Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Avec de la persévérance et de l’endurance, nous pouvons obtenir tout ce que nous voulons.» Mike Tyson

CAMEG : Pourquoi la Centrale est une association et pas une société

Accueil > Actualités > DOSSIERS > CAMEG • • vendredi 9 septembre 2016 à 17h08min
CAMEG : Pourquoi la Centrale est une association et pas une société

Pourquoi la CAMEG a un statut d’association et pas une société d’Etat ou quelque chose de ce genre ? Voici une question qui revient de façon récurrente depuis l’éclatement de la crise qui secoue la structure. Nous vous proposons le commentaire avisé d’un de nos internautes qui sait visiblement de quoi il parle.

1°) Les pays Africains, voisins ou pas, nous envient notre CAMEG, et plusieurs ont envoyé des missions pour s’inspirer de son organisation, y compris le statut d’association qui la rend indépendante du bon vouloir des politiques

2°) L’effet de la mise en concurrence pour faire baisser les prix a des limites. Les revendeurs peuvent réduire leurs marges pour avoir les marchés, mais ne peuvent pas vendre au prix d’achat ni en dessous de ce prix. Or, une association à but non lucratif peut le faire, si elle pratique la péréquation et bénéficie de subventions, ce qui ne sera jamais accordé à une entreprise commerciale. Ainsi, la CAMEG peut mettre par exemple une marge sur un produit donné, et utiliser cela pour acheter un autre produit et le revendre en dessous du prix d’achat.

Mieux, en faisant de grandes commandes directement aux laboratoires fabricants, la centrale obtient des prix plus bas qu’aucun "petit" grossiste en médicaments ne peut avoir. Grâce aux subventions de nos partenaires, ces prix sont encore abaissés. Enfin, en tant qu’association d’utilité publique, elle ne va payer ni taxes, ni impôts ou autres frais qui se répercutent sur le prix. Quand à créer des emplois, la CAMEG le fait déjà, directs et indirects.

3°) Pour votre information, si de nombreuses industries n’existent pas au Burkina, c’est généralement parce que les couts de production sont trop élevés et le marché trop petit. A quoi ça sert de fabriquer nous-mêmes nos médicaments s’ils doivent revenir à deux fois le prix que la CAMEG obtient ailleurs ? Sachez aussi que plus la quantité commandée et fabriquée est grande, plus le prix baisse. C’est pourquoi une centrale (qui centralise justement les besoins de tout un pays et commande) aura toujours des prix plus bas que les autres opérateurs. Juridiquement, la CAMEG ne dispose d’aucun monopole. Mais tout le monde commande là-bas parce que c’est le moins cher !

A long terme, si les quantités consommées le justifient, le pays pourra envisager une fabrication locale. Mais il faudra que cette industrie ait un marché sûr, c’est à dire qu’un grand client comme notre état ou plusieurs réunis prennent l’engagement d’acheter la production. De petites unités (privées ou publiques) ne peuvent pas prospérer car leurs prix seraient trop élevés. Donc votre crédo du secteur privé solution à tout ne tient pas ici.

En fait donc, le seul risque de la centralisation serait que des intérêts privés ou de groupe soient à la tête. Car le quasi-monopole ferait que leurs décisions auraient des conséquences graves sur un grand nombre de personnes. C’est justement pour cela que les créateurs de la CAMEG ont voulu éviter qu’un ministre ou un gouvernement, pour des raisons politiques ou privées, ne puisse diriger la CAMEG comme il leur plait, d’où les statuts actuels. Et c’est sur cela que le ministre veut revenir.

Le problème, c’est que s’il réussit, les partenaires vont se retirer et on perdra beaucoup des avantages acquis, donc les médicaments vont augmenter, certains seront en rupture de stock et on ne pourra plus prendre en charge certaines maladies graves et chroniques comme on le fait actuellement. La CAMEG doit donc être protégée des prédateurs, même s’ils sont ministres !

Sidpawalemdé Sebgo

Vos commentaires

  • Le 9 septembre 2016 à 17:19, par Jurisprudence En réponse à : CAMEG : Pourquoi la Centrale est une association et pas une société

    L’affaire CAMEG a jeté le discrédit sur le ministre de la santé qui veut se mettre au dessus de la loi. Le ministre et ses soutiens politiques du MPP violent la loi de façon flagrante en ne respectant pas le sursis judiciaire ordonné contre les mesures dictatoriales du ministre de la santé pour l’accaparement de la gestion de la CAMEG à des fins personnelles par ses partisans. Pour parvenir à cette fin, tout est mis en œuvre pour tenter d’induire l’opinion publique en erreur pour insinuer que la décision de justice ne s’impose pas aux actes du ministre. Personne ne croit à cette manipulation des faits et l’agent judiciaire du trésor, monsieur Yao a eu toutes les difficultés pour défendre cette position anachronique à la télévision nationale (RTB).Il faisait l’avocat du diable malgré lui certainement, face à la pression des mains obscures qui veulent récupérer la CAMEG à cause de la masse d’argent de milliards qui transitent par le budget national et les appuis des partenaires techniques et financiers dans cette centrale d’achat de médicaments essentiels génériques. Ces partenaires sont déjà indignés par cette guéguerre entretenue par le ministre de la santé à des fins inavouées mais connues de tous. Il importe donc que le président du Faso use de ses pouvoirs régaliens pour mettre de l’ordre dans cette caverne d’Ali Baba en renvoyant dos à dos tous ceux qui sont impliqués dans cette querelle honteuse au détriment des malades. Pour ce faire, il convient de limoger le ministre de la santé, de limiter le contrat du DG qui était intérimaire à 1 an au lieu de 3 ans, ainsi que celui du conseil d’administration initial. Pendant ce temps, procéder si nécessaire, à des réformes au niveau de la CAMEG pour asseoir des organes dirigeants dans la sérénité et selon des critères de compétence y compris l’appel à candidatures pour le choix d’un nouveau DG. C’est la solution la mieux indiquée de jurisprudence car, le Chef de l’Etat ne doit pas se laisser inclure sur la liste des personnages sinistres qui veulent se mettre au dessus de la loi pour politiser l’administration publique à des fins personnelles. Le Premier ministre devra aussi faire preuve de fermeté dans sa volonté de lutter contre la corruption car l’affaire CAMEG est la face visible de l’iceberg pour des actes de corruption. Le Président de l’Autorité Supérieure de Contrôle d’Etat et de Lutte contre la Corruption, Luc Marius Ibriga a déjà fait savoir par voie de presse qu’au regard de ses missions, le statut d’association ne sied pas à la CAMEG.

    Répondre à ce message

  • Le 9 septembre 2016 à 17:19 En réponse à : CAMEG : Pourquoi la Centrale est une association et pas une société

    Merci mon frère pour cet éclaircissement,nous autres profanes pouvons maintenant comprendre !mais ce ministre n’est-il pas un infiltré pour faire couler la CAMEG au profit des grossistes privés ???

    Répondre à ce message

  • Le 9 septembre 2016 à 17:41 En réponse à : CAMEG : Pourquoi la Centrale est une association et pas une société

    Un avis bien étayé...juste ce qu’il faut en ce moment pour jeter un peu de lumière sur les enjeux de cette guéguerre ! Merci bien mon frère. Pour l’intérêt national, je valide !

    Répondre à ce message

  • Le 9 septembre 2016 à 17:54 En réponse à : CAMEG : Pourquoi la Centrale est une association et pas une société

    Dans tout ce que nous entendons sur la CAMEG, il y a un non dit que l’autorité publique veut nous cacher. Pourquoi le ministre veut-il avoir une main-mise sur la centrale ? Y a-t-il des enjeux stratégiques pour le Burkina Faso que les responsables actuels ne peuvent pas garantir ? Est-ce vraiment parce que le ministre veut mettre ses hommes ? est-ce vraiment parce que l’ancien conseil d’administration est la seule légitime que les travailleurs le soutiennent ou y a-t-il des intérêts et des conflits d’intérêt en jeu que le commun des burkinabé ne comprend pas ? Je pense qu’il y a quelque chose de suspect dans cet affaire. Il y a lieu de mener de nombreuses enquêtes sur la CAMEG et les intérêts en jeu, pas seulement ceux du peuple Burkinabè, mais aussi des tenants et des aboutissants de cette affaire.

    Répondre à ce message

  • Le 9 septembre 2016 à 18:21, par Bodo En réponse à : CAMEG : Pourquoi la Centrale est une association et pas une société

    Dieu, Toi qui as chassé du Burkina Faso, les Hommes et femmes qui assassinaient tes enfants et pillaient les biens que Tu leur donnes, aide-nous encore une fois.

    Nous sommes comme des orphelins, Toi Seul et Tes Saints peuvent nous venir en aide, face à la cupidité des diables qui peuplent nos contrées.

    Punis encore plus durement les hommes et femmes qui refusent d’écouter les leçons que tu as déjà donnés à ceux qui ont détruit tes enfants pendant 27 ans.

    Ainsi soit-il par la Grâce de Ton Saint Nom !

    Répondre à ce message

  • Le 9 septembre 2016 à 18:29, par ALASCO En réponse à : CAMEG : Pourquoi la Centrale est une association et pas une société

    M. SEBGO, merci pour votre éclairage. M. Le ministre de la santé gardez votre énergie pour le développement du secteur de la santé. Si vous persistez à vouloir imposer vos proches à la tête de la CAMEG , nous jeunes du Burkina nous allons demander votre limogeage. Donc prenez votre poste à deux mains et travaillez.

    Un citoyen burkinabé

    Répondre à ce message

  • Le 9 septembre 2016 à 19:23 En réponse à : CAMEG : Pourquoi la Centrale est une association et pas une société

    c’est ce que la population ignore et pense que les agents de la cameg sont gonflés et veulent faire un bras de fer avec le ministre.nous ne sont pas pour où contre le depard de l’actuel DG ( DR kadeba) il faut juste respecter les textes et revoir les status de la cameg. avant DR kadeba y a eu combien de DG qui sont partis,on s’est opposé. si le ministre trouve qu’il y a des imperfections au niveau de la gestion qu’il s’assaye avec les différents acteurs partenaires techniques et financiers ils vont discuter et trouver une formule définitive pour la bonne marche de la maison.s’il aime vraiment son pays et se soucit de la santé de la population.la maison est déjà une référence dans la sous région pourquoi gâter cet outil.j’ai l’impression qu’au Burkina nous ne travaillons pas pour développer et rendre pérenne nos entreprises .c’est pour les faire tomber et profiter des avantages qui en découleront.si elle reste association ça vous fait quoi.pourquoi vouloir faire souffrir la population.si aujourd’hui on peut avoir facilement chez nous des arv, des antituberculeux, des vaccins, et que demain on doit aller au Mali , en cote d’ivoire, ou à Lomé pour payer ces produits, parce que la cameg n’existera plus c’est triste. ces pays viennent de fois payer ces produits avec nous .surtout qu’on nous dit d’apprendre à dire non à la banque mondiale,c’est triste de voir ces agissements.laissons nos intérêts personnels au profit l’intérêt national.

    Répondre à ce message

  • Le 9 septembre 2016 à 20:28 En réponse à : CAMEG : Pourquoi la Centrale est une association et pas une société

    Ce que l’article ne dit pas qu’il faut ajouter, la CAMEG en association a la participation des partenaires qui peuvent avoir un bon rôle à jouer.
    La CAMEG comme société d’État ; dans ce cas les partenaires ne peuvent que suivre l’État et l’appuyer dans sa politique. Dans ce cas, ce sera comme toutes ces sociétés que Simon Comparé a fait couler ; allez vous informer. La CAMEG comme société privée ; alors là c’est la catastrophe. Même toutes les rencontres de révision des textes ont trouvé que le statut d’association était à préserver.
    On ne peut pas adopter une politique sans faire une analyse profonde et vouloir plier la réalité pour qu’elle se conforme à nos rêves ; c’est ce que le gouvernement actuel veut faire.

    Ces gens cherchent des sources pour rembourser ou se rembourser l’argent qu’ils ont utilisé pour corrompre pendant les campagnes passées et ils pensent que la CAMEG est une solution. La justice ne fait que son travail. Il faut aider la CAMEG.

    Répondre à ce message

  • Le 9 septembre 2016 à 20:48, par toutdroitdanslesyeux En réponse à : CAMEG : Pourquoi la Centrale est une association et pas une société

    Davido est venu en jet privée chanter et on a dansé non ? Oumou Sangaré aussi est vénus à Bobo au stade vous voulez que ces investisseurs rentabilisent comment ? Il faut bel et bien placer parent et amis à des postes juteux !!! Nous pouvons mourir tranquillement si nous ne pouvons pas resister aux penuries de medicaments . Foi du tout puissant ministre. Je souffre en lieu et place de ses maitres qui se sont sacrifier pour former ce médecin de la mort.

    Répondre à ce message

  • Le 9 septembre 2016 à 21:54, par wendinkonté frank En réponse à : CAMEG : Pourquoi la Centrale est une association et pas une société

    Je le dis net ce statut de la CAMEG est un scandale . Ce statut ne profite qu à des individus. Les syndicats sérieux comme la CGTB et le SYNTSHA reconnaissent que ce statut n’est pas normal. Le Ministre de la santé a péché en ne demandant pas l’application des nouveaux textes en relecture. Le PCA a trahi le ministre en faisant croire que c’est pour l’intérêt général. Les burkinabé vont le comprendre après. Le statut de la CAMEG permet de défier l’autorité il faut que ça cesse. Il faut un statut clair de la CAMEG. Est ce parce que le jeune ministre n’a pas nommé le PCA et le DG par intérim qu’ ils le défient. Pour moi, il faut que le tribunal mette en sursis les décisions qui renouvelle le contrat de 3ans du DG intérimaire ainsi que les actes du Ministre de la santé . Le Tribunal nommera par exemple le Professeur de pharmacie le plus ancien pour assurer l’intérim, le temps de voir clair. Les gens disent que le Ministre veut placer son homme mais le fait que le DG intérimaire veut forcement rester laisse planer le doute.

    Répondre à ce message

  • Le 9 septembre 2016 à 21:59, par faso En réponse à : CAMEG : Pourquoi la Centrale est une association et pas une société

    Merci pour cet écrit qui décrit en résumé ce qu’est la cameg. J’aimerais apporter ma contribution pour éclairer les uns et les autres sur ce qui se passe actuellement à la cameg.
    En fait, en 2014 le personnel de la cameg est allé contre la "nomination " de Dr Mamoud ou COMPAORE parce que, d’après le mémorandum qu’il avait fait en son temps, exiger que leurs textes soient respectés, à savoir qu’on ne nomme plus le DG mais qu’il soit recruté. Le DG actuel Dr Kadeba, est alors désigné en interne pour 6 mois pour finaliste les textes de la cameg et procéder au recrutement du DG. Entre temps la transition à des soucis et préfère prolonger le contrat de Kadeba d’un an pour que le gouvernement suivant gère le dossier cameg. Dès mars, le ministre de la santé demande au PCA Dr Bucarest de prendre les dispositions pour recruter un dg vu que le mandat de Kadeba arrive à échéance le 30 juin. Entre temps, coup de théâtre : le PCA, à l’insu et contre l’attente du ministre, dont il est le conseiller, organisé un conseil d’administration extraordinaire et dans les divers donne un bail de 3 ans à Dr Kadeba. Le ministre se sent trahi, les textes de la cameg ne sont pas respectés. Un bras de fer s’engage. Le ministre se sépare de son conseiller et veut le remplacer au conseil d’administration mais ne calme pas pour suivre la voie qui lui permet de le faire légalement et commet plusieurs erreurs qui sont exploitées par PCA et Kadeba en justice. Rappel : de l’article qui a été publié, l’auteur n’a pas dit que dans le CA de la cameg 3 types d’administrateurs siègent : 1 tiers de l’état, 1 tiers des PTF et 1 tiers des utilisateurs de la cameg. La présidence du CA revient au ministère de la santé. Et ce pour encadrer la politique et l’orientation des actions du DG. Le PCA est nommé pour le compte du ministère de la santé. La cameg n’est pas une société privée au sens orthodoxe du terme. Elle est de gestion privée mais la gouvernance (CA et comité de supervision) n’est pas "privée ". Autrement dit, le PCA ne peut réclamer une autonomie ou une indépendance totale dans ses actions. Sinon, les administrateurs pourrait constituer un cartel gérant tranquillement leur DG à qui ils peuvent donner des baux à souhait. Voilà le contexte. Maintenant le développement. ... ce qui risque de se passer : si le personnel s’entête à réclamer qu’il n’y ait pas , ce qu’ils appellent à tors, une ingérence du ministère, la convention entre le ministère et la cameg sera rompue, les hôpitaux pouvant commander ailleurs qu’à la cameg, la cameg sombre en 5 à 6 mois, le DG qu’ils défendent signera lui-même les licenciements des agents. A bon entendeur, salut !

    Répondre à ce message

  • Le 9 septembre 2016 à 22:42, par cherif raogo En réponse à : CAMEG : Pourquoi la Centrale est une association et pas une société

    Le ministre se croit être le protéger de Salif Diallo et il se croit tout permis. Alors que même son mentor salif, on son président Rock ne ppeuvent pas faire ce forcing au peuple. Cest quoi ça dans ce pays. Quel amateurisme . Si le ridicul . Tuait

    Répondre à ce message

  • Le 9 septembre 2016 à 22:49, par toutdroitdanslesyeux En réponse à : CAMEG : Pourquoi la Centrale est une association et pas une société

    Internaute faso meme si les choses se sont passées comme vous le relater il est quand meme malhonnête et suicidaire pour le ministre de liquider la CAMEG pour satisfaire son orgueil de chef. Le juges a tranché pourquoi s’entête t’il ? Oublient il est au dessus de la loi ? Je vois bien que vous ne maitriser pas la chaine d’approvisionnement des medicaments oublient vous faites semblant ? Ne vous limiter pas aux hôpitaux à Ouagadougou penser aux formations sanitaires qui sont dans le Burkina profond. Le ministre est venu trouver la Cameg à défaut de l’améliorer ne doit pas la liquider parce que un PCA n’a pas reconnu son autorité et qu’il sache que c’est la meme loi qui lui confère cette autorité sinon des Soumaila Ouédraogo il y en a plein au Faso.

    Répondre à ce message

  • Le 9 septembre 2016 à 22:52, par Kyetuo En réponse à : CAMEG : Pourquoi la Centrale est une association et pas une société

    Je veux simplement dire à l’internaute 11 qu’il ne faut pas nous prendre pour des oiseaux : la convention entre le ministère et la CAMEG profite d’abord à qui ? Aux Hopitaux publics car ce sont eux qui doivent des milliards d’impayés à la Centrale ; pas les privés. Alors, arrêtes ton disque qui est rayé. Si Rock ne veut pas prendre ses responsabilités, tant pis pour lui... Cette crise de la CAMEG va couler ses engagements de soins gratuits pour les enfants et femmes enceintes. Et il ne devrait pas être surpris que les cadres de son parti ne fassent rien pour le soutenir en cas de mouvement social massif (ils sont tous désabusés). Or c’est ce qui risque d’arriver... A bon entendeur...

    Répondre à ce message

  • Le 9 septembre 2016 à 22:54, par Lustre En réponse à : CAMEG : Pourquoi la Centrale est une association et pas une société

    Merci à Faso pour son apport, mais je suis au regret de vous informer qu’avant que "la cameg sombre en 5 à 6 mois, le DG qu’ils défendent signera lui-même les licenciements des agents", la population aura déjà chassé le ministre (et voire même le gouvernement) à cause des problèmes de médicaments qui se poseront (coûts élevés et pénuries). "A bon entendeur, salut !" (comme vous le dite si bien.

    Répondre à ce message

  • Le 9 septembre 2016 à 23:19 En réponse à : CAMEG : Pourquoi la Centrale est une association et pas une société

    Le commentateur 11 (faso) fait rire ; il dit des choses simplement mensongères et veut cacher son jeu. Tout ce que le PCA a fait est fait à la CAMEG depuis plus de 10 ans. Si les structures de santé vont s’approvisionner ailleurs, ce n’est pas la CAMEG qui tombe en 6 mois, c’est gouvernement qui tombe en 4 mois. Les gens disent le jeune ministre ce qui étale plutôt son inexpérience et fini par être une incompétence. Il ne faut pas faire de la fixation sur un problème et vouloir le résoudre par la force.

    Répondre à ce message

  • Le 9 septembre 2016 à 23:37, par Le Roi En réponse à : CAMEG : Pourquoi la Centrale est une association et pas une société

    Désolé , mais je ne partage pas du tout l’argumentaire de l’auteur de l’article .
    Tout d’abord il ne sert à rien de chanter à tout moment que les pays voisins ou pas font des voyages d’études à la CAMEG car cela ne reflète pas forcement les performances de cette CAMEG qui traîne tout de même des milliards de crédits à ce jour . Et d’ailleurs pourquoi ces pays n’appliquent pas les formules de la CAMEG ? soyons humbles nous ne sommes pas plus intelligents que les sénégalais ( qui ont de gros contingents parms nos PTF ) , ni plus riches que les Ivoiriens qui ont une expertise plus ancienne que nous en matière de médicaments . Pourquoi la CAMEG ne fait-elle pas de voyages d’études chez nos voisins ? Pourtant , à ce jour c’est elle qui est à l’ordre du jour en terme de mauvaise gouvernance .
    Par ailleurs les PTF (Banque mondiale , Unicef , OMS , Union Européenne ...) peuvent bien développer d’autres initiatives et ravitailler ( gratuitement ) les populations en médicaments contre les maladies chroniques et épidémiques ( tuberculose , SIDA , Paludisme ...) Comme cela se fait avec succès dans certains pays d’afrique centrale .
    La CAMEG comme association , à mon humble avis , c’est mettre l’état burkinabê et la santé de ses millions d’habitants dans une sorte d’étau constitué par une classe de néo-bourgeois (salaire de DG de 3 millions avec 2 voitures , magasinier et chauffeur fleurtant avec des salaires de cadre A) et de vallets locaux de l’impérialisme ( le Ting tang du système des nation unies ). La présente situation n’est rien d’autre qu’une prise en otage en cours du système de ravitaillement du pays en médicaments ! ( du fait justement du statut de la CAMEG ).
    L’équation CAMEG ne sera pas du tout résolue devant les juges et leurs tribunaux , c’est plus fort que ça ; ils donneront raison à X ou à Y (qui gagnera ou perdra des millions ) , et après on fait quoi ?
    Respectueusement .

    Répondre à ce message

  • Le 9 septembre 2016 à 23:51, par MADIBA2 En réponse à : CAMEG : Pourquoi la Centrale est une association et pas une société

    Le ministre et sa clique n’ont pas besoin de tous ces éclaircissements, ceux qu’ils veulent c’est placer leur homme à qui ils pourront demander 100 ou 200 millions s’ils en ont besoins. Ceux qui disent d’appliquer les textes je ne sais pas c’est lesquels si ce ne sont les anciens textes. Le ministre actuel a pris service trouver les textes en amendement sur son bureau, il devrait les faire adopter pour permettre qu’à la fin du mandat de Dr KADEBA, un DG soit recruté en bonne et due forme, chose qu’il n’a pas pu faire. Le ministre joue à la malhonnêteté, c’est un pêcheur en eau trouble ; lui qui dit avoir été trahi par le PCA qui est son représentant au CA de la CAMEG. Ceux qu’il ne faut pas ignorer c’est que la CAMEG ne peut pas se permettre un vide à sa tête c’est ce qui a amené le CA à reconduire le Dr KADEBA, peut être qu’il fallait aller encore pour une année. Si en tant que ministre ; tu as eu six mois pour faire adopter des textes clairs et que tu n’a pas été capable de le faire je pense qu’il vaut mieux démissionner. En agissant comme il fait actuellement quelle est la base légale qui lui permet de faire cela. Les burkinabés sont très jaloux et mesquins comme le dit l’autre, le ministre trouvent que le salaire de 3 millions du DG est trop et je ne sais pas ce qui le fait ça. Il a enlevé le coordonnateur du PADS et mettre son gars qui touche actuellement plus que ce que l’ancien touchait comme salaire. A l’heure actuelle il fait de l’intoxication pour avoir l’opinion publique avec lui mais je pense les gens doivent être vigilants pour ne pas se trimbaler par cet aventurier sans destination. Pendant que des districts sont sans ambulance, sans électricité la priorité du ministre c’est la guerre des postes où il veut placer ses amis. Vive la CAMEG ; vive le CA de Dr Bokar KOUYATE. Courage au personnel dans sa résistance.

    Répondre à ce message

  • Le 10 septembre 2016 à 01:33, par filsdufaso En réponse à : CAMEG : Pourquoi la Centrale est une association et pas une société

    Pourquoi personne ne parle de la qualité de nos voies qui se dégradent dans la capitale. Tout le monde parle de là où il pense qu il y a de l argent. Suis dégoûté. Y a du boulot. Arrêtons d être dans un éternel recommencement. Grandissons pour nos enfants.

    Répondre à ce message

  • Le 10 septembre 2016 à 03:10, par baodasida En réponse à : CAMEG : Pourquoi la Centrale est une association et pas une société

    Merci pour votre éclairage.
    Toutefois, je ne suis pas de votre avis quand à l’implantation d’industres pharmaceutiques au Burkina. Ce pays est le seul pays de la sous région à ne posséder aucune industrie pharmaceutique, bien que sa population dépasse celle de plusieurspays voisins qui en possèdent (Togo, Bénin, ..) deux à trois sur leur territoires. Nous commanderons (ou commandons déjà des produits en provenance des ces pays) qui produisent pour leur consommation locale et l’exportation. Exportation vers ou ? Vers des pays comme le notre ou notre association CAMEG ne laissera aucune chance de survie à une telle initiative. Cette question est plus politique que technique. Des détaxes ne sont-elles pas accordées aux industries minières sur les équipements ? Donnez alors à l’industriel qui s’y intéresse les mêmes avantages et privilèges que la CAMEG et elle suivivra, et mieux exportera, avec des prix concurrentiels.
    La création d’emploi est limité à la distribution avec la CAMEG. Les produits chimiques (pharmaceutiques, laboratoires, intrants agricoles...) représentent le deuxième poste d’importation du Burkina après les produits pétroliers. Nous devons visé plus gros et envisagé l’émergence d’une industrie pharmaceutique, d’une industrie chimique, d’un transfert de technologie et multiplier les offres d’emplois et de création d’entreprises. Comparaison n’est pas raison, si toutefois d’autres autour de nous réussissent dans cette voie, pourquoi pas le Burkina. La CAMEG devrait être la promotrice d’un telle initiative plutôt que de ne faire que de l’achat-vente. En laissant le terrain dès maintenant à nos voisins même dans 20 ans nous serons dans la même situation. Pourquoi nos voisins exportent des médicaments vers chez nous et nous nous n’avons pas cette ambition, prétextant que le marché est limité ? Pourquoi les industriels Chinois, Indiens ...très dynamique dans l’industrie pharmaceutique, nous évitent pour allez investir au Togo, au Mali..? Le Burkina n’a t’il pas besoin d’investisseurs ?

    Répondre à ce message

  • Le 10 septembre 2016 à 06:25, par gangobloh En réponse à : CAMEG : Pourquoi la Centrale est une association et pas une société

    Chacun parle des textes et explique , cela est bien et très bien même , mais pourquoi ne pas publier les textes créateurs de la CAMEG pour que chacun puisse donner son point de vue en toute connaissance de cause. Il y a des dessous que le citoyen lambda ignore. Dans la bagarre entre époux et épouse , nul ne peut percer le fond de cette bagarre soit Dieu et les 2 intéressés . Le perdant est et sera le peuple , dommage. Égoïsme et méchanceté des hommes .

    Répondre à ce message

  • Le 10 septembre 2016 à 07:08, par ISMO En réponse à : CAMEG : Pourquoi la Centrale est une association et pas une société

    Pour être DG de la CAMEG, je ne crois pas qu’on soit obligé d’etre Dcoteur en pharmacie ou professeur en pharmcie.

    Il faut être un gestionnaire. Il y’a des gens formés à la gestion.
    Les docteurs et les prof en pharmacie peuvent occuper les postes techniques.

    Répondre à ce message

  • Le 10 septembre 2016 à 07:25, par Sidpawalemdé Sebgo En réponse à : CAMEG : Pourquoi la Centrale est une association et pas une société

    Internaute 20 Baodasida : Votre patriotisme vous honore, mais hélas le problème de faire venir des investisseurs est plus compliqué que ça.

    Un investisseur minier n’a pas le choix, l’or est dans le sous sol du Burkina et pas ailleurs. L’industriel du médicament (ou des chaussures d’ailleurs) lui a le choix de s’installer dans n’importe lequel des pays de l’UEMOA ou de la CEDEAO et de vendre sans taxes dans tous les autres. Il regarde et compare donc le niveau des salaires, le cout de l’électricité, de l’eau et du téléphone, et la qualité des services (réseaux, banques,routes et ports, etc) et enfin les facilités administratives et réglementaires.

    Et j’ai le regret de vous dire que nous sommes parmi les derniers (sinon le dernier !) pour ces différents facteurs, en dehors des salaires peut être, et des facilités administratives ou nous avons fait un bond récément. A un moment nous avions même le record de l’électricité la plus chère du monde ! De sorte que l’industriel préfère s’installer dans les pays que vous citez, pour produire moins cher et exporter chez nous. Même si de façon "patriotique" nous investissons nous même, nous fabriquerons le même produit plus cher, et ne pourrons donc pas exporter. De plus, les règles de l’UEMOA et de la CEDEAO nous interdisent de mettre des taxes sur les produits venant de nos voisins pour protéger notre industrie nationale, donc même ici, les produits importés seront moins cher que les nôtres et notre industrie coulera faute de marché.

    Tout gouvernement responsable qui envisage le développement industriel doit donc tout mettre en œuvre pour faire baisser les couts de production principaux que sont l’électricité, l’eau et le téléphone. Sachant que nous sommes déjà désavantagés par notre enclavement, si au moins nous sommes concurrentiels sur les postes cités, les salaires plus bas peuvent compenser les coûts de transport. Le problème c’est que rien n’a été fait dans ce sens depuis trente ans, au contraire ! Alors peut être que si on commence maintenant on aura une chance dans quelques années ?

    Répondre à ce message

  • Le 10 septembre 2016 à 10:16, par CHERIF SY En réponse à : CAMEG : Pourquoi la Centrale est une association et pas une société

    Djaa ! Quand on dit que François Compaoré avait sa main dans tout ce qui se faisait dans ce pays comme deal c’est la vérité. Mais ils sont trop forts ! Donc ils avaient créé la CAMEG pour même contrôler le marché du médicament. Mais fermez-moi vite cette caverne d’ali baba. Rien n’a jamais été fait par ces vampires pour nous soulager mais plutôt pour nous spolier. Allez ouste dehors et honte au personnel de cette boîte

    Répondre à ce message

  • Le 10 septembre 2016 à 12:16, par Sidpawalemdé Sebgo En réponse à : CAMEG : Pourquoi la Centrale est une association et pas une société

    Internaute 24 "CHERIF SY" : Merci de ne pas utiliser mon pseudo pour manger ton piment. Mes contributions sont loin de dire la même chose que vos inventions, c’est tout le contraire, menteur pathologique !

    En plus, vous gatez le nom de notre "prési" de la résistance au putsch, notre "CHE Guevarra" national en l’utilisant comme pseudo ! Honte à vous !

    Répondre à ce message

  • Le 10 septembre 2016 à 12:27, par Sidpawalemdé Sebgo En réponse à : CAMEG : Pourquoi la Centrale est une association et pas une société

    "CHERIF SY, (pseudo bien mal choisi !), on vous vois venir...

    Vous ne ferez pas bruler la CAMEG en agitant l’épouvantail "François Compaoré" afin de pouvoir vendre vos médicaments ici !

    Vos manigances sont trop grosses et trop maladroites pour marcher, bandes de vautours qui voulez sucer le sang des malades du Burkina. On vous a à l’œil !!!

    Répondre à ce message

  • Le 10 septembre 2016 à 12:39 En réponse à : CAMEG : Pourquoi la Centrale est une association et pas une société

    Pour memoire, l,ex_regime y compris salif n,auraient ils pas implanté des industries phaarmaceutiques ou en sont des principaux actionnaaires ds des pays de la région et ailleurs, lesquelles approvisionnent la centrale des medicament ? Restons vigilent dans la guerre des gladiateurs.

    Répondre à ce message

  • Le 10 septembre 2016 à 12:54, par Sitting bull En réponse à : CAMEG : Pourquoi la Centrale est une association et pas une société

    Posons les questions qui fachent :
    - Quels sont ceux qui détiennent le capital de la CAMEG et à hauteur de combien % chacun ?
    - Pourquoi un DG intérimaire de transition, se fait-il reélire par un PCA sortant en catimini ?
    - Qui a compétence pour nommer un PCA ?
    Voyez-vous, le pouvoir de Blaise avait sciemment changer le statut de la CAMEG pour la partager en actions à son clan. C’est la même chose qui était presqu’arriver à la SONABHY qui devait revenir majoritairement à SODIGAZ qui avait anticipé en ouvrant des stations d’essence, en intallant une usine d’embouteillage sans autorisation.
    Il faut mettre fin à cette pêgre tant que c’est possible, pour le salut de ce pays. Il y a des mécanismes de contrôle de gestion, il faut les renforcer. Actuellement près de 65% de l’économie est dans les mains du clan COMPAORE ( CCVA, CBA, UBA, ONATEL...) Le ministre ne peut pas dire ça.Ce qu’il peut faire pour récupérer CAMEG pour éviter que cette "association" ne prenne en otage la santé des populations et foirer sa mission, c’est de reprendre la main. On ne peut pas tout dire mais cette "association" est une arme de destruction massive aux mains du clan. Sachons interprêter les choses.
    Cordialement !

    Répondre à ce message

  • Le 10 septembre 2016 à 12:59, par dala En réponse à : CAMEG : Pourquoi la Centrale est une association et pas une société

    internaute 23 sidpawaledé. merci pour ta reponse a internaute 20. notre environnement des affaire est caillou. produire nous meme les medicament reviendrait plus chere au consommateur.

    Répondre à ce message

  • Le 10 septembre 2016 à 23:02 En réponse à : CAMEG : Pourquoi la Centrale est une association et pas une société

    Dites nous clairement qui a créé la CAMEG à l’origine et comment elle est ensuite devenue Association dont l’Etat semble être membre (ce qui est une grosse aberration). Arrêtez de prendre les gens pour des nez percés.

    Répondre à ce message

  • Le 11 septembre 2016 à 06:12, par Burkina En réponse à : CAMEG : Pourquoi la Centrale est une association et pas une société

    Les amis, détrompez vous. Malgré votre CAMEG que tous les pays de la sous région enviraient, le prix du médicament au Burkina est des plus chers. La CAMEG actuelle est un conglomérat de rapaces qui s’enrichissent sur le dos du pauvre Peuple Burkinabè à travers le médicament vendu trop cher. Pourquoi les hôpitaux peuvent -ils devoir à la CAMEG ? En tout cas le malade a toujours payé. Tout ça c’est une mauvaise gestion et des structures de santé, et de la CAMEG à laquelle il faut des institutions fortes pour mettre fin. Je me fous de la couleur ou de la tête du Ministre de la Santé. Mais je dis que le PCA et toute personne qui le soutient sont de très mauvaise foi et pour cause : Son poste n’est pas un poste d’affection, ce n’est pas un emploi. C’est une nomination sur proposition du MINISTRE DE LA SANTÉ et en tant que REPRÉSENTANT DE L’ETAT. Un beau jour, tu trahis les termes clairs de ton contrat qui est de résonner le son de ton bienfaiteur même s’il n’est pas bon. Alors, L’ETAT qui t’y avait nommé comme sa CAISSE DE RÉSONANCE au détriment d’autres burkinabè tout aussi méritants sinon plus méritants, te retire sa confiance et tu dis NON ! Vous imaginez un seul instant un Directeur d’école, un Proviseur de lycée, un Infirmier Chef de Poste, un Directeur Provincial, un Directeur Régional, un Préfet, un Gouverneur, un Ambassadeur, un Ministre, un Aide de Camp qu’on décide de relever de ses fonctions et qui dit non, ce n’est pas toi qui n’avait nommé, tu es trop jeune pour le faire, je suis nommé pour tant d’années !!! Non ! Si cet Homme voulait montrer son sens de l’honneur, sa dignité, son patriotisme et son désintéressement, il démissionnait avec fracas de son poste de PCA, il ne s’y accrochait pas. Même si la Haute Cour lui donnait raison, c’est du non sens.
    Pour ma part, c’est le pouvoir même qui est faible ; sinon, la récréation était terminée depuis fort longtemps. Toute l’agitation à la CAMEG cache sûrement des choses peu orthodoxes, la défense d’intérêts égoïstes. Du reste, il faut que le Gouvernement prenne ses responsabilités pour mettre fin aux dérives actuelles dans l’administration publique, notamment dans les structures de santé qu’un certain personnel, habitué à des années de laisser chacun s’enrichir comme il peut, a fait perdre même la raison.

    Répondre à ce message

  • Le 11 septembre 2016 à 07:15, par samspade En réponse à : CAMEG : Pourquoi la Centrale est une association et pas une société

    Uun ministre de la république s en fou de la loi. Lui qui bénéficie de la puissance publique pour quoi le citoyen lambda va respecter les feux tricolores et payer l impôt. Attention le poisson pourri par la tête donc éviter l incivisme au sommet de l état.

    Répondre à ce message

  • Le 11 septembre 2016 à 09:52, par Sidpawalemdé Sebgo En réponse à : CAMEG : Pourquoi la Centrale est une association et pas une société

    Internautes 28 "Sitting Bull" et 31 "Burkina" :
    Je ne sais pas pourquoi vous vous entêtez à répandre des rumeurs fausses. Que ce soit les rumeurs que vous avez entendues que vous diffusez sur le net ou que vous le faisiez exprès, on se demande quelles sont vos intentions en faisant cela ?

    1°) La CAMEG n’étant pas une société n’a pas de capital ni d’actions réparties entre des "actionnaires". C’est une association dont l’organe de décision, le conseil d’administration (CA) , est composé à égalité des représentants de l’état (4), des partenaires techniques et financiers (4) et des utilisateurs des médicaments, syndicats et OSC (4). Le ministère de la santé est le seul à avoir 2 représentants, et même si ce n’est pas écrit dans les textes, un de ses représentant est généralement élu par ses pairs président (PCA) du CA. Les décisions sont prises à la majorité simple, avec prépondérance de la voix du PCA en cas de majorité. C’est donc difficile de "téléguider" les décisions de la CAMEG sans "maitriser" au moins 6 membres du CA. Le DG est nommé par le CA, et depuis peu de préférence par test. Qu’un acteur politique puisse influencer pour mettre "son" homme comme PCA ou DG, c’est possible, comme de faire embaucher des proches. Mais de là à dire que la CAMEG lui appartient c’est un mensonge éhonté ! Et comme il n’y a pas de bénéfice, quelqu’un ne peut pas en encaisser ! Les Compaoré ont accaparé l’économie nationale ? OUI ! Et ils ne sont pas les seuls (suivez mon regard) ! Arrachez-leur ces biens mal acquis, et laissez-nous notre CAMEG !

    2°) Dire que la CAMEG est chère est un mensonge pur et simple. Et pour votre information, l’état à travers ses ministères, lycées, hôpitaux et autres doit à tout le monde, parce qu’il consomme d’abord (ou s’endette sur 50 ans !) et prend son temps et plein de procédures pour payer ! L’état doit aux banques, entreprises, propriétaires de locaux loués, compagnies aériennes, fonctionnaires et contractuels salariés, fournisseurs, bailleurs de fonds internationaux et j’en passe. Il faut être hors du Burkina, sourd, aveugle et de mauvaise foi pour ne pas le savoir ou dire le contraire.

    Et pour la n-ième fois, foutez nous la paix avec votre François Compaoré !
    S’il vous manque tant, rejoignez-le ! Nous, on parle des textes de la CAMEG et de gens qui refusent de les respecter ainsi que des décisions de justice !!!

    Répondre à ce message

  • Le 11 septembre 2016 à 10:33, par Raogo En réponse à : CAMEG : Pourquoi la Centrale est une association et pas une société

    J’ai lu le commentaire mais je suis resté confus.La cameg ,une association !puis je savoir quels sont ceux qui l’on créé ?qui peut etre membre de cette association ?éclairez moi !

    Répondre à ce message

  • Le 11 septembre 2016 à 10:41, par Raogo En réponse à : CAMEG : Pourquoi la Centrale est une association et pas une société

    J’ai lu le commentaire mais je suis resté confus.La cameg ,une association !puis je savoir quels sont ceux qui l’on créé ?qui peut etre membre de cette association ?éclairez moi !

    Répondre à ce message

  • Le 11 septembre 2016 à 15:34 En réponse à : CAMEG : Pourquoi la Centrale est une association et pas une société

    Que le ministre de la santé ait le courage de régler cette affaire rapidement et prendre en main la situation. A l’Eure du bilan , c’est lui qui devra répondre. CAMEG , une Association si ce n,’est pas dans une république bananière, ou a t on vu pareil statut juridique d’une structure de ce genre ! Je crois que tout ceux qui défendent l’actuel statut sont des ignorants ou des gens de l’opposition.
    Plus rien ne sera comme avant !

    Répondre à ce message

  • Le 11 septembre 2016 à 16:22, par wendlaboum En réponse à : CAMEG : Pourquoi la Centrale est une association et pas une société

    Nous devons savoir que la CAMEG n’est pas la seule structure stratégique et d’intéret public qui a le statut d’association avec l’Etat comme membre. Ce statut a montré son intérêt pour ces structures. Pourquoi cristalliser cette crise sur le statut d’association alors que sa capacité a assumer ses fonctions n’est pas en cause depuis qu’elle est association. Si le risque réside dans le fait que l’Etat a une voix, les PTF une voix et les utilisateurs une voix, que l’Etat prenne ses responsabilités pour que l’expérimente à nouveau ce que l’on ce que l’on sait déjà.

    Répondre à ce message

  • Le 12 septembre 2016 à 23:11, par Sidpawalemdé Sebgo En réponse à : CAMEG : Pourquoi la Centrale est une association et pas une société

    Internaute 37 Wendlaboum : Je confirme vos propos. L’ABBEF par exemple a le statut d’association alors qu’elle a été créée et est financée par l’état et d’autres partenaires.

    Mais vous vous fatiguez pour rien. Sachez que la plupart des gens qui semblent s’indigner du statut d’association de la CAMEG sont à classer en deux catégories :

    1°) Les gens de bonne foi mais qui sont trop paresseux pour lire l’article en entier, encore moins les autres articles sur le sujet CAMEG pourtant tous disponibles sur lefaso.net (15 articles au total ! Avec de nombreux additifs dans les commentaires). Ils posent des questions mais ne veulent pas lire les réponses qui sont pourtant déjà disponibles.

    2°) Les gens de mauvaise foi, qui viennent sur le forum uniquement pour défendre un camp, ici celui du ministre. Ce sont les mêmes qui changent plusieurs fois de pseudo pour donner l’impression du nombre et usurpent même des pseudos. Les habitués les "connaissent" depuis le débat sur l’article 37. Ils utilisent TOUT, y compris le mensonge, la désinformation, les accusations gratuites et les attaques personnelles pour contredire les autres. Dans le cas présent, s’y sont joint des gens qui veulent faire fermer la CAMEG à l’occasion de cette crise pour leurs intérêts égoïstes.

    Dans les deux cas, vous vous fatiguez à leur donner des explications qu’ils ne liront même pas, on ne peut pas réveiller quelqu’un qui ne dors pas !

    Répondre à ce message

  • Le 13 septembre 2016 à 09:45, par Lebon En réponse à : CAMEG : Pourquoi la Centrale est une association et pas une société

    Bonjour. Je pense que certaines affirmations de M. Sebgo me paraissent erronées. En effet depuis la création de la CAMEG par l’Etat bien avant sa transformation en association l’objectif visé était de rendre le médicament accessible aux populations ; les bénéfices engendrés devaient servir à faire baisser le prix du médicament. Quand vous dites " Les revendeurs peuvent réduire leurs marges pour avoir les marchés, mais ne peuvent pas vendre au prix d’achat ni en dessous de ce prix." je ne pense que ce n’est pas vrai. Les hôpitaux offrent des services moins chers qui ne couvrent pas leur cout de revient à cause de la subvention de l’Etat. Les sociétés comme la Sonabel, l’Onea, etc. pratiquent aussi la péréquation pour fournir des services accessibles aux différentes catégories de la population. La raison pour laquelle la CAMEG est une association et non une société d’Etat est à rechercher ailleurs notamment du côté des pharmaciens. En effet depuis la création de la Centrale les gérants de pharmacie n’ont jamais été favorable au monopole accordé à cette structure pour la commande des génériques. Alors il a fallu pour calmer les ardeurs et les appétits trouver cette forme d’organisation. Aujourd’hui si la CAMEG venait à disparaitre ce sont les populations qui perdent et bien entendu les pharmaciens se frotteraient les mains. Les reformes annoncées devraient permettre de corriger les erreurs passées ; c’est pourquoi je me suis toujours posé la question de savoir pourquoi le conseil d’administration a décidé de donner un contrat de trois ans à un intérimaire qui venait de bénéficier d’un contrat d’un an ? je pense que les raisons de cette crise doivent être recherchées ailleurs et chacun doit penser à comment améliorer le bien être de nos populations pour le développement de la nation.

    Répondre à ce message

  • Le 14 septembre 2016 à 04:22, par Sidpawalemdé Sebgo En réponse à : CAMEG : Pourquoi la Centrale est une association et pas une société

    Internaute 39 "Lebon" :
    Cet article est tiré d’un commentaire fait sur un autre article "L’on a frôle le pire au siège", daté du 9 Septembre sur ce même site. Le titre est de la rédaction. Le commentaire complet est disponible (n°26) dans le nouveau dossier "CAMEG" de lefaso.net.

    Vous pourrez y voir, ainsi que dans mes autres commentaires, que je me réfère à des sociétés commerciales comme la SONABHY pour les subventions et péréquations. Je fais donc la différence entre ce qui est possible pour les sociétés et ce qui n’est possible (et souhaitable) que pour les associations, en particulier à but non lucratif. Connaissant la situation actuelle de la SONABEL et de la SONABHY, je suis sidéré de lire tous ceux qui disent qu’il faut faire de la CAMEG un autre gouffre financier, alors que notre santé en dépend.

    Mais si vous aviez simplement lu l’article au complet, vous auriez vu que l’atout principal de l’association est la représentation des partenaires au conseil d’administration, dont les exigences de gestion et les aides font de cette "association" la vache à lait que tous convoitent. La confiance qui découle de ce statut et du fait de son indépendance (relative) du pouvoir politique et de ses turpitudes est la clef de son succès, et on peut s’étonner de l’insistance pour revenir sur cette "liberté".

    Je vous rappelle enfin que le sujet a fait l’objet de 15 à 18 articles au total sur ce site, et qu’il est vraiment préférable de les lire avant d’intervenir, vous y trouverez réponse(s) à vs question(s). Cordialement...

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Santé : La CAMEG et les formations hospitalières en quête de thérapie
CAMEG : « Si je ne me sentais pas capable, je ne serais pas venue », Dr Anne Maryse Khaboré, nouvelle directrice générale
Vente de médicaments de la CAMEG à des terroristes : Il n’en est rien, selon l’association
25e anniversaire de la CAMEG : Un cross pour communier avec la clientèle de Fada
25 ans de la CAMEG : L’équipe de Tingandogo remporte la coupe du directeur général
Vingt-cinq ans d’existence : La CAMEG à la rescousse des forces de défense et de sécurité
25e anniversaire de la CAMEG : Des journées portes ouvertes pour mieux faire connaitre l’institution
25 ans de la CAMEG : Les agents donnent leur sang pour sauver des vies
Sortie de crise à la CAMEG : Bilan satisfaisant six mois après
Sortie de crise à la CAMEG : Le nouveau capitaine au gouvernail
Crise à la CAMEG : La fin d’une douloureuse série de onze mois
Crise à la CAMEG : Bientôt la fin ?
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés