Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Nul n’a le droit d’effacer une page de l’histoire d’un peuple, car un peuple sans histoire est un monde sans âme.» Alain Foka dans son émission " Archives d’Afrique"

Hommage à Thomas Sankara et à l’insurrection d’octobre 2014

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Insurrection populaire de 2014 • • samedi 31 décembre 2016 à 19h20min
Hommage à Thomas Sankara et  à l’insurrection d’octobre 2014

De l’insurrection au pouvoir actuel du MPP via la transition : quel bilan, quelles leçons à retenir ? Le Balai Citoyen et le réalisateur Christian Carmosino partagent leurs témoignages sur les derniers jours du président Blaise Compaoré.

De passage à Genève en Suisse dans le cadre d’une tournée de sensibilisation et de concert, Smockey et Sams’K Le Jah du Balai Citoyen ont animé une soirée film-débat-concert à l’Espace Grosselin. C’était le 26 novembre 2016 à travers un Hommage à Thomas Sankara initié par Abel Sankara de l’association Buud Yam. Cette soirée d’hommage a été également l’occasion de manifester une solidarité avec l’artiste Smockey suite à l’incendie qui a complètement détruit son studio Abazon en juillet 2016. Ce dernier dira d’entrée : « nous sommes là pour un appel à l’unité », car sans unité les luttes sont vaines et sont condamnées faiblir et à rester sans effets. Un appel au pays et à sa diaspora. Cette diaspora burkinabé d’Europe et de Suisse notamment qui semble peu visible et peu engagé, selon le Balai Citoyen, dans cette lutte comme en témoigne cette faible affluence à ce évènement. Un manque d’affluence ou d’intérêt probablement lié aux préoccupations de chacun et au manque de communication et de coordination entre burkinabé de Suisse autour de cette soirée film-débat-concert.

L’événement a vu également la présence du réalisateur italien du film « Pieds nus », Christian Carmosino, relatant les 3 jours de l’insurrection qui a balayé le pouvoir moribond de Blaise Compaoré. « Pieds nus » est un documentaire saisissant des dernières heures du régime Compaoré, capturées par cet italien qui était là pour réaliser un documentaire scientifique.

Caméra à la main, Christian Carmosino est plongé dans cette tumulte, ce grondement qui s’élève des masses citoyennes et jeunes qui, soudain, puis progressivement, se reconnaissent capables de dire enfin à Blaise Compaoré : NON ! DEGAGE ! Il sera presque adopté par la foule des manifestants de divers endroits chauds de Ouagadougou ces 3 derniers jours d’octobre 2014. Cette immersion montre les risques pris par les manifestants, leur détermination et le danger que la situation puisse dégénérée ou, au contraire que ce déséquilibre puisse profiter aux manifestants qui exigeaient le départ pur et simple de Compaoré. Cela rend encore plus poignant le témoignage du caméraman et des principales personnes et organisations citoyennes descendues sur la place publique pour réclamer haut et fort le départ sans condition du président Compaoré.

Parmi ces personnes se trouvent Sams’K LeJah et Smockey du Balai Citoyen. Leur présence à cette projection du film et aux débats qui ont suivis a donc été l’occasion de rappeler ce qui s’est passé, ce qui s’en est suivi avec la Transition dirigé par le Conseil national de la transition (CNT), et ce qui se passe aujourd’hui avec le pouvoir post-transition du MPP des trois gros « dissidents » du régime Compaoré dans ses dernières années : le Président du Faso Rock Marc Christian Kaboré, le président de l’Assemblée nationale Salif Diallo et le super-ministre de l’intérieur et de la sécurité, Simon Compaoré. Trois anciens grands notables et « faiseurs » du régime Compaoré qui, bien qu’ils aient su abandonner le navire Compaoré à temps, n’en demeurent pas moins comptables.

Que s’est-il vraiment passé ?

Qu’est-ce qui s’est réellement passé ces derniers jours ? Ce film nous donne à voir de nombreux instants et personnages mais ne peux objectivement livré les dessous et certaines coulisses de cette insurrection. Aussi les deux leaders du Balai Citoyen, lors du débat, ont éclairé le public sur certaines vérités de ces heures critiques de l’histoire récente du Burkina.

Dès lors que la foule grandissait dans la rue, malgré les risques d’intervention du RSP et des autres unités de sécurité, encouragée et galvanisée par des représentants de le société civile et de certains partis politique, les manifestants sont devenus plus téméraires en exigeant rien de moins que le départ de Compaoré. Mais cette éventualité qui n’avait apparemment pas été envisagée plus tôt par les manifestants et leurs dirigeants posait d’évidence la question de la transition, donc de la prise de pouvoir dès lors que Blaise se résignait à le quitter.

Des tractations ont conduit au cafouillage des premiers instants de cette sorte de vacation de pouvoir avec les déclarations du Général Nabéré Honoré Traoré contredites par celles du Lieutenant-Colonel Yacouba Isaac Zida assez peu connu à l’époque de l’opinion publique burkinabé. Le Balai Citoyen étant au premières loges, ses responsables ont dû négocier avec les militaires dès lors qu’il était acquis que Blaise avait cédé. Les militaires, parce qu’en ces temps d’incertitude l’armée constituait, semble-t-il, le seul corps social assez organisée, disciplinée et forte capable d’assumer le pouvoir en entendant d’y voir clair. Et c’est encore le Balai Citoyen qui indiquera la voix en proposant que l’armée prenne ses responsabilité en commençant par sécuriser l’espace et les biens publics et par assurer la continuité de l’Etat à travers le reprise normale des services de l’administration publique et des activités de chacun. Pendant ce temps des partis politiques (de l’opposition ancienne et nouvelle) voyaient déjà là de bonnes affaires à faire en commençant des manœuvres et des calculs politiciens pour se partager les places qu’allaient nécessairement libérées le CDP du régime finissant de Blaise.

Ce que le film ne montre pas, il est vrai, c’est la part de l’entourage de Blaise et de ses alliés (Burkina, CI, France) qui a sans doute aussi contribué à le décider à partir. Pour que l’histoire soit plus complète et objective, il serait intéressant de savoir ce qui s’est passé (ou ne s’est pas passé) dans le cercle proche des Compaoré rendant finalement possible son départ sans grande effusion de sang.

Cela dit, le Burkina a eu « beaucoup de chance » car les protagonistes ont su manœuvrer assez rapidement pour permettre le départ inconditionnel de Blaise et la mise en place d’une transition politique chargée de préparer les futures élections. Cela aurait pu tourner autrement pire si l’armée n’avait pas pris ses responsabilités en contrant dans un premier temps les militaires du RSP et en aidant à trouver les hommes qui allaient assurer la transition. Et c’est cette approche consensuelle qui a permis de mettre en place le CNT, de désigner son président Chérif Sy, le président de la Transition Michel Kafando et son premier ministre Yacouba Zida qui a assumé la fonction de Chef de l’Etat les 3 premières semaines de cette transition.

Et le Balai Citoyen, ne voulait-il pas lui aussi le pouvoir ?

Non, le Balai Citoyen clame à qui veut bien l’entendre qu’il ne voulait ni ne veut le pouvoir. La preuve, il a été à deux doigts de ce pouvoir et, respectant ses principes, a refusé toute compromission politicienne qui l’aurait amené à tirer parti et avantage de ce changement politique auquel il a largement contribué. Mais qu’est-ce qui anime donc ces jeunes citoyens balayeurs qui font éminemment de la politique et tout en refusant d’en assumer la gestion et la pratique exécutive du pouvoir ?

C’est l’esprit Sankara ! « C’est Thomas Sankara » dira Sams’K LeJah. C’est cette conscience que nous devons être, tout citoyen que nous sommes, en mesure d’exiger de nous-mêmes, de nos dirigeants et hommes politiques de la droiture, de la justice, de la dignité et de la vérité, en somme de l’honnêteté ! Smockey dira que s’il y a un seul qualificatif que l’on doit retenir si on veut être un véritable politique au service de ses concitoyens, c’est d’être honnête. Et c’est cette honnêteté qui les aident à se prémunir des compromissions de certains politiciens actuels. Malgré cela, il n’est pas rare de voir et d’entendre dans la presse sur certains réseaux sociaux que le Balai Citoyen, et surtout ses personnalités visibles, Sams’K, Smockey et Maître Kam, ont tiré profit de l’insurrection et de la transition. Ces derniers auraient eu des « deals » et bénéficié d’avantages matériels et financiers lors de la transition, ce que le Balai Citoyen réfute catégoriquement.

Malgré les manœuvres internes et externes des anciens tenants du pouvoir qui ont culminé avec le coup d’Etat manqué du Général Diendéré et compagnie en septembre 2015, le CNT a conduit la transition jusqu’aux élections du 29 novembre 2015 qui ont désigné Rock Marc Kaboré à la Présidence du Faso. Un an après qu’est-ce qui a fondamentalement changé ? Pas grand-chose ou peu de chose selon le Balai Citoyen qui fait remarquer au passage que la Transition et le désormais Général Zida, premier ministre de la Transition (et exilé indéterminé) semblent aujourd’hui être le bouc émissaire du pouvoir actuel qui s’échine à dénoncer des malversations commises sous la transition. Pendant ce temps certains dossiers initiés par cette même transition piétinent.

Toutefois, une chose acquise est bien la dissolution du RSP, le régiment de la sécurité présidentiel de Blaise Compaoré, dissolution sans laquelle il n’est pas sûr que les élections auraient pu se dérouler sereinement. Il n’est pas non plus certain que le président Rock Kaboré aurait pu être élu et encore moins régner tranquillement… avec le RSP. Avec les diverses attaques terroristes dont la plus importante est celle du 15 janvier 2016 à Ouagadougou, il y a eu comme une sorte d’avertissante « bienvenue » adressée aux nouvelles autorités burkinabé. Peut-être pour leur dire qu’avec le départ de Blaise (hôte bien connu et bienveillant de nombreux malfrats de la sous-région), les terroristes ne garantiraient plus la sécurité du pays en l’exemptant jusqu’alors d’attentats et d’enlèvements terroristes. Est-ce y voir la complicité de l’ancien régime Compaoré avec les terroristes islamistes, dans la déstabilisation comme le soutiennent certaines sources ? Avec ces attentats et les récentes attaques terroristes au Nord, la lutte contre le terrorisme devient une des grandes préoccupations du président Kaboré et des populations burkinabé qui, en plus de leurs divers besoins quotidiens dans un manque chronique de moyens, doivent désormais s’armer et se défendre de cette nébuleuse criminelle qui s’infiltre insidieusement dans le pays.

Mais si des terroristes peuvent entrer et sortir comme ils veulent au Burkina, y assassiner des soldats et des civils et s’évanouir au-delà et à l’intérieur de ses frontières sans être inquiétés, c’est qu’il y a, sans aucun doute, des complices burkinabé, s’ils ne le sont pas eux-mêmes. Qui sont ces burkinabé qui tirent profit ou participent à cet avancement du spectre du terrorisme au Faso ? Autant de questions intéressantes mais qui ne sont pas l’objet du présent article…

Des changements peu visibles

Pour revenir à la Transition et à l’après transition du président Kaboré, le Balai Citoyen estime qu’il est difficile, à l’heure actuelle, de voir des changements significatifs dans la conduite de la chose publique. De nombreux services et entreprises publiques et privées sont toujours entre les mains ou sous l’influence d’anciens dignitaires du régimes. Aussi les collusions et les copinages divers entre anciens, nouveaux et nouveaux-anciens amis du pouvoir rendent peu lisibles les changements que les citoyens sont en droit d’attendre du nouveau pouvoir… qui n’est pas si nouveau que ça !

Les opérateurs et/ou prédateurs économiques qui ont sévit sous le régime Compaoré sont les mêmes qui opèrent aujourd’hui, souvent avec toujours les mêmes méthodes : entrisme, passe-droit, corruption, vision à court terme, absence de vision, intérêts privés toujours privilégiés au détriment des intérêts du pays et de l’ensemble de ses citoyens, etc. Les diverses déclarations des biens des membres du gouvernement et du législatif posent plus de questions qu’elles n’en résolvent. La justice semble toujours complice du statu quo et les burkinabé pensent qu’on leur ment. Ils pensent que leurs politiciens ne sont pas « honnêtes » aussi bien de par leurs déclarations que par leurs comportements qui semblent donner à voir qu’ils sont vraiment loin des réalités et des préoccupations de la plupart des citoyens burkinabé. Ce décalage exacerbé qui a conduit à la chute de Blaise Compaoré risque à nouveau de conduire les politiciens actuels dans une dangereuse impasse car ils semblent déconnectés du pays réel.

Ce Burkina réel demande enfin qu’on le respecte en menant à termes notamment les grands dossiers pendants de crimes politiques et économiques, qu’on le prenne au sérieux en mettant les personnes compétentes qu’il faut aux places qu’il faut, qu’on lui fasse confiance en construisant avec lui des projets de société dignes de ses attentes et de ses capacités. Car le Burkina réel et ses citoyens ont des besoins, ils ont des attentes et regorgent de capacités insoupçonnées qui ne demandent qu’à être reconnues et à être prises en compte pour un développement significatif et qualitatif de tous et de chacun. Et c’est ce qu’essaie de rappeler le Balai Citoyen, notamment à la diaspora burkinabé, à travers ses rencontres débats et concerts partagés en écho avec ceux qui, au pays, s’engagent concrètement pour un Burkina Faso digne de son nom.

Pour finir, nous dirons que la transition a été trop courte. Elle a été plutôt un pouvoir intérimaire qu’un véritable régime de transition comme l’avait fait remarqué… un certain Laurent Bado au début de celle-ci. La transition aurait pu et dû servir à aplanir et à purger toutes les aspérités et les incongruités du régime Compaoré incrustées dans le tissu socio-politique et économique du pays et qui l’ont sclérosé. Elle aurait dû avoir pour objectif premier, non pas préparer aux élections mais d’abord préparer à une nouvelle constitution forte, claire et adoptée par tous. C’est cette nouvelle constitution qui aurait dû servir de base pour des élections post-transition afin que la transition serve vraiment ce à quoi elle aurait dû servir : passer d’un régime récusé par le peuple à un régime politique et constitutionnel que le peuple se sera donné le temps et les moyens de choisir et de mettre en œuvre. Et pour cela la Transition aurait demandé 3 à 4 ans pour être efficace et utile. En avait-elle seulement le choix ? En avait-elle seulement la vision, les moyens et l’ambition ?

Certes, on ne réécrit pas l’histoire. Il reste toutefois à espérer que le pouvoir actuel serve de véritable transition ! Qu’il sera l’occasion de remettre certains compteurs à zéro et de travailler sérieusement à la mise en place d’une nouvelle constitution qui aide et conduise le peuple burkinabé et ses hommes politiques à prendre leurs responsabilités et à assumer pleinement et « honnêtement » leur destin… Et cela ne doit pas être incompatible avec un quelconque plan présidentiel de développement socio-économique national.

Je profite vous souhaiter à tous, lefaso.net, ses lecteurs, contributeurs, commentateurs et citoyens du Faso, tous mes vœux les meilleurs pour ce nouvel an.
Que l’année 2017 soit de bonne santé, de paix, d’abondance, de justice et de succès dans la construction d’une véritable démocratie au Faso.

(Pas celle imposée par l’occident à coût de coups tordus, de guerres, de commerce inéquitable, de dettes et de droits de l’homme. Mais bien celle que nous saurons inventer et imposer à nous-mêmes comme valables et intrinsèquement liée à nos valeurs d’unité, d’intégrité, de labeur, de solidarité et d’honnêteté.)

B. Parfait Bayala
Genève le 30 décembre 2016

P.-S.

Pour voir des photos et vidéo de ce débat hommage à Sankara suivez le lien ci-dessous :https://www.facebook.com/yalbi.yalbal

Vos commentaires

  • Le 31 décembre 2016 à 20:33, par soungalo En réponse à : Hommage à Thomas Sankara et à l’insurrection d’octobre 2014

    Dans ce débat, je n’ai pas entendu un seul mot sur le CEFOP. Et pourtant, c’est ce regroupement d’homme politique qui a impliqué le balais citoyen dans sa lutte en lui offrant un temps de parole lors de ces meetings. Le Balai Citoyen n’a jamais organisé un meeting pendant le règne de Blaise Compaoré. Ce mouvement a toujours été invité. Aujourd’hui ce mouvement va de pays en pays, pour s’attribuer la victoire de la chute du régime compaoré, en oubliant volontairement le fait que le combat a été sur plusieurs fronts : le combat des députés de l’opposition à l’Assemblée par exemple. Pitié pour Smokey, Sam’s K et Kam

    Répondre à ce message

  • Le 1er janvier 2017 à 05:13, par Et bien dansez maintenant En réponse à : Hommage à Thomas Sankara et à l’insurrection d’octobre 2014

    Smokey et Sam, nous sommes tous fier de Sankara mais rappelez-vous qu’à l’époque il ne faisiat pas bon etre de la diaspora à cause de vos objectifs perso. Les diaspos ont été villipandé mis de coté et surtout tous dans le mëme panier sans distinction, avec beaucoup de dédain. A l’époque vous chantiez et bien dansez maintenant.

    Répondre à ce message

    • Le 3 janvier 2017 à 09:17, par okpayielo En réponse à : Hommage à Thomas Sankara et à l’insurrection d’octobre 2014

      Bonjour Chers amis Internautes.
      Bravo au Balai Citoyen, une des rares structures saines qui continue vaillamment de jouer son rôle.

      Monsieur/Madame « Et bien dansez maintenant », je vous cite « Smokey et Sam, nous sommes tous fier de Sankara mais rappelez-vous qu’à l’époque il ne faisiat pas bon etre de la diaspora à cause de vos objectifs perso. »
      Votre ignorance de notre histoire récente est pathétique dans votre écrit.
      Je fus CDR des étudiants (avec fierté) et je dis ici que c’est Thomas Sankara (et non Blaise Compaoré ou quelque médiocre régime subséquent que ce soit) qui a fait revenir la fameuse diaspora au pays. Il le fit par des mesures très populaires : baisse drastique des frais de scolarité (par cars entiers la fameuse diaspora a fait rentrer ses rejetons au Burkina pour se scolariser, il y a même eu des Ivoiriens, des Maliens parmi eux et j’en ai même logé chez moi), ouverture massive d’écoles et de structures sanitaires, accès à la terre (lotissement commando), établissement de CNIB, bulletin de naissance et autres documents administratifs individuels de base en 1 semaine, etc. Quand vous ne savez pas de quoi vous parlez, il vaut mieux ne pas en parler.
      La diaspora devrait même aimer Thomas Sankara mieux que tout autre Burkinabè.

      LA PATRIE OU LA MORT, NOUS VAINCRONS !

      Répondre à ce message

      • Le 3 janvier 2017 à 16:38, par Moi aussi En réponse à : Hommage à Thomas Sankara et à l’insurrection d’octobre 2014

        Bien dit okpayielo.
        Son commentaire qui m’a tiqué mettait à nu sa méconnaissance de l’histoire. Il y a des gens qui critiquent Thomas Sankara par procuration. Autrement dit, ce sont des caisses de résonnance. Dans un détour du quartier, ils ont ouïe des potins et hop, ils croient détenir un scoop.
        Merci frère.

        Répondre à ce message

  • Le 1er janvier 2017 à 09:22, par the upright En réponse à : Hommage à Thomas Sankara et à l’insurrection d’octobre 2014

    Très juste rétrospective et très juste diagnostic. Soyons donc unis pour accompagner le pouvoir en place pour l’application du diagnostic ici fait en vue de la construction d’un Faso de justice, de paix, de prospérité et de partage équitable des ressources nationales. Bonne et heureuse Année 2017.

    Répondre à ce message

  • Le 2 janvier 2017 à 08:19, par lawakila Zerbo En réponse à : Hommage à Thomas Sankara et à l’insurrection d’octobre 2014

    Merci pour l’article. Cependant, un passage me pose problème et c’est celui-ci "il serait intéressant de savoir ce qui s’est passé (ou ne s’est pas passé) dans le cercle proche des Compaoré rendant finalement possible son départ sans grande effusion de sang". Lorsqu’une personne est tuée, il me semble que l’effusion de sang est déjà grande ; lors de l’insurrection, il eut plus de 20 personnes tuées. Cher monsieur, à partir de combien de litres de sang et/ou combien de personnes tuées, peut-on parler de "bain de sang" et de "grande effusion de sang" ? Merci.

    Répondre à ce message

  • Le 2 janvier 2017 à 13:43, par Le republicain En réponse à : Hommage à Thomas Sankara et à l’insurrection d’octobre 2014

    Sur fonds de commerce vous voyagez de pays en pays pour faire croire aux honnêtes citoyens que le balai citoyen était à l’avant garde du soulèvement populaire avec une démarche délibérée de tronquer l’histoire de notre pays. Que diriez vous des acteurs majeurs qui en synergie ont réussi à mettre fin à ce régime vomis par la majorité de la population. Je citerai le MBDHP, le REN-LAC, le CCVC, les syndicats, les ONG, la presse, le CFOB regroupement des partis de l’opposition, la communauté religieuse et coutumière, les députés de l’opposition, les intellectuels, les étudiants, les jeunes, les citoyens anonymes etc. Cette victoire est sans propriétaire et est à attribuer au peuple du Burkina. Je vous exhorte à arrêter cette campagne continue de falsification de l’histoire de notre pays. Chaque fraction consciente ou inconsciente de la population.à contribuer à la réalisation de ce résultat. Vous avez contribuer à détourner la lutte en vous alliant à une fraction de l’armée déjà au pouvoir pour usurper l’insurrection(RSP). L’histoire vous jugera.Que Dieu bénisse le Burkina.

    Répondre à ce message

    • Le 3 janvier 2017 à 17:18, par Moi aussi En réponse à : Hommage à Thomas Sankara et à l’insurrection d’octobre 2014

      Moi j’appelle ça un procès d’intention. Je ne pense pas que le balai citoyen a la prétention de s’arroger seul l’issue de la lutte. Qu’il me soit permis de relever quelques faits.
      -  La naissance du balai citoyen a accéléré le processus comme l’arrivée de l’UPC a tonifié l’opposition comme encore, l’arrivée du MPP a boosté la lutte du CFOP.
      -  Les acteurs du Balai C, qu’on l’accepte ou non, sont d’une certaine tranche d’âge. Cette tranche d’âge se trouve être la plus importante de notre population (la jeunesse). Elle communique avec des méthodes de son époque et ça marche (les réseaux sociaux). Il est plus facile à cette tranche de s’identifier à ces acteurs qu’à des sexagénaires voire, à des septuagénaires.
      -  Certains acteurs du Balai C ont une profession qui tient les jeunes en haleine : la musique ou l’émission radio. Pour votre gouverne, avant la création du Balai C, certains acteurs étaient déjà plus populaires que certains acteurs de sociétés civiles pourtant anciennes (que voulez-vous, à chaque métier ces avantages).
      -  De par leurs activités, certains acteurs sont appelés à prester hors de nos frontières (parfois même invités, donc tous frais payés). Qu’ils profitent de ces occasions pour la promotion de leur philosophies dans le Balai C, quoi de plus normal ! D’ailleurs, il serait idiot de ne pas en profiter. Ce faisant, si le Balai C a bonne presse hors de nos frontières, c’est bon pour la renommée de la bravoure de notre peuple à travers le monde. Non ? Quand Smokey ou Kam sont interviewés, moi j’entends la voix de la jeunesse du Faso sinon du Faso tout court. D’ailleurs, des OSC paient pour être entendues sur certaines ondes.
      Bref, laissons les commentaires subjectifs et la petite jalousie de bas quartier pour nous hisser plus haut. Merci

      Répondre à ce message

  • Le 2 janvier 2017 à 19:34, par Cheikh En réponse à : Hommage à Thomas Sankara et à l’insurrection d’octobre 2014

    Humm ! Balai citoyen, héroïsme ou veulerie ! Libre à chacun d’en déduire ce qu’il veut. En attendant, merci à lefaso.net d’avoir tenu compte de ma remarque, en supprimant le doublon de cet article !

    Répondre à ce message

  • Le 3 janvier 2017 à 05:20, par Le republicain En réponse à : Hommage à Thomas Sankara et à l’insurrection d’octobre 2014

    Merci pour la publication de ma note. Vive la démocratie.

    Répondre à ce message

  • Le 3 janvier 2017 à 12:22, par ragomzanga En réponse à : Hommage à Thomas Sankara et à l’insurrection d’octobre 2014

    Bravo pour cet article, Bravo au Balai Citoyen pour leurs actions et à toutes la jeunesse Burkinabè. Cet article se présent comme un hommage à la jeunesse burkinabè...
    RAGOMZANGA

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
« L’Observateur Toubabou » : Le regard du journaliste français Thibault Bluy sur les évènements post insurrection au Burkina
Insurrection populaire d’octobre 2014 : Six ans après, les « insurgés » réclament toujours justice
Anniversaires de l’insurrection et du putsch : Des blessés portent encore des balles et continuent de souffrir, selon des témoignages
Insurrection populaire d’octobre 2014 : S.O.S pour blessés sans emploi
An VI de l’insurrection populaire : La CDAIP réclame justice pour les martyrs
Elections au Burkina : Les blessés de l’insurrection populaire attirent l’attention des candidats sur leur cas
Bendi Parfait Gnoula, blessé de l’insurrection : « En sortant les 30 et 31 octobre 2014, chacun savait qu’il pouvait mourir mais a accepté de risquer sa vie »
5e anniversaire de l’insurrection populaire : Le Balai citoyen scrute les acquis
Insurrection populaire d’octobre 2014 : Où en est le Burkina Faso cinq ans après ?
Insurrection populaire au Burkina : Une victoire du peuple contre le non-respect des engagements constitutionnels, selon le président Roch Kaboré
Commémoration de l’an 5 de l’insurrection populaire : « Nous voulons la vraie démocratie, pas la démocratie mouta mouta », Victor Pouhaloulabou, président de l’Union des familles des martyrs
Insurrection populaire : « Cinq ans après, le constat est très amer », constate l’APP/Burkindi
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés