du Naam, mais il faut qu’il sache qu’il est déjà trop tard pour lui et qu’il doit se calmer afin de vivre le reste de ses jours. Il doit éviter de mettre notre pays dans un cahot. les autorités doivent lui cracher cette vérité et le mettre en garde contre toute tentative de trouble.

    Répondre à ce message

  • Le 6 janvier 2017 à 15:55, par Le juste En réponse à : Simon Compaoré à Bobo : « Boukary KABORE dit Le Lion ne parlera plus d’implantation de Koglwéogo »

    Cette fois, je suis d’avis que Simon Compaoré est allé trop vite en besogne. Il y a des communautés d’autres régions à l’Ouest, même s’elles sont à l’Ouest pour des raisons économiques, elles ne mangent pas les chenilles comme Simon Compaoré d’ailleurs. Des voleurs volent les biens de ces communautés et il est de leur devoir de s’organiser pour défendre leur bien. Ces communautés ne se reconnaissent pas dans le dozo. Dans ce cas comment on fait Monsieur Simon Compaoré ? je vous admire pour votre droiture mais cette fois je trouve que vous en faites trop. C’est la force que vous voulez faire à Boukaré Kaboré dit le Lion sinon le Lion est sur le bon chemin. Il y a des rois mossis intronisés à Bobodioulasso. Il est normal que cette communauté maintiennent sa tradition. Boukaré Kaboré n’a pas fait plus que ça. Faites lui la force comme vous voulez mais le Lion est dans son bon droit. Pourquoi on a laissé s’implanter des chefferies mossis à Bobo et maintenant on veut leur interdire de faire perpétuer leur tradition ?

    Répondre à ce message

    • Le 6 janvier 2017 à 16:55, par Diakité En réponse à : Simon Compaoré à Bobo : « Boukary KABORE dit Le Lion ne parlera plus d’implantation de Koglwéogo »

      Peut on vivre dans une communauté sans reconnaitre leurs valeurs traditionnelles ?

      Répondre à ce message

    • Le 6 janvier 2017 à 17:58, par Touba En réponse à : Simon Compaoré à Bobo : « Boukary KABORE dit Le Lion ne parlera plus d’implantation de Koglwéogo »

      Le juste, vraiment votre vision n’est pas juste. Le jour que vous déciderez d’habiter à la cathédrale, vous devez respecter les règles de l’Église ou vous déménagez. Je ne pense pas que ce soit compliqué a comprendre çà.

      Répondre à ce message

    • Le 6 janvier 2017 à 18:10, par atta En réponse à : Simon Compaoré à Bobo : « Boukary KABORE dit Le Lion ne parlera plus d’implantation de Koglwéogo »

      Depuis quand le koglwéogo,est lié a ton histoire de tradition mossi.Toutes les communautés vivent ensemble,et en paix dans ce pays,ne déplace pas le problème,personne dans ce monde ne vie sans pensé a sa propre sécurité.

      Répondre à ce message

    • Le 6 janvier 2017 à 22:28, par Lucide En réponse à : Simon Compaoré à Bobo : « Boukary KABORE dit Le Lion ne parlera plus d’implantation de Koglwéogo »

      Je te comprendrais si les kolweg dont on parle étaient vraiment une émanation des communautés dont tu parles. Le lion veut faire une imposition des kolweg qu’il a selectionné ailleurs aux burkina et aidé de quelques complices résidents. Cette histoire me fait donner raison à certaines communautés de l’ouest qui refusent systématiquement l’hospitalité à certains groupes.

      Répondre à ce message

    • Le 7 janvier 2017 à 02:25, par Sidpawalemdé Sebgo En réponse à : Simon Compaoré à Bobo : « Boukary KABORE dit Le Lion ne parlera plus d’implantation de Koglwéogo »

      Vraiment, vous confondez tout et voulez non seulement tout ramener aux "ethnies" mais justifier d’aller chez les autres y imposer ses manières et "traditions". Allez vous chez votre voisin pour faire respecter les interdits de votre famille ou de votre religion, même s’il vous accueille fraternellement chez lui ? A vous lire, vous risquez de vouloir aller égorger votre poulet dans les escaliers d’un immeuble parisien sous prétexte de "perpétuer vos traditions" chez les autres. Je vous souhaite alors beaucoup de plaisir avec la police française. Il serait alors prudent d’avoir vos affaires prêtes pour une expulsion à tout moment !

      Sachez que le phénomène koglweogo, même s’il est né en pays mossi, n’est pas un fait traditionnel de cette culture, et qu’aujourd’hui, tous les koglweogo ne sont pas mossi. De même, contrairement à ce que vous semblez penser, tous les chasseurs Dozos ne sont pas des bwaba.

      Les Bobo Mandaré, leur chef et les Dozos ne s’opposent pas à l’existence d’une association quelconque, mais aux méthodes barbares et aux extorsions de fonds auxquels se livrent habituellement ceux qui se font appeler koglweogo sur les populations dont ils ont la responsabilité coutumière et morale. C’est simple, normal, légal et compréhensible, sauf peut être pour les gens de mauvaise foi. Ce qui n’est pas normal, c’est qu’on puisse torturer quelqu’un au vu et au su du ministre de la sécurité et qu’il ne fasse rien pour l’empêcher sous prétexte que quelqu’un a affirmé que c’est un voleur. Mais allons seulement...

      Répondre à ce message

    • Le 7 janvier 2017 à 11:05, par DAO En réponse à : Simon Compaoré à Bobo : « Boukary KABORE dit Le Lion ne parlera plus d’implantation de Koglwéogo »

      le Juste : je ne suis pas d’accord avec toi ! si chacun doit dire qu’il ne se reconnait pas dans les structures traditionnelles de son lieu d’habitation et en faire à sa tête, le pays deviendra ingouvernable : exemple il faudra tolerer des burkinabè islamistes qui s’installeront dans un village et commenceront à battre les femmes non voilées ; fouetter voire decapiter des hommes qui ne prient pas comme eux etc...
      le problème qui se pose est un problème serieux et non des histoires de cabaret ! il y va de la stabilité du Burkina ! nous avons besoin de gens intelligents et responsables pour gerer la situation et non de plaisantins qui parlent juste pour se faire remarquer !

      Répondre à ce message

    • Le 7 janvier 2017 à 19:46, par DOULKA En réponse à : Simon Compaoré à Bobo : « Boukary KABORE dit Le Lion ne parlera plus d’implantation de Koglwéogo »

      Monsieur le juste mal-informe/
      Il n’existe pas de chef mossi a l’ouest/Tes kolgweogo ne pourront jamais annihile le banditisme au burkina,c’est juste des bandes desoeuvre qui se sont organises pour arnaquer et piller.

      Répondre à ce message

    • Le 8 janvier 2017 à 22:48, par Dramane En réponse à : Simon Compaoré à Bobo : « Boukary KABORE dit Le Lion ne parlera plus d’implantation de Koglwéogo »

      Pour le juste. Il n’y a pas de roi Mossi intronisé à Bobo-Dioulaso, et il n’y aura jamais de roi mossi à Bobo
      parce qu’il n’y a pas de chef Bobo dans un village mossi. A partir de maintenant, les choses ne seront plus comme par le passé
      dans l’ouest du Burkina.

      Répondre à ce message

  • Le 6 janvier 2017 à 15:57, par LE CITOYEN En réponse à : Simon Compaoré à Bobo : « Boukary KABORE dit Le Lion ne parlera plus d’implantation de Koglwéogo »

    Quand on gouverne, il faut être proactive, il ne faut pas attendre les risques d’affrontements pour réagir. Cette histoire de Koglwéogos dans l’ouest me rappelle la tentative d’intronisation d’un chef des mossis à Bobo-Dioulasso dans la seconde moitié des années 90. De la même manière il faut que les autorités coutumières soient fermes et explicites : Boukary KABORE PEUT REPARTIR à POA s’il tient à implanter des Koglwéogos, là bas il sera le bienvenue, de même que tous ses semblables. L’hospitalité ne veut pas dire idiotie. Un "lion" qui a fuit devant les jeunes lieutenants en laissant ses hommes qu’il a trompé se faire massacrer à Koudougou et qui vient pour bomber son torse devant des civils, quel honte. J’oubliais dans certaines ethnies au BF la honte ne tue pas.

    Répondre à ce message

  • Le 6 janvier 2017 à 15:59, par Naboho Lassina En réponse à : Simon Compaoré à Bobo : « Boukary KABORE dit Le Lion ne parlera plus d’implantation de Koglwéogo »

    Mr le Ministre Simon ,je suis parfaitement d accord avec votre décision ,qui ne souffre d aucun nuage.Il faut à tout prix préserver la cohésion sociale entre nous.Merci

    Répondre à ce message

  • Le 6 janvier 2017 à 16:08, par chapeau noire En réponse à : Simon Compaoré à Bobo : « Boukary KABORE dit Le Lion ne parlera plus d’implantation de Koglwéogo »

    je pense que les dozos ont déjà parler et je crois que sa suffit largement, car cela ne va jamais marcher dans les Grand Hauts Bassins.il sont ou ces kolwéogo et il y’a toujours des attaques terroristes au sahel. qu’est ce qui prouve que ces gens la même ne sont pas des complices ? je reviens.

    Répondre à ce message

  • Le 6 janvier 2017 à 16:14, par Observateur En réponse à : Simon Compaoré à Bobo : « Boukary KABORE dit Le Lion ne parlera plus d’implantation de Koglwéogo »

    Il était temps. Soyons vigilants. Ces comportements cachent bien des choses.

    Répondre à ce message

  • Le 6 janvier 2017 à 16:15, par C’est Simple En réponse à : Simon Compaoré à Bobo : « Boukary KABORE dit Le Lion ne parlera plus d’implantation de Koglwéogo »

    Quelqu’un peut-il me traduire koglewéogo en dioula ? J en ai besoin pour intervenir dans le forum.

    Répondre à ce message

  • Le 6 janvier 2017 à 16:20, par Yako En réponse à : Simon Compaoré à Bobo : « Boukary KABORE dit Le Lion ne parlera plus d’implantation de Koglwéogo »

    Écoutez Mr Simon,il.ne s’agit pas de mettre fin à l’installation des kolgweo à l’ouest.Il s’agit de démanteler définitivement ces miliciens de tout le territoire national.Le Fruit de l’insurrection ne saurait être synonyme du démantèlement de l’état.Ce qui est mauvais pour l’ouest l’est aussi pour le reste du pays.Merde

    Répondre à ce message

  • Le 6 janvier 2017 à 16:31, par DAO En réponse à : Simon Compaoré à Bobo : « Boukary KABORE dit Le Lion ne parlera plus d’implantation de Koglwéogo »

    je felicite le Ministre pour cette décision très sage et aussi très responsable. La sécurité nationale relève exclusivement de l’Etat même si ce dernier peut selon les circonstances de lieux et de temps faire appel à des structures non étatiques qui dans tous les cas agissent au nom, pour le compte et sous le contrôle de l’Etat. Aucune personne privée phyique où morale ne saurait se substituer à l’Etat quel que soit par ailleurs son passé.
    il est très facile pour faire basculer un pays dans la guerre civile, cela peut se produire en une semaine voire en quelques jours ; mais comment et quand en sortir ? ceux qui auront provoqué cette guerre là seront alors refugiés ailleurs en regardant le Burkina Faso brûler.
    le sorcier ne sait que faire du mal ! mais il n’a pas de médicament pour arrêter le mal !
    Les burkinabè sont des frères et soeurs du nord au sud de l’est à l’ouest ; ils se marient entre les diverses ethnies et religions depuis des siècles ! ce qui n’est pas le cas dans tous les pays africains !
    milles choses réunissent les burkinabè ; peu de choses les separent en réalité !
    Mais voilà que les politiciens et anciens commandos fatigués, en mal de publicité, veulent se rappeler au bon souvenir des braves populations, en usant et abusant de leur bonne foi
    Encore Felicitation à Simon et aussi au Président du Faso pour sa clairvoyance !!

    Répondre à ce message

  • Le 6 janvier 2017 à 16:34, par l’oeil de faucon En réponse à : Simon Compaoré à Bobo : « Boukary KABORE dit Le Lion ne parlera plus d’implantation de Koglwéogo »

    bien très bien parlé Mr le Ministre mais svp dit a ce vieux fou de boukare kabore dit le serpent de trouvé coin s’assoir en attendant c’est dernier jour il na plus rien a prouvé dans ce pays et demande lui les compte des soldats qui sont tombé a koudougou ce jour la il sais de quoi je parle.

    Répondre à ce message

  • Le 6 janvier 2017 à 16:44, par Yeral Dicko En réponse à : Simon Compaoré à Bobo : « Boukary KABORE dit Le Lion ne parlera plus d’implantation de Koglwéogo »

    A bien regarder les récents événements dans la province du Soum( Kéréboulé, Nassoumbou) peuvent aussi avoir comme source l’intervention de Koglwéogo venus de Boulsa lointain pour faire la justice dans cette partie du Burkina. Dans la recherche de la source du mal aucune piste ne peut être néglige.

    Répondre à ce message

  • Le 6 janvier 2017 à 16:48, par Yako En réponse à : Simon Compaoré à Bobo : « Boukary KABORE dit Le Lion ne parlera plus d’implantation de Koglwéogo »

    Jamais le Burkina Faso ne suivra Boukari Kabore (lionceau)dans ses aventures peu réfléchies.En attendant qu’il enfourche une autre fois sa motocyclette pour le Ghana,usons de toute notre intelligence pour le mettre hors d’état de nuire.

    Répondre à ce message

  • Le 6 janvier 2017 à 16:48, par Sidbéwendé Zoungrana En réponse à : Simon Compaoré à Bobo : « Boukary KABORE dit Le Lion ne parlera plus d’implantation de Koglwéogo »

    Enfin ! Voilà une bonne chose que ferait Mr. Simon Compaoré s’il réussissait. Depuis l’apparition de ce personnage dans cette Organisation paysanne et rurale qui à la base était honnête, beaucoup de personnes, le connaissant pour son caractère léger et de va-t-en guerre, avaient tiré sur la sonnette d’alarme pour les risques de dérapages qu’il allait y semer. Personne n’a écouté personne en son temps et les prévisions se réalisaient d’elles-mêmes. L’amener à se retirer des choses dans cette OSC serait une très très bonne choses. Mais avec celui-là, entre promettre de réagir et réussir à le convaincre de se retirer, il y a et il y aura une grande fosse.

    Répondre à ce message

  • Le 6 janvier 2017 à 16:50, par kolweogo En réponse à : Simon Compaoré à Bobo : « Boukary KABORE dit Le Lion ne parlera plus d’implantation de Koglwéogo »

    Bonsoir

    Tant que l’etat ne mettra pas fin aux baditismes et aux braquages ; les kolweogos vont s’installer meme à Bobo.

    Répondre à ce message

  • Le 6 janvier 2017 à 17:19, par Amadou Karama En réponse à : Simon Compaoré à Bobo : « Boukary KABORE dit Le Lion ne parlera plus d’implantation de Koglwéogo »

    le lion a créer sont parti politique pour pouvoir revenir dans l’histoire ! hélas ! pas eu de solution.Maintenant il faut qu’il se fasse remarquer en s’accrochant aux kolwéogos.Mains il a oublier que le grand ouest du Burkina a son histoire qui est imperturbable.

    Répondre à ce message

  • Le 6 janvier 2017 à 17:29, par lagitateur En réponse à : Simon Compaoré à Bobo : « Boukary KABORE dit Le Lion ne parlera plus d’implantation de Koglwéogo »

    Je m’insurge contre les propos de l’internaute N°14, le soit disant "citoyen". "Boukary KABORE PEUT REPARTIR à POA s’il tient à implanter des Koglwéogos, là bas il sera le bienvenue, de même que tous ses semblables. L’hospitalité ne veut pas dire idiotie. ./.. J’oubliais dans certaines ethnies au BF la honte ne tue pas."
    Il faut éviter de tenir de tels propos si vous êtes un Burkinabè digne de ce nom. Boukary Kaboré est un Moaga mais il n’agit pas au nom de son ethnie. Du reste, il ne fait pas l’unanimité au sein des Mossés. Dire que "dans certaines ethnies au BF la honte ne tue pas" voudrait signifier quoi ? Que chez les Mossés la honte ne tue pas ? "Ses semblables" c’est qui ? Faites attention car vous êtes vous aussi parfois sinon souvent dans le village d’autrui en toute liberté de faire ce que vous voulez. C’est un débat démocratique et non des injures. Mettez-vous désormais à la hauteur des débats.

    Répondre à ce message

  • Le 6 janvier 2017 à 17:33, par Ka En réponse à : Simon Compaoré à Bobo : « Boukary KABORE dit Le Lion ne parlera plus d’implantation de Koglwéogo »

    Sage décision en dehors des prédateurs qui veulent exploiter les cas sociaux et les paumés en les installant comme des Kolg-wéogo. Comme je l’ai toujours dit, Kolg-wéogo d’accord ! Mais des vrais comme ceux de Mané, et les Dozos qui surprennent les bandits par surprise sans tortures ni rançon en le remettant aux chefs coutumiers qui les remettent ensuite aux autorités à qui de droit. Les Dozos et les Kolg-Weogo de Mané sont des professionnels formés de père en fils depuis la nuit des temps, et connaissent leur métier en s’habillant traditionnellement et connaissable par toute la population. Ce n’est pas comme les intronisés de Boukary Kaboré et consorts, habillés en coupé décaler et foute la merde dont on ne connait qui est qui. Oui aux Kolg-Wéogo ! Mais comme chez des Dozos et de Mané qui peuvent être formé avec discipline, et non des petits voyous tortionnaires.

    Répondre à ce message

  • Le 6 janvier 2017 à 17:43, par Yann En réponse à : Simon Compaoré à Bobo : « Boukary KABORE dit Le Lion ne parlera plus d’implantation de Koglwéogo »

    Chers internautes !
    SVP, invitons ensemble les internautes 13 et 14 et plus généralement ceux qui sont comme eux a avoir un peu plus de hauteur et d’intelligence dans leurs propos. Nous sommes tous burkinabé et le Burkina nous appartient à nous tous. Alors, de grâce, évitons des propos qui sèment les mauvais germes. Relisez vos propos, ils trahissent vos noms de "Le juste" et de "Le Citoyen". Ou avez-vous choisi ces noms par pur hasard ?

    Répondre à ce message

  • Le 6 janvier 2017 à 17:51, par temps de l’action En réponse à : Simon Compaoré à Bobo : « Boukary KABORE dit Le Lion ne parlera plus d’implantation de Koglwéogo »

    ce sont des habitants des hauts bassins qui se reunissent pour créer leur KWG. il faut arrêter cette fixation sur Le Lion

    Répondre à ce message

  • Le 6 janvier 2017 à 17:52, par RADAR En réponse à : Simon Compaoré à Bobo : « Boukary KABORE dit Le Lion ne parlera plus d’implantation de Koglwéogo »

    En politique, il faut savoir reculer quand cela s’avère nécessaire pour la paix et la cohésion sociale. C’est ce que font les grands hommes d’Etat et ce n’est pas un signe de faiblesse, bien au contraire. Le gouvernement a bien fait de renoncer à la création de postes de secrétaires généraux adjoints dans les ministères suite à une désapprobation générale de cette décision communiquée en conseil des ministres. Il en est de même pour le ministre de la sécurité qui avait bel et bien fait savoir dès le départ, que le gouvernement n’impose nulle part des Koglwéogo.Il a précisé qu’il s’agit de structures locales non étatiques qui choisissent délibérément d’assurer la sécurité de proximité pour les citoyens. Le rôle du gouvernement se limite à un encadrement de ces structures pour qu’elles n’agissent pas en dehors de la loi et des principes républicains des droits humains .C’est ainsi que beaucoup de Koglwéogo ont abandonné les sévices corporels contre les présumés voleurs et bandits qu’ils appréhendaient. Force est de reconnaître, que la polémique et les tensions relatives aux Koglwéogo à l’Ouest du pays, relèvent d’intrigues politiciennes fomentées par des clans pour tenter de saper le succès des actions du ministre de la sécurité Simon Compaoré. Mais leurs intrigues sont connues du grand public .Si la région ouest ne veut pas de Koglwéogo et préfère sa tradition de dozos, alors que des individus et politiciens sinistres cessent de fomenter des troubles pour chercher à jeter la responsabilité sur le ministre de la sécurité dont la position est claire sur ces initiatives locales de sécurité. Alors que les intrigants reculent dans leurs actions de troubles à la paix sociale. Le ministre de la sécurité par cette dernière mise au point, devrait pouvoir agir contre tous ceux qui tentent sournoisement d’imposer des Koglwéogo à l’Ouest et ailleurs où les populations locales n’en veulent pas.

    Répondre à ce message

  • Le 6 janvier 2017 à 17:53, par king nana En réponse à : Simon Compaoré à Bobo : « Boukary KABORE dit Le Lion ne parlera plus d’implantation de Koglwéogo »

    Je pense sincerement que l’on devrait revoir cettehistoire de kolgweogo. J’ ai toujours ete contre et je serais toujours contre. je viens de l’ouest et le role des Dozo n’a jamais ete d’assure la securite ou d’attrapper les voleurs ilsfont partie de la societe et joue leur role de chasseurs guerisseur. De la meme facon je ne tolerais pas que les DOZO se melent de la securite je suggere qu’il en soit de meme pour les Kolgweogo. Il faut encourage la collaboration de toute la population avec les forces de l’ordre et non encourage un groupe avec armes de le faire. Si le gouverment a besoin d’effectif supplementaire il n’ont qu’a recruter, mais de grace respectons nos force de l’ordre et donnons leur le materiel pour travailler.Au lieu que le ministre se disperse pour gere des conflit de ce genre je laurai souhaiter voire a djibo entrain de s’enquerrir des defis scuritaire et encourager les fds. J aime mon Burkina c’est pour cela j’interpel le president du faso a ecouter les apprehension d’une grande partie des burkinabe : Arreter cette histoire de kolgweogo, arreter de leur donner de leur donner de l’importance, traiter les comme toute autre association coutumiere mais de grace pas comme responsable de la securite des communaute car cela releve de l’autorite de l’etat avec la collabortion de tous. Souvenons nous de la cote d’ivoire, Rwaanda, et Centre Afrique.

    King

    Répondre à ce message

    • Le 7 janvier 2017 à 22:32, par Danhy En réponse à : Simon Compaoré à Bobo : « Boukary KABORE dit Le Lion ne parlera plus d’implantation de Koglwéogo »

      Je voudrais savoir, ceux qui ont ete appréhendé et torturé par les kogolwego à Poya, sont ils coupables ou non ? Que dit l’autorité compétente de cette question ?
      Je suis d’accord avec vous en partie, mais les kogolweogo sont né parce que la sécurité promise par l’etat était défaillante. Ils faudrait que l’État arrive a assurer intégralement et sans complaisance la sécurité, et les koglweogo disparaitront. Il ne suffit pas de s’assoir devant son ordinateur ou avec sa tablette et critiquer. Allez dans les villages et renseigné vous sur les koglweogo. Il ya des réalités que les citadins ignorent.
      Les dozo en ma connaissance sont des chasseurs et guérisseurs, je diarai même qu’ils ne son pas une association mais une entité culturel respectée.
      Pourtant les koglweogo sont une association créée parce qu’il y avait manque de sécurité. Je sais pas pourquoi il ya collusion ?

      Répondre à ce message

      • Le 12 janvier 2017 à 21:07, par king En réponse à : Simon Compaoré à Bobo : « Boukary KABORE dit Le Lion ne parlera plus d’implantation de Koglwéogo »

        @ Danhy Avec tous le respect peux tu me dire ou j’ai critique dans mon poste jai donne mon point de vu comme tu viens juste de le faire. Oui a defaut d’etre acteur mais citoyen j’ai le droit de formuler mes opinion et meme mes critiques. Si tu veux un debat la dessus je serai tres ravi que l’on discute .....inbox ou au telephone. Je pense que ta premiere phrase qui est sous forme de question resume tout.
        sont ils coupable ? la torture est elle admise comme moyen de punution ? sur quelle bas legale operent ces kolweogo ? Quel est le code penal qu’ils utulise pour rendre les verdicts ? Ecoute c’est a l’etat de prendre ses responsabilite au lieu de ceder ses devoir a des groupe d’auto defense. Tout la societe civile doit participer a la securite en denoncant, les kolwego font parti de cette societe civile. Je peux te garantir que si ’etat prend pas des actions des maintenant on va tous recolter les consequences. A l’etape atuel cest devenu une question delicate dans 5 ans je peut te dire ca deviendraune question explosive. Letat doit recruter et former nos FDS.Kolweogo, Dozo ... n’ont pas leur place dans le systeme securitaire ou judiciare dans notre pays.

        Répondre à ce message

  • Le 6 janvier 2017 à 18:07, par Manu En réponse à : Simon Compaoré à Bobo : « Boukary KABORE dit Le Lion ne parlera plus d’implantation de Koglwéogo »

    Il faut mettre fin à toutes les formations Kolgweogo. Aucune association au Burkina n’a le droit d’être armée ni défier l’autorité de l’Etat. Les Kolgweogo refusent de faire partie de la police de proximité. Ils ne correspondent à aucun besoin structurel étatique et n’ont aucun répondant administratif vu qu’ils refusent la police de proximité. IL FAUT DONC SUPPRIMER SUR TOUTE L’ETENDUE DU TERRITOIRE.

    Répondre à ce message

  • Le 6 janvier 2017 à 18:18, par Fourmi En réponse à : Simon Compaoré à Bobo : « Boukary KABORE dit Le Lion ne parlera plus d’implantation de Koglwéogo »

    L’ouest du Burkina Faso, le nord de la Cote d’Ivoire sont des branches de l’empire Mandingue.
    le malien de Sikasso qui se retrouve a Bobo Dioulasso ,n’est pas depayse ; il est carrement chez lui. Il en est de meme pour les ivoiriens du nord de la Cote d’ivoire. Nous avons les memes cultures et traditions. 90% des villages de l’ouest du Burkina Faso ont ete crees par les DOZO venus du Mali . Par contre , un mossi ,meme s’il est ne dans maternite a Bobo Dioulasso ,reste et restera un etranger a l’ouest .La cohabitation avec les mossis sur ce ton est impossible .Ce sera l’Empire Mandingue contre le Royaume Mossi .
    Le pouvoir d’etat est l’arme ultime des mossis .Par le pouvoir d’etat, les mossis ont ressucite
    tous leurs Naba , occupent tous les grands postes ,detiennent tous les partis politiques. Aucun
    parti politique ne prend sa source a l’ouest.Les fils et les filles de l’ouest doivent songer et creer desormais leur propre parti politique .L’avantage des bobolais dans ce conflit est que toute la region de l’ouest est rattachee historiquement et culturellement au Mali et au nord de la Cote d’Ivoire . En Cote d’Ivoire , le pouvoir d’etat est dans les mains des gens du nord et le Mali lorgne cette partie l’empire Mandingue en territoire Burkinabe .
    A qui donc profitera le choc entre les kolweogo et les Dozo : A la Cote dIvoire, au Mali ou au Mohogo Naba ?

    Répondre à ce message

  • Le 6 janvier 2017 à 18:18, par yambia En réponse à : Simon Compaoré à Bobo : « Boukary KABORE dit Le Lion ne parlera plus d’implantation de Koglwéogo »

    On n’impose les kogweogo. koglwéogo existe depuis plus de 10 ans avant que le politique ne vienne d’ingéré pour les dénaturer. c’est 1 réponse à l’insécurité en zone rurale. Si les bandits envahissent l’Ouest du Burkina parce que les dozos ne jouent n’arrivent pas à les contrer, alors les koglweogo s’imposeront d’eux mêmes.

    Répondre à ce message

  • Le 6 janvier 2017 à 18:35, par Le Duc du Yatenga Nouveau En réponse à : Simon Compaoré à Bobo : « Boukary KABORE dit Le Lion ne parlera plus d’implantation de Koglwéogo »

    Je crois que c’est une provocation car il y a des localités, dont le sud-ouest qui avaient en toute sagesse, dit qu’elles ne voulaient pas Koglweogo. Se lever aujourd’hui pour le faire relève d’un irrespect de la part de regroupements qui n’ont aucun fondement moral, culturel, juridique, constitutionnel et j’en passe ! Qui veut de koglweogo ? C ’est une situation de malheur qui justifie leur naissance. Koglweogo n’est pas un regroupement de joie mais de malheur, et qui voudrait vivre éternellement dans le malheur ? Une chose est certaine : ces groupes d’auto-défense vont muer en groupe de destruction sinon pourquoi chercher des affrontements ?

    Répondre à ce message

  • Le 6 janvier 2017 à 19:09, par Bernard Luther King ou le Prophete Impie En réponse à : Simon Compaoré à Bobo : « Boukary KABORE dit Le Lion ne parlera plus d’implantation de Koglwéogo »

    Mais à quoi ç servi l’article de LeFaso.Net sur l’entretien entre le Chef Mandarê, le Chef Koglweogo, et leFaso.Net realisé le 5 jan 2017 si j’ai bien compris l’article. Est-ce que Simon n’est pas en retard dans ses propos ? Les protagonistes semblent tombés d’accord sur les faits. A moins que j’ai très mal compris l’auteur de l’article Romuald. Ou bien s’agit-il de faits differents ? Quand on regarde la video publiée, on voit bien un dozo habillé, selon le stereotype connu, fusils en bandoulière, qui faisait partie des elements de censure publique (Koglweogo + dozos + ...) pendant l’interrogatoire publique du "fautif". Revoyez la video. Pourquoi alors dramatiser ce qui a été dejà dedramatisé ? Peut-être que l’article induit en erreur !

    Répondre à ce message

    • Le 7 janvier 2017 à 03:04, par Sidpawalemdé Sebgo En réponse à : Simon Compaoré à Bobo : « Boukary KABORE dit Le Lion ne parlera plus d’implantation de Koglwéogo »

      Effectivement, vous n’avez pas bien compris l’article et les faits. Voila un résumé :

      A) Deux personnes battues par des koglweogos se sont plaints aux Dozos, et la plainte est remontée au chef suprême des Dozos de l’Ouest, Ce dernier a amené l’affaire devant le chef suprême des Bobo Mandaré, à Bobo Dioulasso. Le chef et les Dozos estiment que ces actes posent trois problèmes graves :
      1°) Le gouvernement a autorisé des individus (c’est ce que Boukare le Lion dit) à installer des koglweogos dans leur région alors qu’ils ont clairement dit non et que le ministre avait promis que cela n’arriverait pas. Le gouvernement ou en tout cas le ministre a manqué à sa parole et veut leur imposer "ses" koglweogos.
      2°) Les koglweogos ont défié le chef suprême des Bobo Mandaré et partant toute la communauté, puisqu’ils savaient bien qu’on ne voulait pas d’eux mais se sont installés quand même. C’est une offense.
      3°) Ces koglweogos se livrent aux actes qu’ils redoutaient justement, c’est à dire les sévices corporels et le paiement "d’amendes", en plus pour des histoires de femme. La scène de torture a été filmée et passée devant le chef suprême.
      Ils ont donc décidé de partir "en guerre" pour régler leur compte à ces koglweogos installés "anarchiquement". Aux cotés du chef suprême des Bobos, il y avait Ali Konaté, président de l’Union nationale des Dozos du Burkina.

      B) Pour essayer de désamorcer la crise, le chef adjoint des koglweogos de la zone couvrant le village de Poya (Makognadougou), où se sont déroulés les faits, Sempeko Karim, (adjoint de Boukari Kaboré dit le Lion) s’est associé au chef Dozo de cette même localité Traoré Seydou pour donner leur version. Selon eux, ces deux individus sont bien des voleurs, et il n’y a pas de rivalité entre les deux groupes à Makognadougou.

      C) Cette sortie n’a pas calmé la colère des grands chefs Dozos et des Bobo Mandaré car c’est l’installation même des koglweogos le problème, avant de savoir ce qui a motivé les tortures. Ils entendent laver l’affront et ne pas tolérer l’existence de ce groupe. D’où le déplacement du ministre sur place pour intervenir avant l’affrontement qui se préparait.

      Répondre à ce message

  • Le 6 janvier 2017 à 19:20, par Tinga laafi En réponse à : Simon Compaoré à Bobo : « Boukary KABORE dit Le Lion ne parlera plus d’implantation de Koglwéogo »

    On ne doit imposer les koglwéogos.L’ouest connait moins l’insécurité contrairenent à d’autres régions comme le nord et l’est.L’imposition ou le renforcement de la sécurité dans ses régions serai la bienvenue.

    Répondre à ce message

  • Le 6 janvier 2017 à 22:34, par Le Feu Vert En réponse à : Simon Compaoré à Bobo : « Boukary KABORE dit Le Lion ne parlera plus d’implantation de Koglwéogo »

    Certains Internautes Doivent Soigner Leur Langage.Les Gens Sont Au Serieux Et Vous,vous Etes Dgarés Dans Temps.Koglweogo Ne Veut Pa Dire Coupeur De Route Encore Moins Des Ratés Comme Un In Internaute Le Dit.Svp.Ns Voulons La Paix Entre Les Peuples

    Répondre à ce message

  • Le 6 janvier 2017 à 22:42, par Le Feu Vert En réponse à : Simon Compaoré à Bobo : « Boukary KABORE dit Le Lion ne parlera plus d’implantation de Koglwéogo »

    Reconnaissons Que Les Koglweogo Ont Sauvé Les Populations.Le Vol Et Les Bracages Ont Connu Un Recul

    Répondre à ce message

  • Le 7 janvier 2017 à 00:51, par cisse En réponse à : Simon Compaoré à Bobo : « Boukary KABORE dit Le Lion ne parlera plus d’implantation de Koglwéogo »

    internaut 34 toi si tu veut faut aller rejoindre le Mali ou LA cote divoire et laisser les bobolais tranquille faut pa diviser les gens OK ? ou bien tu croi que les pay que tu a citer sont mieux plusque le Burkina ? faut aller avec ta famille en cote divoire ou bien au Mali on sen fou de toi les burkinabe sont uni çest pa toi qui va les diviser

    Répondre à ce message

  • Le 7 janvier 2017 à 04:19, par sagesse En réponse à : Simon Compaoré à Bobo : « Boukary KABORE dit Le Lion ne parlera plus d’implantation de Koglwéogo »

    Je suis vraiment désolé qu’un officier de son rang même étant à la retraite agisse dans l’illégalité. c’est vraiment une honte pour notre armée. Il est temps que ce gouvernement joigne l’acte à la parole et laisser les discours inutiles sur l’implantation des kolgwéogo à l’ouest. Sinon notre chère patrie deviendra comme le Nigeria où dans certaines localités, les forces de défense et de sécurité ne pourront jamais mener des opérations..

    Répondre à ce message

  • Le 7 janvier 2017 à 09:38, par SOMEDAME En réponse à : Simon Compaoré à Bobo : « Boukary KABORE dit Le Lion ne parlera plus d’implantation de Koglwéogo »

    Hé, ne parler plus du nord. N’oubler pas que le djiadiste ne parle pas il agit. Lorsque que les koglweogo ont tenter de s’installer au nord les djiadistes ont agit. Queue entre les jambes ils ont disparu. Pardon pour la vie des koglweogo ne parler plus du nord.

    Répondre à ce message

  • Le 7 janvier 2017 à 09:58, par pare ousseni En réponse à : Simon Compaoré à Bobo : « Boukary KABORE dit Le Lion ne parlera plus d’implantation de Koglwéogo »

    les dozo existaient biens longtemps ils existe toujours ces voles et autres formes de délinquances je penses que ces dozo devrait apporter leurs soutient préventives à nos force fds pour éradiquer ce fléaux dans cette partie du pays. si les kolweogos sont apparu c’est qu’il faut vérifier il doit avoir un accord avec une partie de la population qui sentent le besoin et que ces dozo n’arrivent pas a satisfaire. pourquoi les dozo n’essaient pas d’exploité le coté positif des kolweogos en leur encadrant sous leur autorités.
    les kolweogos sont né de la force de la société je pense qu’ils disparaîtrons naturellement de cette société si nous arrivons en semble à éradiquer ceux contre quoi le se battent (vol braquage...) .Merci pour les échange d’opinons et d’idées

    Répondre à ce message

  • Le 7 janvier 2017 à 10:10, par YIRMOAGA En réponse à : Simon Compaoré à Bobo : « Boukary KABORE dit Le Lion ne parlera plus d’implantation de Koglwéogo »

    Le côté positif du DOSOYA c’est la pharmacopé, sinon le DOSO est un braconier, tout sauf un qui lutte contre les voleurs ?
    Si Koglwéogo gène SIMON, qu’on les supprime et les voleurs vont s’adonner à leur activité, les braqueurs vont tuer et à chacun son destin ?
    Soyons sérieux, ya une difference entre D0SOYA qui est une confrérie, un secte pour des gens qui s’adonnent à la chasse du gibier et le Koglwéogo est un groupe d’autodéfense contre le vol ?
    Behhh, les gens sont malhonnètent y compris certain dirigeants ?

    Répondre à ce message

  • Le 7 janvier 2017 à 10:13, par loblo En réponse à : Simon Compaoré à Bobo : « Boukary KABORE dit Le Lion ne parlera plus d’implantation de Koglwéogo »

    attendez moi je me perd la ! c’est le même Simon Compaoré qui avait dit que ce n’était lui qui a autorisé la mise en place des koglwéogo ? il semblait dire qu’il était impuissant face au phénomène et maintenant il trouve la force pour interdire leur installation dans l’ouest du pays ? s’il le peut alors qu’il mette au pas ces gens qui défient chaque jour son autorité.

    Répondre à ce message

  • Le 7 janvier 2017 à 15:15, par Wedaga En réponse à : Simon Compaoré à Bobo : « Boukary KABORE dit Le Lion ne parlera plus d’implantation de Koglwéogo »

    Si Boukary est sage, il devrait se trouver une occupation utilise. Il est simplement un lion édenté. S’il pensait au massacre des jeunes militaires à Koudougou pendant le coup d’État du 15 octobre 1987, il ne pourrait guère s’exhiber

    Répondre à ce message

  • Le 7 janvier 2017 à 18:40, par dernier avertissement En réponse à : Simon Compaoré à Bobo : « Boukary KABORE dit Le Lion ne parlera plus d’implantation de Koglwéogo »

    L’ouest du Burkina n’est pas une propriété exclusive des dozos. Simon Comaporé crée un précédant très grave en voulant diviser les fils d’un même pays et il emportera l’entière responsabilité

    Répondre à ce message

  • Le 7 janvier 2017 à 20:35, par Dignité En réponse à : Simon Compaoré à Bobo : « Boukary KABORE dit Le Lion ne parlera plus d’implantation de Koglwéogo »

    Je pense que là, on est entrain de créer un précédent très dangereux. Comment une association peut refuser voir interdire à une autre association de s’implanter dans une zone qu’elle considère être la sienne ? Ç’aurait été plus sain si c’était une simple bagarre entre les deux associations que l’État tranchait en suspendant une des associations ou les deux, ou sur la base d’actes illégaux que l’État interdit. Mais que la décision soit fondée sur le refus d’une autre association de voire une autre s’implanter, j’avoue que moi cela me gêne. Par ailleurs, les gens oublient souvent de dire que ce ne sont pas des individus qu’on déplace d’une zone à une autre pour les installer comme Kolgweogos mais des natifs des différentes localités d’implantation. Bref, il faut que cette histoire soit gérée de façon très réfléchie et avec le plus grand discernement sinon le remède peut se révéler pire que le mal !

    Répondre à ce message

  • Le 7 janvier 2017 à 20:55, par Megde alors En réponse à : Simon Compaoré à Bobo : « Boukary KABORE dit Le Lion ne parlera plus d’implantation de Koglwéogo »

    Que ces dozos arrêtent de distraire les gens. les coupeurs de routes ont fait la pluie et le beau temps dans ce pays sans qu’on ne les entende, préoccupés qu’ils étaient, certainement à chasser ou pourchasser les lièvres et autres perdreaux. Les kolgwéogos eux ont tant bien que mal maté les coupeurs de routes et nos routes sont actuellement sécurisées.
    Autre chose, si les dozos doivent s’adresser à une autorité, c’est bien au ministre de l’environnement (et de la chasse) qu’il doivent s’adresser et non à celui de la sécurité. Là aussi, il y a du boulot car nos pauvres animaux sont massacrés à grande échelle par des braconniers internationaux à la barbe de ces fameux inutiles dozos qui s’exitent aujourd’hui. Arrêtez de distraire les honnêtes gens ou faites pour une fois la preuve de votre utilité où vous êtes sensés l’être (en brousse). Aussi, on vous a souvent vu vous ou vos semblables, vous pavaner dans certaines grandes villes comme ouagadougou, abidjan, etc.qui ne sont pas vos villages, sans que cela ne pose problème à personne. Alors cessez vos prétentions régionalistes pour ne pas mettre notre pays à mal messieurs "les chasseurs".

    Répondre à ce message

  • Le 7 janvier 2017 à 21:33, par clairevoyance En réponse à : Simon Compaoré à Bobo : « Boukary KABORE dit Le Lion ne parlera plus d’implantation de Koglwéogo »

    Ce qu’il savoir, il y a du politique dans cette affaire et lui simon en sait beaucoup de choses. Mais comme les Burkinabes aiment les actions chaudes, ils ne prennent pas la peine de regarder plus loin. Wait and see.
    Plus on continuera de taper dans la fourmilière, plus on ne fera que des dégâts.

    Répondre à ce message

  • Le 7 janvier 2017 à 22:05, par John.D En réponse à : Simon Compaoré à Bobo : « Boukary KABORE dit Le Lion ne parlera plus d’implantation de Koglwéogo »

    La décision du ministre est très bien sage et réfléchi .Si dans certaines région ,si d’autres formes d’association arrivent à jouer les mêmes rôles que les koglweogo,il faut les en permettre.Tous visent le même objectif : la sécurité des bien et des personnes.

    Répondre à ce message

  • Le 8 janvier 2017 à 00:35, par Vercingétorix En réponse à : Simon Compaoré à Bobo : « Boukary KABORE dit Le Lion ne parlera plus d’implantation de Koglwéogo »

    Si les Dozo peuvent intimider les voleurs de l’Ouest comme les Koglweogo le font au centre, à l’Est et au Sud, qu’on les laisse. L’Etat devrait encourager les populations à s’organiser pour suppléer le manque d’efficacité de nos FDS dans la lutte contre les voleurs. Comme ça il y aura plus de personnel pour croquer du djihadiste au Sahel.

    Répondre à ce message

  • Le 8 janvier 2017 à 01:24, par Dibi En réponse à : Simon Compaoré à Bobo : « Boukary KABORE dit Le Lion ne parlera plus d’implantation de Koglwéogo »

    Si cette affaire de koglwéogo relève de la politique de l’énergumène, Simon Compaoré n’est responsable de rien, mais bien les deux principaux responsables de l’Etat à savoir Kaboré Roch-D’argile Christian et le satrape en second, Salif Diallo président de l’Assemblée Nationale.
    Mes propos sont à la hauteur du dégoût devant une question concernant notre avenir national commun et celui de l’Etat de droit républicain.
    Il est temps que le Président Roch Christian Kaboré et Salif Diallo sortent du bois et clarifient la situation sur cette question des Koglwéogo ou des Dozos, car nous n’avons pas reçu notre indépendance nationale sur la base des luttes de telles entités ; mais bien des luttes de résistances paysannes, de contestations estudiantines ou syndicales des travailleurs, des femmes, brefs des luttes patriotiques contre l’ordre colonial.
    Il est urgent que nos concitoyens arrêtent d’incriminer Simon Compaoré même ministre de la sécurité et de l’intérieur. Il prend sa part de responsabilité en partant du cap que définit le gouvernement collectivement, le Président de la République et salif Diallo, président de l’Assemblée où doivent-être débattues les questions clés qui engagent l’avenir de la Nation et de la République.
    A jouer avec cette question, ou en faire une affaire de l’énergumène, on compromet l’avenir de notre beau pays. Un avenir qui, à plus ou moins long terme, risque d’être gâché par le détonateur puissant qui lui manque : la jonction effroyable entre toute cette kyrielle de forces les plus réactionnaires ; à savoir les féodaux et pieds nickelés du marigot politique, les obscurantistes zélés et égorgeurs du salafisme wahhabite, les koglwéogo de tous poils...
    Bref, si tout ça n’est pas mis à plat à temps entre le pouvoir, la société civile et la Nation, notre avenir commun court de gros risques. C’est dire que l’affaire n’est pas qu’une affaire de Simon Compaoré seul.
    Il y a là, sous nos yeux, une maladie de l’Etat qui devient chronique. Une faillite que d’autres sauront saisir à temps pour saccager notre avenir commun à partir de nos propres démissions ; je veux dire tous ceux qui travaillent pour les intérêts occidentaux.
    La responsabilité de tout le gouvernement de Roch Kaboré est engagée ; y compris celle de tous les députés ; et celle du président de l’Assemblée très préoccupé par les petits arrangements personnels à savoir ses distributions de tablettes-ordinateurs et autres indemnités exceptionnelles du nouvel an.
    Est ce à cela que sert un Député ? Un Président d’Assemblée ?
    Bref un gouvernement ?
    Na an lara an sara !
    La patrie ou la mort !

    Répondre à ce message

  • Le 8 janvier 2017 à 02:10, par sidnooma En réponse à : Simon Compaoré à Bobo : « Boukary KABORE dit Le Lion ne parlera plus d’implantation de Koglwéogo »

    la majeur partie des koglweogo sont des bandits retraités.et ils ont vu qu ils gagnent plus

    Répondre à ce message

  • Le 8 janvier 2017 à 07:57, par MANDINA En réponse à : Simon Compaoré à Bobo : « Boukary KABORE dit Le Lion ne parlera plus d’implantation de Koglwéogo »

    Même si Simon n’aime pas les chenilles, il doit aimer la viande sauvage. C’est pourquoi il a pris partie pour les chasseurs de rats et de margouillat au détriment de ceux là même qui assurent la sécurité des personnes et de leurs biens. Il oublie que le mal est très profond et avec ou sans le lion les peuples de l’ouest vont installer leur groupe d’auto-défense car l’incapacité de Simon à sécuriser le pays est notoirement avéré. Le grand ouest n’est la propriété des dozos ou du chef des bobos tout comme Ouagadougou n’appartient pas uniquement au mogho naba et aux mossis. Dans tous les cas, le problème demeure sans solution et Simon sera tenu pour responsable car les dozos ne pourront pas empêcher les habitants de l’ouest de s’organiser et d’assurer leur propre sécurité

    Répondre à ce message

  • Le 8 janvier 2017 à 09:57, par Zas En réponse à : Simon Compaoré à Bobo : « Boukary KABORE dit Le Lion ne parlera plus d’implantation de Koglwéogo »

    En tous cas Simon Compaoré n’est pas fiable tant qu’il n’arrive pas à s’imposer aux koglwéogos.
    Quant à Boukary alias le Lion, il devrait rester être raisonnable et abandonner son projet d’installation de koglwéogos dans la zone.

    Répondre à ce message

  • Le 9 janvier 2017 à 06:17, par Yamskn En réponse à : Simon Compaoré à Bobo : « Boukary KABORE dit Le Lion ne parlera plus d’implantation de Koglwéogo »

    Simon a un esprit xénophobe. il di q personne ne quittera ailleurs.... Un burkinabè qui change de localité est étranger selon lui. ce pire que Boagbo et son ivoirité.

    Simon a un esprit xénophobe. il di q personne ne quittera ailleurs.... Un burkinabè qui change de localité est étranger selon lui. ce pire que Boagbo et son ivoirité.

    Simon a un esprit xénophobe. il di q personne ne quittera ailleurs.... Un burkinabè qui change de localité est étranger selon lui. ce pire que Boagbo et son ivoirité.

    Répondre à ce message

  • Le 9 janvier 2017 à 06:29, par Kouamé En réponse à : Simon Compaoré à Bobo : « Boukary KABORE dit Le Lion ne parlera plus d’implantation de Koglwéogo »

    Le Lion est en train de se compromettre par ses propos sur la polémique liée aux Koglwéogo à l’Ouest. En effet, dans une interview sur la radio Savane Fm le 07 janvier 2017 par téléphone depuis le Ghana,le Lion prouve effectivement qu’il persiste dans sa position d’imposer les Koglwéogo à l’Ouest.Il se fait mal l’avocat des Koglwéogo en disant que leur objectif est de lutter contre les voleurs partout au Burkina pour qu’il y ait la quiétude pour les populations. Il dit ne pas comprendre pourquoi les dozos de l’Ouest s’opposent à ce que les Koglwéogo traquent les voleurs. Des propos très explicites de l’obstination du Lion dans l’implantation forcée des Koglwéogo à l’Ouest pendant que les populations locales disent ne pas en vouloir et veulent continuer avec leurs traditionnels dozos qui jouent le même rôle. Le Lion prétend que les Koglwéogo ne font pas la politique et que ce sont des politiciens qui cherchent à les divertir. Des propos incohérents car, le Lion étant lui-même responsable d’un parti politique et ancien candidat à la présidentielle, s’avère le premier coupable de la politisation des Koglwéogo.La Constitution et la loi régissant les partis interdisent à des politiques de diriger des structures qui ont des connotations de milices. Le Lion est en train de transformer des groupes de Koglwéogo en de milices privées acquises à sa cause. Le Lion avec son âge avancé, devrait avoir la sagesse de ne plus continuer d’agir en dehors de la république en posant des actes répréhensibles au Burkina et trouver toujours des subterfuges pour se réfugier au Ghana. Le Ghana fait la fierté de l’Afrique en matière de démocratie et ne devrait servir de base arrière pour des anarchistes de tout genre et politiciens déstabilisateurs.

    Répondre à ce message

  • Le 9 janvier 2017 à 10:22, par Lejah En réponse à : Simon Compaoré à Bobo : « Boukary KABORE dit Le Lion ne parlera plus d’implantation de Koglwéogo »

    Bonjour, je pense que les dozos font une lutte inutile. L’ouest du Burkina c’est pour tous les Burkinabè.Les dozos font leurs boulots et les Koglwéogos font pour eux aussi. Ou est le problème ? Si la population de l’ouest veut installer des Koglwéogos c’est leur droit. Ce n’est aux dozos de les en empêcher. C’est pas normal de leur part.L’essentiel c’est la sécurité et la paix pour notre pays et chacun et chaque structure a le droit d’apporter son concours.

    Répondre à ce message

  • Le 9 janvier 2017 à 11:41, par A bon entendeur salut ! En réponse à : Simon Compaoré à Bobo : « Boukary KABORE dit Le Lion ne parlera plus d’implantation de Koglwéogo »

    Bonjour je viens ici pour pleurer ma douleur et ma consternation face au comportement de Simon Compaoré ! Je me rappelle il y a de cela un an, ce sinistre disait que les kolgwéogos sont la bienvenue car contribuant à l’instauration d’une sécurité dans le pays ; quelques temps après il faisait savoir que ce sont des associations qui refusaient d’être formées et d’intégrer la police de proximité(chose tout à fait légitime car ça y va de leur textes qui les statuent). Alors il n’est pas étonnant que ce dernier soit fière de se voir impuissant face aux agissements de ceux-ci ! il m’a été rapporté qu’une fois monsieur le sinistre a dis que tout comme on ne peut pas forcer le mossi à manger le sitoumou on ne peut non plus pas instaurer de force les kolgwéogos dans l’ouest ce qui veut dire qu’il reconnait de ce fait que les kolgwéogos sont d’ordre culturel !aussi je me demander finalement que disent les textes des kolgwéogos ?sont-ils culturels ou pas ? par ailleurs je me vois soucieux de l’avenir que nous réserve l’insémination des ces forces d’auto-défense au BF quand on sait que plus d’un millier d’armes circulent au Faso sans autorisation d’achat et porté par des gens qui n’ont même pas de permis de port d’armes ! de même tous restent unanimes que parmi les kolgwéogos il y a beaucoup de repris de justice alors qu’est ce que la justice pense du fait que ces derniers détiennent des armes sont-ils autorisés au regard de leur passé ?quand au problème de l’instauration des kolgwéogos dans l’ouest je me demande si c’est vraiment opportun ; si déjà même là où ils sont ils rencontrent beaucoup de difficultés avec les populations bien qu’étant de la même culture ! Pour ma part je demande aux uns et aux autres de ne pas passionner le débat concernant les kolgwéogos mais plutôt d’être objectifs quand à l’opportunité de leur existence ainsi que de la conséquence à long terme (que deviendront-ils en cas de dislocation ou au cas où leur pouvoir s’agrandira) ! Pour finir je m’en vais demander aux internautes de voir si réellement le gouvernement n’a pas une part de responsabilité dans ce qui se passe actuellement dans cette histoire de kolgwéogos ( à Bobo Simon a été traité de mounafika ce qui veut dire qu’on lui reproche d’avoir trahi un pacte préalablement scellé avec le groupe des kolgwéogos : Si nous pouvions savoir de quoi il s’agit !). C’est Dieu qui est fort et il saura nous éviter le pire car cela ne profitera à personne (ni aux kolgwéogos ni aux dozos ni encore moins aux burkinabè).

    Répondre à ce message

  • Le 10 janvier 2017 à 10:40, par Omso En réponse à : Simon Compaoré à Bobo : « Boukary KABORE dit Le Lion ne parlera plus d’implantation de Koglwéogo »

    MAIS OU EST PASSE LE LION DANS TOUTE CETTE AFFAIRE ? POUR MOI CETTE RENCONTRE DEVRA SE FAIRE EN PRESENCE DE CE DERNIER.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Groupes d’autodéfense : Les koglwéogo s’invitent dans les laboratoires de recherche
Hauts-Bassins : Le gouverneur promet de prendre des mesures pour que la région n’entende plus parler des koglwéogo
Commune de Karangasso-Vigué : Après le drame, l’heure est aux discours d’apaisement
Commune rurale de Karangasso-Vigué : Un affrontement entre populations et koglwéogo fait trois morts et de nombreux blessés
Moogho Naaba Baongho : Les Koglwéogos y étaient pour la présentation des vœux du nouvel an
Bavures des koglwéogo à Karangasso Vigué : Le témoignage de M.B., une des victimes
Grand Ouest du Burkina : La fin des koglwéogo a sonné
Karangasso vigué : L’ultimatum des dozos aux Koglweogo
Grand Ouest du Burkina : Le chef des dozo, Aly Konaté, toujours opposé à l’installation des koglwéogo
Simon Compaoré aux Koglweogo de Kantchari : « Même les chiens ont des papiers »
Dérapages d’associations « Koglweogo » au Burkina : L’os à la gorge du pouvoir !
Affrontements entre Koglwéogo et populations à Tialgo : Pour l’UPC, « C’est surtout l’incapacité du Gouvernement à encadrer les Koglwéogo qui est en question »
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés