Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Ne conquiers pas le monde si tu dois y perdre ton âme car la sagesse vaut mieux que l’or et l’argent.» Bob Marley

Santé maternelle et infantile : L’IRSS fait le point du projet MOMI

Accueil > Actualités > Société • • mardi 2 février 2016 à 00h23min
Santé maternelle et infantile : L’IRSS fait le point du projet MOMI

Une équipe de l’Institut de recherches en sciences de la santé (IRSS), conduite par le Pr Séni Kouanda, a animé le vendredi 29 janvier 2016 à Kaya, un atelier sur le Projet MOMI (Missed Opportunities in Maternal and Infant Health) dont la mise en œuvre a duré cinq ans.

Réduire la mortalité et la morbidité maternelle et néonatale dans la première année après l’accouchement grâce à une combinaison d’interventions à base communautaire et dans les services de santé. Tel est l’objectif du projet MOMI qui a été piloté par une équipe de l’IRSS conduite par le Pr Séni Kouanda.

La région du Centre-Nord pour la phase pilote

Financé par l’Union européenne, le projet est exécuté dans quatre pays africains. Il s’agit du Mozambique, du Kenya, du Malawi et du Burkina Faso. Sa mise en œuvre au Burkina a concerné le district sanitaire de Kaya. « Kaya a été retenu parce que c’est une zone où le taux de morbidité maternelle et infantile dans la première année d’accouchement est très élevé et aussi parce que l’IRSS a un centre d’expérimentation dans la localité », a expliqué Dr Abdoulaye Coulibaly.
Pour l’exécution du projet, douze formations sanitaires (Basnéré, Damesma, Delga, Kalembaogo, Lebda, Namsigui, Napalgué, Tangasgo, secteur1, secteur4, secteur6 et secteur7) ont été choisis dans le district sanitaire de Kaya. Il s’est agi pour les chercheurs d’œuvrer avec les agents de santé à base communautaire (ASC) afin d’encourager les femmes à aller en consultation après l’accouchement et à faciliter un suivi de la santé du nouveau-né.

Formation dans des modules spécifiques

Avec les agents de santé et les ASC, des visites à domicile ont été organisées. Cela dans le but de sensibiliser les femmes ayant accouché à domicile à se rendre au centre de santé dans les 24 heures suivant l’accouchement pour les soins du post-partum immédiat. Les femmes ont également été sensibilisées à se rendre dans les centres de santé lorsque dans la première semaine de l’accouchement, elles présentent certains signes dont le saignement vaginal important, la fièvre, des convulsions, des difficultés respiratoires (respiration rapide ou difficile), etc.
De la sixième à la huitième semaine, une campagne de sensibilisation intensive sur la planification familiale a été organisée au profit des mères et les enfants sont très suivis par les ASC qui étaient autrefois appelées accoucheuses villageoises (AV).

Appuyer les formations sanitaires

Les formations sanitaires avaient en charge le volet médical. En effet, les agents de santé avaient pour mission dans la première semaine de prévenir et prendre en charge des hémorragies du post-partum, (Gestion active de la troisième phase de l’accouchement), de surveiller les suites de couches immédiates grâce à la surveillance des éléments sur le partographe (référence prompte), de diagnostiquer et prendre en charge les infections du post-partum, de diagnostiquer et prendre en charge de l’anémie du post-partum, etc. Le travail se poursuit jusqu’au 12e mois avec la sensibilisation sur le planning familial.

Pour l’équipe des chercheurs, le projet qui arrive à son terme après cinq ans d’exécution, a engrangé des résultats au profit des populations. Il existe désormais une meilleure coordination entre les agents de santé et les ASC. Mieux, les leaders communautaires ainsi que les femmes ont adhéré au projet. Des acquis ont permis d’améliorer les indicateurs en matière de mortalité maternelle et infantile dans le district sanitaire de Kaya. Et selon le Pr Séni Kouanda, l’expérience ne s’arrêtera pas en si bon chemin car d’autres projets devront être mis en œuvre dans les mois à venir dont la construction d’une structure régionale de l’IRSS à Kaya.

Jacques Théodore Balima
Lefaso.net

Portfolio

Vos commentaires

  • Le 2 février 2016 à 09:39, par Bangrenoma En réponse à : Santé maternelle et infantile : L’IRSS fait le point du projet MOMI

    Bonne chance et succes au projet cependant il faut prendre en compte les apports des autres projets mis en oeuvre dans le district qui ont certainement contribue a la reussite. L’interet des populations a utiliser les centres de sante depend beaucoup de l’accesibilite financiere, l’accueil et la qualite de services offerts. Il y avait egalement le FBR, la subvention des soins des enfants de 0-5 ans et d’autres programmes de survie des enfants dans ces memes CSPS. La replique dans d’autres localites aura-t-elle les memes chances d’avoir d’autres interventions pouvant concourir aux memes resultats ?

    Répondre à ce message

  • Le 3 février 2016 à 16:38, par sekou En réponse à : Santé maternelle et infantile : L’IRSS fait le point du projet MOMI

    Nous attendions a voir les changements induits par le projet au niveau des indicateurs et surtout celui en rapport avec la PF qui a ne point doute aujourdhui est au centre des dividendes démographiques.J’espère que le rapport final sera rendu disponible a travers un atelier national de dissémination des resultats impliquant tous les acteurs intervenant dans le domaine.
    Felicitatons a l’equipe des chercheurs

    Répondre à ce message

  • Le 11 mars 2016 à 12:56, par Amadou Oury Diallo En réponse à : Santé maternelle et infantile : L’IRSS fait le point du projet MOMI

    Souhaite avoir des informations sur des formation en santé maternelle et infantile en relation avec le projet dont je suis le responsable des services de santé maternelle, infantile et de nutrition. vos programmes de formations et leur coût sont les bien venus

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Décès du roi du Gulmu : Des explications sur les obsèques et les règles de succession
Syndicats du Burkina : Des « actions immédiates » de lutte actées
Organisation démocratique de la jeunesse (ODJ) : Une marche silencieuse pour réclamer l’autopsie des militants « assassinés » dans le Yagha
FIIJA 2019 : Une conférence sur les enjeux de l’extrémisme violent au Burkina
Santé : « Tiétaa main tendue », une nouvelle association pour lutter contre le cancer
Décès de sa majesté le Kupiendieli : Les condoléances du gouvernement
Décès du Kupiendieli : Le CDP rend hommage à un un « grand homme politique »
Décès du roi du Gulmu : Le président du Faso salue la mémoire d’un « souverain écouté et respecté »
Compétition de plans d’affaires (COPA) : 98 jeunes du Centre-sud reçoivent leurs chèques
Burkina : « Les exécutions sommaires sont des germes d’une guerre civile », avertit le président du MBDHP, Chrysogone Zougmoré
Aicha Farida Ouédraogo, meilleure au Bac 2019 « Le secret de la réussite, c’est la rigueur et la discipline »
3e édition du FIIJA à Nanoro : Les jeunes à l’école du dialogue interreligieux et interculturel
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés