Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les gens sollicitent vos critiques, mais ils ne désirent sеulеmеnt quе dеs lοuаngеs. » William Somerset Maugham

Crise à la CAMEG : La Cour d’Appel de Ouagadougou annule l’ordonnance du juge des référés

Accueil > Actualités > DOSSIERS > CAMEG • • vendredi 4 novembre 2016 à 00h35min
Crise à la CAMEG : La Cour d’Appel de Ouagadougou annule l’ordonnance du juge des référés

Un autre épisode de ce long feuilleton juridico-judiciaire de la crise CAMEG (Centrale d’achat des médicaments essentiels génériques et des consommables médicaux), vient de prendre fin. Ce jeudi 3 novembre 2016, la Cour d’Appel a infirmé l’ordonnance rendue par le juge d’urgence qui intimait à Salifou Konfé et Damien Koussoubé de ne pas interférer dans la gestion de la structure.

Une fois de plus les protagonistes de la crise de la CAMEG étaient devant le juge d’appel. Tout comme le Conseil d’Etat le 28 octobre dernier, la Cour d’Appel de Ouagadougou vient d’annuler l’ordonnance du juge des référés. La décision du Tribunal de grande instance de Ouagadougou du 13 septembre 2016 qui ordonnait à Dr Salifou Konfé et Dr Damien Koussoubé (respectivement ‘’nouveau’’ PCA et ‘’nouveau’’ DG contestés), la cessation des troubles manifestement illicites à l’encontre de la CAMEG, a été annulée.

Pour Me Rodrigue Bayala, avocat-conseil de Dr Salifou Konfé et Dr Damien Koussoubé, la décision rendue par le juge d’appel est en faveur de ses clients. Cela veut dire que les nouveaux organes, le PCA, Dr Salifou Konfé et le nouveau DG, Dr Damien Koussoubé, « doivent être rapidement installés dans leur fonction ». Pour lui, la CAMEG est dirigée depuis longtemps par ces derniers et « ces décisions (Conseil d’Etat et Cour d’Appel), ne viennent que confirmer en réalité ce qui existait déjà ».

Rendez-vous ce 7 novembre devant le TGI

Me Jean Charles Tougma, défense de Dr Bokar Kouyaté et Dr Jean Chrysôstome Kadeba, ne l’entend pas de cette oreille. Pour lui, ces décisions (Conseil d’Etat et Cour d’Appel), « ne sont favorables à aucune des parties ». « Si vous constatez aujourd’hui, il y a quelle décision qui dit que tel PCA doit remplacer tel autre ? », se demande Me Tougma. Selon lui, le Juge de la Cour d’Appel en infirmant l’ordonnance de référé, a estimé, qu’il n’y a pas de mesure d’urgence que peut prendre le juge des réfères en l’état sans préjudicier au fond. Il a donc renvoyé les parties à de plus amples procédures, notamment pour le fond.

A ce jour, qui dirige la CAMEG, si l’on se base sur ces décisions de justice ? Me Tougma est catégorique, Dr Bokar Kouyaté est le PCA de la CAMEG et Dr Jean Chrysôstome Kadeba, en est le Directeur général.

Parlant de décision au fond, les deux camps seront devant le Tribunal de grande instance ce lundi 7 novembre 2016. On aura droit à un double procès pour faux et usage de faux. Chacune des parties ayant intenté une action contre l’autre.

Ces décisions au fond mettront-elles fin à ce marathon judiciaire sans précèdent qui fera cas d’école ? Nous reviendrons plus en détails sur les propos des deux défenses que sont Me Bayala et Me Tougma.

Marcus Kouaman
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 3 novembre 2016 à 15:59, par ouedraogo ambroise En réponse à : Crise à la CAMEG : La Cour d’Appel de Ouagadougou annule l’ordonnance du juge des référés

    Un mauvais arrangement vaux mieux qu’un bon procès.

    Répondre à ce message

  • Le 3 novembre 2016 à 16:08, par révolté En réponse à : Crise à la CAMEG : La Cour d’Appel de Ouagadougou annule l’ordonnance du juge des référés

    Cela ne surprend personne. A quand l’indépendance de notre justice ?... Hélas !

    Répondre à ce message

  • Le 3 novembre 2016 à 16:23, par yassida En réponse à : Crise à la CAMEG : La Cour d’Appel de Ouagadougou annule l’ordonnance du juge des référés

    Voilà le résultats des manoeuvres du magistrat Kadio, conseiller technique du Smaila Ouédraogo. C’est lui qui harcèle les juges chargés du dossier, débarque nuitamment chez eux pour les corrompre ou les intimider.

    Que lui et ses acolytes sachent une chose : tout se sait dans ce pays. Les hommes qui se croient forts et manipulent les lois finissent comme certains ont fini ici en plein midi. Ca n’arrive pas qu’aux autres.
    La vraie justice, celle rendue par Dieu est implacable ! A bon entendeur...

    Répondre à ce message

  • Le 3 novembre 2016 à 16:25, par titi En réponse à : Crise à la CAMEG : La Cour d’Appel de Ouagadougou annule l’ordonnance du juge des référés

    ah ! maitre tougma veut encore joué avec le temps pour rien. accepter votre défaite car la vie est ainsi faite de hauts et de bas. celui qui a un ego très élevé doit le ranger et se chercher

    Répondre à ce message

  • Le 3 novembre 2016 à 16:35, par Réalisme En réponse à : Crise à la CAMEG : La Cour d’Appel de Ouagadougou annule l’ordonnance du juge des référés

    Certaines erreurs de forme et de fond ont été commises sous la transition en 2015 .Elles étaient essentiellement dues à la précipitation dans l’adoption de lois et de décisions sans analyse objective de leur pertinence et opportunité. Si la transition qui ne disposait que d’une année et qui avait des parlementaires peu expérimentés en matière de législation peut avoir des circonstances atténuantes pour certains actes incongrus, les tâtonnements et errements actuels de l’Assemblée nationale ne sont pas tolérables. Les taxes foncières votées en 2016 par l’assemblée nationale sont fortement contestées par les populations et même par le syndicat des travailleurs des impôts qui accusent le régime de vouloir faire payer sa mal gouvernance par les populations. Paradoxalement, le président de l’Assemblée Salif Diallo qui a soutenu le vote de cette loi, fait ensuite volte-face pour déclarer que l’imposition de la taxe foncière sera injuste tant qu’il n’aura pas une informatisation du cadastre, car certains risquent de payer et d’autres pas .Voilà un exemple de cacophonie et de précipitation pour des décisions non muries. Le même régime avait proposé en conseil des ministres, la création de postes de secrétaires généraux adjoints dans les ministères et ce projet fut un mort-né suite à la réprobation populaire pour l’inutilité d’une telle décision. Pendant que le ministre de la santé s’est rendu tristement célèbre avec l’affaire CAMEG et que cela est en train de créer une asphyxie du système sanitaire national, le président de l’Assemblée le pousse publiquement à aller de l’avant dans ses actes impopulaires, sous le prétexte qu’il existe une mafia à nettoyer à la CAMEG. Le ministre de la santé n’est pas un exemple de patriote compétent et honnête pour apporter des changements qualitatifs dans la santé publique. Ces comportements et soutiens anachroniques de l’Assemblée nationale ne crédibilisent pas l’institution et ne rassurent pas sur la qualité du travail parlementaire. Ce serait encore une gaffe monstrueuse si le président du parlement oriente les transformations statutaires de la CAMEG de la forme associative à celle d’une société d’Etat .Car, les bailleurs de fonds ne soutiendrons plus la CAMEG et elle n’aura pas de capacités propres d’avoir une santé économique à l’instar de la SONABEL ,de l’ONEA ou de la CNSS pour assurer l’approvisionnement normal des services de santé publics dont la trésorerie est faible et paralysée par la lenteur administrative de déblocage de fonds. Ce serait un projet qui mourra de sa belle mort comme la SONAPHARM, cette société d’Etat, autrefois chargée de l’approvisionnement en médicament. De même, le blocage actuel de la CAMEG ne pourra être efficacement supplée par des officines privées qui ne continueront pas d’approvisionner les services de santé publics à crédit pendant longtemps et s’exposer à la faillite, puisque les circuits de paiements étatiques sont extrêmement longs. Que les autorités (Président du Faso, Premier ministre, Président de l’Assemblée nationale) prennent le temps et le soin de bien penser leurs projets avant de décider. Qu’ils s’entourent de conseillers éclairés et crédibles et non pas d’opportunistes décriés comme le ministre de la santé et sa bande d’incompétents régionalistes agités.

    Répondre à ce message

  • Le 3 novembre 2016 à 16:36, par Sage En réponse à : Crise à la CAMEG : La Cour d’Appel de Ouagadougou annule l’ordonnance du juge des référés

    Une question.
    Me Tougma déclare entre autre que, Dr Kouyaté est toujours PCA ? bien ! au nom de qui ce dernier est à la CAMEG ? à titre personnel ? puisque l’Etat a désigné son nouveau Représentant.
    Autre question : qui le paie ? la CAMEG ou bien Kouyaté et Kadéba ? Si c’est la CAMEG, il risque de continuer de nier l’évidence pour continuer de percevoir des honoraires. Donc attention ! si c’est Kouyaté et Kadéba, ils peuvent continuer.

    Répondre à ce message

    • Le 4 novembre 2016 à 04:04, par Boubacar En réponse à : Crise à la CAMEG : La Cour d’Appel de Ouagadougou annule l’ordonnance du juge des référés

      L’État, c’est avant tout une institution. L’institution n’a de sens que dans le respect de la loi. Smaîla n’incarne pas l’État s’il ne respecte pas les textes, les lois et les procédures. Il fait exactement comme son mentor qui foule la loi au pied en ne déclarant pas ses biens alors qu’il devait le faire selon la loi depuis sa prise de fonction en janvier. Ils sont devant la justice qui va les départager. Mais tout le monde sait que les Machiavel qui ont fait trop de mal à ce pays depuis plus de 27 ans mettent la justice au pas. Nous avons tout sauf une vraie justice. Ce n’est plus un secret de polichinelle car depuis leur arrivée au pouvoir, on n’a vu que des annulations de mandats d’arrêts, des libertés provisoires, un coup d’arrêt à toutes les procédures. En fait, on pensait que c’était le système Compaoré, mais Blaise n’est plus là. On n’est fondé à croire que c’est le système Salif Diallo car lui il était là et est toujours là. Est c’est même plus inquiétant avec ces morts suspectes de amgistrats...

      Répondre à ce message

  • Le 3 novembre 2016 à 16:38, par Ik En réponse à : Crise à la CAMEG : La Cour d’Appel de Ouagadougou annule l’ordonnance du juge des référés

    Un cafouillage qui ne dit pas son nom. Comment voulez-vous qu’on vous comprenne si vous êtes dans une cacophonie sans pareille. Selon mon analyse, je pense que le conseil d’Etat, la cour d’appel et le tribunal de grande instance soutiennent à 100% les nouveaux PCA et DG. Aussi, pourquoi Me Rodrigue Bayala se permet-il de dire que "la décision rendue par le juge d’appel est en faveur de ses clients et que cela veut dire que les nouveaux organes, le PCA, Dr Salifou Konfé et le nouveau DG, Dr Damien Koussoubé, « doivent être rapidement installés dans leur fonction » quand on sait que rendez-vous est donné le 7 novembre devant le TGI pour de plus amples procédures ?
    L’incivisme ne se trouve pas uniquement dans le non-respect des feux tricolores mais aussi dans nos institutions comme la justice. Troooooooooooooop de flou !

    Répondre à ce message

  • Le 3 novembre 2016 à 16:41, par Max En réponse à : Crise à la CAMEG : La Cour d’Appel de Ouagadougou annule l’ordonnance du juge des référés

    Bon vent a la nouvelle equipe. Prenez vite le pouvoir a la zad pour la Sante des population

    Répondre à ce message

  • Le 3 novembre 2016 à 16:47, par Sidwaya1 En réponse à : Crise à la CAMEG : La Cour d’Appel de Ouagadougou annule l’ordonnance du juge des référés

    Que le gouvernement prenne ses responsabilités et limoger tous les quatres ainsi que le ministre smaila et procéder à une autre nomination. Notre CAMEG ne mérite pas ça. S’il n’y a pas de deal pourquoi les nouveaus dirigeants veulent forcer pour s’installer ? Alors le Gouvernement : tout le monde vous regarde !

    Répondre à ce message

  • Le 3 novembre 2016 à 17:42, par Citoyen lamda En réponse à : Crise à la CAMEG : La Cour d’Appel de Ouagadougou annule l’ordonnance du juge des référés

    On continue à s’amuser seulement avec la santé des burkinabé . Quoi qu’il en soit ,cette crise de la CAMEG fait beaucoup de dégâts et continuera d’en faire dans les formations sanitaires ,tant que tous les protagonistes de cette crise ne seront pas mis entièrement de côté .Peu importe le camp qui sortira vainqueur de tous ces procès, la société est déjà très divisée de l’intérieur et le climat y sera forcément très malsain entre les travailleurs . Il faut tout simplement un nouveau PCA de la CAMEG qui provienne de la présidence du FASO ou du premier ministère ou du ministère des finances , qui ne soit pas sous la coupe directe du ministère de la santé ,pour qu’il soit à l’abri de toute influence de règlements de compte et qu’il puisse recoller les morceaux et rétablir la confiance entre tous les partenaires et fondateurs de la CAMEG , pour que les choses reprennent normalement tout en corrigeant les insuffisances .C’est la meilleure solution qui vaille à présent pour sauver l’association .

    Répondre à ce message

  • Le 3 novembre 2016 à 17:43, par DROITAUBUT En réponse à : Crise à la CAMEG : La Cour d’Appel de Ouagadougou annule l’ordonnance du juge des référés

    A quoi joue maître TOUGOUMA ? Apparemment, il n’a même pas intenter une action au fond devant le tribunal administratif ! Ce qui est grave et n’arrange pas ses clients. L’action au fond aurait permis de demander l’annulation des décisions désignant les nouveaux DG et PCA de même que le nouveau récépissé. Alors que lui il s’est limité à en demander le sursis à exécution (suspension simple mais qui laisse subsister les actes concernés).

    Répondre à ce message

    • Le 3 novembre 2016 à 18:17, par Sidpawalemdé Sebgo En réponse à : Crise à la CAMEG : La Cour d’Appel de Ouagadougou annule l’ordonnance du juge des référés

      Effectivement, la question se pose... Mais il semble, selon ceux qui parlent la langue du droit, que le tribunal administratif ne peut pas se prononcer sur une décision prise en conseil des ministres. Me Tougouma doit avoir voulu éviter cet écueil.
      Mais visiblement, c’est l’angle d’attaque du ministre qu’il veut exploiter. Celui-ci, au lieu de dire clairement qu’il remplace ses représentants au conseil d’administration, insiste pour dire que le mandat était de 2 ans et qu’il est donc fini, d’où la désignation de nouveaux administrateurs. Si l’autre partie arrive à montrer que le mandat est de 3 ans, il espère ainsi gagner pour son client Kouyaté le droit de finir son mandat.
      On ne comprend d’ailleurs pas pourquoi au lieu de dire qu’il limoge et remplace le PCA avant la fin du mandat, le ministre insiste avec cette histoire de durée du mandat. A moins qu’il pense lui même que si le mandat n’est pas fini il ne peut pas le changer selon les textes de la CAMEG ? On aimerait bien le savoir, que la justice tranche sur le fond afin qu’on soit fixés ?

      Répondre à ce message

  • Le 3 novembre 2016 à 18:11, par Tokora Kambou En réponse à : Crise à la CAMEG : La Cour d’Appel de Ouagadougou annule l’ordonnance du juge des référés

    A cette phase du dossier CAMEG, au vue de la délibération des deux cours (Conseil d’Etat et Cours d’appel), c’est uniquement le sursis a exécution qui a été annulé. Cela veut dire que tout le reste est en l’état. On a renvoyé les deux parties dos à dos en attendant le jugement du fond le 7 Novembre prochain. A ce stade donc, aucun clan n’a acquis un blanc seing judiciaire. Personne n’a raison, personne n’a tord. On n’a ni dit à l’ancienne équipe de plier bagages, ni à la nouvelle équipe qu’elle n’est pas compétente. C’est sont des délibérés à la Ponce Pilate.
    Or Dr Konfé fanfaronne déjà et salive en appelant la secrétaire de la CAMEG, lui intimant l’ordre de réunir tous les directeurs de la CAMEG demain pour une rencontre. Il semble hyper pressé pour tremper sa main sénile dans la soupe et se lécher les babines mais c’est très vite aller en besogne.
    Après les juges acquis, c’est quel type de juges maintenant ?
    Allons seulement !

    Répondre à ce message

    • Le 3 novembre 2016 à 22:58, par Alex En réponse à : Crise à la CAMEG : La Cour d’Appel de Ouagadougou annule l’ordonnance du juge des référés

      Dans "le reste est en l’état." comme vous le dites, on autorise l’Etat a poursuivre ses actions qui avaient été bloquées par la décision du TA (nouveau récépissé, installation de DG) ce qui de facto signe la fin de l’ère KONFE, KADEBA. A mon avis KADEBA n’aurait pas du prendre le problème de cette façon ; avec les décisions qui sont rendues (conseil d’Etat, Cours d’Appel) et qui sont en cours je me demande si ce Monsieur peut toujours faire valoir un cas de licenciement abusif et partir avec quelque chose. En plus, il a aujourd’hui à se préoccuper qu’il ne soit pas condamner pour usage de faux, ce qui pourrait handicaper fortement la suite de sa carrière. Mais enfin...Sait on jamais...

      Répondre à ce message

      • Le 4 novembre 2016 à 12:59, par Sidpawalemdé Sebgo En réponse à : Crise à la CAMEG : La Cour d’Appel de Ouagadougou annule l’ordonnance du juge des référés

        Effectivement... Mais il resterait au DG Kadéba trois arguments de poids pour contester la "faute grave" qui justifie son licenciement :

        1°) L’existence de deux CA et deux PCA qui pose le problème de savoir à qui obéir. Il aurait alors continué à répondre du CA qui l’a nommé.

        2°) Les décisions en référé qui semblaient décider du statu quo en attendant les décisions au fond, donc du maintient de l’ancien PCA.

        3°) La validité du nouveau récépissé qui valide le nouveau conseil d’administration, qui est querellée en justice et n’était toujours pas tranchée au moment où la "nouvelle équipe" lui donnait des ordres.

        Même débarqué donc, il aura toujours des arguments pour se faire dédommager si ses avocats sont bons, à moins qu’on lui trouve d’autres casseroles que cette supposée "faute lourde" de ne pas avoir obéi au "nouveau" PCA.

        Répondre à ce message

    • Le 3 novembre 2016 à 23:04, par Mathieu 5 En réponse à : Crise à la CAMEG : La Cour d’Appel de Ouagadougou annule l’ordonnance du juge des référés

      Il faut comprendre Dr KONFE, il est loin d’être maitre de lui même. Il est simplement manupilé par Smaila OUEDRAOGO et c’est simplement regrettable. Ceux qui connaissent KONFE savent de lui un bosseur mais pas un vorace. Domage qu’il ait accepté de tronquer sa dignité.

      Répondre à ce message

    • Le 4 novembre 2016 à 00:25, par honorable En réponse à : Crise à la CAMEG : La Cour d’Appel de Ouagadougou annule l’ordonnance du juge des référés

      Mon frère tu totalement raison c’est pour dire que comment des responsables qui comprennent à travers les choses vaut mieux attendre le jugement du fonds et puis une rencontre avec des collaborateurs se prépare voilà des gens qui vont faire tomber la cameg

      Répondre à ce message

  • Le 3 novembre 2016 à 18:35, par le regard En réponse à : Crise à la CAMEG : La Cour d’Appel de Ouagadougou annule l’ordonnance du juge des référés

    De toute façon , nous les travailleurs de la CAMEG n’allons pas accepter un DG et un PCA imposer par ce soit disant sinistre, pardon Ministre de la santé..un vantard à la solde SALIF DIALLO qui veut transformer notre association en soiciété d’etat, une caverne d’ALI BABA..
    On va aller user de notre droit pour le booter hors de la CAMEG..

    Répondre à ce message

    • Le 3 novembre 2016 à 23:07, par Alex En réponse à : Crise à la CAMEG : La Cour d’Appel de Ouagadougou annule l’ordonnance du juge des référés

      Si vous êtes de la CAMEG ne faîtes pas l’erreur que beaucoup ont fait et qu’ils regrettent aujourd’hui. Occupez à exiger et à obtenir l’amélioration de vos conditions de vie et vos avantages. Si vous bloquez la CAMEG et aidez à la tuer, ce serait dommage pour tous et vous en premier. L’Etat peut bien créer sa société d’Etat en la dotant de toutes les ressources(moyens, commandes des hapitaux et csps,....) et abandonner la CAMEG (dans tous les cas c’est une association dans laquelle l’Etat peut ne plus vouloir compter). SI les nouveaux Dirigeants ne traînent pas des casseroles (avérées), cherchez plutôt à sortir de cette crise qui n’a que trop duré.

      Répondre à ce message

    • Le 3 novembre 2016 à 23:16, par Citoyen En réponse à : Crise à la CAMEG : La Cour d’Appel de Ouagadougou annule l’ordonnance du juge des référés

      Hum, Faut pas te chercher mon frere. Tu es membre fondateur ? Cameg t appartient ou bien ? Gningningningnin. N importe quoi. Je demande aux autorites la fermete contre ces hors la loi et les ramener a la raison. Bande d enfants gates oui !

      Répondre à ce message

    • Le 4 novembre 2016 à 15:12, par Sonia En réponse à : Crise à la CAMEG : La Cour d’Appel de Ouagadougou annule l’ordonnance du juge des référés

      Cher le regard ! Ouvre davantage tes yeux et comme tout bon regard, faut avoir une vision panoramique de la situation. Le jugement est fait et l’Etat fera ce qu’il a voulu faire. Vous, travailleurs ??? Aucun gain à gâcher votre gagne pain. Faut vous y faire et tenir vos postes respectifs honorablement. Le PCA et le DG de la CAMEG ne sont pas issus d’un vote du personnel en AG mais désignés par le ministère en charge de la santé depuis toujours n’es pas ? Et il y en a eu pas mal avant ces 2 sortants ? C’est pourtant une première que cela se termine au tribunal ? Vous comprenez que c’est une question de représentation, de fait le ministre met qui il veut comme répondant.

      Répondre à ce message

  • Le 3 novembre 2016 à 19:04, par levieux En réponse à : Crise à la CAMEG : La Cour d’Appel de Ouagadougou annule l’ordonnance du juge des référés

    Dans l’attente des décisions de justice, la CAMEG ne peut-elle pas être placée sous tutelle administrative suivant la loi 10 régissant les associations ? Le MATDSI pourriez-vous nous éclairer ?

    Répondre à ce message

  • Le 3 novembre 2016 à 19:21, par Chapité En réponse à : Crise à la CAMEG : La Cour d’Appel de Ouagadougou annule l’ordonnance du juge des référés

    Il est plus que temps de lancer un appel à candidature pour le recrutement d’un DG à la CAMEG à la place de ses cacophonies régionalistes et affairistes. Soumaïla Ouedraogo doit arrêter son char car trop c’est trop

    Répondre à ce message

  • Le 3 novembre 2016 à 19:29, par nebie En réponse à : Crise à la CAMEG : La Cour d’Appel de Ouagadougou annule l’ordonnance du juge des référés

    Trop de zones d’ ombres dans cette affaire.je crains que la justice soit manipuler une fois de plus et c’est bien dommage,je dirais triste !!!

    Répondre à ce message

    • Le 3 novembre 2016 à 21:00, par Kalil En réponse à : Crise à la CAMEG : La Cour d’Appel de Ouagadougou annule l’ordonnance du juge des référés

      Héééé ! La justice n’a aucun problème ! C’est vous au contraire ! Acceptez d’être de bons perdants. Je pense que c’est mort ! Il est grands temps que vous vous pliez ! Le mensonge a beau courrir, la vérité fini par le rattraper ! C’est ça qui est là !

      Répondre à ce message

    • Le 4 novembre 2016 à 09:43, par eteinciel En réponse à : Crise à la CAMEG : La Cour d’Appel de Ouagadougou annule l’ordonnance du juge des référés

      Oui les zones d’ombre,c’est que l’ancienne équipe est tout sauf clean. Franchement quand j’ai écouté son avocat et le représentant de la ligue des consommateurs,j’ai compris qu’il y a anguille sous roche. le représentant de la ligue lui même n’est pas légal puisque son contradicteur à qui la justice a donné raison a désigné un nouveau représentant au compte de la ligue. En suite comment comprendre ;que des administrateurs puissent décider de nommer tout un dg dans les divers.Ca veut dire que manifestement ils ont quelque chose à cacher En effet la règle veut qu’un administrateur avant d’aller à un conseil expose à sa structure 2 semaines avant l’ordre de jour et demande des instructions si il y a. Ici le représentant de la santé a manifestement accepter de cacher à son ministère des irrégularités très graves. C’est tout dire. je ne défends pas le ministre,mais ces faits montrent à suffisance que l’ancienne équipe n’était pas irréprochable et que des intérêts étrangers à la cameg ont dicté l’attitude des administrateurs notamment ceux du ministère.

      Répondre à ce message

  • Le 3 novembre 2016 à 20:12, par talll En réponse à : Crise à la CAMEG : La Cour d’Appel de Ouagadougou annule l’ordonnance du juge des référés

    Il faut reconnaitre que les juges ont, quelquefois, l’art de faire trainer les choses et de tuer le temps. Qu’est ce qui les empêche d’être plus explicite et d’éviter d’autres accrochages faute de clarté dans leur délibéré ?

    Répondre à ce message

  • Le 3 novembre 2016 à 23:00, par On est fatigue En réponse à : Crise à la CAMEG : La Cour d’Appel de Ouagadougou annule l’ordonnance du juge des référés

    Tout est clair, on ne peut pas reveiller quelqu un qui ne dort pas. Un conseil au personnel de la cameg pour ne plus se laisser berner par des manipulateurs. La question du fond a ete bien tranchee definitivement par le conseil d Etat. Alors arreter de distraire les gens et laisser nous respirer. Ceux qui veulent encore semer la pagaille a la cameg doivent faire tres attention pour ne pas tomber dans le delit de discredit de justice en s opposant aux decisions de justice qui ne souffrent d aucune ambiguite. A la nouvelle equipe, bon vent, les defis sont enormes alors au boulot et tres tres vite OK ?

    Répondre à ce message

  • Le 3 novembre 2016 à 23:36, par yaya-boin En réponse à : Crise à la CAMEG : La Cour d’Appel de Ouagadougou annule l’ordonnance du juge des référés

    Les Juristes, aidez moi svp !Si je comprends bien le juge de la cour d’appel renvoie les protagonistes devant le TGI pour de plus amples procédures dans le fond. Attendons donc le 07 pour voir. Peut être qu’ils vont trancher clairement une bonne fois pour que tout le monde gagne la paix. aîîî, ya ya boin bala ?

    Répondre à ce message

  • Le 4 novembre 2016 à 00:17, par Burkina En réponse à : Crise à la CAMEG : La Cour d’Appel de Ouagadougou annule l’ordonnance du juge des référés

    Mais les amis, le juge a tout dit et il faut être soit ignorant, soit de mauvaise foi comme Maître Tougma ! Le juge d’appel a levé la décision du premier qui disait de surseoir pour le moment à l’installation de la nouvelle équipe. En clair, il dit d’installer l’équipe Dr KONFE/KOUSSOUBE ! Mais comme un mauvais avocat ne s’avoue jamais vaincu et qu’il y a toujours des clients qui sont ignorants et crédules, la partie n’est pas prêt de s’arrêter. Cette affaire prouve à souhait que l’équipe KOUYATE/KADEBA est indigne et de la CAMEG, et de toute autre responsabilité administrative. De mémoire d’homme, leur entêtement à se maintenir contre le gré de celui dont ils tirent pourtant leur légitimité est du jamais vu ! C’est un comportement indigne de responsables de ce niveau et qui sera, je l’espère, sanctionné à la hauteur du forfait. Très bientôt, eux et ceux qui les soutiennent aveuglément n’auront plus que leurs yeux pour pleurer !

    Répondre à ce message

  • Le 4 novembre 2016 à 03:05, par Juste En réponse à : Crise à la CAMEG : La Cour d’Appel de Ouagadougou annule l’ordonnance du juge des référés

    Tous ceux qui se disent soutien de Kadeba cherchent à l’ enfoncé. Car ils savent bien la Cameg a été créé par le gouvernement et ses partenaires et valider en conseil de ministres. Donc l’ état peu révoqué ses représentants et nommé d’ autres personnes. Kadeba exerce dans l’ inégalité depuis son licenciement. Qu’il soit sage et partir avant que le déshonneur ne l’ attrape

    Répondre à ce message

  • Le 4 novembre 2016 à 07:52, par Dedegueba SANON En réponse à : Crise à la CAMEG : La Cour d’Appel de Ouagadougou annule l’ordonnance du juge des référés

    J’avais prédi que Roch aura du mal avec Salif, et cela m’avais valu d’être presque traité d’hérétique par Koro Yam Yélé.
    Il semble que j’avais raison car Salif est assurément l’homme fort du régime actuellement. Lorsque tu as son soutien rien de fâcheux ne peut t’arriver.
    Je me souviens que de chez ses " beaux" Blaise l’avait accusé d’être celui qui comme un chef de guerre avait sonné l’insurrection. Ensuite le même Salif affirme devant ses militants : "Je" ( et non "Nous") ferai de Roch le prochain président du Faso....
    Dites moi bonnes gens comment Roch peut-il se retourner contre celui qui l’a fait président ?
    Sans sa protection, "Super Soum" aurait été remercié depuiiis....
    Un conseil au Dr CADEBA lâchez prise et prenez vos dédommagements, pour l’instant personne ne peut rien contre Salif qui a terrassé Blaise et qui a fait Roch président. On a dit que votre ministre s’est fait tabasser par les RSP pour lui...donc le lien est trop fort.

    Répondre à ce message

  • Le 4 novembre 2016 à 07:55, par Som Sin Doun En réponse à : Crise à la CAMEG : La Cour d’Appel de Ouagadougou annule l’ordonnance du juge des référés

    Trop de non dit dans cette affaire. Que l’ancienne équipe continue son travail !!!

    Répondre à ce message

  • Le 4 novembre 2016 à 08:38, par Mme Yaméogo En réponse à : Crise à la CAMEG : La Cour d’Appel de Ouagadougou annule l’ordonnance du juge des référés

    Enfin l’histoire de la CAMEG est tranchée. Cette décision ne m’étonne pas car la CAMEG a toujours été gérée par les gens du parti au pouvoir. Donc il est évident que le ministre de la santé insiste à placer les gars du MPP. Il faut être réaliste. Les Kadéba ont été nommés par le CDP. Comme le CDP n’est plus aux affaires, ils doivent plier bagage. Dans les pays sous- developpés, on fonctionne comme ça. Merci

    Répondre à ce message

    • Le 4 novembre 2016 à 12:04, par Sidpawalemdé Sebgo En réponse à : Crise à la CAMEG : La Cour d’Appel de Ouagadougou annule l’ordonnance du juge des référés

      Je ne sais pas qui aura le dessus dans cette affaire. Tout ce que je sais, c’est que chaque camp a quelque chose à se reprocher, le PCA pour avoir nommé un DG dans le dos du ministre, et le ministre pour avoir voulu diriger directement la CAMEG au mépris des textes de celle ci et user de la force pour imposer sa vision. Au final, il est clair qu’avec la nouvelle équipe ou l’ancienne, l’option société d’état est un suicide pour la CAMEG.
      *Mais dire que le DG Kadéba a été placé là par le CDP est faux. C’est sous la transition, et sur proposition du personnel, que ce DG a été nommé, pour un intérim qui s’est finalement prolongé. Et ce après qu’un autre candidat nommé, un Compaoré, ait été refusé par ledit personnel. En ce moment, les cadres du CDP étaient empêchés de participer aux élections et les comptes du parti et de ses caciques gelés. Ils étaient donc loin de pouvoir faire nommer un DG. Restons donc dans les faits.

      Répondre à ce message

    • Le 4 novembre 2016 à 13:45, par zz En réponse à : Crise à la CAMEG : La Cour d’Appel de Ouagadougou annule l’ordonnance du juge des référés

      ma chere meme dans les pays developpes c’est comme ca, est tu prete a travaille avec une personne qui veux t’ecarter de ton bonheur ? bien sur que non, c’est pareil partout dans le monde....

      Répondre à ce message

  • Le 4 novembre 2016 à 08:41, par NEYA Ibrahim En réponse à : Crise à la CAMEG : La Cour d’Appel de Ouagadougou annule l’ordonnance du juge des référés

    Evitons de perdre du temps encore , la recréation est terminée.Mettons-nous au travail. Pour contribuer à la performance du système sanitaire de la CAMEG les agent doivent oublier ce qui s’est passé et collaborer sincèrement avec la nouvelle administration et pour les nouveaux arrivants il doivent éviter la chasse aux sorcières et même nommer certains de leurs ennemis qui ont soutenu l’ancienne équipe comme directeurs des petits départements ou chefs de service pour texte mais tout en les tenant à l’œil afin que les irréductibles ne sapent expressément le travail.

    Répondre à ce message

  • Le 4 novembre 2016 à 09:15, par San En réponse à : Crise à la CAMEG : La Cour d’Appel de Ouagadougou annule l’ordonnance du juge des référés

    Depuis le début de cette affaire, j’ai l’impression que Kouyaté et Kadéba qui ont été tous des fonctionnaires de l’État de hauts niveaux tombent très bas. Quand on nomme un fonctionnaire à un poste, content ou pas il rejoint, point barre. Quand on enlève un fonctionnaire d’un poste, content ou pas il part, point barre. Kouyaté est en retraite depuis combien d’années ? Qu’il aille faire valoir ses droits à la retraite ailleurs plutôt que de vouloir coute que coute rester au poste de PCA où il semble oublié qu’il a été nommé. Si c’était sa propre structure qui allait venir le déranger ???? Depuis sa création on sait ce que représente cette boite pour les pouvoirs en place... Si aujourd’hui on nomme quelqu’un d’autre, c’est normal !!!! Nul n’est irremplaçable dans ce Burkina !!!Les gens disaient qu Blaise était un don de Dieu pour le Burkina, en plein midi il est parti et le Burkina existe toujours !!!!Vraiment ceux qui ont été débarqués qu’ils acceptent de partir et laisser la structure répondre à sa première mission : Améliorer la santé de la population Burkinabé.

    Répondre à ce message

  • Le 4 novembre 2016 à 09:20, par SOS En réponse à : Crise à la CAMEG : La Cour d’Appel de Ouagadougou annule l’ordonnance du juge des référés

    je ne suis pas étonné du verdict, avec une justice pourrie, corrompue, on ne pouvait que s’attendre à une telle décision qui déshonore une fois de plus notre institution judiciaire

    Répondre à ce message

  • Le 4 novembre 2016 à 09:35, par Thomas SANKARA En réponse à : Crise à la CAMEG : La Cour d’Appel de Ouagadougou annule l’ordonnance du juge des référés

    Un conseil au nouveau DG de la CAMEG si vous laissez ces agents de la CAMEG acquis à la cause de l’ex équipe ils vont sapé votre travail parce que visiblement derrière toutes ces résistances visent à protéger ou à couvrir quelque chose de louche.

    Répondre à ce message

  • Le 4 novembre 2016 à 11:00, par neant En réponse à : Crise à la CAMEG : La Cour d’Appel de Ouagadougou annule l’ordonnance du juge des référés

    Il va falloir que certains membre du gouvernement soient réaliste..Comme l’a dit l’autre ,"il faut un remaniment au Sein du GOUVERNEMENT".
    Agissez comme des Adultes.

    Répondre à ce message

  • Le 4 novembre 2016 à 11:56, par Adolfo En réponse à : Crise à la CAMEG : La Cour d’Appel de Ouagadougou annule l’ordonnance du juge des référés

    Je pose la question, pourquoi, le conseil d’État a annulé le nouveau récépissé de la CAMEG au lieu de le valider ? Attendons de voir la suite sur le fond le 7 novembre 2016.

    Répondre à ce message

  • Le 4 novembre 2016 à 11:56, par Kôrô Yamyélé En réponse à : Crise à la CAMEG : La Cour d’Appel de Ouagadougou annule l’ordonnance du juge des référés

    - Chers tous, voila ce que je vien de lire sur www.zoodomail.com ! Le juge Moriba Traoré s’adressant à Simon Compaoré à travers sa page facekook. Cinglant n’est-ce pas ? En clair, il invite Simon à un débat face to face. Comme quoi tous les juges de ce pays ne sont pas des poltrons et des pourris. Lisez !

    "J’avais toujours pensé que la loi obligeait les membres du gouvernement à quelques scrupules dans leurs propos sur les affaires judiciaires, et inversement, les juges pour ce qui concerne les affaires politiques. C’est pour cette raison que même avec mon statut de responsable syndical, j’essaie d’avoir à l’esprit, pour les questions éminemment politiques, que ce que les uns et les autres peuvent dire de votre politique, ne peut être par moi dit quand bien même je serais d’accord avec eux. A plusieurs occasions cependant, il vous est arrivé d’oublier cette réserve pour vous défoncer littéralement sur la justice. Pour vous avoir observé en bien de vos sorties publiques (pas uniquement sur la justice), et là j’allège cette fois-ci comme vous le poids de ma réserve pour vous parler, je suis arrivé à la conclusion qu’il serait de l’intérêt de tous que le Président du Faso vous enrichisse d’avec un peu de réserve et d’humilité. Dans tous les cas, pour ce qui concerne les questions sécuritaires et judiciaires, si un jour un courage retrouvé vous permet de sortir du monologue habituel que vous affectionnez tant pour accepter un débat constructif, je viendrai m’essayer à dérouler les éléments qui me fondent à dire que votre propension au populisme dans des secteurs aussi sensibles est un vrai danger pour nous tous, et qu’il n’a d’autre but que de détourner les regards de certaines réalités passées ou actuelles."

    Moriba TRAORE, secrétaire général du Syndicat burkinabè de magistrats (SBM) Facebook’’

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

  • Le 4 novembre 2016 à 12:28, par ahh En réponse à : Crise à la CAMEG : La Cour d’Appel de Ouagadougou annule l’ordonnance du juge des référés

    Est ce que l’argent que vous voulez soutirer de la CAMEG est plus important que ces milliers de burkinabè qui crèvent de la dengue en ce moment ?
    Qu’est ce qui ne marche pas bien au niveau de la cameg pour que ce soit la priorité du PAN du Ministre de la Santé et de la justice.
    Leur cahier de charge ou feuille de route n’a t’il pas d’autres activités plus importantes à l’heure actuelle ?
    Où allons nous ?

    Répondre à ce message

    • Le 4 novembre 2016 à 16:02, par Gabi En réponse à : Crise à la CAMEG : La Cour d’Appel de Ouagadougou annule l’ordonnance du juge des référés

      En attendant, c’est au ministre de la santé de mettre la personne qu’il faut à la place qu’il faut pour avancer. Vous avez quel problème à ce que un DG laisse sa place à un autre. Vous êtes contre le changement hein ! Allez y ramener Blaise COMPAORE alors. Il ne reste plus que ça. Le ministre fait son travail et si ça ne vous plaît attendez quand vous serez nommé à sa place vous allez mettre qui vous estimé être lésé. C’est vous qui allez envoyer KADEBA où il ne voudra pas aller.
      Wait and see !

      Répondre à ce message

      • Le 4 novembre 2016 à 17:56, par MGeorges B. Konate LeYadega Veridick En réponse à : Crise à la CAMEG : La Cour d’Appel de Ouagadougou annule l’ordonnance du juge des référés

        Ce DG a ete recrute sur dossiers. On ne peut pas le chasser comme un malpropre et mettre son type afin de syphonner l’ argent de la CAMEG. En fait, c’est le but de tout ce remue- menage-la. Le Ministre veut faire met basse sur la caisse de la CAMEG pour son commanditaire que tout le monde connait. Arretez vos mics- macs-la. Sinon , a la deuxieme insurrection, vous n’ allez meme pas depasser Yako, a plus fort raison Ouahigouya. On est fatigue maintenant.

        Répondre à ce message

  • Le 4 novembre 2016 à 12:29, par G. Hermann En réponse à : Crise à la CAMEG : La Cour d’Appel de Ouagadougou annule l’ordonnance du juge des référés

    Que ceux qui ne comprennent pas la delicatesse avec laquelle le juge travaille observe ce qui se passe. Chacun y va de son entendement et preche pour son sain. Dans une telle affaire on peut légitimement se demander quelle est la nature de la decision qui sera rendue par le juge, si ce dernier est ténaillé par des pressions divergentes. Décision judiciaire, politique ou sociale ? En effet, il est à admettre que malgré la jeune indépendance de la justice, le juge soit tenté de rendre une décision sans aucune brindille de juridicité si ce n’est un verdict à substratum politico-social. Pour ma part cette affaire à cessé d’etre juridictionnelle dès l’instant ou l’Assemblée Nationale a servi de grande tribune pour une partie en cause dans un procès pendant devant la justice encore que le premier responsable de cette dernière institution s’y est prononcé. Mais qui sait ? Attendons de voir la suite

    Répondre à ce message

  • Le 4 novembre 2016 à 12:40, par Dedegueba SANON En réponse à : Crise à la CAMEG : La Cour d’Appel de Ouagadougou annule l’ordonnance du juge des référés

    "Super Soum" aurait été "clean" s’il avait organisé au moins un test pour remplacer Kadeba mais hélas ?
    Docteur KOUSSOUBE est-il vraiment l’homme qu’il faut ? Moi j’en doute, car lorsque je l’ai vu avec Dr KONFE les deux m’ont plutôt fait penser aux " pieds nickelés", et c’est là que le "mentor en chef" m’avait fait sourire lorsqu’il a parlé de " nébuleuse mafieuse".
    L’insurrection n’aura servi qu’à instaurer une "certaine alternance" au sein du CDP/MPP. Pauvre peuple des insurgés ? On nous a bien eu...
    Je rappelle aux excités du MPP que Roch a été élu par environ la moitié des votants...donc ils auraient très tord de négliger l’autre moitié grossie entre temps
    Par leurs ex camarades du CDP.

    Répondre à ce message

  • Le 4 novembre 2016 à 12:56, par neant En réponse à : Crise à la CAMEG : La Cour d’Appel de Ouagadougou annule l’ordonnance du juge des référés

    Il va falloir que certains membre du gouvernement soient réaliste..Comme l’a dit l’autre ,"il faut un remaniment au Sein du GOUVERNEMENT".
    Agissez comme des Adultes.

    Répondre à ce message

  • Le 4 novembre 2016 à 13:22, par samsam En réponse à : Crise à la CAMEG : La Cour d’Appel de Ouagadougou annule l’ordonnance du juge des référés

    Merci pour le partage de cet écrit de la page du SG du SMB. En toute humilité, je crois que le peuple burkinabè n’a pas de leçon à recevoir de la justice qui a constitué et constitue encore aujourd’hui plus de danger que les politiciens. Le mieux pour lui c’est de se taire car ils ont tellement déçu ce peuple que ce qu’il avance n’est qu’un prétexte pour tenter nous montrer une situation qui est loin de la réalité. regarde moi ça

    Répondre à ce message

  • Le 4 novembre 2016 à 15:34, par Al pacino En réponse à : Crise à la CAMEG : La Cour d’Appel de Ouagadougou annule l’ordonnance du juge des référés

    Chers pharmaciens véreux qui soutenez le duo Kouyaté-Kadéba,peine perdue pour vous.La messe est dite ;le mieux c’est de capituler et de reconnaitre son tort et on passe.Dr Smaila vient de réussir son coup en démantelant une tentacule de la pieuvre du ministère de la santé.Mr le ministre,penchez-vous maintenant sur les DRS et les districts.Ce sont aussi des nébuleuses installées par l’ancien régime .Ne vous laissez pas influencer par certains de vos conseillers techniques qui ont des bons petits et des promotionnaires à ces niveaux.
    Ce qui me choque avec vous c’est qu’après avoir changer de SG (une des rares qui avait répondu à la convocation de Diendieré après la tentative de putsch),vous la faite conseiller technique alors que c’est une fidèle parmi les fidèles de votre prédécesseur.Croyez-vous en sa loyauté ?Si oui c’est que vous êtes naïf et tôt ou tard vous allez l’apprendre à vos dépends.Il faut de l’audace si vous voulez changer les choses au MS.

    Répondre à ce message

  • Le 4 novembre 2016 à 16:09, par Jessé En réponse à : Crise à la CAMEG : La Cour d’Appel de Ouagadougou annule l’ordonnance du juge des référés

    KADEBA n’es-tu pas devenu fou par hasard ? On ne te reconnais pas dèèè ! Affaire de CAMEG là, tu en a fait une affaire personnelle et tu oses défier l’Etat ? KADEBA n’aura-t-il pa un proche qui puisse voler à son secours en lui demandant d’avoir un peu d’humilité et de sagesse ? KADEBA, tu risques de terminer ta course dans le décor après que tu aie perdu toute ta raison. Réfléchis un peu...
    On t’a prévenu !

    Répondre à ce message

  • Le 4 novembre 2016 à 16:18, par Papa En réponse à : Crise à la CAMEG : La Cour d’Appel de Ouagadougou annule l’ordonnance du juge des référés

    Pardon, ex-DG tu en fais trop ! Pense qu’après CAMEG il y a encore une vie. Avant de te plaindre qu’on veut te forcer pour que tu libère ton poste de DG, pense à ceux qui de par ta faute n’auront pas les soins adéquat du fait des rupture de stocks et devront perdre la vie. Une seule vie serait de trop. Quitte ton egohypertrophié et tu sauvera beaucoup de vie. Tu n’es pas né DG et si tu ne meurs pas DG, ce ne sera pas grave. Fais le au nom de ta foi et tu te rendras service à toi même.

    Répondre à ce message

  • Le 4 novembre 2016 à 16:23, par Juste En réponse à : Crise à la CAMEG : La Cour d’Appel de Ouagadougou annule l’ordonnance du juge des référés

    Il. Faut maintenant utilisé la manière forte pour faire partir l’ ancienne équipe. A savoir Dr Bocar et Kadeba. Il Faut que le président du nouveau conseil d’ administration prenne ses responsabilités en interdisant l’ accès à Kadeba au bureau,et en bloquant tous les comptes au niveau des banques. Car il ne peut pas continuer à défier l’ état et ses institutions

    Répondre à ce message

    • Le 5 novembre 2016 à 13:43, par Sidpawalemdé Sebgo En réponse à : Crise à la CAMEG : La Cour d’Appel de Ouagadougou annule l’ordonnance du juge des référés

      Dangereux CDR-brouette... C’est vous autres qui allez mettre le feu au pays. Et si les travailleurs décident aussi d’user de la manière forte pour empêcher cela, on va où ? Et si des citoyens qui suivent cette crise décident aussi d’aller sur place défendre leur opinion ? Personne n’a le monopole de la force, sauf l’état quand il respecte les lois. Rappelez vous que les CRS ont été appelés pour installer le nouveau DG de force et qu’ils ont renoncés devant les décisions de justice. Heureusement pour le ministre de la santé car si cela avait dégénéré, je ne croit pas que les gens allaient attendre les tribunaux...

      Et puis, c’est quoi même votre problème ? Vous préconisez l’usage de la force le 4 Novembre pendant que la justice doit se prononcer le 7 Novembre, pourquoi cette fébrilité ? D’autres FDS tremblent actuellement parce qu’ils ont obéi aux ordres de tirer sur la population les 30 et 31 Octobre 2014, vous croyez que vous allez amener d’autres à faire les mêmes bêtises ? Pendant qu’on pleure et soigne nos martyrs, vous voulez revenir aux anciennes pratiques honnies ? En tout cas, nous attendons le "nouveau" Luc Adolphe Tiao qui va donner ces ordres...

      Répondre à ce message

  • Le 4 novembre 2016 à 17:05, par Cheikh En réponse à : Crise à la CAMEG : La Cour d’Appel de Ouagadougou annule l’ordonnance du juge des référés

    Arrêtons maintenant avec l’anarchie et l’incivisme. Force est et restera à la loi. Donc stop, stop,et y en a marre !

    Répondre à ce message

  • Le 4 novembre 2016 à 21:10, par Dedegueba SANON En réponse à : Crise à la CAMEG : La Cour d’Appel de Ouagadougou annule l’ordonnance du juge des référés

    Hum ! Kôrô Yamyélé
    "Dedegueba" ne te cherche pas, car dans le fond tu lui ressembles la seule différence c’est que Dedegueba s’est toujours méfié de la politique et ne s’est jamais "mouillé" dedans. Ce que toi, tu n’as pas fait car tu es un déçu du CDP.
    Moi lorsque j’ai vu Bognessan côtoyer Salif, Djanginaba et Issa Dominique KONATE ensembles puis après Salif et Emile Paré au MPP, enfin l’alliance RSS ( formule de Touégui), j’ai compris qu’il n’y a rien de vrai dans ce milieu.
    Bon courage à toi.

    Répondre à ce message

  • Le 5 novembre 2016 à 00:03, par Dedegueba SANON En réponse à : Crise à la CAMEG : La Cour d’Appel de Ouagadougou annule l’ordonnance du juge des référés

    Hum ! Kôrô Yamyélé
    "Dedegueba" ne te cherche pas, car dans le fond tu lui ressembles la seule différence c’est que Dedegueba s’est toujours méfié de la politique et ne s’est jamais "mouillé" dedans. Ce que toi, tu n’as pas fait car tu es un déçu du CDP.
    Moi lorsque j’ai vu Bognessan côtoyer Salif, Djanginaba et Issa Dominique KONATE ensembles puis après Salif et Emile Paré au MPP, enfin l’alliance RSS ( formule de Touégui), j’ai compris qu’il n’y a rien de vrai dans ce milieu.
    Bon courage à toi.

    Répondre à ce message

  • Le 5 novembre 2016 à 09:51, par compagnero En réponse à : Crise à la CAMEG : La Cour d’Appel de Ouagadougou annule l’ordonnance du juge des référés

    La crise à la CAMEG m’inquiète beaucoup parce nos population commence à sentir les effets jusqu’au village. Quelqu’un l’a dit, il faut enlever tout le monde même le Ministre pour relancer avec une nouvelle équipe afin de soulager la population avec les ruptures des molécules.

    Répondre à ce message

  • Le 6 novembre 2016 à 09:49, par Franchement En réponse à : Crise à la CAMEG : La Cour d’Appel de Ouagadougou annule l’ordonnance du juge des référés

    La politique austère basée sur l’ostracisme que cultivent le ministre de la santé et son clan politique et régionaliste est inévitablement un couteau à double tranchant qui se retournera contre eux tôt ou tard. Qu’ils continuent de persister et signer dans leurs actions décriées d’accaparement de la CAMEG pour leurs intérêts personnels au détriment de la santé des populations. Ils auront à rendre compte à ce peuple. Les mossis disent que l’abus du pouvoir tue le pouvoir (panga wusc sata panga).

    Répondre à ce message

  • Le 6 novembre 2016 à 14:43, par juste En réponse à : Crise à la CAMEG : La Cour d’Appel de Ouagadougou annule l’ordonnance du juge des référés

    Si la cameg a été créé par l’état et ses partenaires, donc le ministre peut enlever son représentant Si les deux ne regardent pas dans la même direction. Car c’est au gouvernement que le peuple demandera des comptes et non au président du conseil ou au DG. Donc force est à la loi. Que Kadeba et son soit disant pca rentre dans la légalité en cédant la place avant que la loi ne les frappe.

    Répondre à ce message

  • Le 7 novembre 2016 à 08:08, par repta En réponse à : Crise à la CAMEG : La Cour d’Appel de Ouagadougou annule l’ordonnance du juge des référés

    Je ne comprends plus rien. Qui veux faire la force à l’état ? KEDEBA est trop petit. Je crois que ce sont ses soit disant adversaires politiques, pardon alliés politiques que le flattent pour le mettre dans les problèmes. Après ils lui repondront pas au téléphone et il sera foutu en ce moment. KADBA quitte dans ça. Tu vas droit à ta perte. Tu vas foutre ta vie eln l’air. Je t’ai prévenu.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Santé : La CAMEG et les formations hospitalières en quête de thérapie
CAMEG : « Si je ne me sentais pas capable, je ne serais pas venue », Dr Anne Maryse Khaboré, nouvelle directrice générale
Vente de médicaments de la CAMEG à des terroristes : Il n’en est rien, selon l’association
25e anniversaire de la CAMEG : Un cross pour communier avec la clientèle de Fada
25 ans de la CAMEG : L’équipe de Tingandogo remporte la coupe du directeur général
Vingt-cinq ans d’existence : La CAMEG à la rescousse des forces de défense et de sécurité
25e anniversaire de la CAMEG : Des journées portes ouvertes pour mieux faire connaitre l’institution
25 ans de la CAMEG : Les agents donnent leur sang pour sauver des vies
Sortie de crise à la CAMEG : Bilan satisfaisant six mois après
Sortie de crise à la CAMEG : Le nouveau capitaine au gouvernail
Crise à la CAMEG : La fin d’une douloureuse série de onze mois
Crise à la CAMEG : Bientôt la fin ?
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés