Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «On s’étonne trop de ce qu’on voit rarement et pas assez de ce qu’οn vοit tοus lеs jοurs.» Félicité Genlis, Comtesse de Brusbart de Genlis

Attaques terroristes à Ouagadougou : La FAIB vole au secours des blessés

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Attaques terroristes • • jeudi 21 janvier 2016 à 12h00min
Attaques terroristes à Ouagadougou : La FAIB vole au secours des blessés

Dans l’après-midi du 20 janvier 2016, le président de la Fédération des associations islamiques du Burkina (FAIB), El Hadj Adama Nikiéma a remis un lot de médicaments au directeur général du Centre hospitalier universitaire Yalgado Ouédraogo. D’une valeur d’environ 1 million de francs CFA, ce don est destiné prioritairement à la prise en charge des blessés de l’attentat du 15 janvier dernier.

La Fédération des associations islamiques du Burkina (FAIB) veut compatir à la douleur des victimes des attaques terroristes du 15 janvier dernier. Cette compassion s’est matérialisée par la remise d’un lot de médicaments d’une valeur d’environ 1 million de francs CFA aux blessés du Centre hospitalier universitaire Yalgado Ouédraogo (CHU-YO). C’était le 20 janvier 2016 dans l’enceinte de l’hôpital. Par ce geste, la FAIB, entend témoigner de son soutien et encourager les blessés de l’attaque terroriste.

Le Directeur du CHU-YO, Bibia Robert Sangaré a apprécié le geste combien important de la FAIB, qui du reste, n’est pas à sa première initiative du genre. « Elle accompagne l’hôpital non seulement de manière courante mais à chaque fois que nous sommes confrontés à des épreuves. Aussi, ça fait plaisir de voir effectivement qu’à chaque fois au Burkina, lorsque nous traversons des moments difficiles ce sont les confessions religieuses qui donnent le bon exemple de la solidarité, de l’esprit de paix et de cohabitation qui caractérisent ce pays » s’est réjoui M. Sangaré. Il a laissé entendre que sa formation sanitaire a reçu 31 blessés qui sont pour la plupart des blessés du restaurant Cappuccino. « Douze personnes ont subi des interventions chirurgicales. A la date d’aujourd’hui, cinq sont toujours hospitalisées dont un dans un cas critique. Les autres ont été libérés mais continuent de venir pour des soins en ambulatoire », a-t-il précisé. Avant d’ajouter que ce don permettra non seulement de continuer les soins des victimes de ces attaques, mais aussi servira à d’autres victimes d’accidents de la circulation ou de travail.

« Après avoir condamné sans ambiguïté ces actes lâches, il était de bon ton qu’on vienne soutenir et prier pour un prompt rétablissement des malades et avoir une pensée pieuse pour ceux qui ont perdu la vie dans ce triste événement », a laissé entendre le Secrétaire exécutif national de la FAIB, Cheick Sidi Mohamed Koné. Aussi, il a saisi l’occasion pour signifier que des gens ont usurpé leur religion pour poser des actes dont les finalités ne sont pas connues d’eux. « On ne se reconnait pas en eux. Ils ne se reconnaissent pas en nous », a-t-il clamé. Par conséquent, a ajouté le Secrétaire général de la FAIB, il ne doit pas y avoir d’amalgame entre l’islam et le terrorisme, car le contraire peut nuire à la cohésion sociale et au vivre ensemble.

C’est pourquoi, invite a été faite à la bonne conscience de tout un chacun. « Il faut que nous restions unis et solidaires, qu’on se départisse de toute violence. Et qu’on remette notre confiance au gouvernement qui a les personnes habilitées pour faire des enquêtes et établir des responsabilités et décider des sanctions qu’il faut. Ne pas s’ériger en juge, ce qui peut nous amener à des dérapages qu’on ne pourra pas contrôler. Que Dieu nous en garde ! », a recommandé M. Koné. Par ailleurs, il a laissé entendre que la communauté musulmane a été frappée deux fois : Une première fois en tant que Burkinabè, et une seconde fois en tant que musulman. « Il est normal qu’on puisse s’organiser, communiquer abondamment pour faire barrage à tout comportement suspect et dénoncer. Aussi, il faut collaborer fortement avec les autorités pour pouvoir dénoncer tous les cas suspects », a conclu le SG de la FAIB.

Aïssata Laure G. Sidibé
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 21 janvier 2016 à 16:53, par Horus En réponse à : Attaques terroristes à Ouagadougou : La FAIB vole au secours des blessés

    Acte d’un très grande noblesse. Persévérez dans la communication. Ces barbares d’un autre âge ne pourront jamais diviser les burkinabé. Leur intention est de semer le chaos dans ce pays mais c’est peine perdu ; ils ne pourront pas semer la graine de la haine dans nos cœurs. Il n’y a qu’un seul Dieu qui est AMOUR. Satan n’a pas sa place ici. Élevons nos prières vers Dieu infiniment bon et miséricordieux pour qu’Il apaise notre douleur, et renforce la bonne entente et la cohésion qui ont toujours existé au BF

    Répondre à ce message

  • Le 21 janvier 2016 à 17:22 En réponse à : Attaques terroristes à Ouagadougou : La FAIB vole au secours des blessés

    Félicitations à la FAIB. Ces idiots veulent mettre en mal le vivre ensemble burkinabè. Ils sont jaloux de notre cohesion sociale mais ils ne reussiront jamais. Islam, chritianisme ... sont des religions d’amour et de paix. Paix aux ames des disparues. Que l’enfer brule sans fin ces terroristes.

    Répondre à ce message

  • Le 21 janvier 2016 à 17:30, par Yiriba En réponse à : Attaques terroristes à Ouagadougou : La FAIB vole au secours des blessés

    Une sortie et une prise de position salutaires en tant que leader. On a besoin de la solidarité sans équivoque de la FAIB pour réussir le combat des terroristes.

    Répondre à ce message

  • Le 21 janvier 2016 à 18:56, par BAMA En réponse à : Attaques terroristes à Ouagadougou : La FAIB vole au secours des blessés

    Au ministre de la sécurité, aux FDS le soit disant COUVRE FEUX que vous aviez mis en place depuis les événements de mi Septembre n’a plus sa raison d’être quel soit de 23h à 06h, de 01h à 04h du matin ne vous a pas permis d’empêcher les voleurs de cambriolés nos boutique, nos maison, nos magasin, nos agressés physiquement, moralement et enfin aux terroriste de nos attaqués. A forte raison les 5 mois sous COUVRE FEU tue a grand feu l’économie national qui depuis 2014 le taux de croissance annuel a baissé. Les activités de nuit dans la restauration, les maquis et tout ce qui sont aux tours, les kiosque, les taxi sont paralysé. Sécurité Oui mais l’Économie aussi. mettez fin a ce Couvre Feu.

    Répondre à ce message

  • Le 21 janvier 2016 à 21:25, par Dibi En réponse à : Attaques terroristes à Ouagadougou : La FAIB vole au secours des blessés

    Faut pas être naïf. Les gestes et actions de communication qui se revendiquent de la paix, sont bons et bienvenus mais ne doivent pas nous aveugler et nous empêcher de penser notre avenir commun. Il y va de la cohabitation harmonieuse des nos différentes communautés religieuses. C’est maintenant le moment de penser et de légiférer sur les structures religieuses du pays. La croyance religieuse est une affaire de foi personnelle et privée même partagée. Elle n’a pas à s’imposer à autrui ou à se manifester de façon ostentatoire dans l’espace public qui est laïc. Le gouvernement doit prendre des mesures pour règlementer la construction et l’implantation devenue anarchique des mosquées, églises, temples dans nos villes et villages ; et ce sur la base d’enquêtes de voisinage menées en amont. Est ce normal que n’importe quel pékin qui revient de la Mecque se construise sa mosquée dans sa cours sans se soucier de la gêne pour le voisinage non forcément musulman ? Les niveaux sonores des hauts parleurs d’appels à la prière des mosquées doivent être règlementés et normés. Pour des question de sécurité, le port de la burka imposée par certains courants de l’islam radical, doit être prohibé. Enfin, il faut le redire : l’argent du Qatar et l’Arabie saoudite qui financent à tour de bras le wahhabisme obscurantiste au Burkina-Faso, ne dois pas nous aveugler sur notre avenir commun qui à tout moment peut-être mis à mal par des conflits confessionnels. C’est le cas en Afrique du Nord et au Moyen-Orient où, le salafisme, grassement financé par ces monarchies rétrogrades, est devenu hégémonique et source de guerres civiles. La coopération avec ces deux pays est donc à surveiller. Ce sont elles qui financent Boko-Haram, le Mujao, les Shebab somaliens, Aqmi ..etc.
    "Na an lara, an sara". Mais pour ça, il faut des vrais hommes et femmes politiques et non des opportunistes communicants, louvoyants, affairistes et inconsistants.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Négociations avec les terroristes : « Toutes les tentatives pour sécuriser un pays sont à prendre », Dr Jacob Yarabatioula
Province du Mouhoun : Plusieurs imprimés de cartes d’électeurs détruits dans l’incendie d’une école (CENI)
Burkina/Province des Banwa : Des opérateurs de kits attaqués par des individus non identifiés
Province du Yagha : Le pasteur et ses enfants enlevés mardi 11 février, ont été retrouvés morts
Burkina : Dix-sept individus armés abattus dans le Centre-Nord
Victimes du terrorisme : Les policiers bientôt indemnisés ?
Burkina : Un homme tué et un pasteur enlevé avec ses enfants à Sebba
Lutte anti-terroriste : Le poste de gendarmerie de Tanwalbougou (Est) neutralise neuf terroristes
Est du Burkina : 8 assaillants abattus à Tanwalbougou
Terrorisme au Sahel : Une trentaine de terroristes neutralisés par la force Barkhane
Burkina : Trois civils tués dans la région l’Est
Région du Sahel : 18 personnes tuées dans le village de Lamdamol
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés