Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Quelle que soit la difficulté de la vie, il y a toujours quelque chose que vous pouvez faire et réussir.» Stephen Hawking Artiste, Astronome, Astrophysicien

Commission constitutionnelle : Les délégués CSBE France ne reconnaissent pas leur représentant

Accueil > Diasporas • • mardi 7 juin 2016 à 23h00min
Commission constitutionnelle : Les délégués CSBE France ne reconnaissent pas leur représentant

Dans la correspondance ci- dessous adressée au Ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération, et des Burkinabè de l’Extérieur, la section France du Conseil supérieur des burkinabè de l’extérieur ne reconnait pas celui qui a été désigné pour la représenter au sein de la commission devant proposer une nouvelle constitution au pays des hommes intègres. Ses membres disent n’avoir pas été associés à cette désignation.

Excellence,

Nous avons appris par voie de presse suite à la Délibération du Conseil des Ministres du 1er Juin 2016, la mise en place d’une Commission constitutionnelle dans notre pays. Nous saluons le fait que la diaspora ait été incluse dans cette commission, démarche que nous estimons à juste titre, hautement démocratique étant donné l’importance d’un tel texte pour l’intérêt général du peuple burkinabè.
Néanmoins, nous sommes surpris de n’avoir pas été associés ni de près, ni de loin à la désignation du représentant d’Europe par notre Ambassade en France à ce projet. Ayant appris par d’autres collègues qu’il avait été prévu de demander aux délégués Conseil supérieur des Burkinabè de l’étranger (CSBE) de choisir un représentant parmi la communauté - selon des critères bien définis, nous espérions que les autorités diplomatiques nous adresseraient une correspondance afin que nous lancions les concertations pour désigner de façon démocratique la personne qui portera la voix de la diaspora et participer à la rédaction de la nouvelle constitution.
Le Chargé d’affaires, qui assume les fonctions d’ambassadeur, M. Mamadou Sangaré, nous a informés du nom de la personne qui a été choisie pour représenter la diaspora au niveau de l’Europe à cette commission. Sans nous avoir au préalable consultés.

Vu qu’aucune procédure n’a été respectée et que nous n’avons pas été associés, nous, délégués CSBE de France, déclinons toute responsabilité quant au choix et à la désignation de cette personne.

Au vu de ce qui précède, nous avons donc demandé à M. Sangaré que ceux qui ont effectué ce choix prennent leurs responsabilités afin de répondre aux éventuelles réactions de la Diaspora sur la façon dont ce choix a été effectué.
Nous Délégués CSBE, nous souhaiterions aussi avoir un éclaircissement sur les rapports entre l’Ambassade et les délégués élus au CSBE.

En espérant que plus rien ne sera comme avant, veuillez recevoir nos salutations les plus respectueuses

Pour les délégués CSBE France, le bureau de la coordination

Paris le 6 Juin 2016.

Vos commentaires

  • Le 8 juin 2016 à 00:42 En réponse à : Commission constitutionnelle : Les délégués CSBE France ne reconnaissent pas leur représentant

    Avec Kaboré, l’autre Compaoré et Diallo, la démocratie n’est plus qu’une façade pour choisir des coquins pour des élus des Burkinabè de l’Etranger. Les plaintes de la Diaspora des Burkinabè en France et en Amérique du Nord où les communications de tous ordres sont d’un fonctionnement irréprochable. A qui profite le black-out en vue des nominations staliniennes
    Comment et pourquoi les fonctionnaires des Ambassades prennent des initiatives où les Burkinabè ne s’y reconnaissent pas.
    Avec le MPP, le CDP devient le phoenix qui renaît de ses cendres.
    Bonjour à la navigation à vue, régionaliste, amicale, fraternelle internationaliste et une justice avec les juges faciles à travailler avec eux.
    Heureusement les RSS ont retrouvé sur le marché une nouvelle marque de détergent appelé ZIDA

    Répondre à ce message

  • Le 8 juin 2016 à 01:53 En réponse à : Commission constitutionnelle : Les délégués CSBE France ne reconnaissent pas leur représentant

    Je me doutais bien qu’il y avait un problème quand j’ai vu le nom de Palu Kéré comme représentant des Burkinabè d’Europe. Je réside en France et ne prétends pas connaitre ce qui se passe dans les autres pays, mais en France, ce monsieur ne peut pas nous représenter à cette commission ; nous avons besoin de quelqu’un de stable, constant, fiable, qui ne change pas de position au gré des circonstances.
    L’ambassade doit des explications à la communauté

    Oscar

    Répondre à ce message

  • Le 8 juin 2016 à 03:56 En réponse à : Commission constitutionnelle : Les délégués CSBE France ne reconnaissent pas leur représentant

    Pourquoi ne prononcez-vous jamais le nom de kéré puisque c’est lui qui a été nommé pour représenter la diaspora de France ? les burkinabè doivent savoir que Kéré ne représente pas leurs concitoyens en France et en Europe, il n’y a pas beaucoup de nos ressortissants qui se reconnaitraient en lui. il ne fait pas consensus, n’est pas le seul juriste en France et Europe, encore moins un juriste qui s’est toujours soucié du Droit dans son pays le Burkina (et de toutes façons il n’y a pas que des juristes qui sont nommés dans cette commission constitutionnelle), et il n’est pas le seul qui sait écrire et rédiger (il paraît que c’était un critère). Par conséquent s’il a été nommé c’est pour d’autres raisons que celles de la représentativité

    Répondre à ce message

  • Le 8 juin 2016 à 08:47, par C’est quoi ca encore En réponse à : Commission constitutionnelle : Les délégués CSBE France ne reconnaissent pas leur représentant

    A quoi jouent les tenants du pouvoir.Il ne s’agit pas de venir adopter le règlement intérieur du MPP.

    Répondre à ce message

  • Le 8 juin 2016 à 09:05, par Visa En réponse à : Commission constitutionnelle : Les délégués CSBE France ne reconnaissent pas leur représentant

    Chers compatriotes résidant en France, sachez que c’est ce qui se passe désormais au pays. Nominations partisanes et contestées, cooptations, copinage...le Burkina revit en pire une période que le peuple avait pourtant rejeté par l’insurrection populaire d’octobre 2014.

    Répondre à ce message

  • Le 8 juin 2016 à 09:34, par ka En réponse à : Commission constitutionnelle : Les délégués CSBE France ne reconnaissent pas leur représentant

    C’est totalement légitime de ne pas reconnaître ce représentant : Car ce choix du gouvernement est du tripatouillage selon les règles du CSBE de toute l’Europe. Toute la diaspora des autres pays ne sont pas consultés comme en Allemagne, l’Autriche, La Suisse dont les ambassades viennent d’envoyé des messages aux associations de faire porter des candidats d’après un représentant d’une association dans ces pays. Le choix devrait se faire parmi les noms communiqués par les représentants de la Diaspora ! Il est inadmissible que l’on nous impose quelqu’un dont le nom ne figurait pas sur la liste des candidats ! Que cette désignation du conseil des ministres revoit sa copie pour une bonne entente de notre diaspora déjà privée par l’injustice de l’ancien régime pour les votes à l’étranger. Monsieur le président du Faso, vous deviez évitez les erreurs flagrantes de vos ministères, Bary mérite une sanction pour cette faute, car la diaspora reste le poumon de l’économie du pays des hommes intègre avec ses envoies de W.U aux familles que vous ne pouvez pas soutenir socialement comme dans d’autres pays,, et mérite tout le respect du président et son peuple.

    Répondre à ce message

  • Le 8 juin 2016 à 10:36, par adama diallo En réponse à : Commission constitutionnelle : Les délégués CSBE France ne reconnaissent pas leur représentant

    Quand bien même il est le petit-frère de l’autre, cela ne lui donne aucun droit ! Surtout qu’on remarque une inconstance et une inconsistance dans ses prises de position.

    Répondre à ce message

  • Le 8 juin 2016 à 11:23 En réponse à : Commission constitutionnelle : Les délégués CSBE France ne reconnaissent pas leur représentant

    Courrier envoyé part le Délégué CSBE Désiré Tapsoba aux compatriotes de la Région 2

    ...................................................................................................................................................
    Chers Compatriotes et amis du Burkina.

    C’est avec stupéfaction et incompréhension que nous Délégués avons appris la désignation en catimini de M Kéré Paul comme représentant l’Europe au sein de la future Commission Constitutionnelle voulue par le Président du Faso. Lors du dernier Conseil des Ministres, le gouvernement sans même avoir pris la peine de vérifier la légalité des procédures devant aboutir au choix d’une personne selon les critères objectifs établis, a simplement entériné le choix de Messieurs Le Ministre Conseiller ( faisant office d’ambassadeur par intérim ) et du Consul Général du Burkina à Paris. C’est dire simplement que nous avons été mis devant le fait accompli. Pire, personne n’a eu le courage ou la correction de nous informer de façon officielle.

    Nous, Délégués ( par conséquent vous compatriotes ) n’avons pas eu la possibilté de nous prononcer sur cette désignation qui se devait d’être
    consensuelle à défaut de fédérer tous les Burkianbê de France. J’ai personnellement adressé deux courriers pour dénoncer ce que je considère
    comme un déni de démocratie et un acte de mépris à notre égard. Les Burkinabê de l’extérieur sont-ils aussi peu intelligents au point d’être
    incapables de se prendre en main, de s’unir pour une cause commune ? Pourquoi donc avoir créé un Ministère des Burkinabê de l’Extérieur si c’est pour les traiter comme une quantité négligeable mise en réalité sous tutelle des responsables diplomatiques qui peuvent librement décider en leur nom et ce, en dépit de tout bon sens ?

    Les Délégués doivent-ils envisager une action concertée et sous quelle forme ? Oui ! Au-delà de toutes considérations personnelles à l’égard de ceux qui ont été désignés, au-delà de la pertinence du choix des membres ( a-t-on vraiment vérifié que tous les 92 membres possèdent de solides compétences en droit constitutionnel et sont capables de rédiger des textes juridiques compréhensibles et grammaticalement irréprochables - moi en tout cas je n’ai aucune honte à avouer que mes connaissances en français comportent des lacunes ), se pose l’éternelle question de la bonne gouvernance. J’estime que ne pas agir, c’est accepter que l’on piétine notre droit le plus légitime : droit de choisir. C’est du point de vue du Délégué laisser s’installer durablement l’idée hélas repandue selon laquelle,les Délégués ne sont que des pions agissant sur commande et approuvant en silence les méthodes de gouvernance répugnantes ( clientélisme comme ces 27 dernières années ), contraire à la devise née de l’insurrection : " Plus rien ne sera comme avant". Notre image en prendra un coup sérieux ! Nous n’aurons plus de raison d’être puisqu’en définitive nous n’avons pas droit au chapitre donc porter la parole de ceux qui ont donné indirectement mandat de défendre leur cause.

    C’est pourquoi nous Délégués avons entamé des concertations à cet égard pour faire entendre notre voix. Je reviendrai vers vous dès qu’il y aura du nouveau.

    Voila chers compatriotes et amis du Faso ce que je tenais à faire savoir.

    En vous remerciant pour votre attention.

    Fratrenellement

    Désiré Tapsoba
    Région 2

    Répondre à ce message

  • Le 8 juin 2016 à 12:05, par Tapsoba R(de H) En réponse à : Commission constitutionnelle : Les délégués CSBE France ne reconnaissent pas leur représentant

    Eh bien voilà !

    Répondre à ce message

  • Le 8 juin 2016 à 12:16, par Paul KERE. En réponse à : Commission constitutionnelle : Les délégués CSBE France ne reconnaissent pas leur représentant

    Chers amis et frères internautes, est-ce que vous avez déjà vu une seule nomination dans notre pays qui a fait l’unanimité et l’accord de tout le monde ? Il y a toujours des gens qui vont trouver que la grand’mère du neveu du père de la soeur du grand’père est un sorcier ou un diable. Alors, comme l’adage le dit, critiquez, critiquez,critiquez, il en restera toujours quelque chose. Mais je vous dis une bonne fois pour toute : "même si la vérité prend l’escalier et le mensonge l’ascenseur (Koffi OLOMIDE), quelle que soit la longueur de la nuit noire, le jour finit toujours par se lever et la vérité finit toujours par apparaître au grand jour. C’est une loi naturelle. Il y a des informations qu’il faut porter à la connaissance des internautes afin qu’ils se fassent leur religion et leur idée après.
    Le bureau de la coordination CSBE de France est composé de trois personnes :

    1. Coordonateur : M. Nabaloum Sibiri, qui travaille dans une cantine scolaire à la ville de Paris pour faire manger les enfants de la maternelle.
    2. Antoine Yougbaré, Cinéaste (quelqu’un qui fait des films)
    3. Le Docteur en Pédiatrie Philippe TRAORE. (Médecin d’une exceptionnelle générosité...)
    Quant est-ce que ce bureau s’est réuni pour "pondre" nuitamment cette lettre qui est dans la presse alors que le Ministre BARRY ne l’a pas encore reçue puisque la voie hiérarchique suppose que cette lettre passe par l’ambassade ?
    Le Docteur Philippe TRAORE a d’ailleurs fait savoir par courrier interne qu’il se désolidarisait totalement ce cette démarche inappropriée et de ce courrier, et préférait une rencontre avec les autorités de l’ambassade et du consulat pour une meilleure concertation entre les délégués CSBE et les autorités diplomatiques et consulaires de France.
    Chers internautes, si ce n’est pas au Burkina Faso, je n’ai jamais vu un journaliste contester publiquement face à face la compétence et la nomination d’un Ministre de la sécurité pourtant nommé en Conseil de Ministre.
    Alors cette nomination à la commission institutionnelle, chacun doit le savoir que ce n’est rien qu’une simple charge de réflexions et de propositions pour une démocratie apaisée.
    Je rappelle enfin pour le principe que la décision de nomination est un acte unilatéral de l’autorité et je n’ai jamais vu la nomination de ministres par le Président sur proposition du Premier Ministre soumise à une concertation populaire préalable ou de délégués CSBE, soient-ils de France ou des USA. Que veut finalement notre diaspora ?
    A fortiori, la nomination des membres de la commission n’a pas à être soumise à des consultations préalables de quiconque, si tel est le choix du Conseil des Ministres Présidé par le Président du Faso himself. Critiquez sur des arguments sérieux et non pas les qualités intrinsèques de ma personne. Je suis loin d’être parfait et que celui qui incarne cette perfection le prouve aux internautes. La perfection n’est malheureusement pas de ce bas-monde où la boxe est permise en dessous de la ceinture et, surtout, bien caché derrière son ordinateur avec ou sans pseudo. Voyez vous-même ?

    Répondre à ce message

  • Le 8 juin 2016 à 12:22, par Poème sur la méchanceté du Burkinabè En réponse à : Commission constitutionnelle : Les délégués CSBE France ne reconnaissent pas leur représentant

    Eh, voilà les 10 raisons concrètes de la méchanceté des burkinabè.
    Les burkinabès sont comme ça et rien ne peut les changer.
    1. C’est au Burkina Faso qu’un Président du nom de Thomas Sankara a été tué par des burkinabè.
    2. C’est au Burkina Faso que des burkinabè ont voté pour le MPP pour ensuite dire qu’il n’incarne pas le changement.
    3. C’est au Burkina Faso que la nomination du Premier Ministre est contestée au seul motif qu’il ne vivait pas au Burkina et qu’il ne connaît pas les réalités du pays.
    4. C’est au Burkina Faso que Simon est accusé de ne pas être compétent pour le ministère de la sécurité alors qu’il fait du bon boulot avec ses koglwéogo.
    5. C’est au Burkina Faso que Salif Diallo, Président de l’Assemblée nationale est traitée par des burkinabè comme un intrigant alors que c’est grâce à ses efforts conjugués avec d’autre que Blaise a été chassé du pouvoir avec ses acolytes.
    6. C’est au Burkina Faso que Zida qui s’est fait Président, Premier Ministre et Général en l’espace d’un an est aujourd’hui traité de tous les péchés d’Israël
    7. C’est au Burkina Faso que des usagers de la route percutent mortellement des policiers qui régulent la circulation.
    8. C’est au Burkina Faso où celui qui mange avec toi dans ton salon sort pour te critiquer.
    9. C’est au Burkina Faso que ton propre frère peut te tuer.
    10. C’est au Burkina Faso q’une simple désignation à la commission institutionnelle suscite des critiques. Je n’ai jamais vu cela ailleurs qu’au Burkina Faso.
    Quant est-ce que nous allons changer ?

    Répondre à ce message

  • Le 8 juin 2016 à 12:26 En réponse à : Commission constitutionnelle : Les délégués CSBE France ne reconnaissent pas leur représentant

    Le titre est mal choisi. Il fallait dire, "certains délégués CSBE"
    Faites un sondage sur tous les délégués CSBE d’Europe pour vois si Kéré n’est pas populaire.
    Voilà quelqu’un qui défend la diaspora, mais comme Désiré Tapsoba a eu un accrochage avec lui, il se permet d’écrire aux autorités en traitant le Gouvernement de Forfaiture et les autorités diplomatiques d’irresponsable. Comment voulez-vous que le gouvernement prenne la diaspora au sérieux ? Vous n’êtes que de minables personnes incapables d’aider les autres...

    Répondre à ce message

  • Le 8 juin 2016 à 12:27 En réponse à : Commission constitutionnelle : Les délégués CSBE France ne reconnaissent pas leur représentant

    "Les mots de vérité manquent souvent d’élégance. Les paroles élégantes sont rarement vérités" - Lao-Tseu

    Répondre à ce message

  • Le 8 juin 2016 à 12:29, par Icilondres. En réponse à : Commission constitutionnelle : Les délégués CSBE France ne reconnaissent pas leur représentant

    Si ce compatriote a été désigné, certes c’est sûrement en fonction de ses compétences. Mais voilà : de un dans la forme, ce choix renvoie à de vieilles pratiques dont le peuple a été longtemps victime : népotisme, le fait du prince. De deux, quant à son contenu c-à-d le compatriote lui- même ne jouit pas dans l’opinion de la diaspora de l’Hexagone d’une unanimité quant à sa stabilité d’humeur, à la recherche de la cohésion des Burkinabè. Et c’est là ça pêche !! Évitons de vouloir construire une loi dite fondamentale avec du matériau et du matériel non consensuels.

    Répondre à ce message

  • Le 8 juin 2016 à 12:29 En réponse à : Commission constitutionnelle : Les délégués CSBE France ne reconnaissent pas leur représentant

    Les chiens aboient, les caravanes passent.

    Répondre à ce message

  • Le 8 juin 2016 à 13:20, par iciOuaga En réponse à : Commission constitutionnelle : Les délégués CSBE France ne reconnaissent pas leur représentant

    Vous le diaspora-là, vous nous faites chier à la fin. C’est pas Kéré tout seul qui va rédiger la constitution. Arrêtez de nous pomper l’air avec des histoires de nominations de rien du tout.
    Faire partie de la commission constitutionnelle, c’est quoi même ? Vous n’avez pas d’autres choses à faire la-bas que de s’occuper des humeurs de votre kéré ? On n’a pas nommé Kéré pour des questions d’humeur mais pour des questions de qualité de rédaction et de compétence juridique. Que celui parmi tous les délégués CSBE d’Europe a les compétences de Kéré le dise et on va le nommer. Si vous ne quittez pas dans ces jalousie de merde, vous allez tous maigrir.

    Répondre à ce message

  • Le 8 juin 2016 à 13:50 En réponse à : Commission constitutionnelle : Les délégués CSBE France ne reconnaissent pas leur représentant

    M. Désiré Tapsoba, lorsque le Premier ou les ministres sont nommés au Burkina Faso par le Président en Conseil de Ministre, vous êtes consulté ? Lorsque les autres membres de la commission ont été nommés vous avez été consulté ? Ne vous prenez pas pour ce que vous n’êtes pas car vous n’êtes qu’un simple délégué CSBE d’une sous-préfecture dans le nord dont d’ailleurs le mandat est expiré depuis longtems. Je ne vous apprends rien en disant que l’humilité est un chemin d’or. Vous êtes qui pour que les autorités diplomatiques vous tiennent informé d’une décision qui n’était pas encore prise en conseil des ministres ? Arrêtez de vous en prendre aux autorités diplomatiques et consulaires de notre pays.

    Répondre à ce message

  • Le 8 juin 2016 à 13:59 En réponse à : Commission constitutionnelle : Les délégués CSBE France ne reconnaissent pas leur représentant

    Que recherchez-vous à travers cette lettre au Ministre des Affaires Etrangères qui est dans la presse avant d’avoir été envoyée aux autorités concernées. C’est là qu’on voit l’intention de nuire... De plus, le Bureau de la Coordination n’est pas d’accord à l’unanimité et un membre du Bureau n’a pas été consulté. Avant de regarder la paille qui dans l’oeil du voisin, il faut regarder la poutre qui est dans le sien. Le bureau de la coordination n’a pas avisé tous les membres et se permet d’envoyer une lettre pour dire que les délégués n’étaient pas consultés.

    Répondre à ce message

  • Le 8 juin 2016 à 14:09, par Moi aussi En réponse à : Commission constitutionnelle : Les délégués CSBE France ne reconnaissent pas leur représentant

    Me Kéré, un conseil. Si vous pensez être de bonne foi c’est-à-dire mu par l’intérêt supérieur des burkinabè, renoncez à cette nomination. Par contre, forcer pour être membre serait mal perçu et je n’apprends rien à vous l’avocat. Je vous vois de mon ordi, plaidant contre quelqu’un qui se battrait pour rendre service. Cela voudrait dire qu’il poursuit un but inavouable. Vous pouvez être utile à vos compatriotes autrement et ailleurs. Je crois savoir que vous êtes responsable d’une association de votre village et des infrastructures ont été réalisées à votre compteur. Durant ma vie estudiantine et professionnelle, à chaque fois que je perçois une volonté injustifiée de m’éloigner de quelque chose, je me désiste pour montrer que je n’ai aucun intérêt particulier et pour éviter d’exposer ceux qui me soutiennent. C’est le conseil que j’ai donné sur ce site même au DG de la CNSS qui venait d’être nommé et contesté.
    En Afrique du Sud, Thabo Mvuyelwa Mbeki a préféré laisser découvrir Jacob Zuma que Julius Malema (à l’époque son fervent soutien contre Mbéki) avait dit être prêt à mourir pour lui. Aujourd’hui, les 2 amis d’hier s’en veulent à mort pendant que Mbéki boit son petit lait en les contemplant comme des sous hommes.
    Plus prêt, prenez l’exemple de B. Compaoré et T. Sankara. Si Sankara avait levé le petit doigt contre Blaise, c’est Blaise qui aurait été le héros à vie aux yeux des burkinabè. Or, la mort violente, catastrophique et méga dommageable de Sankara a révélé Blaise et beaucoup de ses compagnons au Peuple burkinabè. Dans la vie, si vous êtes seul à avoir raison, voyez-vous comme quelqu’un qui a tort même si ce n’est pas le cas.
    Alors, si j’étais vous, je désisterai au lieu de cette ligne de défense peu crédible pour l’avocat que vous êtes. Dans votre métier, il peut vous arriver de défendre quelqu’un qui fait l’unanimité ou, à l’opposée, quelqu’un qui est seul contre tous.
    Fraternellement

    Répondre à ce message

  • Le 8 juin 2016 à 14:10 En réponse à : Commission constitutionnelle : Les délégués CSBE France ne reconnaissent pas leur représentant

    Mail du même opportuniste Kéré lors de la mise en place du comité de suivi en date du 20/11/14 13:53.


    Bonjour à tous !

    " Je n’ai jamais recherché dans ma vie à nuire à quiconque mais à faire prospérer l’intérêt général de la diaspora.Tant mieux si cette erreur grossière a été rattrapée. Il reste que les règles protocolaires à savoir, passer par l’Ambassade doivent être observées. La concertation est enfin pédagogique et consensuelle.Je pense que la majorité des délégués CSBE partage cette vision.
    Cordialement"


    Voila Monsieur le grand défenseur du respect de procédure une observation faites à vos collègues Délégués et plus précisément au comité de suivi et qui mérite des commentaires de votre part. Et je vous mets au défie de nier. Comment vous qui vous interrogiez sur " la valeur légale d’une déclaration d’un Président ( M Kafando ) qui, au demeurant, n’a pas été élu au suffrage universel et oint par conséquent d’une légitimité populaire, comment pouvez -vous aujourd’hui vous battre comme un beau diable ( au prix d’un reniement spectaculaire comme toujours )pour participer à une commission qui n’aurait jamais vu le jour sans la transition ? Dites le nous, éternel transfuge !

    Répondre à ce message

  • Le 8 juin 2016 à 14:17 En réponse à : Commission constitutionnelle : Les délégués CSBE France ne reconnaissent pas leur représentant

    Internaute 11 et 12 14

    Kéré, sortez de ce corps !

    Répondre à ce message

  • Le 8 juin 2016 à 14:21, par ka En réponse à : Commission constitutionnelle : Les délégués CSBE France ne reconnaissent pas leur représentant

    S’il y a déjà un tripatouillage dans le choix des personnes qui doivent garantir au peuple Burkinabé des lois et des institutions fortes, le pire est la suite. Paul, je ne suis pas contre le choix du gouvernement, mais que ce choix vienne de la majorité de la diaspora et selon les règles. Tu insultes les employés comme des cuisiniers ou serveurs, ce sont eux la majorité de la diaspora, et qui peuvent aussi dire leur dernier mots concernant ce que cette commission institutionnelle peut décider, voilà que déjà les jours qui viennent, un groupe se concerte avec des idées pour débattre dans cette commission : Est-ce que tu le fait avec la diaspora qui t’a choisis ? Non ! Par ce qu’il y a une mauvaise entente. Essaye de revoir ceux qui contestent pour une bonne entente, pour que tu aies une légitimité, comme le groupe de la présidence qui se prépare, l’opposition, la société civile qui s’active à fond avec des vraies concertations, la magistrature, l’association de la jeunesse, excet. Tout le monde se concentre en cherchant des solutions venants des uns et des autres sur le sujet, et toi ? Tu viens avec quel mot d’ordre de la diaspora, et quelle diaspora, tu peux te tromper. Un conseil, retrouve tes adversaires et réfléchissez ensembles. Le choix d’un premier ministre se fait de l’appréciation du président lui seul, le premier ministre choisi ses ministres, mais là, il s’agit d’une communauté Burkinabé vivant à l’extérieure, et qui choisit son représentant par candidature ordonné par une représentation comme notre ambassade à Paris, pour la représenter a une sorte de dialogue nationale sur un sujet clé, qui aboutira à un résultat commun, pour tout un peuple. Tu ne peux pas cavaler seul, ou tu rejoignes la magistrature. Le problème de nos dirigeants, est de tout faire sans le peuple qui les a élus : Comme aller laver le linge sale du peuple dans un autre pays, pourtant ce peuple est ouvert au dialogue, et qui pouvait laver son linge sans problème en famille, comme il se doit pour une réconciliation nationale.

    Répondre à ce message

  • Le 8 juin 2016 à 14:27 En réponse à : Commission constitutionnelle : Les délégués CSBE France ne reconnaissent pas leur représentant

    Quel est parmi tous les Délégués CSBE celui qui se permet d’écrire une déclaration anonyme sur Faso.net sans demander l’accord de ses collègues ? Kéré pourrait sans aucun doute répondre à cette question mystère !

    Répondre à ce message

  • Le 8 juin 2016 à 14:28 En réponse à : Commission constitutionnelle : Les délégués CSBE France ne reconnaissent pas leur représentant

    Quel est parmi tous les Délégués CSBE celui qui se permet d’écrire une déclaration anonyme sur Faso.net sans demander l’accord de ses collègues ? Kéré pourrait sans aucun doute répondre à cette question mystère !

    Répondre à ce message

  • Le 8 juin 2016 à 16:00 En réponse à : Commission constitutionnelle : Les délégués CSBE France ne reconnaissent pas leur représentant

    Internaute n° 3, toi tu es vraiment con comme comme ton derrière selon l’expression de Bado. j’ajoute, tordu comme esprit . Tu connais Kéré où pour porter un tel jugement ?
    Combien de membre de ta famille se reconnaissent en toi ?
    Sérieux là, deux critères souverains ont été retenus par les autorités du pays pour la désignation des membres de la commission à l’interne comme pour la diaspora :

    1er critère, Juriste : Kéré est le seul juriste parmi tous les délégués CSBE de France et d’Europe même de Russie et même de tous les Délégués CSBE du monde entier.

    2ème Critère : Qualité rédactionnelle. Kéré est certainement plus apte que toi sur les qualités rédactionnelles vu le nombre d’actes juridique qu’il a rédigés en 20 ans de carrière d’avocat en France sans compter les articles qu’il publie constamment dans les journaux en ligne. Le Fasonet peut même en témoigner. Quand on ne sait pas la situation personnelle de quelqu’un on se taie au lieu de raconter lâchement des âneries et des conneries, surtout, planqué derrière un écran d’ordinateur pourri. Vous croyez que Kéré a besoin de cette nomination pour s’épanouir dans sa vie ? Vous ne le connaissez pas vraiment. Pauvre con.

    Répondre à ce message

  • Le 8 juin 2016 à 16:11 En réponse à : Commission constitutionnelle : Les délégués CSBE France ne reconnaissent pas leur représentant

    M. Ka, connaissez-vous les critères qui ont présidé à ma désignation ? C’est pourquoi je trouve qu’il est inutile de discuter avec vous parce que vous n’arrivez pas au marigot avant de puiser l’eau..
    Savez-vous qui est l’auteur de cette lettre qui n’est, en réalité pas le Bureau de la coordination, mais quelques 2 délégués (Sibiri Nabaloum et Antoine Yougbaré) frondeurs des décisions légitimes, autonomes et souveraines de notre exécutif.
    Pour ma part, je tiens simplement à remercier le Président du Faso , Le Ministre des Affaires Etrangères et les autorités légales internes et externes de notre pays qui ont porté leur choix sur ma désignation à cette commission institutionnelle.
    Je remercie enfin mes nombreux compatriotes tant du Burkina Faso que de la diaspora qui m’ont adressé leurs sincères félicitations. Que je donnerai le meilleur de moi-même en dépit de mes faiblesses et de mes défauts afin de participer à l’élaboration de règles concourant à une démocratie apaisée. Merci à vous, vieux Ka comme vous aimez vous faire appeler.

    Répondre à ce message

  • Le 8 juin 2016 à 16:46 En réponse à : Commission constitutionnelle : Les délégués CSBE France ne reconnaissent pas leur représentant

    Paul Kéré, ton post de 12h16 suffit à te discréditer pour représenter les Burkinabè d’Europe ; pourquoi ce mépris pour Nabaloum qui travaille dans un cantine scolaire et Yougbaré qui est cinéaste. Tout le monde ne peut pas et ne veut même pas être avocat ; s’il te plait, n’insulte pas des gens qui nourrissent leurs familles sans rien te demander. Tu as déjà acheté un sac de riz pour qui ? Celui qui représente les autres les respecte quelque soit le rang de chacun.
    Comme ce monsieur ne connait pas la honte, je demande solennellement au ministre Barry d’enlever le nom de Kéré et demander une autre personne. On ne veut pas de quelqu’un qui méprise les autres

    Oscar

    Répondre à ce message

  • Le 8 juin 2016 à 17:34, par Mba Polé, bas ti loogué En réponse à : Commission constitutionnelle : Les délégués CSBE France ne reconnaissent pas leur représentant

    Kéré anime à lui tout seul le forum ! Pour qui connait son style ce n’est pas difficile de débusquer sur 27 réactions, au moins 15 venant de lui même. Quant à ses supposées qualités rédactionnelles... hum !!!

    Répondre à ce message

  • Le 8 juin 2016 à 17:38, par Moi-même. En réponse à : Commission constitutionnelle : Les délégués CSBE France ne reconnaissent pas leur représentant

    Et toi Oscar, dis-nous ce que tu fais dans la vie et on le dira ici dans le forum sans mépris de toi. Pauvre type. bien sûr qu’il faut du tout pour former le monde. tu ne l’apprends pas à kéré et surtout ne t’en prends pas à kéré, mais à moi-même.

    Répondre à ce message

  • Le 8 juin 2016 à 17:46 En réponse à : Commission constitutionnelle : Les délégués CSBE France ne reconnaissent pas leur représentant

    @ moi aussi, pouvez-vous suggérer ce conseil à ceux qui ont désigné Kéré s’il vous plaît ? Kéré ne s’est pas auto-nommé c’est cela que beaucoup de faux types ignorent superbement. C’est Dieu seul qui vous voit tous y compris les non-croyants qui va faire la bagarre de Kéré, parce que Kéré est en effet majoritaire mais des gens qui ne voient pas plus que le bout de leur nez ont décidé de faire autrement. Donc que la seule volonté unique de Dieu se fasse et
    Kéré lui-même ne cherche pas à avoir tort ou raison puisqu’il n’a rien demandé à personne.
    Cette désignation est une charge pour kéré qui l’accomplira par patriotisme à côté de ses activités associatives humanitaires...

    Répondre à ce message

  • Le 8 juin 2016 à 17:57, par ka En réponse à : Commission constitutionnelle : Les délégués CSBE France ne reconnaissent pas leur représentant

    Nous sommes en démocratie comme tu l’as dit Paul, à l’ambassade de Paris nous étions a votre bataille pour représenter le CSBE, cette bataille était démocratique, c’est comme sur le net, surtout à Lefaso.net avec la neutralité du CSC et Paré, qui nous permettent de nous exprimer librement et démocratiquement : Pour Ka ce n’est ni haine ni méchanceté, mais ce que je pense pour que tout monde soit sur la même ligne afin que la 5e république qui démarre, son peuple et sa jeunesse ne souffrent plus des institutions faibles dominés par des prédateurs qui prennent leur peuple comme des moutons. Pas plus d’une semaine, qu’un neveu qui voulait se porter comme candidat vient de recevoir un message envoyé par l’ambassade a une association des Burkinabé du pays là où il réside : Pour dire à mon jeune Kéré, que les choses doivent être faites dans le temps et avec des règles comme il se doit. Et je le dit sans haine, ni dénigrement, mais fondé. Je suis dans le bain des trois critères concernant toute personne voulant être candidat, et qui ont été envoyés à toutes les ambassades du Burkina pour toutes ou tous celles ou ceux qui veulent être candidat selon l’article 3 du décret portant la commission constitutionnelle : 1) Avoir des connaissances solides en rédaction constitutionnelle : 2) connaître le contexte politique du Burkina Faso : 3) être disponible. Si une ambassade a pris la décision avec son ministre de nommée une personne sans l’avis des associations des Burkinabé dans les pays où ils résident, il y a un problème. Alors ton histoire des marigots et des caïmans garde le petit. Les parigots sont solidaires, je l’ai remarqué avec le groupe présidentiel a votre débat, et peuvent êtres compréhensifs. Ces critères sont a la portés de certaines personnes des associations et qui ont ta compétences, il te suffit de les convaincre ta disponibilité et de ton indépendance, et le tour est joué au lieu de faire les choses sur leur dos. Toi tu remercies mon petit frère Roch Kaboré, moi je l’accuse de vouloir diviser la diaspora dont lui-même veut valoriser. Tu remercies le jeune Bary que j’estime sa compétence, mais je l’accuse de ne pas donner le temps aux ambassades de bien faire son travail, et valorisé la diaspora. Merci à toi d’être utilisé par les gouvernants pour diviser la diaspora Burkinabé en France, pourtant qui croit au changement, et le nouveau Burkina de Roch Kaboré avec sa jeunesse. Ka farouche partisan de l’alternance politique du Burkina avec sa jeunesse.

    Répondre à ce message

  • Le 8 juin 2016 à 18:03, par Yam ni Yam ti Naab tuuk Mondo. En réponse à : Commission constitutionnelle : Les délégués CSBE France ne reconnaissent pas leur représentant

    M. Ka, si chacun s’occupait de ses propres "fesses sales", la maison Burkina serait bien gardée. De quoi tu te mêles alors que tu ne sais absolument rien de ce qui se passe et tu sautes dans la soupe comme un crapaud. Kéré n’a pas attendu tes conseils pour s’activer à cette tâche. (Les burkinabè d’Allemagne ont déjà une préoccupation pour la double nationalité qui sera abordée, les burkinabè du Canada pour autre chose. Renseignes-toi d’abord avant d’intervenir. Tu crois que la participation à cette commission est une fin en soi ? ha ha ha, tu rêves vraiment, vieux Ka.

    Répondre à ce message

  • Le 8 juin 2016 à 18:57, par Mba Polé, bas ti loogué En réponse à : Commission constitutionnelle : Les délégués CSBE France ne reconnaissent pas leur représentant

    Après ma réaction (28), je constate à nouveau que Kéré est intervenu : n°29, 30, 32. Quelle frénésie rédactionnelle !!!!

    Répondre à ce message

  • Le 8 juin 2016 à 19:06 En réponse à : Commission constitutionnelle : Les délégués CSBE France ne reconnaissent pas leur représentant

    @ à Kéré, celui ne prendra jamais de la hauteur !

    1. Coordonateur : M. Nabaloum Sibiri, qui travaille dans une cantine scolaire à la ville de Paris pour faire manger les enfants de la maternelle.
    2. Antoine Yougbaré, Cinéaste (quelqu’un qui fait des films)

    Quels propos méprisants à l’égard de compatriotes ! Quelle suffisance ! Quelle arrogance.! Dites nous, est ce dégradant de travailler dans une cantine scolaire et gagner sa vie dignement ? Un cinéaste ne contribue-t-il pas avec ses oeuvres à exporter la culture de son pays et à vendre son image ? Croyez vous que le fait avoir un doctorat fait de vous un être intelligent ou supérieur à une personne qui s’occupe des enfants sur le temps de l’école ? Si le fait de posséder un diplôme universitaire ( fusse-t-il le plus élevé ) faisait de quelqu’un un génie, alors on vous citerai en exemple. Tout ce que susciter c’est du rejet , de l’antipathie. A défaut de trouver des arguments pour vous accrocher à cette ultime bouffée d’oxygène ( échec au poste de consul, coordinateur et secrétaire du bureau CSBE-France pour la mise du Comite de suivi ), vous dénoncez maladroitement un procès en sorcellerie tout ayant la prétention de défendre. Voyez-vous de tels propos sont indignes de la part de quelqu’un qui fédérer les Burkinabê de France sur la nécessité de rédiger une nouvelle constitution, cette loi fondamentale qui va déterminer, organiser le vivre ensemble et faciliter à la fois notre épanouissement politique, économique et social. Vos propos justifient une fois de plus pourquoi vous êtes disqualifié pour représenter les Burkinabê de France. Nous voulons une personne qui ait une grandeur d’esprit , ce qui vous fait cruellement défaut. Monsieur le Ministre des Affaires Etrangères, ce serait une erreur grave si vous ne reveniez pas sur la nomination de M Kéré et du représentant de l’Amérique du Nord. Vous avez là une occasion de démontrer à l’opinion que " plus rien ne sera comme avant".

    Répondre à ce message

  • Le 8 juin 2016 à 19:26 En réponse à : Commission constitutionnelle : Les délégués CSBE France ne reconnaissent pas leur représentant

    @ kéré

    Je cite
    "3. Le Docteur en Pédiatrie Philippe TRAORE. (Médecin d’une exceptionnelle générosité...)"

    Quelle hypocrite ! C’est le même médecin que tu as menacé de dénoncer à l’ordre des médecins et qui t’avait gentiment demandé d’aller te faire soigner. Qui n’a pas eu droit à
    tes injures dès lors que l’on est en désaccord avec toi ? N’est ce pas toi Kéré bardé de tes deux insignes qui t’es pris physiquement ( en présence de plusieurs ) à un compatriote devant l’ambassade, incident qui a fait l’objet d’une réunion séance tenante et un rapport transmis aux autorités ?

    Répondre à ce message

  • Le 8 juin 2016 à 19:34, par ka En réponse à : Commission constitutionnelle : Les délégués CSBE France ne reconnaissent pas leur représentant

    A Tuuk Mondo 32 : Toutes les critiques stériles sans importances dites par aboiement des personnes atteintes de la rage ne doivent pas être écoutées. Tous sujets qui touchent au peuple Burkinabé doivent être critiqués avec fondement et des argumentations solides, et non des dénigrements ou des injures inutiles. A la place de Kéré qui a été choisi sans consultation de ses compatriotes est au même titre en France ‘’’’des immigrés Burkinabé,’’’ et pouvait être ton ferre, ta sœur, mon fils, mon neveu. Dans le Burkina de la 5e république que veut instaurer Roch Kaboré, sache que rien ne sera plus comme avant, plus de la corruption a ciel ouvert, plus de l’injustice, plus de l’impunité, plus des crimes gratuits. Ce n’est pas moi qui l’a dit, c’est le président Roch Kaboré qui l’a dit, après que Zida l’a juré a la place de la révolution. La commission institutionnelle est une affaire de tout le peuple Burkinabé, et je fais partie du peuple Burkinabé et dans la commission comme tous les Burkinabé. Alors je te pose une question petit merdeux, qui insulte ka : Tu as déjà donner a ton adversaire ton coupe-coupe pour te trancher la Gorge ? Kéré était farouchement pour le sénat et le tripatouillage des articles de loi qui protègent le peuple et contre un président prédateur. Je ne lui donnerai pas un coupe-coupe pour égorger le peuple qu’il y a moins de deux ans, il prenait le même pour un mouton. Tu la ferme, ou tu apportes des critiques qui vont pour le peuple et non pour un individu.

    Répondre à ce message

  • Le 9 juin 2016 à 08:34, par yabsoré En réponse à : Commission constitutionnelle : Les délégués CSBE France ne reconnaissent pas leur représentant

    Si le principe du centralisme démocratique est la base de fonctionnement du CSBE, qu’il se remette à la volonté du comité central (CC) du CSBE et lui demander des comptes à la prochaine AG.
    ce principe donne le pouvoir d’action au CC en fonction des circonstances et d’en rendre compte même à ceux dont l’EGO les laisse croire que sans eux il n’y a pas de démocratie, eux qui ont l’ l’illusion que leur avis est une vérité absolue. Pourtant l’anneau n’a que beau courir il ne deviendra cheval.

    Répondre à ce message

  • Le 9 juin 2016 à 11:53 En réponse à : Commission constitutionnelle : Les délégués CSBE France ne reconnaissent pas leur représentant

    kéré est comme par miracle réconcilié avec Le Docteur en Pédiatrie Philippe TRAORE. (Médecin d’une exceptionnelle générosité...)"

    C’est la meilleure ! Si seulement ce dernier pouvait publier les mails que vous lui avez adressés en d’autre temps, vous vous cacheriez sous terre ! Chiche !

    Répondre à ce message

  • Le 9 juin 2016 à 13:45, par ka En réponse à : Commission constitutionnelle : Les délégués CSBE France ne reconnaissent pas leur représentant

    Nous savons tous, qu’il pleuve ou qu’il neige, Paul Kéré dans l’injustice sera parmi les membres de la commission institutionnelle par la corruption à ciel ouvert qui continu de fonctionner malgré les martyrs et les familles endeuillées. Mais à quel prix ? Les critiques fondées avec des argumentations solides des vrais internautes qui vont pour le peuple, donneront une réflexion a ceux, derrière le dos de notre représentant Roch Kaboré, continuent à arroser les racines de la corruption à ciel ouvert, planter par le régime Blaise Compaoré. Néanmoins la jeunesse à travers les services des réseaux sociaux d’information, en tant que de la majorité et de l’opposition dans la neutralité, rappelleront dans les consciences de nos prédateurs que rien ne sera plus comme avant. Nous l’avons vu avec un ancien ministre de l’infrastructure nommé par un premier ministre pour avoir des parcelles gratuites, goudronner une rue pour aller dans son église, ou un chemin pour la ferme d’un président en transite, mais déloger de son ministère par la jeunesse Burkinabé dont son printemps est toujours vivant. Aujourd’hui cet ancien ministre et son parent ancien premier ministre, sont dans les mêmes draps au Canada. Que tout Burkinabé se demande pourquoi Dieu tout puissant a mis ses créatures dans ce coin pauvre appeler Burkina Faso ? C’est qu’il est toujours là pour veiller sur ses pauvres Burkinabé comme une lionne qui protège ses enfants. Que les vrais internautes depuis 9 ans sur les sites des réseaux sociaux d’information de notre pays, continuent avec leurs critiques fondées avec des argumentations solides, qui vont pour l’avancer du Burkina avec sa jeunesse, l’avenir du 21e siècle et de la 5e république à venir avec ses nouvelles institutions fortes.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Nuit du Faso Dan Fani : La 6e édition prévue pour le 4 juin 2022 à Noisy-le-Sec
Côte d’Ivoire : Sept fillettes d’origine burkinabè meurent par noyade
World Strongest Log : Iron Bybi, nouveau recordman mondial
Coopération Burkina Faso-République Unie de Tanzanie : Madame Madina Ganou/Diaby Kassamba présente ses lettres de créance à la présidente Madame Samia Suluhu Hassan
Délégués au Conseil Supérieur des Burkinabè de l’étranger (CSBE) : Fin de mandat pour Nongainéba Benjamin Zoumba
Belgique : Le ministre en charge des Burkinabè de l’étranger à la rencontre de ses compatriotes
Soudan : Les Burkinabè félicitent le président du Faso pour la perspective d’ouverture d’une représentation diplomatique
Non-participation de la Première dame à Taste of Burkina 2021 : Quand le styliste Sorobis tente de se faire de l’argent sur le dos de l’Association des Burkinabé de New York
Renvoi des étudiants burkinabè des universités publiques marocaines : Le MESRSI donne des éclaircissements
Le judoka burkinabè Lucas DIALLO reçu par l’Ambassadeur Alain Francis Gustave ILBOUDO
Affaire étudiants burkinabè au Maroc : « Il faudra éviter de passer par des voies non officielles » pour s’inscrire dans les universités marocaines
Burkina-Maroc : Une cinquantaine d’étudiants burkinabè renvoyés en cours d’année des universités publiques marocaines
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés