Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Le plus grand secret pour le bonheur, c’est d’être biеn аvес sοi.» Bernard Le Bovier de Fontenelle

Institut supérieur de technologies : Un quatrième campus ouvert au quartier Tampouy

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Herman Frédéric Bassolé • dimanche 23 octobre 2016 à 20h38min
Institut supérieur de technologies : Un quatrième campus ouvert au quartier Tampouy

Après l’ouverture du campus Michel Kafando à Wayalghin, mardi dernier, l’institut supérieur de technologies (IST) s’est déporté, samedi 22 octobre 2016, à la sortie nord de Ouagadougou pour inaugurer le campus de Tampouy. Placée sous les auspices du directeur de cabinet du ministre de l’enseignement supérieur et le parrainage du Larlé Naba Tigré, la cérémonie d’inauguration a consacré également la 10e édition de la soirée de l’excellence au cours de laquelle, étudiants, enseignants, membres du personnel et partenaires ont été distingués

Seize ans après sa création, l’Institut supérieur de Technologies continue son ascension avec pour vision « être une université reconnue et respectée en Afrique », qui forme des hommes et des femmes capables de transformer des contraintes en opportunités. L’IST se veut être, selon ses premiers responsables, un institut créateur de compétences directement employables.

Dans sa stratégie d’expansion et de développement, l’IST a ouvert son quatrième campus à Tampouy, après ceux de Larlé (Larlé1 et 2) et de Wayalghin, afin de se rapprocher des populations confrontées le plus souvent à l’inaccessibilité et à l’éloignement d’instituts de qualité. Toujours en rénovation (au niveau de sa partie externe), le campus reste tout de même fonctionnel et son inauguration a été auréolée par la soirée de l’excellence qui a mis plusieurs acteurs de l’IST sous les feux de la rampe.

L’excellence reconnue

Rainatou Sawadogo est le maire de l’arrondissement 3 de la ville de Ouagadougou. Elle est également en 2e année de Secrétariat de Direction Bureautique à l’Institut supérieur de technologies. Avec une moyenne de 14.35 sur 20, l’édile occupe la tête de sa classe. Tout comme elle, ce sont une dizaine d’autres étudiants qui ont reçu symboliquement leurs attestations en présence du directeur de cabinet du ministère en charge de l’enseignement supérieur, Dr Son Gonyahali, du parrain le Larlé Naaba Tigré, et du directeur général de l’IST, Issa Compaoré.

Conscients que ces élèves n’auraient pas pu atteindre l’excellence sans un encadrement de qualité, l’établissement a reconnu les efforts du corps professoral en distinguant la filière agroalimentaire pour avoir obtenu un taux de succès de 80% au BTS d’Etat session 2016.

Le personnel et les partenaires de l’institut n’ont pas été laissés aux oubliettes. La secrétaire académique, Mme Bougouma Fanta, a reçu le prix de la meilleure agente et l’école « Nouvelle vision » a reçu du matériel didactique pour avoir fourni le plus grand nombre d’élèves à l’IST.

Maintenir les bourses d’excellence

A en croire le Larlé Naba Tigré, « aucune nation ne s’est développée sans disposer de ressources humaines qualifiées ». Prenant le cas du Burkina « pays enclavé au sous-sol pauvre et au climat capricieux », le parrain a insisté sur la nécessité de doter les hommes et les femmes de compétences appropriées qui seront capables d’innover. En un mot « des travailleurs 2.0 », nouvelles générations, à même de « concevoir et de piloter des solutions dans l’air du temps au profit des entreprises ». Toute en exhortant les responsables de l’IST à persévérer, le parrain a réaffirmé son engagement à rester à leurs côtés notamment à travers le maintien des bourses d’excellence « Larlé Naba Tigré » dont plusieurs étudiants ont été bénéficiaires.

Compter sur le privé pour désengorger le public

Le gouvernement burkinabè, à travers le ministre en charge de l’enseignement supérieur, a également affirmé son soutien à l’institut supérieur de technologies dont l’offre de formations à la jeunesse participe au plan national de développement économique et social (PNDES). Le directeur de cabinet a laissé entendre que le ministère répondra favorablement à la demande de l’IST de recevoir des étudiants boursiers de l’Etat et s’appuiera sur la contribution du secteur privé pour résorber la surpopulation dans les universités publiques.

En attendant, l’IST a plusieurs projets en vue. Selon son directeur général, Issa Compaoré, il compte ajouter à son arsenal de onze diplômes reconnus par le CAMES, le Master en gestion des projets, la Licence en gestion des ressources humaines et la Licence en génie électrique option électrotechnique. Aussi, le ministère de l’enseignement supérieur vient de lui délivrer un agrément pour la création d’une université dénommée « Université centrale des arts et des métiers ».

Herman Frédéric Bassolé
Lefaso.net
Pour les offres de formations de l’IST, se rendre sur http://www.istburkina.com/

Portfolio

Vos commentaires

  • Le 24 octobre 2016 à 14:33, par NANKOLENDUSE Pierre Claver et épouse En réponse à : Institut supérieur de technologies : Un quatrième campus ouvert au quartier Tampouy

    Nous avons au départ choisi d’envoyer nos enfants à l’IST après le BAC à cause de l’encombrement des salles et les retards dans les Universités publiques du pays pour les encourager malgré nos modestes moyens.
    Entre temps nous avons faillit décrocher à cause de notre statut de retraités.Mais les résultats qu’elles obtiennent à l’Institut nous a encouragé à persévérer.
    Nous suggerons que l’Etat encourage les parents,en donnant des bourses aux étudiants des Universités privées à partir de la 4è année pour leur Master
    Nous souhaitons bon vent à l’IST

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Lutte contre l’excision au Burkina Faso : L’Association burkinabè des professionnels de l’assistance sociale renforce les capacités de ses membres
Région du Nord : L’association SAULER dresse un bilan satisfaisant de ses activités de l’année 2019
Opération 1000 poches de sang : Le FPDCT subventionne la délivrance de la CNIB pour encourager le don de sang
11e promotion du master 2 en management et commerce international : 28 lauréats reçoivent leurs diplômes
Direction régionale de la santé du Centre-est : La SONABHY offre 100 bouteilles de gaz aux structures de santé
Commune de Lena : Le maire fait le point de trois ans de gestion
Journée internationale de l’alphabétisation : Pour une meilleure promotion des langues nationales au Burkina
Prévention et gestion des conflits au Nord : Des communautés de Thiou s’approprient les résultats d’une étude sur le dialogue interethnique
Foire du 11 -décembre : Le Fonds permanent pour le développement des collectivités territoriales encouragé par Alassane Bala Sakandé
Festivités du 11-décembre à Tenkodogo : Il faut aussi compter avec les tensions autour des logements !
Syndicat national des commerçants du Burkina : Le bureau répond à l’accusation de gestion opaque
Perturbations des cours dans les établissements scolaires : Le maire de la ville de Ouagadougou interpelle les jeunes inciviques
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés