Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Une nation n’a de caractère que lorsqu’ellе еst librе. » Madame de Staël

Sécurité alimentaire : Promouvoir les systèmes de stockage alimentaire en Afrique de l’Ouest

Accueil > ONG, Coopération décentralisée • • vendredi 26 février 2016 à 07h41min
Sécurité alimentaire : Promouvoir les systèmes de stockage alimentaire en Afrique de l’Ouest

SOS Faim et Oxfam ont tenu, du 23 et 25 février 2016, à Ouagadougou, un atelier sur les systèmes de stockage alimentaire de proximité. La cérémonie de clôture a été présidée par le représentant du ministre de l’Agriculture et des aménagements hydrauliques, R. Paul Tiemtoré

Sos Faim et Oxfam veulent être à l’avant-garde des problèmes auxquels sont confrontés les systèmes de stockage alimentaire de proximité. C’est pourquoi, ils ont organisé du 23 au 25 février, un atelier pour échanger et capitaliser les expériences sur la question en vue de construire un dialogue avec les institutions nationales et régionales en charge de la sécurité alimentaire et de la régulation des marchés. Durant les 2 jours de travaux, les participants repartis en deux sous-groupes ont travaillé chacun sur 5 thèmes, à savoir : le financement des opérations courantes, l’organisation des achats en gros, les pratiques de commercialisation, la concertation avec les interventions d’assistance et le soutien structurel. Le dernier jour a été consacré à l’exposé des principales conclusions des travaux en sessions thématiques et des propositions/requêtes aux décideurs politiques.

Conclusion des travaux

La synthèse des travaux des deux groupes fait ressortir sept préoccupations communes, avec des approches parfois différentes selon que les stocks de proximité s’inscrivent dans une démarche d’approvisionnement groupé ou de commercialisation externe groupée. Parmi ses préoccupations il y’a entre autres de la question du financement, la maîtrise des coûts, les démarches qualités, la gestion du risque, la contractualisation. La capitalisation des expériences et leur confrontation, par contre, a permis d’alimenter des diagnostics précis et d’illustrer les marges de progrès possibles tant sur les aspects techniques que dans l’articulation entre les différents acteurs. En plus, il y’a eu un consensus entre les parties prenantes (OP, institutions publiques locales, nationales, régionales, financières, les commerçants, transformateurs et acteurs de filières etc.). Il a porté sur la pertinence de l’approche collective pour répondre au défi de la sécurité alimentaire dans les zones vulnérables (…)

Pour le représentant du président de la cérémonie, R. Paul Tiemtoré, la sécurité alimentaire et nutritionnelle des fils et filles du Burkina passe nécessairement par une prise en compte des ménages ruraux en général, et des plus vulnérables en particulier. Conscient de cela, il a affirmé la disponibilité du gouvernement à œuvrer au bon fonctionnement des outils qui ont fait leurs preuves mais aujourd’hui en proie à des difficultés, à travers des politiques efficaces. Par ailleurs M. Tiemtoré a laissé entendre que les conclusions et recommandations des participants sont les bienvenues avant de se réjouir pour ces bases solides qu’ils viennent de jeter, pour assurer la viabilité et le développement des systèmes de sécurité de proximité. En croire le chargé de mission au ministère de l’agriculture et des aménagements, la présence des institutions à cette rencontre est un signal fort. « Je ne doute point que vos recommandations auprès d’eux trouveront un écho favorable, pour des politiques sous régionales cohérentes surtout qui prennent en compte les stocks alimentaires de proximité. Ca y va de la sécurité alimentaire et nutritionnelle des pays de la sous région » a-t-il soutenu.

Une action digne d’intérêt

Selon la chargée de programme justice économie pour Oxfam, Imma De Miguel, il s’est agi pour eux de voir dans quelle mesure viabiliser cet instrument pour qu’il puisse assurer la disponibilité et l’accessibilité de la nourriture de toute la population. Et partant de là assurer des revenus dignes aux producteurs. Dans la même dynamique, elle a avoué que la CEDEAO s’est dotée d’une réserve régionale de sécurité alimentaire qui sera lancé très prochainement. A cet effet, il faudrait que les stocks de proximité soit en dialogue avec le niveau national et le niveau régional. C’est dans cette dialogue que les institutions de micro finance et les banques doivent être au rendez-vous car, argue Mme De Miguel, « ces acteurs ont besoin du financement pour produire et pour stocker ».

Le représentant des producteurs agricoles du Burkina, Marc Gansoré, quant à lui, a apprécié positivement l’initiative de SOS Faim et Oxfam. « Nous avons eu l’opportunité de discuter, d’échanger entre les décideurs, nos accompagnants de proximité tel que les ONG et des organisations de producteurs de coopérative venus de divers pays de la sous région. Nous repartons satisfait des conclusions parce que c’est une initiative à mettre en œuvre par rapport à la viabilisation, la promotion des systèmes de stockage de proximité » a-t-il déclaré tout de go. Par la suite, il dénonce en soutenant que le problème crucial de l’Afrique demeure la question de stockage et de distribution des produits agricoles. « La CEDEAO a joué sa partition au niveau régional, il revient maintenant aux Etats de la leur en apportant un appui conséquent pour la production, les activités post-récoltes, les infrastructures de stockages et le matériel logistique » a renchéri le représentant des producteurs agricoles.

La tenue de l’atelier a bénéficié de l’appui technique du Bureau Issala-Roger Blein.

Aïssata Laure G. Sidibé
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Plan International et BØRNEfonden ont officiellement fusionné
Aide au développement : Des députés français reçus par Salifou Diallo
Droits de l’homme au Burkina Faso : Les Nations unies font le point les 28 et 29 juin prochains
Décennie d’Actions des Nations unies pour la Nutrition
Le Burkina Faso renforce ses capacités en matière de gestion des frontières avec l’appui du PNUD
Diakonia lance la phase 5 de son programme Justice économique et sociale
ONU : Une action urgente est nécessaire pour mettre fin à l’épidémie de SIDA d’ici 2030
Soins obstétricaux et néonataux d’urgence : Vers une validation consensuelle
Programme sécurité alimentaire et nutritionnelle : LA FAO et l’Union européenne visitent les réalisations dans le Centre-Nord
Sécurité alimentaire : Promouvoir les systèmes de stockage alimentaire en Afrique de l’Ouest
Intégration du genre dans les programmes de développement : Christian Aid et ses partenaires en quête d’un plan d’actions
Rapport 2015-2016 d’Amnesty international : Le Burkina épinglé à cause du coup d’Etat du RSP
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés