Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Il n’y a rien de plus beau qu’une clef, tant qu’on nе sаit раs се qu’еllе οuvrе.» Maurice Maeterlinck

Attaques terroristes contre le Burkina : Quelle stratégie de défense et de sécurité pour l’avenir ?

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Attaques terroristes • • samedi 23 janvier 2016 à 00h34min
Attaques terroristes contre le Burkina : Quelle stratégie de défense et de sécurité pour l’avenir ?

Attendu au pied du mûr par tout le Burkina sujet à de fortes demandes sociales, le nouveau gouvernement n’aura pas eu le temps de s’installer qu’il doit faire face à un coup dur : les attaques djihadistes du 15 janvier. Coïncidence ou pas, ces attaques vont obliger le nouveau président du Faso à revoir l’ordre des priorités sur son agenda à court terme. De fait, la réorganisation des forces de défense et de sécurité, notamment les services de renseignement, s’impose désormais comme la priorité des priorités.

Le conseil des ministres de ce mercredi 20 janvier a grandement allégé le couvre feu désormais fixé entre 1 heure et 4 heures du matin. Que cet allègement soit intervenu cinq jours seulement après les attentats sanglants de l’avenue Kwamé Nkrumah, de Tin- akoff et les rapts de Djibo, est un bon signe de sérénité de l’exécutif. Le gouvernement ne veut pas céder à la panique au risque d’aggraver la peur qui s’est emparée de certains Burkinabè.

Certes, le bilan de ses actes terroristes est lourd – au moins 30 morts, 71 blessés et deux disparus - mais c’est une bonne stratégie que de dégonfler le ballon de la psychose que les rumeurs et les informations contradictoires sur le nombre de terroristes qui ont attaqué ou en fuite, faisaient enfler. Le communiqué du ministère de la sécurité publié deux jours après les attaques, invitant les populations au calme et à ne pas s’attaquer à des personnes suivant leur accoutrement et leur faciès, avait donné le ton. La réouverture de l’avenue Kwamé Nkrumah à la circulation et l’allègement du couvre feu viennent confirmer le retour à la normale malgré que le couple Eliott reste introuvable et que selon le premier ministre français, trois terroristes sont en fuite.

Mais une chose est de dégonfler la bulle de la psychose, une autre est de ne pas lever le pied sur les mesures de protection sécuritaire du pays. Dans cette logique, le renforcement des contrôles policiers aux frontières et à l’entrée des villes ne suffira pas à lui seul à offrir des conditions de sécurité maximum aux Burkinabè. On rappellera à bon escient que cette mesure était déjà en vigueur après l’attaque de la gendarmerie de Samorogouan et que les élections avaient été reportées du 11 octobre au 29 novembre, au motif de sécuriser les frontières du pays, sans que cela n’ait empêché les attaques du 15 janvier.

Par ailleurs au Mali voisin, les contrôles aux frontières et à l’entrée des agglomérations sont systématiques depuis quatre ans, malheureusement, il ne se passe pas un mois sans qu’un acte terroriste plus ou moins sanglant ne soit perpétré par des djihadistes. La dernière attaque en date est celle, qui dans la nuit du 19 au 20 janvier, a couté la vie à trois gendarmes près de Mopti. On pourrait aussi donner les exemples du Nigeria, du Cameroun et du Tchad, etc. où le renforcement des contrôles n’a pas empêché la récidive des attentats terroristes. On en déduit qu’outre le renforcement des contrôles, il faut absolument d’autres mesures en amont.

Sans être spécialistes des questions militaires, la simple observation de l’actualité nationale donne de voir que la question de la réorganisation des forces de défense et de la sécurité entreprise sous la transition est un chantier inachevé. Par exemple l’agence nationale de renseignement, n’est toujours pas fonctionnelle. Les séquelles du putsch avorté du général Gilbert Diendéré pèsent encore sur le moral des troupes. Il y a eu de multiples arrestations d’officiers, de sous-officiers et des hommes de rang. L’élévation du premier ministre de la transition du grade de lieutenant-colonel à général de division est aussi source de division et de frustration dans l’armée. La presse fait aussi état de grogne à la brigade anti criminalité pour des raisons d’indemnité de patrouille non versée depuis treize mois.

Le jour de l’attaque des terroristes sur l’avenue Kwamé Nkrumah, les forces de défense et de sécurité, selon le constat relayé par plusieurs médias, ont mis une heure de temps pour arriver sur les lieux et plus de cinq heures pour donner l’assaut. C’est trop de temps laissé aux assaillants qui auraient pu commettre plus de massacres. Pourquoi toutes ces lenteurs des forces de défense et de la sécurité que l’on couvre par des félicitations redondantes sur leur professionnalisme ? Question de commandement ? Problèmes de logistiques ? Surprise et inexpérience ? Peut-être tous ces manquements à la fois qu’il faut travailler à corriger au plus vite.

Ce chantier est assurément la priorité des priorités pour Roch Marc Christian Kaboré car sans la paix et la sécurité intérieure, tous les autres projets peineront à être réalisés. Sans doute que le président Roch, qui est aussi le ministre de la défense, est conscient de cet enjeu sécuritaire, lui qui à son discours d’investiture a appelé les pays de la région à la mutualisation des efforts pour combattre le terrorisme. Dans la foulée, le chef d’état major général de l’armée a été l’une des premières personnalités qu’il a reçues et l’on se doute que c’était pour être briefé sur la situation sécuritaire du pays. Par ailleurs, confié la sécurité à un ministre d’Etat, Simon Compaoré, dont l’entregent est bien connu, n’est pas un fait du hasard. Il y a du pain sur la planche à ce niveau. Vite des reformes, des moyens, de la collaboration et des renseignements pour sécuriser le Burkina !

A propos de collaboration et de renseignements, on peut critiquer la méthode Blaise Compaoré parce qu’il pactisait avec les djihadistes, mais elle avait ceci d’efficace, que le Burkina a été épargné par les attaques et au contraire a participé à la libération d’otages. Sans faire l’avocat du diable, c’est là une politique simple à comprendre. On ne peut pas infiltrer les djihadistes, les surveiller pour recueillir des informations sur la sécurité du pays sans nouer des contactes avec eux. C’est le B. A. BA du renseignement et les Américains l’ont expérimenté avec Ben Laden avant que ce dernier ne devienne incontrôlable. La suite on la connait.

Force reste toujours à la raison d’Etat qui ne s’accommode pas d’amitié quand ses intérêts sont en jeu. Au demeurant, ne dit-on pas dans le Plateau central que « si un voleur entre chez toi et que tu n’a pas la force de le chasser, porte- lui les biens qu’il t’aura dérobés ». C’est un stratagème de sécurité pas du tout bête. Le nouveau pouvoir devrait y réfléchir dans la définition de sa stratégie pour la sécurité du pays. Qu’il prenne garde à ne pas s’enfermer dans le discours souverainiste surréaliste de ceux qui demandent entre autre le départ des forces étrangères du Burkina. A bon entendeur…

Derbié Térence Somé
Pour Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 22 janvier 2016 à 18:25, par FasoLibre En réponse à : Attaques terroristes contre le Burkina : Quelle stratégie de défense et de sécurité pour l’avenir ?

    A présent, il faut essayer de se mettre dans la peau des criminels qui ont attaqué la poudrière de yimdi pour connaitre ce qu’ils comptent faire. Une chose est sure, quelqu’un qui attaque une poudrière pour s’emparer d’armes et munitions, ce n’est pas un simple exercice mais une étape d’un plan criminogène.
    Hypothèse 1 : ils vont vendre les armes pour se faire de l’argent. Dans ce cas, il faut s’attendre à plus de braquages armés et sanglants dans le pays et la sous-région.
    Hypothèse 2 : un coup d’état est en préparation par les inconditionnels de Djendéré. Puisse qu’il leur est difficile d’avoir les armes officiellement, ils les volent nuitamment
    Hypothèse 3 : une rébellion est en préparation contre le BURKINA FASO. Plusieurs fronts sont possibles : sud-ouest, nord et centre. les fronts sud-ouest et nord peuvent se procurer des armes depuis l’extérieur mais le front du centre n’ a pas d’autre solution que de s’en procurer sur place, d’où l’attaque de la poudrière de yimdi.
    Moi si j’étais un dirigeant de ce pays, je privilégierais les Hypothèses 2 et 3. Il faut que le gouvernement soit toujours en stratégie avancée. On ne peut pas gérer le terrorisme comme on gère la lutte contre la pauvreté, c’est à dire en ne faisant pas grand chose !

    Répondre à ce message

  • Le 22 janvier 2016 à 19:58, par Ensemble nous vaincrons En réponse à : Attaques terroristes contre le Burkina : Quelle stratégie de défense et de sécurité pour l’avenir ?

    Il faut définitivement lever le couvre feu pour permettre à tous les burkinabé d’être des sentinelles.

    Répondre à ce message

  • Le 22 janvier 2016 à 21:19, par SAINT En réponse à : Attaques terroristes contre le Burkina : Quelle stratégie de défense et de sécurité pour l’avenir ?

    Bonjour
    Nous déplorons tout ce que le BURKINA FASO vit actuellement,
    Je pense que les Burkinabés doivent maintenant comprendre l’importance de la collaboration avec les FDS et ne pas négliger aucun comportement suspect.
    1-Au gouvernement je les demande d’accompagner tous les détenteurs d’immeubles, de magasins, de boutiques, resto etc... dans l’installation d’un système de surveillance vidéo de haut niveau et aussi de personnes qualifiés pour ses salles TV contrôle pour la sécurité de tous.
    2- Au Forces armés National (FAN) je vous encourage dans votre job, mais plein d’autres choses sont à mettre en place et d’autres à revoir. Nous sommes un pays cible de ces inhumains, alors les entités de l’armé contre le terrorisme ainsi que tous les autres corps doivent avoir des plans déjà en place et avoir recours au commandement qu’en cas de complication ou de besoin extra. Dans les interviews on a entendu dire "qu’on attend des instructions" et pendant ce temps les bandits continuent leurs massacres. Il faut également renforcer la surveillance vidéo dans les différentes localités du pays (nos IUTS et autres impôts peuvent couvrir les dépenses), choses graves pendant que le pays a besoin de nos vaillants défenseurs on les envois à l’extérieur pour protéger d’autres personnes, ramener tous ces hommes au pays et les mettre dans des points stratégiques pour la sécurité interne, les contrôles des entrées et sorties du pays doivent être revu ou voir si on n’a pas de complices dans ces contrôleurs, il faudra également la collaboration de toutes les compagnies de transport avec l’appui des FDS à filtrer les voyageurs.
    Bon à savoir : Thomas Isidore nous avait bien dit de ne pas chercher loin,l’impérialisme se trouve dans nos assiettes, tout ce que nous vivons aujourd’hui est le fruit de l’impérialisme, pour ceux qui connaissent le contenu de la charte de l’impérialisme pourront témoigner.
    Dieu bénisse le BURKINA FASO.

    Répondre à ce message

  • Le 23 janvier 2016 à 01:05, par tengen-biga En réponse à : Attaques terroristes contre le Burkina : Quelle stratégie de défense et de sécurité pour l’avenir ?

    J’en sais rien. Mais n’est-il pas mieux de considérer la question à court, moyen et long terme. Le copinage avec les terroristes n’est pas une solution même à moyen terme. Rappelez-vous l’entente entre Hilter nazi et l’URSS pendant la seconde guerre mondiale. C’était une stratagème pour Hitler pour endormir les russes et les attaquer de surprise par la suite. Il est en de même avec ces djihadistes. Mieux, il ne faut perdre de vue leurs motivations. L’idéologie qu’ils soutiennent est inacceptable.
    Pour terminer, ce n’est pas par ce qu’on ne peut pas endiguer un phénomène, qu’il faut se compromettre. Les lois ne combattent-ils pas les voleurs depuis la nuit des temps sans que l’on ne puisse mettre fin au vol ?

    Répondre à ce message

  • Le 23 janvier 2016 à 05:13, par keletigui En réponse à : Attaques terroristes contre le Burkina : Quelle stratégie de défense et de sécurité pour l’avenir ?

    Je me souviens encore que sous la Révolution avec Sankara le peuple s’était spontanément constitué en Comités de Défense de la Révolution CDR parce que cette Révolution avait nettement plus d’ennemis que d’amis. Maintenant il s’agit de défendre la République. A vos marques, vite des Comités de Défense de la République CDR bien encadrés avec un Secrétariat National et des formations citoyennes à la défense. Que les ennemis du peuples soient débusqués dénoncés et combattus.À situation exceptionnelle , mesures exceptionnelles. Peuple debout ; Jeunesse en avant. Vive le Burkina

    Répondre à ce message

  • Le 23 janvier 2016 à 05:45, par ATS En réponse à : Attaques terroristes contre le Burkina : Quelle stratégie de défense et de sécurité pour l’avenir ?

    Bonjour bonnes gens. Est-ce que notre pays le Burkina Faso dispose d’une doctrine militaire ?
    si oui, il faudrait la repenser et sinon on devrait s’y atteler le plus vite possible. Nous disposons d’un delai de grâce d’au plus un an au delà duquel nous ne pourrions plus rien maîtriser. Alors pensons-y avec méthode.

    Répondre à ce message

  • Le 23 janvier 2016 à 05:52, par keletigui En réponse à : Attaques terroristes contre le Burkina : Quelle stratégie de défense et de sécurité pour l’avenir ?

    Vive le RSP
    Il nous faut le Régiment de Sécurité Populaire constitué de Jeunes Volontaires Patriotes pour seulement une année d"incorporation par promotion. En fin de service les jeunes seront reversés à la fonction publique ou dans des projets spéciaux de développement ou de pools d’auto-emploi

    Répondre à ce message

  • Le 23 janvier 2016 à 07:17 En réponse à : Attaques terroristes contre le Burkina : Quelle stratégie de défense et de sécurité pour l’avenir ?

    @ Fasolibre, je privilégie l’hypothèse n°3. Voilà un MPP qui a été élu un coup k.o..
    Au lieu de travailler à apaiser les cœurs des uns et des autres et amorcer une politique de développement voilà plutôt ce que ces nouveaux dirigeants font de bizarre :
    - 1. Grands tâtonnements avant de trouver un 1er ministre et surtout grand cafouillage dans la formation du gouvernement. Exactement comme s’ils n’étaient pas préparé à gérer le pouvoir d’État. Curieux pour des gens qui ont gouverné pendant 26 ans avec Blaise...
    - 2. Déclenchement de mandats d’arrêts au hasard sans respecter les règles diplomatiques, exactement comme Sankara THOMAS se comportait avec houphouet boigny sous le cnr. Le caïman aux yeux gluants a fini par avaler le petit poisson de capitaine. Dommage. Maintenant on recherche ses assassins à coups de trompettes comme si cela étaient une priorité sociale pendant que des gens meurent vraiment de faim et de soif dans notre pays. C’est un comportement de revanchards et de haineux qui n’apportera rien au pays. Une nouvelle génération doit se démarquer de cette ancienne caste de politiciens insouciants et méchants sans aucune générosité.

    - 3. Le Président du Faso cumule le poste de ministre de La Défense alors qu’une réforme de l’armée nécessitait qu’un homme de l’art soit désigné pour la conduire et décharger notre président.

    - 4. Cumul de l’administration territoriale et la décentralisation avec le ministère de l’intérieur alors que le défi sécuritaire nécessitait un ministre d’État à l’intérieur. De ce point de vue, Simon est bon et il fera le travail. Il est volontariste et c’est une condition nécessaire. A condition de laisser l’administration territoriale à l’autre Jacob OUÉDRAOGO qui est resté à sa place comme sous Blaise alors qu’il a grandement contribué à la victoire du MPP dans le yatenga. Salifou, soit un peu reconnaissant quand même....

    - 5. La diaspora voulait un ministère plein pour préparer les élections de 2020. C’est un ministère délégué qui lui a été réservé avec un cumul de la coopération décentralisée. Madame BOGORÉ est une belle personne, mais la diaspora la voulait à elle toute seule pas délégué sous un autre ministre soit-il des AECR non diplomate de surcroît. Les erreurs de casting sont légion et en 2020, je voterai Blaise COMPAORE et ses alliés UPC ADF Nafa si le Cdp change de nom. Paroles de Sage. Rendons grâce à Dieu car le meilleur reste à venir.

    Répondre à ce message

  • Le 23 janvier 2016 à 09:08, par siddik En réponse à : Attaques terroristes contre le Burkina : Quelle stratégie de défense et de sécurité pour l’avenir ?

    Après l’attaque de yimdi je suis vraiment septique sur les capacités de ce gouvernement à garantir notre sécurité. Comment comprendre qu’après hôtel splendide la sécurité n’ait pas été renforcée à des endroits très sensibles. C’est incompréhensible qu’un groupuscule puisse attaquer un dépôt d’armes, prendre ceux dont ils ont besoin et s’évaporer dans la nature. C’est vraiment grave surtout de constater le silence des osc et la timidité du gouvernement. Il faut des mesures urgentes sinon le pire semble être devant nous. Qu’allah sauvé le Burkina.

    Répondre à ce message

  • Le 23 janvier 2016 à 09:16, par le panafricain En réponse à : Attaques terroristes contre le Burkina : Quelle stratégie de défense et de sécurité pour l’avenir ?

    Bien dit ,mais moi je souhaite que ZIDA fasse au peuple Burkinabé l’état des lieu exacte car il est un exe RSP

    Répondre à ce message

  • Le 23 janvier 2016 à 09:23, par Modeste En réponse à : Attaques terroristes contre le Burkina : Quelle stratégie de défense et de sécurité pour l’avenir ?

    Belle analyse FasoLibre. Ce que le citoyen lamda ignore, s’est que le gouvernement ne fait rien pour leur sécurité. Il les endors avec de simples discours et paroles.

    Répondre à ce message

  • Le 23 janvier 2016 à 10:37, par Troubadour En réponse à : Attaques terroristes contre le Burkina : Quelle stratégie de défense et de sécurité pour l’avenir ?

    Belle analyse de mon prédécesseur. Il faut arrêter une stratégie et sortir des phraséologie CDR qui ne nous avancent en rien. Il faut au niveau des FDS mettre les hommes qu’il faut à la place qu’il faut. N’oublions pas qu’il existe trop de complicités à ce le régime déchu. A bon entendeur, Salut ! !!

    Répondre à ce message

  • Le 23 janvier 2016 à 10:54, par Matou à Sikassossièra En réponse à : Attaques terroristes contre le Burkina : Quelle stratégie de défense et de sécurité pour l’avenir ?

    Non des futilités ! L’hypothèse 2 . Cest de tout faire les juger . La ON connaîtra la vérité. Et non les réduire au silence. A bon entendeur salut !

    Répondre à ce message

  • Le 23 janvier 2016 à 12:12 En réponse à : Attaques terroristes contre le Burkina : Quelle stratégie de défense et de sécurité pour l’avenir ?

    Je suis d’accord avec le 1er internaute. Il s’agit de la préparation dun rébellion à partir de la cote d’ivoire.

    Répondre à ce message

  • Le 23 janvier 2016 à 12:52, par Béog Biiga En réponse à : Attaques terroristes contre le Burkina : Quelle stratégie de défense et de sécurité pour l’avenir ?

    Publiez SVP la liste et les photos des éléments RSP en cavale. Vous n’avez pas le droit de continuer à protéger ceux qui nous tuent. Toute armée est sensée être au service de son peuple, mais pour la nôtre, c’est le peuple qui apparemment est à son service. Que ça crève les yeux. Y’en à marre. On s’habille avec notre argent, on mange jusqu’au genoux avec notre argent, on escorte les occidentaux tandis que nous sommes à la merci des grands bandits, on nous traque sur nos routes pour nous extorquer le peu qui nous reste et on s’en fou de nos vies. C’est quoi cette merde là ?

    Merci de ne pas commettre l’erreur de continuer à protéger ces individus. C’est la colère qui monte au sein de la population et non la peur. Ne pensez pas que ce peuple est prêt à se laisser gouverner par le terrorisme d’une merde RSP quelconque formatée par un système quelconque. Mieux vaut mourir les armes à la main que de plier l’échine devant un groupuscule de malades. C’est sûr que nous ne pouvons pas soigner les malades internationaux, mais les nôtre si. On a tout le remède qu’il faut. Vous en êtes témoins.

    Diendierisera bien, qui dienderisera le dernier !

    Publiez les photos et la liste pour qu’on les traque à notre tour où vous serrez escomptables de leurs crimes
    Et puis, l’affaire SORO, résolvez la avec lucidité car il y’a des États vampires et charognards qui tiennent à sucer notre sang et manger nos cadavres en voulant coûte que coûte induire nos deux peuples en erreur et faire naître une guerre civile entre la RCI et le BURKINA. De grâce faites en sorte que cela n’arrive jamais. Sinon, .......

    A bon entendeur, salut

    D’avance merci

    Répondre à ce message

  • Le 23 janvier 2016 à 13:11, par mytibketa En réponse à : Attaques terroristes contre le Burkina : Quelle stratégie de défense et de sécurité pour l’avenir ?

    pour toute complicité avérée les intéressés doivent subir le même sort que ceux là qui ont choisi de se faire trucider même si à la dernière minute ils ont privilégié la fuite en se camouflant des des accoutrements autres. Je suis respectueux de la vie , mais dans une telle situation nous sommes en légitime défense et lls doivent payés pour la mort des autres innocents. N’en déplaise aux organisations des droits humains, l’oeil pour oeil est ici nécessaire. Si on élimine 1 ou 2 complices qui veulent trahir et bénéficier des subsides des djihadistes le feront au fond de leur tombe. C’est dommage , mais personne ne doit collaborer avec les djihadistes.

    Répondre à ce message

  • Le 23 janvier 2016 à 19:04, par ka En réponse à : Attaques terroristes contre le Burkina : Quelle stratégie de défense et de sécurité pour l’avenir ?

    Pour combattre le terrorisme, surtout les cafards d’un soir, il faut des moyens et une sécurité bien organiser. Que l’équipe du président Roch Kaboré vote un budget impérativement pour réorganiser notre armée avec des moyens modernes comme celui du Tchad et autres pays qui ne badinent pas quand il s’agit de la sécurité de son peuple. Actuellement au Burkina, il y a que quatre priorités, ‘’’La sécurité, l’eau, l’énergie, et la santé.’’’ Que le gouvernement Thieba mette ces quatre priorités sur la table, et les autres en attentes d’un monde meilleur. L’heure est grave.

    Répondre à ce message

  • Le 23 janvier 2016 à 19:09, par Compaore Madi En réponse à : Attaques terroristes contre le Burkina : Quelle stratégie de défense et de sécurité pour l’avenir ?

    A qui cela peut-il profiter. A certains responsables de la transition qui maitrisent encore les systèmes de renseignements et pourraient utiliser ces faits pour se faire valoir et obtenir des postes de responsabilité. Pourquoi diffuse t-on de nouvelles écoutes ? Rock ouvre l’œil et fais arrêter toute cette pagaille.

    Répondre à ce message

  • Le 23 janvier 2016 à 20:31, par Camille En réponse à : Attaques terroristes contre le Burkina : Quelle stratégie de défense et de sécurité pour l’avenir ?

    J’ai un avis à partager avec mes concitoyens Burkinabè et notre gouvernement. Ce que je vais dire ne va certainement pas plaire à de nombreuses personnes, mais je pense que la situation est telle que je me dois de le faire comme tout fils ou ami de notre cher Burkina Faso.
    D’abord je tiens à préciser que je ne suis d’aucun camp politique en particulier, sinon celui du Burkina dans son ensemble et sa diversité. Je ne suis ni pro ni anti quoi que ce soit, je suis Burkina Faso.
    Ce que je veux dire c’est qu’il faut que nous arrêtons d’être naifs. J’ai l’impression que le peuple ainsi que nos institutions se sont laissés emporter par l’élan de l’insurrection populaire au point d’oublier l’intérêt general et surtout la raison d’état. L’état que vous le voulez ou non doit être un monstre froid, qui n’agit que pour son propre intérêt. Et l’intérêt du pays c’est la prospérité de ses habitants. Qui dit prospérité dit paix, sécurité et croissance économique.
    Je suis désolé mais je pense que lancer un mandat d’arrêt contre le président de l’assemblée nationale de Côte d’Ivoire et contre Blaise Compaoré n’est pas dans l’intérêt general du Burkina Faso.Je sais très bien qu’ils sont coupables, tout le monde sait qui sont à l’origine de tous les troubles que nous vivons actuellement, mais il faut avoir une approche pragmatique et voir la réalité en face. Les enregistrements audio que nous avons contre Guillaume Soro ne devaient meme pas fuiter au grand public. Ce sont des secrets d’états, des moyens de pression. On aurait pu les utiliser pour avoir certains avantages de la Côte d’Ivoire ! C’est comme cela que le monde marche ! Je suis désolé mais c’est malheureusement la triste réalité ! Prenez exemple sur les autres pays, quel coup bas ils ne se font pas ? Chacun défend ses intérêts ! Regarder le jeux de ping pong entre les américains avec leurs alliés et les russes avec les leurs. Ils ont tous participer à destabiliser l’Ukraine ! Et ça c’est le dernier épisode en date. Il y en a eu plusieurs avant ! est ce que pour autant vous avez vu Barack Obama lancer des mandats d’arrêts internationaux ? C’est gel des avoirs et interdiction de visa ! C’est tout ! Khadafi aussi que l’on sait à l’origine de l’attentat de Lokerbie, les US ont fait quoi ? ils ont attendus juste le bon moment pour frapper. Ils ne se sont pas laisser guider par l’émotion ou le mouvement populaire. C’est ce que l’on devrait faire nous aussi. Attendre le bon moment. Faut etre un peu rusé quand on dirige un pays, c’est un minimum. La on lance le mandat contre Guillaume Soro, sachant son immunité parlementaire, c’est pour faire quoi si ce n’est envenimé les relations entre nos 2 pays si dépendant l’un de l’autre ? Je ne dis pas qu’il faut avoir peur d’eux, je dis qu’il faut être malin et savoir quand frapper ou utiliser les moyens de pression qu’on a contre eux. L’essentiel est d aller dans l’intérêt suprême de la nation. Je trouve sincèrement que dans le contexte sécuritaire actuelle (terrorisme entre autre), affronter Blaise Compaore, Soro et leurs acolytes, sachant qu’ils n’ont plus rien a perdre et connaissant leur pouvoir de nuisance, c’est mettre en danger le Burkina Faso. Ce qui arrive était parfaitement prévisible, faut pas rêver. Le problème c’est qu’en réalité nous ne sommes pas prêt a faire face à cela. Si l’on n’y prend garde ça pourrait être pire ! Il aurait fallu assoir d’abord le nouveau pouvoir, quitte à supporter encore un moment le diable lui meme, pour ensuite frapper quand on en a les moyens.
    La vie réelle n’est pas un compte de fée, il faut cesser de se leurer : nous devons nous résoudre, au nom de l’intérêt général, à laisser Blaise et Soro tranquilles pour le moment. Autrement ce sont nos biens, ou pire, nos enfants, qui périront dans une guerre qui ne dit pas son nom, et tout cela pour rien !

    Bref tout ce que je dis n’engage que moi, je ne fais pas cela dans un esprit de provocation mais pour apporter ma contribution à sauver le BF (cela si le webmaster me le permet). Sur ce, je souhaite que Dieu apporte suffisamment de lumière à nos dirigeants pour nous sortir de cette situation. Que Dieu accueille les victimes de ces actes barbares que nous vivons. Qu’il apporte de la paix aux familles endeuillées. Qu’il bénisse le Burkina Faso.

    Camille

    Répondre à ce message

  • Le 23 janvier 2016 à 22:13, par Dikielté En réponse à : Attaques terroristes contre le Burkina : Quelle stratégie de défense et de sécurité pour l’avenir ?

    "Le bilan de ces actes terroristes est lourd au moins 30 morts, 71 blessés et deux disparus". Je suis inquiet ; inquiet parce que ce qui vient de se passer au niveau YIMDI doit être analysé profondément. Il n’ y a pas de petit coup. En matière de renseignements tout doit être pris au sérieux même les rumeurs les plus fantaisistes. J’accorde de crédit sur ce que dit l’internaute N° 01 ; Il ne peut pas y avoir de coup d’état au Burkina sauf si c’est la France qui est à la base pour faciliter les pro-Blaise à reprendre la commande. En ce moment si le coup est réussi nous aurons un pouvoir dictatorial du genre de SOMOZA ANASTASIO DEBAYLE, l’ami fidèle des américains (qui l’ont lâché après, parce qu’il faisait couler trop de sang des Nicaraguayens. Il faisait arracher les couilles de ses adversaires politiques par son gros chien). Nous avons connus les périodes noires de tueries par balles ou par accidents de 1987 jusqu’en 1991 et de 1992 à 2014 des tueries en douce sans traces. Est ce que le peuple acceptera cela. DE GAULE disait à peu près ceci "la France n’a pas d’amis, il n’a que des intérêts à défendre". Nous sommes prévenus. Pour moi le coup d’état est à écarter. Ce que je crains c’est l’évasion de Djibril Bassolet et Diendéré. Le coup de force viendra de là à coup sûr avec les vols d’armes.
    La 3e hypothèse est possible : une rébellion pourrait être en préparation contre le BURKINA FASO, dont le front serait probablement vers le sud ouest selon dame rumeur. Maintenant, il appartient, d’une part, aux autorités de notre pays de traiter toutes informations qui leurs parviennent et surtout de ne pas fermer leurs portables à ceux qui peuvent les informer. Ils doivent étoffer les services de renseignements (police, gendarmerie et des armées) afin de recouper les données, il ne faut pas faire de retentions d’informations car au stade où nous sommes aucun renseignement n’est à négliger.Les autorités doivent donner les moyens nécessaires surtout à ceux qui contrôlent sur les routes (je ne vais rien dévoiler ici, ils connaissent leurs difficultés). Les agents qui sont chargés de contrôle sur les routes doivent aussi se mettre au sérieux pour un vrai contrôle (contrôle d’identité, contrôle de tout véhicule fond blanc, bleu ou rouge). Même, s’ils connaissent le véhicule d’un patron qui sort hors de la ville, on doit l’arrêter pour le contrôle (il peut être pris en otage et être contraint de sortir de la ville ). D’autre part, la population doit jouer un grand rôle en signalant tout mouvement individuel ou une colonne de véhicules suspect aux autorités ; la population doit s’organiser en comité de vigilance dans les quartiers dans les villages dans toutes les villes pour collaborer avec les forces de défenses en patrouillant ou en donnant des informations aux autorités comme en 1974 pendant la guerre du Mali. Il n’y a pas eu de débordement.
    En ce qui concerne le ministère de la défense nationale il faut que l’on fasse appel à un ancien militaire ou à un jeune actif intègre qui fait le consensus des forces armées afin qu’il se penche vite sur cette reforme qui tarde à venir.
    N.B : sans polémiquer,il serait souhaitable que l’on dise dans leur texte réglementaire, en projet, qu’aucun soldat ne doit sauter plusieurs grades pour être général.Même s’il y a récompense, c’est le grade immédiatement supérieur qui sera octroyé au méritant.Donc, si tu es lieutenant colonel c’est le grade de colonel que tu porteras quelque soit ta prouesse.Le ministère de l’intérieur doit être créer à part à mon avis.Nous ne doutons pas de la capacité de Simon à mobiliser non seulement ses hommes, mais celle de mobiliser des fonds en frappant à toutes portes, j’aurais préféré quelqu’un comme Auguste Barry au ministère de l’intérieur.Bref mon avis ne compte pas.
    Nous avons promis à la diaspora une élection en 2020 où elle participera réellement, il est temps que l’on s’y mette maintenant afin que cela soit une réalité sinon cela pourrait être un grand souci pour le Burkina Faso. Que dieu sauve le Burkina Faso. Qu’Il donne la paix au Faso car sans paix il n’y a pas de sécurité sociale ni de développement.

    Répondre à ce message

  • Le 24 janvier 2016 à 08:46, par ka En réponse à : Attaques terroristes contre le Burkina : Quelle stratégie de défense et de sécurité pour l’avenir ?

    Camille Sur Lefaso.net, tes conseils à la dérive n’est pas digne d’un vrais Burkinabé. Le Burkina n’a pas peur de la Cote d’Ivoire, le Burkina que tu ne connais pas, a plus de ressorts que tu ne le sais pas, et ce n’est le président Roch Kaboré et son équipe qui me diront le contraire. Ne faiblisse pas notre Burkina pour donner au traître Blaise Compaoré et ses complices Ivoiriens. Les Etats Unis, les Russes, n’ont pas suffisamment de pétrole, voilà pourquoi ils lèchent les pieds des pays pétroliers pour survivre. Quant aux Bukinabé, un simple GANYONRE, et des ânes pour se déplacer nous suffisent pour traverser des siècles. Il te faudra relire les pages idéologiques des idées de Thomas Sankara et sa révolution inachevée, là, tu mettras tes idées à la con, là où tu sais. Sans Blaise avec ses ruses criminels et sa Côte d’Ivoire, le Burkina s’en sortira. N’écrit plus des messages de lâcheté pareille pour berner les valeureux Burkinabé. Burkinabé ! Tu l’es pas. Vas bouffer tes Escargots avec tes amis Blaise Compaoré et SORO au marché de Treichville. Burkinabé raté.

    Répondre à ce message

  • Le 24 janvier 2016 à 16:15, par zemosse En réponse à : Attaques terroristes contre le Burkina : Quelle stratégie de défense et de sécurité pour l’avenir ?

    Simon ,ministre d’État du Faso, ferait mieux de mouiller le maillot pour venir à bout de l’insécurité, plutôt que de s’exiber devant les hôteliers a travers un langage ordurier indigne d’un homme d’etat. Bonne chance à lui pour le Burkina Faso.

    Répondre à ce message

  • Le 24 janvier 2016 à 16:54, par BOIN-ZEM OUINDE OUEDRAOGO En réponse à : Attaques terroristes contre le Burkina : Quelle stratégie de défense et de sécurité pour l’avenir ?

    Eddie Comboigo n’ose pas mettre les pieds sur la terre libre du Burkina Faso actuellement où nous avons des attaques terrorists et de l’ex-RSP. Alors nous demandons aux nouvelles autorités de nous laisser et nous allons regler nos comptes rapidement avec ce Monsieur. Il n’est pas fou. A moins que la folie qui l’a pris pour soutenir le coup d’Etat continue de le suivre et là nous n’avons pas besoin de justice, nous allons nous render cette justice du people burlkinabè

    Répondre à ce message

  • Le 25 janvier 2016 à 07:09, par ka En réponse à : Attaques terroristes contre le Burkina : Quelle stratégie de défense et de sécurité pour l’avenir ?

    Camille Sur Lefaso.net, tes conseils à la dérive n’est pas digne d’un vrais Burkinabé. Le Burkina n’a pas peur de la Cote d’Ivoire, le Burkina que tu ne connais pas, a plus de ressorts que tu ne le sais pas, et ce n’est le président Roch Kaboré et son équipe qui me diront le contraire. Ne faiblisse pas notre Burkina pour donner au traître Blaise Compaoré et ses complices Ivoiriens. Les Etats Unis, les Russes, n’ont pas suffisamment de pétrole, voilà pourquoi ils lèchent les pieds des pays pétroliers pour survivre. Quant aux Bukinabé, un simple GANYONRE, et des ânes pour se déplacer nous suffisent pour traverser des siècles. Il te faudra relire les pages idéologiques des idées de Thomas Sankara et sa révolution inachevée, là, tu mettras tes idées à la con, là où tu sais. Sans Blaise avec ses ruses criminels et sa Côte d’Ivoire, le Burkina s’en sortira. N’écrit plus des messages de lâcheté pareille pour berner les valeureux Burkinabé. Burkinabé ! Tu l’es pas. Vas bouffer tes Escargots avec tes amis Blaise Compaoré et SORO au marché de Treichville. Burkinabé raté.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Lutte contre le terrorisme : Voici comment la Chine a pu éradiquer cette force maléfique
Burkina/Sahel : Attaque terroriste contre le détachement militaire de Kelbo
Burkina Faso : 24 personnes, dont un pasteur, assassinées dans la province du Yagha
Négociations avec les terroristes : « Toutes les tentatives pour sécuriser un pays sont à prendre », Dr Jacob Yarabatioula
Province du Mouhoun : Plusieurs imprimés de cartes d’électeurs détruits dans l’incendie d’une école (CENI)
Burkina/Province des Banwa : Des opérateurs de kits attaqués par des individus non identifiés
Province du Yagha : Le pasteur et ses enfants enlevés mardi 11 février, ont été retrouvés morts
Burkina : Dix-sept individus armés abattus dans le Centre-Nord
Victimes du terrorisme : Les policiers bientôt indemnisés ?
Burkina : Un homme tué et un pasteur enlevé avec ses enfants à Sebba
Lutte anti-terroriste : Le poste de gendarmerie de Tanwalbougou (Est) neutralise neuf terroristes
Est du Burkina : 8 assaillants abattus à Tanwalbougou
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés