Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Le génie est fait de un pour cent d’inspiration et de quatrе-vingt-dix-nеuf рοur сеnt dе trаnsрirаtiοn.» Thomas Alva Edison

Compte rendu du Conseil des ministres du 13 juillet 2016

Accueil > Actualités > Conseil des ministres • • mercredi 13 juillet 2016 à 23h57min
Compte rendu du Conseil des ministres du 13 juillet 2016

Le Conseil des ministres s’est tenu à Ouagadougou, le mercredi 13 juillet 2016, en séance ordinaire, de 09 H 30 mn à 14 H 45 mn, sous la présidence de Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE, Président du Faso, Président du Conseil des ministres.
Il a délibéré sur les dossiers inscrits à son ordre du jour, entendu des communications orales, procédé à des nominations, et autorisé des missions à l’étranger.

I . DELIBERATIONS

I.1. AU TITRE DE LA PRESIDENCE DU FASO

Le Conseil a adopté un décret portant modification du décret n° 2016-216/PRES du 14 avril 2016 portant création, attributions, organisation et fonctionnement de la Commission constitutionnelle.
Son adoption permet de prendre en compte les préoccupations du Chef de file de l’opposition politique.

I.2. AU TITRE DU MINISTERE DE L’ADMINISTRATION TERRITORIALE, DE LA DECENTRALISATION ET DE LA SECURITE INTERIEURE

Le Conseil a adopté deux (02) rapports.

Le premier est relatif à la recrudescence des actes d’incivisme au Burkina Faso.
L’actualité de notre pays est marquée ces derniers temps par la recrudescence des actes d’incivisme et de troubles à l’ordre public. Ces actes fragilisent les nombreux acquis en matière de paix civile et les efforts de développement économique et social.

Face à cette situation, le Conseil appelle au strict respect de la législation en vigueur et instruit les autorités compétentes à l’application rigoureuse de la loi.
Le second rapport est relatif au choix du thème de la célébration de la fête nationale du 11 décembre 2016.

Le Conseil a marqué son accord pour la commémoration de la fête nationale du 11 décembre 2016 à Kaya, chef lieu de la Région du Centre-Nord, sous le thème : « Démocratie, défis sécuritaires et progrès économique et social ».
Ce thème reflète les priorités nationales du moment.

I.3. AU TITRE DU MINISTERE DE L’ECONOMIE, DES FINANCES ET DU DEVELOPPEMENT

Le Conseil a adopté un rapport relatif à la passation d’un marché par la procédure d’entente directe pour l’acquisition de 77 806 kits solaires autonomes.
Le Conseil a marqué son accord pour l’attribution du marché à l’Entreprise SPEEDTECH ENERGY BURKINA FASO SA pour un montant de sept cent soixante-dix-huit millions cinquante-sept mille (778 057 000) francs CFA HT/HD avec un délai d’exécution de 150 jours.

Le financement est assuré par l’Ambassade de Chine/Taïwan au Burkina Faso, au titre de l’année 2016.

I.4. AU TITRE DU MINISTERE DE LA SANTE

Le Conseil a adopté un rapport relatif au Cadre stratégique national de lutte contre le VIH, le SIDA et les infections sexuellement transmissibles (CSN-SIDA) 2016-2020.
Ce Cadre constitue le document d’orientation de toutes les interventions en matière de lutte contre le VIH, le SIDA et les infections sexuellement transmissibles au Burkina Faso pour la période concernée.

L’adoption de ce rapport vise à doter notre pays d’un nouveau référentiel en matière de lutte contre le VIH, le SIDA et les infections sexuellement transmissibles.

I.5. AU TITRE DU MINISTERE DE L’ENVIRONNEMENT, DE L’ECONOMIE VERTE ET DU CHANGEMENT CLIMATIQUE

Le Conseil a adopté un rapport relatif à l’envahissement des trois barrages de la ville de Ouagadougou par la jacinthe d’eau.

Les trois barrages de la ville de Ouagadougou ont largement été infestés par la jacinthe d’eau au cours de la saison des pluies 2015.
Au regard de l’ampleur de colonisation de cette plante, des mesures urgentes avaient été prises pour l’éradiquer.

Toutefois, avec l’installation progressive de la saison des pluies, on constate de nouveau une colonisation progressive des trois barrages par la jacinthe d’eau.
Le Conseil a instruit les ministres en charge du dossier de prendre les dispositions idoines pour éradiquer la jacinthe d’eau dans lesdits barrages.

II. COMMUNICATIONS ORALES

II.1. Le Secrétaire général du gouvernement et du Conseil des ministres a fait au Conseil une communication relative à la participation de Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE au 3ème Sommet du Conseil de l’Entente le 11 juillet 2016 à Niamey au Niger.

Au cours de son séjour, le Président du Faso et ses pairs ont fait le point de la nouvelle gouvernance qui a été mise en place au niveau du Conseil de l’Entente et discuté de la coopération au plan politique, économique et sécuritaire.
Au cours de ce sommet, le Président Faure GNASSINGBE de la République du Togo a été porté à la présidence du Conseil de l’Entente pour l’année en cours.
Le Président du Faso a par ailleurs échangé avec les burkinabè résidents au Niger.

III. NOMINATIONS

III.1. NOMINATIONS DANS LES FONCTIONS INDIVIDUELLES
AU TITRE DU MINISTERE DE LA JUSTICE, DES DROITS HUMAINS ET DE LA PROMOTION CIVIQUE

-  Monsieur Adama MARE, Mle 97 449 P, Greffier en chef, 1ère classe, 6ème échelon, est nommé Directeur des greffes.

AU TITRE DU MINISTERE DE L’ECONOMIE, DES FINANCES ET DU DEVELOPPEMENT

-  Monsieur Maurice OUEDRAOGO, Mle 23 735 L, Géographe, 2ème grade, 8ème échelon, est nommé Conseiller technique du Secrétaire d’Etat chargé de l’aménagement du territoire ;
-  Monsieur Milignog Dieudonné SOMDA, Consultant indépendant, est nommé Conseiller technique du Secrétaire d’Etat chargé de l’aménagement du territoire ;
-  Monsieur Lassané COMPAORE, Mle 52 176 G, Inspecteur du Trésor, 1er grade, 9ème échelon, est nommé Inspecteur des finances ;
-  Madame Kiswendsida Céline Josiane OUEDRAOGO, Mle 104 678 F, Administrateur des services financiers, 1er grade, 5ème échelon, est nommée Directrice des marchés publics ;
-  Madame Mamou OUEDRAOGO, Mle 96 934 R, Inspecteur du Trésor, 1ère classe, 6ème échelon, est nommée Directrice des assurances ;
-  Madame Maïmouna ILBOUDO/DIALLO, Mle 111 104 X, Inspecteur du Trésor, 1ère classe, 5ème échelon, est nommée Percepteur spécialisé auprès du ministère des Transports, de la mobilité urbaine et de la sécurité routière ;
-  Monsieur Bourahima TARNABDA, Mle 51 210 R, Inspecteur du Trésor, 1ère classe, 6ème échelon, est nommé Inspecteur général du Trésor ;
-  Madame Assétou BARRY/OUEDRAOGO, Mle 52 177 E, Inspecteur du Trésor, 1ère classe, 9ème échelon, est nommée 2ème Fondé de pouvoirs du Receveur général ;
-  Monsieur Adolphe OUOBA, Mle 30 666 N, Inspecteur du Trésor, 1ère classe, 6ème échelon, est nommé Trésorier régional de l’Est ;
-  Monsieur Patindé Wendinda Jean-Yves BELEM, Mle 58 450 U, Inspecteur du Trésor, 1ère classe, 8ème échelon, est nommé 2ème Fondé de pouvoirs de l’Agent comptable central du Trésor ;
-  Monsieur Issouf OUEDRAOGO, Mle 57 172 E, Inspecteur du Trésor, 1ère classe, 3ème échelon, est nommé 2ème Fondé de pouvoirs du Payeur général ;
-  Monsieur Dramane KY, Mle 104 318 P, Inspecteur du Trésor, 1ère classe, 5ème échelon, est nommé Fondé de pouvoirs du Trésorier régional du Centre-Sud ;
-  Monsieur Joanny COMPAORE, Mle 54 633 W, Inspecteur du Trésor, 1er grade, 8ème échelon, est nommé Percepteur spécialisé auprès du ministère des Affaires étrangères, de la coopération et des burkinabè de l’extérieur ;
-  Monsieur Oumarou BALIMA, Mle 46 264 S, Inspecteur du Trésor, 1ère classe, 5ème échelon, est nommé Percepteur spécialisé auprès du ministère de la Justice, des droits humains et de la promotion civique ;
-  Madame Marie Claude PODA, Mle 44 069 J, Inspecteur des impôts, 1ère classe, 12ème échelon, est nommée Directrice régionale des impôts du Centre-Ouest ;
-  Monsieur Léonard Badelson BADO, Mle 54 628 F, Inspecteur des impôts, 1ère classe, 9ème échelon, est nommé Directeur des moyennes entreprises du Centre II.

AU TITRE DU MINISTERE DE L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR, DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ET DE L’INNOVATION

-  Madame Mwinmale Bernadette SOME/SOME, Mle 35 171 S, Ingénieur de recherche, 1ère classe, 12ème échelon, est nommée Inspecteur technique des services ;
-  Monsieur Alkassoum MAIGA, Mle 59 611 Z, Maître de conférences de sociologie, est nommé Vice-président chargé de la professionnalisation et des relations universités entreprises de l’Université Ouaga I, Pr Joseph KI ZERBO.

AU TITRE DU MINISTERE DES INFRASTRUCTURES

-  Monsieur Boureima LEGMA, Journaliste, est nommé Chargé de missions ;
-  Monsieur Sébastien WILLY, Mle 15 365 T, Administrateur civil, 2ème classe, 7ème échelon, est nommé Conseiller technique ;
-  Madame Kiswendsida Alice OUEDRAOGO, Mle 88 666 A, Economiste, 1ère classe, 7ème échelon est nommée Directrice générale des Etudes et des statistiques sectorielles ;
-  Madame Ami Adéline Estèlle ROUAMBA/NANA, Mle 71 476 M, Administrateur Civil, 1ère Classe, 9ème échelon, est nommée Directrice des archives et de la Documentation ;
-  Monsieur Moumouni ILBOUDO, Mle 216 124 W, Ingénieur en génie civil, 1ère classe, 3ème échelon, est nommé Directeur des travaux routiers ;
-  Monsieur Anûuyirtole Roland SOMDA, Mle 115 223 J, Ingénieur en génie civil, catégorie A, 4ème échelon, est nommé Directeur des ouvrages spécifiques ;
-  Monsieur Jacques Balé BASSAN, Mle 205 536 G, Ingénieur en génie civil, catégorie A, 4ème échelon, est nommé Directeur des études techniques ;
-  Monsieur Mamadou YOUGBARE, Mle 248 620 X, Ingénieur en génie civil, 1ère classe, 1er échelon, est nommé Directeur du contrôle des travaux ;
-  Monsieur Ollo Franck Hervé KANSIE, Ingénieur en génie civil, est nommé Directeur de la Normalisation et de la programmation ;
-  Monsieur Jean Wenceslas Tewendé KYELEM, Mle 216 126 B, 1ère classe, 3ème échelon, est nommé Directeur de l’Entretien du réseau classé ;
-  Monsieur Ribiga Benjamin OUEDRAOGO, Mle 71 671 B, Ingénieur des travaux publics, 2ème classe, 9ème échelon, est nommé Directeur des travaux de pistes ;
-  Monsieur Emmanuel BEMBAMBA, Mle 101 777 D, Ingénieur en génie civil, 1ère classe, 3ème échelon, est nommé Directeur de l’entretien des pistes rurales ;
-  Madame Alimata ZOUGMORE/KAGAMBEGA, Mle 266 101 F, Ingénieur en génie civil, est nommée Directrice de l’appui aux collectivités ;
-  Monsieur Wend Sansaké Mahamoudou TRAORE, Mle 236 176 G, Ingénieur en génie civil, 1ère classe, 2ème échelon, est nommé Directeur des infrastructures aéroportuaires et maritimes ;
-  Monsieur Ismaël ZEBRET, Mle 74 293 E, Ingénieur en génie civil 1ère catégorie, 9ème échelon, est nommé Directeur des infrastructures ferroviaires ;
-  Monsieur Benjamin KAMBOU, Mle 110 000 C, Ingénieur en Génie Civil, 1ère Classe, 3ème échelon, est nommé Directeur régional des Infrastructures de la Boucle du Mouhoun ;
-  Monsieur Brouahima KEBRE, Mle 248 617 V, Ingénieur de Conception en Génie Civil, 1ère Classe, 4ème échelon, est nommé Directeur régional des Infrastructures des Cascades ;
-  Madame Kâ Josseline Sonia KABORE/OUEDRAOGO, Mle 205 537 E, Ingénieur en Génie Civil, 1ère Classe, 4ème échelon, est nommée Directrice régionale des Infrastructures du Centre ;
-  Monsieur Issouf 1er Jumeau ZOUNGRANA, Mle 101 781 N, Ingénieur en Génie Civil, 1ère Classe, 3ème échelon, est nommé Directeur régional des Infrastructures du Centre-Est ;
-  Monsieur Kiswendsida Clément SEDGO, Mle 205 534 M, Ingénieur en Génie Civil, 1ère Classe, 3ème échelon, est nommé Directeur régional des Infrastructures du Centre-Nord ;
-  Monsieur Yaya GANAME, Mle 24 014 U, Technicien supérieur en Génie Civil, 2ème Classe, 7ème échelon, est nommé Directeur régional des Infrastructures du Centre-Ouest ;
-  Monsieur Noaga Pascal KOUDOUGOU, Mle 26 161 W, Technicien supérieur en Génie Civil, 2ème Classe, 8ème échelon, est nommé Directeur régional des Infrastructures du Centre-Sud ;
-  Monsieur Kassoum DEMAIN, Mle 32 425 P, Technicien supérieur Géomètre, 1ère Classe, 8ème échelon, est nommé Directeur régional des Infrastructures de l’Est ;
-  Monsieur Zounogo Inoussa OUEDRAOGO, Mle 92 925 T, Ingénieur en Génie Civil, 1ère Classe, 3ème échelon, est nommé Directeur régional des Infrastructures des Hauts-Bassins ;
-  Monsieur Tarwindé Habib BALIMA, Mle 101 780 F, Ingénieur en Génie Civil, 1ère Classe, 4ème échelon, est nommé Directeur régional des Infrastructures du Nord ;
-  Monsieur Adama BARRY, Mle 24 021 W, Technicien supérieur en Génie Civil, 2ème Classe, 9ème échelon, est nommé Directeur régional des Infrastructures du Sahel ;
-  Monsieur Adama TARNAGADA, Mle 071 642 A, Technicien supérieur en Génie Civil, 3ème Classe, 4ème échelon, est nommé Directeur régional des Infrastructures du Sud-Ouest ;
-  Monsieur Ousséni DIARRA, Mle 257 753 F, Technicien supérieur en Génie Civil, 1ère Classe, 2ème échelon, est nommé Directeur provincial des infrastructures du Ioba.

III.2. NOMINATION DANS LES CONSEILS D’ADMINISTRATION
A. PREMIER MINISTERE

Le Conseil a adopté deux (02) décrets.
Le premier décret nomme Monsieur Bamory OUATTARA, Mle 33 316 E, Administrateur des services financiers, Administrateur représentant l’Etat au titre du Premier ministère au Conseil d’administration de la Société de développement intégré du pôle de Bagré (BAGREPOLE), en remplacement de Youma ZERBO.
Le second décret nomme Monsieur Bamory OUATTARA, Mle 33 316 E, Administrateur des services financiers, Président du Conseil d’administration de la Société de développement intégré du pôle de Bagré (BAGREPOLE).

B. MINISTERE DE L’ENERGIE, DES MINES ET DES CARRIERES

Le Conseil a adopté un décret portant nomination des personnes ci-après Administrateurs dans le Conseil d’administration du Fonds de développement de l’électrification (FDE) pour un premier mandat de trois (03) ans :

Au titre du ministère de l’Environnement, de l’économie verte et du changement climatique

-  Monsieur Nonguema Désiré YAMEOGO, Mle 32 287 W, Inspecteur des eaux et forêts.

Au titre du ministère de l’Economie, des finances et du développement

-  Monsieur Poughdawendé Médard Francis ZIDA, Mle 111 094 L, Inspecteur du Trésor.

Au titre du ministère de l’Administration territoriale, de la décentralisation et de la sécurité intérieure
-  Monsieur Victorien Narcisse OUANGRAOUA, Mle 28 135 D, Administrateur civil.

Au titre du ministère du Commerce, de l’industrie et de l’artisanat
-  Madame Bintou SARA/KASSA, Mle 105 232 T, Conseiller des affaires économiques.

C. MINISTERE DU COMMERCE, DE L’INDUSTRIE ET DE L’ARTISANAT

Le Conseil a adopté deux (02) décrets.
Le premier nomme Monsieur Gnessa Bernard ZOUGOURI, Mle 27 871 S, Conseiller des affaires économiques, Administrateur représentant l’Etat au titre du ministère du Commerce, de l’industrie et de l’artisanat au Conseil d’administration de la société DAFANI-SA, pour un premier mandat de trois (03) ans.
Le second décret nomme Monsieur Gnessa Bernard ZOUGOURI, Mle 27 871 S, Conseiller des affaires économiques, Administrateur représentant l’Etat au titre du ministère du Commerce, de l’industrie et de l’artisanat Président du Conseil d’administration de la société DAFANI-SA, pour un premier mandat de trois (03) ans.

D. MINISTERE DE LA FEMME, DE LA SOLIDARITE NATIONALE ET DE LA FAMILLE

Le Conseil a adopté deux (02) décrets.
Le premier renouvelle le mandat d’Administrateur des personnes ci-après au Conseil d’administration du Fonds national de solidarité (FNS) pour un dernier mandat de trois (03) ans :

Au titre du ministère des Affaires étrangères, de la coopération et des Burkinabè de l’extérieur

-  Madame Andréa Beresse DAKUYO, Mle 212 417 S, Conseiller en gestion des ressources humaines.
Au titre du ministère de l’Administration territoriale, de la décentralisation et de la sécurité intérieure
-  Monsieur Sibiri COULIBALY, Officier des Forces armées nationales.
Le second décret nomme les personnes ci-après Administrateurs au Conseil d’administration du Fonds national de solidarité (FNS) pour un premier mandat de trois (03) ans :

Au titre du ministère de l’Economie, des finances et du développement

-  Madame Fatoumata SIRPE/TRAORE, Mle 39 705 L, Inspecteur du Trésor.

Au titre du ministère de la Santé
-  Monsieur Brice Wilfried BICABA, Mle 105 003 V, médecin de santé publique.
Au titre du ministère de l’Education nationale et de l’alphabétisation
-  Monsieur Mamadou OUATTARA, Mle 20 545 H, Conseiller d’administration scolaire et universitaire.
Au titre du ministère de la Femme, de la solidarité nationale et de la famille
-  Monsieur Harouna KIEMTORE, Mle 55 786 S, Inspecteur d’éducation de jeunes enfants ;
-  Monsieur Billy Tuwis Mandel Josito ZONGO, Mle 119 339 W, Administrateur des services financiers.
Au titre du personnel du Fonds national de solidarité
-  Monsieur Elie OUEDRAOGO, Reprographe coursier.
Le même décret nomme Madame Fatoumata SIRPE/TRAORE, Mle 39 705 L, Inspecteur du Trésor, Présidente du Conseil d’administration du Fonds national de solidarité (FNS) pour un premier mandat de trois (03) ans.

Le Ministre de la Communication et
des Relations avec le Parlement,
Porte-parole du gouvernement,

Rémis Fulgance DANDJINOU

Vos commentaires

  • Le 14 juillet 2016 à 00:53, par Djapra En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 13 juillet 2016

    "Le Conseil a adopté un décret portant modification du décret n° 2016-216/PRES du 14 avril 2016 portant création, attributions, organisation et fonctionnement de la Commission constitutionnelle.
    Son adoption permet de prendre en compte les préoccupations du Chef de file de l’opposition politique." Toutes ??? Lesquelles ???

    Répondre à ce message

  • Le 14 juillet 2016 à 04:32 En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 13 juillet 2016

    Felicitation a DGTCP pour ces nominations. Bonne chance a Ouoba comme TRE et au nouvel IGT. Au travail les gars. Que Dieu soit votre guide.

    Répondre à ce message

  • Le 14 juillet 2016 à 05:18, par gangobloh En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 13 juillet 2016

    Pourquoi un technicien supérieur comme Directeur régional des infrastructures du Sud -Ouest ? Je ne doute pas des connaissances et compétences d’un un technicien supérieur, mais nommé directeur régional, pose problème .

    un problème ?

    Répondre à ce message

  • Le 14 juillet 2016 à 05:19, par Fiacre TRA En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 13 juillet 2016

    Qu’est-ce qui se passe au MENA ?
    Si j’ai bonne mémoire, le conseil de ministre du 27 avril 2016 nommait l’homme de la transition (l’homme qui a défié un corps habillé bref), c’est à dire M. Lassina SAWADOGO Matricule 55758 W, inspecteur des impôts comme chargé de missions au Ministère de l’Environnement, de l’Economie Verte et du changement climatique.
    Ca fait deux mois et demi que celui-ci continue de travailler entre deux ministères (Au MENA toujours comme Directeur des Marchés Publics et au MEEVCC comme chargé de missions).

    Nous espérons qu’il ne continue pas d’émarger des deux côtés ?

    Cette situation laisse croire que quelqu’un à intérêt quelque part sinon pourquoi cette irrégularité de la part des autorités.

    Mais ce que nous déplorons, c’est que cette personne a montré ses limites dans sa gestion au MENA et on la quand même nommer à un grand poste plus élevé. Alors que sur le dossier Construction de 61 CEG et 84 blocs au profit du MENA, son nom et celui de son collaborateur ZIDA Xavier ont été citées dans une séance de l’ORAD.
    Cette situation a fait retarder les dossiers au MENA. cE nest pas normal parce que ce sont des gros dossiers.
    Sur ce dossier, des entreprises ont été sanctionnées (1 ans pour certains et 2 ans pour d’autres suite à ce dossier mais les acteurs issus de l’administration non inquiétés.
    En tant qu’entreprises, nous dénonçons cette impunité de la part de l’administration.
    En tout cas nous attendons aussi les sanctions disciplinaires sur ce dossier.
    Qu’est-ce que l’ARCOP attend pour envoyer un rapport au MENA ?
    Que la lumière soit faite.
    Ca ne nous surprend pas, puisque ce n’est pas son premier problème qu’il a eu dans l’administration. Mais rien ne s’est passé.
    Nous attendons des réactions de leurs parts et de la part de l’autorité.
    Des éléments plus concrets pourraient être publiés les moments avenirs.

    Répondre à ce message

  • Le 14 juillet 2016 à 06:05, par le stagiaire En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 13 juillet 2016

    Bonjour chers tous et félicitations à Madame Ouedraogo Mamou pour sa nomination. major de sa promotion en son temps à l’institut international des assurances de Tunis. j’ose espérer que le secteur des Assurances puisse maintenant bouger avec un assureur à ce poste mais à conditions que comme j formulais dans mon rapport de stage que DGTCP puisse mettre à leur disposition les moyens matériel roulant et financiers : les frais de contrôle pour permettre leur fonctionnement. c’est une affectation d’office de fonds dès l’institution de ces frais par les textes internationaux et nationaux . yaako, j n sais pas ce qu’on en fait au trésor. dites moi ? DGTCP doit faire des efforts.
    Elle doit impérativement revoir aussi revoir l’affectation de ses ressources humaines suivant leur qualification surtout ses chef de service. ça m’avait étonné de voir un économiste nommé chef de service législation et des juristes étaient là bien qualifiés aussi. en tout bon vent !

    Répondre à ce message

  • Le 14 juillet 2016 à 07:09, par françois En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 13 juillet 2016

    Avant tout propos, je voudrais tirer mon chapeau au gouvernement qui a pris à bras le corps le problème des informaticiens à travers le point qui a été fait par le porte parole du gouvernement à l’issu du conseil des ministres.
    Mais ma grande surprise est que dans ce dit rapport aucun point relatif à cette épineuse question n’apparait. Cela pose 02 préoccupations majeurs qu’on peut qualifier de mépris et de fuite de responsabilité de la Ministre des TIC et de ses collaborateurs( SG, DIRCAB, DG ANPTIC...).
    Pour ce qui est du mépris on est tenté de croire que l’arrogance et la suffisance de madame le Ministre et ses collaborateurs ( SG, DIRCAB, DG ANPTIC...) les aveuglent à telle point qu’il ne sont pas capable d’offrir du contenu soit sous forme de rapport ou de communication orale en conseil des ministres pour pouvoir étayer les propos du porteparole du gouvernement qui à la une de toutes les actualités du jour à rassurer que la grève des informaticiens a été débattue en plein conseil. Une autre idée toujours dans ce sens est peut être de se dire que madame le ministre, pratique la politique de l’autruche pour éviter d’affronter la réalité.
    S’agissant de la fuite de responsabilité de la Ministre des TIC et de ses collaborateurs( SG, DIRCAB, DG ANPTIC...) on est fondé de dire comme certains de ses proches avancent que les conséquences de cette grève sont imputables à d’autres ministres et pas le MDENP. Pourquoi donc s’activer si l’impact de la grève ne se ressent pas directement dans son département.
    Il est donc temps pour madame la ministre de prendre les choses en main à l’image du ministre de la fonction publique qui privilégie le dialogue et la communication.
    Fuir le débat, exposer ses collègues ministres à la vindicte (finances, fonction publique, transports, securité ., enseignement..) et pratiquer la politique de l’autruche c’est aller à l’encontre de la solidarité gouvernementale et c’est encore donner une mauvaise image des ministres informaticiens comme le fut votre premier patron à l’époque de la DELGI.
    En conclusion, je voudrais vous demander de vous ressaisir , il n’est pas tard et vous avez une opportunités qu’est l’histoire qui vous présente sa page pour que vous matérialisez votre passage dans ce département qui sera gravée dans nos mémoires à jamais.

    Répondre à ce message

  • Le 14 juillet 2016 à 07:22, par Prémonition En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 13 juillet 2016

    Ceux qui veulent passer par le subterfuge de l’adoption d’une nouvelle constitution pour une 5è république veulent supprimer le poste de Premier ministre pour pouvoir bloquer la possibilité du Chef de l’Etat de diriger. Ils veulent un poste de vice-président car ils cherchent coûte que coûte à diriger ce pays à la place de Roch .Ils sont en train de s’accaparer les postes stratégiques à grands budgets à travers les nominations qui viennent des nombreux ministres de leur clan. Ils sont en train de confiner Roch dans un rôle de président protocolaire afin de régner eux -mêmes en chefs exécutifs du pays. Avec leurs méthodes de pensée unique et de dictature, le Burkina n’est pas encore sorti de la zone de turbulence. Ils oublient que le bâton qu’ils utilisent contre le peuple pourrait se casser sur leur tête. Il faut bannir à jamais la pensée unique dans une démocratie.

    Répondre à ce message

  • Le 14 juillet 2016 à 07:46 En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 13 juillet 2016

    pendant qu’il existe un ministère chargé de l’administration du territoire, c’est aberrant de constater que des financiers ont créé une autre direction général en marge dudit ministère. A quoi rime tout cela ?

    Répondre à ce message

  • Le 14 juillet 2016 à 08:28, par fils du Burkina En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 13 juillet 2016

    Un conseil de sinistre .... oh pardon , ministre pauvre en initiative et riche en nomination

    Répondre à ce message

  • Le 14 juillet 2016 à 08:57 En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 13 juillet 2016

    Chers gestionnaires de l’information documentaire,levons-nous encore un administrateur civil nommé DAD

    Répondre à ce message

  • Le 14 juillet 2016 à 09:30 En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 13 juillet 2016

    quelle est la suite de l’affaire des véhicules disparus de la présidence ?Qu’en est il de la photo du délinquant qui percuté mortellement un policier dans l’exercice de ses fonctions ?Chers journalistes,ne rater aucune occasion pour relancer le MADTSI

    Répondre à ce message

  • Le 14 juillet 2016 à 09:47, par Ramzo En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 13 juillet 2016

    On ne comprend plus rien au MS le petit a t-il peur des vieux loups qui gangrène le ministère ? ou les premiers bilans de la gratuité ont montré des problèmes ? ce qui est sure au niveau central il faut nettoyer les vieux DG qui ne foutent rien ainsi que les DR qui ne pensent qu’a leur ventre. c’est un rappel si non sans rancune

    Répondre à ce message

  • Le 14 juillet 2016 à 09:49, par Ramzo En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 13 juillet 2016

    On ne comprend plus rien au MS le petit a t-il peur des vieux loups qui gangrènent le ministère ? ou les premiers bilans de la gratuité ont montré des problèmes ? ce qui est sure au niveau central il faut nettoyer les vieux DG qui ne foutent rien ainsi que les DR qui ne pensent qu’a leur ventre. c’est un rappel si non sans rancune

    Répondre à ce message

  • Le 14 juillet 2016 à 10:16, par SAK-SIDA En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 13 juillet 2016

    je suis renforcé dans mes convictions que Maitre SANKARA n’est pas un homme d’état, capable de nous gouverner. après les réserves émises par le CFOP sur ce fameux decrêt, il est le premier à monter au créneau pour fustiger ses anciens collègues qu’il a traité d’irresponsables et d’homme de mauvaise foi ;
    alors que d’après les informations dignes de foi, lui même n’a découvert le décrêt qu’après sa signature ; comment peut tu défendre un texte auquel tu n’as pas contribué à la rédaction ? de plus, ceux même qui ont écrit le texte ne se sont pas défendu ; au contraire, ils ont préféré écouter les plaignants et prendre en compte leurs préoccupations. Maintenant maitre SANKARA, que dite vous de ce que vos patrons, ceux dont vous voulez lécher le culs ont fait en revisant le décrêt ?

    Répondre à ce message

  • Le 14 juillet 2016 à 12:19, par ane En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 13 juillet 2016

    un génocide contre les ânes est il en cours au Burkina Faso ?

    Répondre à ce message

  • Le 14 juillet 2016 à 15:53, par Kere Wendpagninde Adrien En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 13 juillet 2016

    Juste un rappel au Président du Faso
    Du besoin des Burkinabés vivant en république de guinée équatoriale.
    Nous demandons à l’État de revoir la diplomatie entre le Burkina Faso et Guinée Équatoriale.
    Il faut absolument un changement.

    Répondre à ce message

  • Le 14 juillet 2016 à 16:16, par l’entrepreneur citoyen En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 13 juillet 2016

    Ce que je note de ce conseil des ministres :

    - L’entente directe pour l’acquisition des 77 806 kits solaires autonomes a été scellée avec une entreprise taiwanaise, installée au Burkina Faso ;
    - Le montant du marché d’une valeur de 778 057 000 millions de FCFA (hors taxes, hors douane) est assuré par l’ambassade de Chine-Taïwan au Burkina Faso, au titre de l’année 2016. Je n’ai rien contre les Taiwanais.

    N’est-il pas aisé de procéder simplement à un don, même si cette entreprise paie quelques impôts au BF ?

    Quand en est-il des marchés financés par nos ambassades à l’étranger ?????????

    La moindre des choses, c’est qu’ils reviennent à des entreprises Burkinabès installées labas et ou au pays ; que se soit par entente direct ou par appel d’offre national au BF. Qu’en pensez vs ?

    (Exemple : le marché de construction de la maison du Burkina Faso, qui est en fait là ou se trouvera l’ambassade et le consulat en Côte d’Ivoire : d’un coût prévisionnel de 25 000 000 000 F CFA, attribué à une entreprise Turque : le Groupe DECOTEK par partenariat public privé ???? avec des architectes et contrôleurs locaux (ivoiriens ?) ???? alors qu’il y’a plein d’entreprises Burkinabès au BF ou en Côte, capables de cette réalisation.) Je n’ai rien contre cette entreprise Turque.

    - Chaque kit solaire coute pour ce marché : 9 999,96 FCFA ; soit environ 10 000 FCFA.
    Quand on sait qu’un kit autonome est composé de :
    .au moins une plaque photovoltaïque ;
    .au moins une batterie ;
    .un convertisseur ;
    .un régulateur de charge...
    Pourquoi sur le marché local, l’un de ses éléments seulement coûte plus de 10 000 F CFA, avec l’exonération de la TVA et des droits de douane ?
    Quelle est la réelle qualité de ses équipement à ce coût là ?
    Pourquoi l’Etat peu acheter un kit solaire à 10 000 FCFA alors que le pauvre citoyen lambda se voit vendre le kit le moins chère du marché à 75 000 FCFA, et qui ne dure que quelques mois ?
    Si ces entreprises prennent le kit au même prix que l’Etat, ou sensiblement plus, qu’elles aillent payer les impôts sur les énormes profits qu’elles réalisent sur notre dos.

    A QUAND LE DÉVELOPPEMENT DE NOS MENTALITÉS ??????????????????????

    Répondre à ce message

  • Le 14 juillet 2016 à 17:00, par Réalisme En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 13 juillet 2016

    C’est une bonne action de réalisme que des membres du gouvernement dont le Premier ministre, le ministre de l’urbanisme, le ministre de la santé aient constaté de visu, la principale cause des inondations du CHU Yalgado.Il s’agit de l’étroitesse des caniveaux aux abords de l’hôpital et le fait que ces caniveaux soient bouchés d’ordures qui ne permettent pas l’évacuation des eaux pluviales. C’est pourquoi toutes ces eaux de la ville se déversent dans l’enceinte de l’hôpital. Certes la direction du CHU a réalisé des caniveaux à l’intérieur de l’hôpital mais cela ne suffit pas pour contenir les grosses quantités de pluies du fait de la défaillance des caniveaux extérieurs qui ne relèvent pas de la compétence de l’hôpital mais de la Mairie. Donc, il ne s’agit pas d’un problème de personnes lié au ministre de la santé, ni au DG de Yalgado. C’est un problème d’infrastructures urbaines défectueuses pour la canalisation des eaux de la ville. Comme le Premier ministre veut que les moyens financiers soient mis rapidement à disposition pour curer les caniveaux, cela peut constituer une solution transitoire dans l’attente de l’accélération des travaux de construction de l’échangeur vers la zone du Bois. Les grands caniveaux qui seront réalisés autour de cet échangeur seront la solution durable pour stopper l’inondation du CHU Yalgado. Félicitation donc au ministre de la santé et au DG de Yalgado pour leurs actions concertées pour endiguer rapidement ces risques d’inondations en ces temps de changements climatiques qui entraînent souvent de fortes précipitations.

    Répondre à ce message

  • Le 14 juillet 2016 à 17:48, par L’indigné En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 13 juillet 2016

    Le MENA continue de briller par son absence au Conseil des Ministres. Après 7 mois, il n’a pas encore rendu sa copie sur l’organigramme des DR et DP. Quel mauvais élève ! A quoi à servi pour lui le conseil extraordinaire des ministres tenu en mars 2016 pour la réorganisation des ministères ? Une confusion totale se poursuit avec des DR intérimaires, des employés démotivés avec en prime un blocus de la rentrée scolaire qui se prépare. Le sabordage du système éducatif burkinabè est en cours.

    Répondre à ce message

  • Le 15 juillet 2016 à 07:13, par tunwendé En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 13 juillet 2016

    Donnez aux informaticiens ce qui leur revienne. Foncez voir le PF il va vous satisfaire. On croyait que les sacrifices réclamés étaient pour tous, malheureusement ceux qui arrivent à rencontrer le PF ont toujours satisfaction.
    Un conseil au PF aussi en tant que citoyen Lambda : si vous ne pouvez pas faire pleurez une partie du peuple à un moment donné vous allez faire pleurer tout le peuple à un moment donné

    Répondre à ce message

  • Le 15 juillet 2016 à 11:55, par Sibiri issaka En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 13 juillet 2016

    Salut a tous. J`aimrrais bien comprendre pour quelle raison une promotion peu passé deux examens dans la meme année ? Qui prend de telle decision dans lenseignement ? Cela nous dmontre clairement que nos dirigeants ne cherche guere les meilleurs pour nos enfants mais juste des personnes dans les classes.
    Jesper seulement que chacun payera pr ces actes prisent consciencieusement !
    La o`u vous send vos enfants pour ls etudes ne sont pas d` une autres planete apres tous !
    Excusé moi mais vous n’ete q’une bande d’idiot qui na dieu que largent et le pouvoir ! Yame bougme na zab laére !!!!
    Juste un citoyen qui pleur pour son beau pays aveugle...

    Répondre à ce message

  • Le 15 juillet 2016 à 12:04, par Réalisme En réponse à : Compte rendu du Conseil des ministres du 13 juillet 2016

    C’est une bonne action de réalisme que des membres du gouvernement dont le Premier ministre, le ministre de l’urbanisme, le ministre de la santé aient constaté de visu, la principale cause des inondations du CHU Yalgado.Il s’agit de l’étroitesse des caniveaux aux abords de l’hôpital et le fait que ces caniveaux soient bouchés d’ordures qui ne permettent pas l’évacuation des eaux pluviales. C’est pourquoi toutes ces eaux de la ville se déversent dans l’enceinte de l’hôpital. Certes la direction du CHU a réalisé des caniveaux à l’intérieur de l’hôpital mais cela ne suffit pas pour contenir les grosses quantités de pluies du fait de la défaillance des caniveaux extérieurs qui ne relèvent pas de la compétence de l’hôpital mais de la Mairie. Donc, il ne s’agit pas d’un problème de personnes lié au ministre de la santé, ni au DG de Yalgado. C’est un problème d’infrastructures urbaines défectueuses pour la canalisation des eaux de la ville. Comme le Premier ministre veut que les moyens financiers soient mis rapidement à disposition pour curer les caniveaux, cela peut constituer une solution transitoire dans l’attente de l’accélération des travaux de construction de l’échangeur vers la zone du Bois. Les grands caniveaux qui seront réalisés autour de cet échangeur seront la solution durable pour stopper l’inondation du CHU Yalgado. Félicitation donc au ministre de la santé et au DG de Yalgado pour leurs actions concertées pour endiguer rapidement ces risques d’inondations en ces temps de changements climatiques qui entraînent souvent de fortes précipitations.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés