Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Cela semble toujours impossible jusqu’à ce qu’on le fasse.» Nelson Mandela

Crise à la CAMEG : Le délibéré du référé devant le TGI renvoyé au mardi 13 septembre 2016

Accueil > Actualités > DOSSIERS > CAMEG • • samedi 10 septembre 2016 à 00h35min
Crise à la CAMEG : Le délibéré du référé devant le TGI renvoyé au mardi 13 septembre 2016

Le feuilleton de la Centrale d’achat des médicaments essentiels génériques et des consommables médicaux (CAMEG) continue. Chaque jour avec un nouvel épisode juridico-judiciaire. Ce vendredi, 9 septembre 2016, les protagonistes étaient de nouveau devant le Tribunal de grande instance de Ouagadougou.

Cette fois-ci, l’affaire CAMEG est portée devant le Tribunal de grande instance (TGI) de Ouagadougou. Au prétoire, Me Jean Charles Tougma et Me Prospère Farama,avocats-conseils de la CAMEG, du Président du Conseil d’administration, Dr Bokar Kouyaté, et du Directeur général, Dr Jean Chrysostôme Kadéba (présent au procès). Ils ont assigné le ministre de la santé et le Dr Salifou Konfé (nouveau Président du Conseil d’administration) devant le juge des référés. Cela pour que la justice constate qu’il y a un trouble manifestement illicite sur l’activité de l’association.

Les débats qui se sont déroulés dans le cabinet du vice-président du TGI, Karim Oubda, étaient très houleux. Contradictoirement, chaque partie a pris la parole pour justifier sa posture dans cette affaire.

Me Alexandre Sanwidi, défense du Dr Konfé, présent à cette audience, affirme que son client est le Président du Conseil d’administration de la CAMEG. Et que l’acte qu’il a posé en nommant Dr Damien Koussoubé, relève de ses prérogatives en sa qualité de PCA. La partie adverse balaie cela du revers de la main.

Le vice-président du Tribunal de grande instance (TGI), Karim Oubda après avoir écouté les parties des heures durant, décide de renvoyer le délibéré au mardi 13 septembre 2016 à 8 h.

Me Farama affirme que lors des débats, ils ont demandé au vice-président du tribunal « de faire défense au ministre de la santé, à monsieur Konfé Salifou et à la CAMEG dirigée par monsieur Koussoubé de faire intrusion dans les activités de la CAMEG ». « Nous estimons que, en attendant que le tribunal administratif statue définitivement sur les recours qui ont été introduits, il est bon que l’on permette à chacune des parties de travailler ». Pour lui, si la décision définitive est favorable au Dr Kadéba, elle s’appliquera, Si elle est favorable au Dr Koussoubé, le droit sera respecté. Mais en attendant, des actes comme ce qui s’est passé hier 8 septembre « qui consiste à emmener des forces de l’ordre pour essayer d’installer de force une équipe, alors qu’il n’y a que le droit qui peut prévaloir » ne doivent plus se produire, termine t- il.

N’ayant pas pu recueillir les avis de la partie adverse, qui aussitôt après l’audience a quitté les lieux, nous sommes entrés en contact avec elle. Nous y reviendrons.

Marcus Kouaman
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 9 septembre 2016 à 16:26, par Agent de santé En réponse à : Crise à la CAMEG : Le délibéré du réfère devant le TGI renvoyé au mardi 13 septembre 2016

    C’est avec compassion que nous avons vu sur la RTB télé le 8 septembre 2016 un reportage pathétique sur le décès de 2 enfants mis au monde par une femme qui a fait un accouchement de quadruplets (4 enfants prématurés).Nous présentons nos condoléances à la famille endeuillée. Il convient de comprendre que l’avènement de quadruplets ou quintuplés est un phénomène qui survient très rarement. Quand il s’agit en plus d’enfants prématurés, ils sont exposés à des maladies possibles pendant et après la grossesse surtout si leur poids est inférieur à 1 kg. Dans ces conditions leur survie peut être hypothéquée. Sur les 4 enfants, 2 ont été mis sous couveuse au CHU Yalgado qui dispose de 6 couveuses dont 2 étaient disponibles. Le père des enfants dit s’être rendu à l’hôpital Blaise Compaoré et Saint Camille où il n’a trouvé aucune couveuse pour les 2 autres enfants, ce qui selon lui serait la cause du décès de ces 2 prématurés. Ce drame constitue une occasion d’interpeller le gouvernement à travers le ministère de la santé sur le fait qu’il n’est pas normal que les CMA et CHR ne soient pas dotés de couveuses en nombre minimal de 2 à 3.Si les cliniques privées ne prennent pas le risque de faire des investissements pour des couveuses qui pourraient être sous-exploitées en raison de la rareté des prématurés, il est au moins du devoir de santé publique de l’Etat, de doter par mesure de prudence, les CSPS ,CMA,CHR et CHU de couveuses en nombre raisonnable pour parer aux éventualités. Il faudrait que la pyramide sanitaire soit respectée par un équipement adéquat des services de santé de base(CSPS,CMA,CHR) pour éviter un encombrement des CHU de Bobo et Ouaga pour des soins qui peuvent bien se faire au niveau de ces services de base. Il existe 2 types de couveuses. Le premier type de base coûte l’ordre d’un million de FCFA et peut être indiqué pour les CSPS. Le second type qui est multifonctionnel avec une assistance respiratoire devrait exister dans les CMA, CHR et CHU en nombre suffisant. Son coût unitaire oscille entre 10 et 15 millions de FCFA. Si le CHU Yalgado n’avait pas eu 2 couveuses disponibles, les 4 enfants auraient pu tous mourir. Il faut des couveuses en nombre suffisant car, un prématuré peut être mis sous couveuse pendant 2 mois. Il y va de la responsabilité de l’Etat. Les bonnes volontés sont aussi interpellées. Il ressort que la direction générale du CHU Yalgado dans ses efforts de recherche de moyens adéquats pour l’hôpital ,malgré l’austérité budgétaire de l’Etat ,qui a amputé le budget du CHU de 3 milliards de FCFA de 2014 à 2016, a obtenu des promesses de la Chambre de commerce du Burkina qui voudrait fournir des couveuses au CHU Yalgado. Que ce bel exemple soit suivi par d’autres.

    Répondre à ce message

  • Le 9 septembre 2016 à 16:26, par S.S.S En réponse à : Crise à la CAMEG : Le délibéré du réfère devant le TGI renvoyé au mardi 13 septembre 2016

    La justice a réclamer la liberté dans ses actes, elle l’a reçue grâce au peuple burkinabé qui s’est soulevé comme un seul homme au soir du 31 mars 2014. Alors au nom de la liberté de délibérer nous demandons à la justice d’honorer le peuple burkinabé qui a tant souffert de l’injustice durant des décennies

    Répondre à ce message

  • Le 9 septembre 2016 à 16:26 En réponse à : Crise à la CAMEG : Le délibéré du réfère devant le TGI renvoyé au mardi 13 septembre 2016

    Soyons franc un représentant de l’État ( P.C.A) doit etre mandaté par celui ci. Ça n a pas de sens de forcer pour le représente contre sa volonté, ou vous avez vu ça ? Dans ce cas, il reste quelques a créer une CAMEG a l État , kouma bana

    Répondre à ce message

  • Le 9 septembre 2016 à 16:39, par kbk En réponse à : Crise à la CAMEG : Le délibéré du réfère devant le TGI renvoyé au mardi 13 septembre 2016

    Tous ces termes juridiqes sont compliqués pour le citoyens de la CAMEG. Je propose que :
    Le Dr Bokar Kouyaté et le Dr Salifou Konfé se mettent tous les deux dans la salle de réunion de la CAMEG et que l’on procède à un vote. Ca sera au vu et au su de tous les employés.
    Quand les textes sont claires mais il n’y a pas d’accords, c’est ainsi qu’il faut procéder.

    Répondre à ce message

  • Le 9 septembre 2016 à 16:52 En réponse à : Crise à la CAMEG : Le délibéré du réfère devant le TGI renvoyé au mardi 13 septembre 2016

    Le PCA n a pas honte quoi. Ta mission était octroyée par l’État, il n y a pas plus méritoire. L État ne te reconnait comme il t avais désigné ou est le problème ? Tu t agrripes malgré tout a ce poste pour gagner quoi ? De l’argent ? Pour revenir après en 2017 ( s il est que le mandat de CA prendrait fin en 2017 ) par un coup d etat ou par un retournement de veste spectaculaire comme Zida ? Ou comptes tu aller ensuite ? En Côté d’Ivoire ou au Canada ? Un peu de sagesse mon vieux et surtout un peu de dignité

    Répondre à ce message

  • Le 9 septembre 2016 à 16:57, par test pour recruter En réponse à : Crise à la CAMEG : Le délibéré du réfère devant le TGI renvoyé au mardi 13 septembre 2016

    On a besoin de test pour être D.G de la CAMEG, Dr Kadeba n en a pas passé, il faut organiser un recrutement cela est conforme aux règles.

    Répondre à ce message

  • Le 9 septembre 2016 à 17:01, par far west En réponse à : Crise à la CAMEG : Le délibéré du réfère devant le TGI renvoyé au mardi 13 septembre 2016

    Mardi je vais me proclamer D.G de quelque chose, je m’en fiche des test, il me faut une poignée d ami dans une boîte et on laisse de côté les procédures administratives et la volonté de l État et de mon ministère de tutelle. On va faire ça, comme le BF est un far west

    Répondre à ce message

  • Le 9 septembre 2016 à 17:17, par Jurisprudence En réponse à : Crise à la CAMEG : Le délibéré du réfère devant le TGI renvoyé au mardi 13 septembre 2016

    L’affaire CAMEG a jeté le discrédit sur le ministre de la santé qui veut se mettre au dessus de la loi. Le ministre et ses soutiens politiques du MPP violent la loi de façon flagrante en ne respectant pas le sursis judiciaire ordonné contre les mesures dictatoriales du ministre de la santé pour l’accaparement de la gestion de la CAMEG à des fins personnelles par ses partisans. Pour parvenir à cette fin, tout est mis en œuvre pour tenter d’induire l’opinion publique en erreur pour insinuer que la décision de justice ne s’impose pas aux actes du ministre. Personne ne croit à cette manipulation des faits et l’agent judiciaire du trésor, monsieur Yao a eu toutes les difficultés pour défendre cette position anachronique à la télévision nationale (RTB).Il faisait l’avocat du diable malgré lui certainement, face à la pression des mains obscures qui veulent récupérer la CAMEG à cause de la masse d’argent de milliards qui transitent par le budget national et les appuis des partenaires techniques et financiers dans cette centrale d’achat de médicaments essentiels génériques. Ces partenaires sont déjà indignés par cette guéguerre entretenue par le ministre de la santé à des fins inavouées mais connues de tous. Il importe donc que le président du Faso use de ses pouvoirs régaliens pour mettre de l’ordre dans cette caverne d’Ali Baba en renvoyant dos à dos tous ceux qui sont impliqués dans cette querelle honteuse au détriment des malades. Pour ce faire, il convient de limoger le ministre de la santé, de limiter le contrat du DG qui était intérimaire à 1 an au lieu de 3 ans, ainsi que celui du conseil d’administration initial. Pendant ce temps, procéder si nécessaire, à des réformes au niveau de la CAMEG pour asseoir des organes dirigeants dans la sérénité et selon des critères de compétence y compris l’appel à candidatures pour le choix d’un nouveau DG. C’est la solution la mieux indiquée de jurisprudence car, le Chef de l’Etat ne doit pas se laisser inclure sur la liste des personnages sinistres qui veulent se mettre au dessus de la loi pour politiser l’administration publique à des fins personnelles. Le Premier ministre devra aussi faire preuve de fermeté dans sa volonté de lutter contre la corruption car l’affaire CAMEG est la face visible de l’iceberg pour des actes de corruption. Le Président de l’Autorité Supérieure de Contrôle d’Etat et de Lutte contre la Corruption, Luc Marius Ibriga a déjà fait savoir par voie de presse qu’au regard de ses missions, le statut d’association ne sied pas à la CAMEG.

    Répondre à ce message

  • Le 9 septembre 2016 à 21:30, par Captacombe En réponse à : Crise à la CAMEG : Le délibéré du réfère devant le TGI renvoyé au mardi 13 septembre 2016

    Ils ont tous pris du le captacombe ou quoi ?
    Il n’ a personne des deux camps pour dire laissons tomber pour que le peuple gagne ?
    On parle mais ça ne rentre pas dans vos oreilles ; quand personne ne sait ce qu’est le pardon, c’est la catastrophe qui suit.

    Répondre à ce message

  • Le 9 septembre 2016 à 21:51, par Sidpawalemdé Sebgo En réponse à : Crise à la CAMEG : Le délibéré du réfère devant le TGI renvoyé au mardi 13 septembre 2016

    Internaute 1 Agent de santé : Vraiment cette situation est déplorable. Si vous vous rappelez, un groupe de particuliers a lancé une initiative sur internet et ailleurs suite à d’autres décès de prématurés. Cette campagne vise à recueillir des fonds pour offrir des couveuses aux hôpitaux.

    Mais visiblement, les premiers responsables de la santé n’ont rien à faire de tout cela, ni de l’état déplorable de nombreux hôpitaux qui est dénoncé à longueur de journée. Depuis l’installation du gouvernement, on ne les entends que dans les structures qui gèrent des milliards comme le PADS, le LNSP ou la CAMEG et cette attitude participe à scandaliser les citoyens.

    Répondre à ce message

  • Le 9 septembre 2016 à 22:03, par Sidpawalemdé Sebgo En réponse à : Crise à la CAMEG : Le délibéré du réfère devant le TGI renvoyé au mardi 13 septembre 2016

    Internaute 1 Agent de santé : Vraiment cette situation est déplorable. Si vous vous rappelez, un groupe de particuliers a lancé une initiative sur internet et ailleurs suite à d’autres décès de prématurés. Cette campagne vise à recueillir des fonds pour offrir des couveuses aux hôpitaux.

    Mais visiblement, les premiers responsables de la santé n’ont rien à faire de tout cela, ni de l’état déplorable de nombreux hôpitaux qui est dénoncé à longueur de journée. Depuis l’installation du gouvernement, on ne les entends que dans les structures qui gèrent des milliards comme le PADS, le LNSP ou la CAMEG et cette attitude participe à scandaliser les citoyens.

    Répondre à ce message

  • Le 9 septembre 2016 à 22:09, par Sidpawalemdé Sebgo En réponse à : Crise à la CAMEG : Le délibéré du réfère devant le TGI renvoyé au mardi 13 septembre 2016

    Webmaster, merci de discipliner l’internaute "Jurisprudence", qui poste le même message sur tous les sujets depuis plusieurs jours et des fois plusieurs fois dans le même forum.

    Répondre à ce message

  • Le 9 septembre 2016 à 22:31, par wendinkonté frank En réponse à : Crise à la CAMEG : Le délibéré du réfère devant le TGI renvoyé au mardi 13 septembre 2016

    IL ne faudrait pas que le juge se fasse berner par les 2 parties. Ni l’ancien CA ni le Ministre n’ a raison . Revenons aux faits : l’ancien DG de la CAMEG a été recruté par appel à candidature avant la transition. Elle décide de le remplacer par Dr Compaoré et le personnel et le peuple refusent. Un contrat d’une année est signé par le CA, le temps de revisiter les textes de la CAMEG. Des ateliers ont eu lieu avec des perdiems. Au lieu que le PCA et le Ministre demandent la finalisation des textes chacun agit selon ses intérêts.
    1er acte : le PCA et CA renouvellent le contrat de 3ans du DG intérimaire à 2 mois de la fin de son mandat : c’est une maladresse de leur part.
    2è acte Le Ministre de la santé pense à un complot puisque le PCA est en même temps son conseiller technique même s’il ne l’ a pas nommé il était en poste. Il prend des décisions avec de l’abus : c’ est une maladresse de sa part. Le Tribunal doit avoir un regard critique des 2 parties avant de prendre une décision. Je pense qu’il faut que nos juges se spécialisent dans tous les domaines pour ne pas se faire berner par les services techniques.

    Répondre à ce message

  • Le 9 septembre 2016 à 23:26, par correction En réponse à : Crise à la CAMEG : Le délibéré du réfère devant le TGI renvoyé au mardi 13 septembre 2016

    A l attention de Le Fasonet, le VP du TGI est Karim Oubda et non Francis
    Comme c est écrit . et pour information le brave juge du Tribunal administratif qui a ordonne le sursis hier dans le dossier Cameg s appelle Bambara Martin. Comme quoi y’a toujours des juges consciencieux . continuez ainsi !

    Répondre à ce message

  • Le 10 septembre 2016 à 00:15, par jack En réponse à : Crise à la CAMEG : Le délibéré du réfère devant le TGI renvoyé au mardi 13 septembre 2016

    je voudrais simplement dire que c’est dommage que l’on s’agrippe à un poste de la sorte.je sais que l’ancien DG touche plus de 3 million et quand on a des avantages de la sorte on n’est pas prêt à les perdre mais s’agripper voire prendre la CAMEG en otage de la sorte révèle du ridicule. je crois que le ministre veux juste mettre un peu d’ordre dans cette boite à sous pourri. il faut du toilettage à la CAMEG, nous nous savons ce qui s’y passe. le ministre à engager ges chantiers comme la gratuité qui soulage nos populations et il lui faut des hommes dignes de confiance à la tête de cette structure pour lui permettre d’obtenir ses résultats. c’est devant ces résultats que l’on pourra le juger. les mêmes vautours de la CAMEG avaient dit au ministre que la CAMEG avait besoin de 5 milliards pour lancer la gratuité des soins mais malheureusement à peine la gratuité commencée on entent sur les réseaux que la CAMEG doit 15 milliards il faut un audit de la gestion de CAMEG.

    Répondre à ce message

  • Le 10 septembre 2016 à 01:09, par filsdufaso En réponse à : Crise à la CAMEG : Le délibéré du réfère devant le TGI renvoyé au mardi 13 septembre 2016

    Honte à ce nouveau gouvernement dans son mutisme. Tristesse et trahison sont les sentiments des burkinabés. On viendra nous sortir de force un jour de notre domicile malgré les documents que nous possedons. Faisons très attention. Qui a bu, boira.

    Répondre à ce message

  • Le 10 septembre 2016 à 06:50, par Pol Nonguierma En réponse à : Crise à la CAMEG : Le délibéré du réfère devant le TGI renvoyé au mardi 13 septembre 2016

    Je pense qu’il y a beaucoup de non dits dans cette affaire rocambolesque de la CAMEG . Que le DG et le nouveau PCA du nouveau ministre de la santé patientent simplement jusqu’à la fin légale des mandats pour essayer de vider les réguliers et légitimesi ancien DG et PCA. C’est comme conseiller municipal, député ou président s’il ne travaille pas bien et c’est la récession et la morosité on attend 5 ans pour les changer NET !!! C’est bêtement simple et avec bon sens.

    Répondre à ce message

  • Le 10 septembre 2016 à 07:33, par droit dans les yeux En réponse à : Crise à la CAMEG : Le délibéré du réfère devant le TGI renvoyé au mardi 13 septembre 2016

    Docteur Kouyaté n’a pas vraiment pas honte

    Répondre à ce message

  • Le 10 septembre 2016 à 08:09, par GUEULARD En réponse à : Crise à la CAMEG : Le délibéré du réfère devant le TGI renvoyé au mardi 13 septembre 2016

    La justice doit trancher et envoyer paître ce ministre de la santé et son protecteur Salif DIALLO, le gourou qui veut faire main basse sur tout dans ce FASO ! Cette fois la justice doit lui prouver qu’il n’est pas intouchable, lui qui a dit que les juges sont des affairistes !!

    Répondre à ce message

  • Le 10 septembre 2016 à 08:19, par GUEULARD En réponse à : Crise à la CAMEG : Le délibéré du réfère devant le TGI renvoyé au mardi 13 septembre 2016

    agent de santé, internaute 1, penses-tu qu’avoir 4 enfants du coup est une bonne chose ? Parce que j’ai l’impression que tu encourages ce genre de chose ! Le problème après c’est de les soigner, les nourrir, les habiller, les mettre à l’école et payer fournitures et scolarité sans courrir chaque derrière la croix-rouge ou la CARITAS pour mendier ! On est plus de 17 millions dans ce pays sans compter nos compatriotes qui sont en dehors du pays. On ne doit donc pas se réjouir d’avoir 5 enfants du coup et appeler à l’aide les autres citoyens pour l’aider à les soigner. Quand on amenait Jésus CHRIST à Golgotha pour le crucifier, il a porté seul sa croix et personne ne l’avait aidé en son temps.

    Répondre à ce message

  • Le 10 septembre 2016 à 08:27 En réponse à : Crise à la CAMEG : Le délibéré du réfère devant le TGI renvoyé au mardi 13 septembre 2016

    Agent de santé, ce gouvernement s’en fout de couveuses pour les nouveaux nés, sinon une économie des dépenses pour la communication, pour le procès aurait permis d’acquérir un couveuse au moins. La réduction des frais de tournées du ministre d’État peut également contribuer pour voir des koglwogos avec les 1er responsable de la gendarmerie et de la police. Ça c’est du concret.

    Répondre à ce message

  • Le 10 septembre 2016 à 08:44, par GUEULARD En réponse à : Crise à la CAMEG : Le délibéré du réfère devant le TGI renvoyé au mardi 13 septembre 2016

    Chers amis, vous ne savez pas ce que se passe ! Il y a une guerre en sourdine au sommet de l’État et chacun des RSS veut satisfaire ses éléments. Souvenez-vous que la nomination du PM a prit trop de temps et les burkinabè commençaient à se plaindre. Il n’y avait pas d’entente entre Salif Diallo et RMCK. Salif DIALLO avait son candidat qui était Rosine Coulibaly (actuelle ministre des finances) et RMCK avait le sien qui est Thiéba (actuel PM). Et pour courcircuiter RMCK, Salif DIALLO l’entourloupeur comme à ses habitudes, a organisé une fuite et tout le monde parlait de Rosine COULIBALY ici comme PM. Le suspense a duré 1 mois pour qu’ils s’entendent et finalement THIEBA est nommé PM. Biensûr que Salif DIALLO n’a pas digéré.

    Cette affaire CAMEG est celle qu’il est entrain d’utiliser en instrumentalisant son protégé ministre de la santé pour créer une crise, la chienlit afin de créer le désordre pour entraîner une redistribution des cartes et pouvoir placer ses hommes partout.

    Pour moi c’est simple ! Tous ces RSS et leurs alliés n’ont plus rien à nous démontrer et ils sont désormais plus nuisibles qu’utiles au Burkina Faso. Et dans ce cas l’armée doit prendre ses responsabilités et les chasser tous en retirant le pouvoir et envoyer en retraite d’office tous ces vieux loups qui nous polluent l’air depuis 30 ans, ainsi que tous leurs alliés et traîtres qu’ils ont placé dans le pouvoir. Ensuite faire une transition de 6 mois pour juger tous les dossiers pendants, puis organiser des élections propres en interdisant tous ces politicards de se présenter y compris l’opposition et les BENEWENDE et consorts. Il faut renouveler la classe politique burkinabè en éloignant tous ces nuisibles.

    Malheureusement avec cette armée actuelle ce sera difficile avec le Général ZAGRE à sa tête car son petit-frère est Secrétaire particulier du président RMCK. Franchement nous sommes emmerdés dans le pays maintenant avec ces vieux politiciens devenus aussi nuisibles que les criquets pèlerins !!

    Et puis RMCK nomme des gens des OSC comme chargés de mission à la présidence ou à la primature croyant les soumettre en fermant leurs bouches ! Je vous jure que ne vois rien d’aussi insensé et idiot que ce genre de chose parce que créant un précédent dangereux pour le pays. Vous allez voir ! D’ici peu il y aura plein d’autres personnes qui vont porter le manteau de leaders d’OSC et vont commencer à emmerder et dénoncer tout et partout, parce que c’est par ce chemin qu’on peut se faire nommer au Faso des RSS et leurs alliés incompétents et incapables

    Répondre à ce message

  • Le 10 septembre 2016 à 09:51, par warba En réponse à : Crise à la CAMEG : Le délibéré du réfère devant le TGI renvoyé au mardi 13 septembre 2016

    Les 12 membres de la cameg sont des personnes morales en plus de l’etat.Le president PCA n’est pas forcement le representant de l’etat et si le probleme persiste, le futur pca qui sera elu sera un pharmacien blanc.Le ministre doit avoir honte d’avoir cree ce faux probleme et rock n’aura d’autre choix que de demettre cet intrigant.Bokar et kadeba sont deja sollicites dans les pays voisins pour repliquer l’experience de la cameg.

    Répondre à ce message

  • Le 10 septembre 2016 à 10:34, par CHERIF SY En réponse à : Crise à la CAMEG : Le délibéré du réfère devant le TGI renvoyé au mardi 13 septembre 2016

    Me Farama, donc tu manges maintenant avec les affameurs du peuple ? Toi qui hier seulement était farouchement opposé à eux-là ? Pourtant il suffit de lire M. Sebgo Sidpawalemdé sur Lefaso.net pour comprendre. La CAMEG a été créée au temps des François Compaoré qui voulait voir clair dans tout ce qui pouvait rapporter de l’argent dans ce pays. N’étant pas pharmaciens et voulant manger dans le médicament, ils ont donc créé cette association pour soi-disant soulager la population, alors qu’en réalité c’était pour pouvoir mieux nous mater. Car je suis sûr et certain que nous pouvons avoir les génériques que la CAMEG nous vend , à plus moins chers si cette association voulait vraiment nous aider. M. Le Ministre, pardon faite apparaître la vérité au grand jour, afin que nous puissions sortir les foutre dehors.

    Répondre à ce message

  • Le 10 septembre 2016 à 10:57, par la lumière En réponse à : Crise à la CAMEG : Le délibéré du réfère devant le TGI renvoyé au mardi 13 septembre 2016

    Au lieu de passer le temps à vous quereller pensez aux malades, aux prématurés et aussi à ceux qui ont rejoint l’autre monde. La morgue de l’hôpital Yagalgo n’honore pas un pays qui se dit pays avec un drapeau, une hymne nationale, et que dirai tous les attributs avec !!! Rien qu’une chambre climatisée pour nos morts et 4 chambres froides non fonctionnelles. Quand même !!!!! N’oubliez pas chers gouvernants (Ministres, Dg, SG) que nous allons nous retrouver un jour là-bas. De grâce donner à Yalgado une morgue digne d’un Hôpital SVP. En Côte d’Ivoire certains morts peuvent faire plus de 4 ans dans les chambres froides. Comparaison n’est pas raison mais de grâce doter l’hôpital d’une morgue de plus de 200 chambres froides et abandonnez vos querelles de ventre.

    Répondre à ce message

  • Le 10 septembre 2016 à 11:10, par Soutien En réponse à : Crise à la CAMEG : Le délibéré du référé devant le TGI renvoyé au mardi 13 septembre 2016

    Je me pose toujours la question de savoir si les RSS mesurent vraiment la portée des journées des 30 et 31 octobre 2014 et de la résistance populaire née du putsch du 15 septembre 2015. Messieurs les RSS, attention dèh..RSS, Héyii...! Le réveil pourra être très très douloureux si vous ne faites pas attention. Faire du Blaise sans Blaise (continuer les mêmes magouilles, nommer les copains et partisans sans mérite aux postes juteux et non moins juteux, patrimonaliser les biens de l’État au profit du clan au pouvoir, violer la loi et les droits de l’homme...) va être très dangereux pour vous et pour le pays. Vous avez été élus pas pour faire les mêmes bêtises que Blaise...Dieu vous voit. Faudra vous ressaisir pendant qu’il est temps. A bon entendeur...

    Répondre à ce message

  • Le 10 septembre 2016 à 11:10, par Tapsoba R(de H) En réponse à : Crise à la CAMEG : Le délibéré du référé devant le TGI renvoyé au mardi 13 septembre 2016

    L humilité n est vraissemblablement pas la chose la mieux partagée chez certaines autorités au Faso ,même acculées,elles préfèrent foncer tête baissée.Même BC qui banda les muscles sur sa fameuse loi instituant le sénat a dû reculer. J ai de la peine quand je lis des internautes qui s indignent que les victimes (PCA et DG ) s agrippent à leur post ? Ici on défend la légalité,des principes et non des individus,peu importe qui sont les occupants de ces posts.La notion Etat de DROIT n est certainement pas accessible à beaucoup,et c est dommage.

    Répondre à ce message

  • Le 10 septembre 2016 à 11:46, par Koumouni Klub En réponse à : Crise à la CAMEG : Le délibéré du référé devant le TGI renvoyé au mardi 13 septembre 2016

    Le probleme n’est pas d’ordre personnel..il s’agit de respect de texte...si Dr Kadeba est aussi illegitime que le pretends le sinistre de la santé alors posez vous la question a savoir d’une part le pourquoi du bseoin de creer un nouveau CAMEG avec les memes attributions et les memes definitions...et d’autre part pourquoi solliciter la force pour installer le nouveau DG et le nouveau CA.? Le fond du probleme est qu’avec le systeme actuel de fonctionnement de l’ancien CAMEG le gouvernement ne peut pas maintenir le projet populiste et irreflechi de gratuité des soins qui reste pour le moment le seul acte visible du gouvernement RSS.

    Répondre à ce message

  • Le 10 septembre 2016 à 12:07, par Sidpawalemdé Sebgo En réponse à : Crise à la CAMEG : Le délibéré du référé devant le TGI renvoyé au mardi 13 septembre 2016

    Internaute 24 "CHERIF SY" : Merci de ne pas utiliser mon pseudo pour manger ton piment. Mes contributions sont loin de dire la même chose que vos inventions, c’est tout le contraire, menteur pathologique !

    En plus, vous gatez le nom de notre "prési" de la résistance au putsch, notre "CHE Guevarra" national en l’utilisant comme pseudo ! Honte à vous !

    Répondre à ce message

  • Le 10 septembre 2016 à 12:27, par Agent de Sante En réponse à : Crise à la CAMEG : Le délibéré du référé devant le TGI renvoyé au mardi 13 septembre 2016

    Internaute Le Guelard ,d’accord avec vous mais malheureusement les gens ne percoivent pas ce vous dites parceque l’émotion bouche toujours nos réflexions .

    Répondre à ce message

  • Le 10 septembre 2016 à 12:35, par Sidpawalemdé Sebgo En réponse à : Crise à la CAMEG : Le délibéré du référé devant le TGI renvoyé au mardi 13 septembre 2016

    GUEULARD, vous venez de quelle planète ? En tout cas ici sur terre et au Burkina, on ne choisit pas d’avoir quatre enfants d’un coup !

    Et il se permet même, ce vrai gueulard, au sortir sans doute d’un débit de dolo, de faire des leçons de morale aux pauvres parents qui viennent de perdre deux enfants... Vraiment on va tout voir sur le forum.

    Pardon, webmaster, il y a liberté d’expression mais imaginez que les pauvres parents lisent ça ? Faut faire votre job ?

    Répondre à ce message

  • Le 10 septembre 2016 à 17:39 En réponse à : Crise à la CAMEG : Le délibéré du référé devant le TGI renvoyé au mardi 13 septembre 2016

    Merci, internaute 27. Vous avez tout compris, vous avez dit ce qui doit être dans un État de droit qui se respecte.

    Répondre à ce message

  • Le 11 septembre 2016 à 12:56, par Garde administrative En réponse à : Crise à la CAMEG : Le délibéré du référé devant le TGI renvoyé au mardi 13 septembre 2016

    Le CHU Yalgado Ouédraogo a innové en matière de garde. Ainsi, en plus de la garde médicale dans les différents services de santé nuitamment et les jours fériés, il existe aussi une garde administrative. Pour tout problème administratif, les usagers de l’hôpital peuvent s’adresser à un responsable à la Direction générale qui assure la garde administrative. Les usagers du CHU et accompagnants de malades ont la possibilité de disposer d’une ambulance au CHU 24 H/24 moyennant 2.000 FCFA pour transporter leur malade dans la ville de Ouagadougou. Pour ce faire, il faut s’adresser au guichet de paiement.

    Répondre à ce message

  • Le 11 septembre 2016 à 18:18, par Anbga En réponse à : Crise à la CAMEG : Le délibéré du référé devant le TGI renvoyé au mardi 13 septembre 2016

    Dire que chaque CFA obtenu a LA Cameg provient des pauvres vieilles femmes des villages en premier. LA honte pour tous ceux qui ont preter serment et contribute aux pillages de leurs patients

    Répondre à ce message

  • Le 11 septembre 2016 à 18:23, par CHERIF SY En réponse à : Crise à la CAMEG : Le délibéré du référé devant le TGI renvoyé au mardi 13 septembre 2016

    Je dis , ne vous fatiguez même plus, prenez tout simplement le temps de bien lire l’écrit de Sidpawalemdé Sebgo, ça y est sur Lefaso.net et c’est intitulé : Pourquoi la Centrale est une association et pas une société ? Vous comprendrez alors toute la magouille qui se cache derrière cette affaire. La CAMEG date de l’ère Compaoré je précise. C’est comme en fait un braqueur toujours en service qui décide d’ ouvrir agence de sécurité pour venir en aide à la population.

    Répondre à ce message

  • Le 12 septembre 2016 à 22:12, par Sidpawalemdé Sebgo En réponse à : Crise à la CAMEG : Le délibéré du référé devant le TGI renvoyé au mardi 13 septembre 2016

    Internaute 35 "CHERIF SY" : Merci d’arrêter de me citer. Mes commentaires ne disent pas ce que vous insinuez sur les divers forums, bien au contraire.

    Si vous avez une position à défendre, assumez vous et argumentez la au lieu de ma la prêter de façon mensongère. Je n’ai jamais cité Blaise ou François Compaoré ni parlé de corruption quelconque au sein de la CAMEG.

    Webmaster, vous ne pouvez pas laisser un internaute (au service de je ne sais quelle cause) me citer à tort et à travers en mentant et refuser de publier mes démentis ? A moins d’un parti pris pour la désinformation et le mensonge ?

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Santé : La CAMEG et les formations hospitalières en quête de thérapie
CAMEG : « Si je ne me sentais pas capable, je ne serais pas venue », Dr Anne Maryse Khaboré, nouvelle directrice générale
Vente de médicaments de la CAMEG à des terroristes : Il n’en est rien, selon l’association
25e anniversaire de la CAMEG : Un cross pour communier avec la clientèle de Fada
25 ans de la CAMEG : L’équipe de Tingandogo remporte la coupe du directeur général
Vingt-cinq ans d’existence : La CAMEG à la rescousse des forces de défense et de sécurité
25e anniversaire de la CAMEG : Des journées portes ouvertes pour mieux faire connaitre l’institution
25 ans de la CAMEG : Les agents donnent leur sang pour sauver des vies
Sortie de crise à la CAMEG : Bilan satisfaisant six mois après
Sortie de crise à la CAMEG : Le nouveau capitaine au gouvernail
Crise à la CAMEG : La fin d’une douloureuse série de onze mois
Crise à la CAMEG : Bientôt la fin ?
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés