Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Cela semble toujours impossible jusqu’à ce qu’on le fasse.» Nelson Mandela

Saran Sérémé et les élections couplées : Qu’est-ce qui n’a pas marché ?

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Elections 2015 • • mercredi 9 décembre 2015 à 23h18min
Saran Sérémé et les élections couplées : Qu’est-ce qui n’a pas marché ?

Selon les résultats provisoires des scrutins couplés du 29 novembre 2015, la candidate Saran Sérémé /Séré n’a récolté que 1,81% des suffrages exprimés à la présidentielle. Et son parti, le PDC (Parti pour le développement et le changement) n’a pas obtenu le moindre siège à l’Assemblée nationale, faisant de l’Amazone du Sourou, comme on l’appelle, la plus grande perdante du scrutin selon des observateurs avisés.

Pourtant, la présidente du PDC était bien partie pour réaliser un bien meilleur score à ces élections. On ne l’attendait certainement pas en tête de peloton pour ce qui est de la présidentielle, en raison des forces en présence. Mais très peu de gens auraient parié sur un fiasco aux législatives. Zéro député ! Même pas elle-même, alors qu’elle était tête de liste nationale pour le compte de son parti.
Lorsque l’on jette un petit coup d’œil dans le rétroviseur, l’on se rend compte que « La belle Saran » a tout de même fait un parcours politiquement ascendant depuis 2012, après sa tonitruante démission de l’ex-parti au pouvoir, le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) et la décision courageuse qui a conduit, la même année, à la création du parti dont elle est la présidente. On ne saurait passer sous silence le rôle de premier plan qu’elle a joué sur le front politique, et aux côtés du Chef de file de l’opposition, contre le projet de modification de l’article 37 de la Constitution.
A cela s’ajoute la mobilisation historique des femmes aux spatules le 27 octobre 2014 dont elle est l’une des initiatrices, et les péripéties de l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014. Autant de faits qui auraient pu lui servir de tremplin pour atteindre les plus hautes marches de l’échelon politique. En plus, pendant la précampagne et sur le terrain des meetings de campagne électorale, Saran Sérémé n’a pas fait piètre prestation. Dans certaines localités telles que Bobo Dioulasso, Dédougou, et surtout dans son fief à Tougan, elle a réussi, à chacun de ses passages, à mobiliser autour d’elle une impressionnante foule de militants. Théoriquement donc, tout portait à croire qu’elle ferait bouger les lignes dans les localités citées. Que nenni ! Les résultats qu’elle obtient sont loin d’être à la hauteur du combat qu’elle mène dans l’opposition depuis 2012.
Qu’est-ce qui n’a donc pas marché pour cette brave dame qui, certainement, se lamente d’un tel fiasco à un moment où les heureux élus sont obligés de faire la cour à certains partis politiques qui ont obtenu des sièges à l’Assemblée nationale ?
La première réponse à cette question peut être que les milliers de femmes qui se trémoussaient autour de l’Amazone du Sourou lors des meetings, n’étaient là que pour le djandjoba. Elles n’étaient donc pas de vraies électrices, soit parce qu’elles ne sont pas inscrites sur les listes électorales, soit parce que, véritablement, elles n’ont pas confiance en la capacité de Saran à réellement contribuer à améliorer leurs conditions de vie comme promis lors des meetings. Désormais donc, et c’est une grande leçon, la présidente du PDC ne devrait plus se fier à la foule qui n’est que leurre en matière électorale.
La seconde grande explication tirer sa source dans la stratégie de campagne mise en œuvre par l’Amazone du Sourou.
Elle s’est en effet négativement illustrée tout au long de sa campagne par des retards au démarrage des meetings. Dans presque toutes les localités où elle est passée, Saran Sérémé a fait attendre ses militants pendant au moins deux heures avant de s’adresser à eux. Cela a pour conséquence de décourager ceux qui sont venus à l’heure et qui, généralement, sont les vrais militants. Le plus souvent, ceux-ci finissent par aller voir ailleurs…
Dans tous les cas, ce serait certainement impertinent de penser que Saran a échoué juste parce qu’elle est une femme et de tirer la conclusion selon laquelle la politique n’est pas l’affaire des femmes au Burkina Faso. Rien n’est d’avance perdu ni pour Saran, ni pour les autres femmes qui voudraient s’aventurer en politique. Il y a lieu de tirer les leçons de cet échec qui, de notre point de vue est un cas d’école, pour mieux conquérir l’électorat en tant que femme. Et c’est bien ce que Saran Sérémé et son staff politique doivent faire, au plus vite, pour relancer le Parti pour le développement et le changement qui doit jouer un meilleur rôle aux prochaines consultations électorales.

Bassératou KINDO
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 9 décembre 2015 à 14:16, par Cellou En réponse à : Saran Sérémé et les élections couplées : Qu’est-ce qui n’a pas marché ?

    A mon avis, la "belle Saran" s’est trop dispersée ! Elle aurait du batailler seulement pour les législatives.

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2015 à 14:16, par charles En réponse à : Saran Sérémé et les élections couplées : Qu’est-ce qui n’a pas marché ?

    Elle s’est maudite elle même en faisant la mobilisation des femmes aux spatules le 27 oct 2014. Dans le territoire mossi une femme qui se respecte ne fait jamais ça. Elle verra pire que ça wait and see.

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2015 à 14:23, par Ben En réponse à : Saran Sérémé et les élections couplées : Qu’est-ce qui n’a pas marché ?

    Du courage, le plus important c’était de donner l’exemple, et de tirer les leçons.

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2015 à 14:26 En réponse à : Saran Sérémé et les élections couplées : Qu’est-ce qui n’a pas marché ?

    je suis resté sur ma faim, article vide sans aucune enquête ni analyse

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2015 à 14:27, par yamneda En réponse à : Saran Sérémé et les élections couplées : Qu’est-ce qui n’a pas marché ?

    Bonjour nchers forumistes
    Si vous fixez un rendez-vous, il faut respecter l’heure car vous respectez vos visàvis et vous respectez votre personne. On n’a pas que ça à faire ! Nous voulons parfois prendre toute une journée pour la seule activité ; c’est pas bon !

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2015 à 14:32, par Ouvrez l’oeil ! En réponse à : Saran Sérémé et les élections couplées : Qu’est-ce qui n’a pas marché ?

    Personne ne sait comment elle a réussi cette prouesse d’obtenir zéro député aux législatives...Vraiment dommage pour elle qui aurait apporté un plus dans les débats à l’Assemblée nationale. Que c’est injuste, elle a mieux fait que Ablassé qui, lui, pourtant s’en sort avec un député...Ce sont les gens de Sapouy là qui se sont permis de voté "un moaga", "musulman" et "plateau central" : vous y gagnez quoi ? Pauvres "gourounsis" du Ziro ???

    Ouvrez l’œil !

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2015 à 14:33, par Désiré En réponse à : Saran Sérémé et les élections couplées : Qu’est-ce qui n’a pas marché ?

    Dites -moi qui est son directeur de Campagne. En réalité à part elle personne d’autre n’est politiquement connu dans ce parti et qui est à mesure de bousculer les lignes. Voyez au MPP avec RSS le larlé naba et les autres anciens ministres et députés. Tôle c’est pas tôle ! Elle aurait dû fusionner avec le MPP et être tête de liste au SOUROU dès lors que les deux paries épousent la même idéologie. Maintenant qu’elle a essayé et qu’elle a perdu le MPP connaissant sa valeur intrinsèque inférieure à 2 n’est pas obligé de traiter avec elle surtout qu’elle n’a pas de député.

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2015 à 14:34, par DAWANZIRI En réponse à : Saran Sérémé et les élections couplées : Qu’est-ce qui n’a pas marché ?

    HUMM ! Courage à elle.

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2015 à 14:42, par indiga En réponse à : Saran Sérémé et les élections couplées : Qu’est-ce qui n’a pas marché ?

    le programme politique de SARAN a t’il pris réellement en considération les aspirations du peuple insurgé du Burkina Faso ? La réponse à cette question permettra de redéfinir les stratégies idoines. Le vrai enjeu consiste à transcrire les aspirations réelles du peuple insurgé du Burkina Faso en stratégies politiques pouvant être contenu dans un programme de cinq (05) ans.

    un vrai parti politique qui veut s’inscrire dans la durée doit grandir de façon graduelle à partir d’une base en passant par une dynamique de consolidation permanente des acquis (for example l’ANC).

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2015 à 14:47, par Maatche En réponse à : Saran Sérémé et les élections couplées : Qu’est-ce qui n’a pas marché ?

    Belle analyse. En plus des retards, il faut ajouter que son équipe n’a pas assez battu campagne pour les législatives. Après les meeting pour les présidentielles, toute l’équipe repartait sans assurer les petites réunions de quartier et secteurs qui sont très déterminantes pour convaincre non pas la foule, mais les vrais électeurs. C’est ce qui a manqué. Cela est valable pour la plupart des candidats qui n’ont pas dépassé la barre des 5%.
    Tout le monde vient au meeting, même vos adversaires et surtout ceux qui n’ont pas de carte. il faut séparer l’effet de foule (qui est onéreuse, car il faut les prestataires de services, transporter certains militants, louer la sono, etc.) à l’engagement vrai (qui rapporte en contribution, cotisation, etc.). C’est là j’ai compris la stratégie des meetings régionaux du MPP. on regroupe tous les contributeurs et profiteurs de la région dans un seul endroit et ensuite chacun regagne sa province pour les réunions pour convaincre !

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2015 à 15:07, par L’Oeil du peuple En réponse à : Saran Sérémé et les élections couplées : Qu’est-ce qui n’a pas marché ?

    Brave femme SARAN SEREME vous êtes à féliciter par tout et pour tout. Je vous admire comme une femme battante. Continuez svp et ne baissez pas les bras. C’est sur que la prochaine sera la bonne. Vous avez tendu votre main aux populations Burkinabè en général et particulièrement à vos sœurs(52%) afin que au moins pour une première dans l’histoire du BURKINA FASO une femme est présidente. Cette belle victoire allait vous permettre de changer véritablement beaucoup de choses pour les femmes dans ce pays et pourquoi pas en AFRIQUE. Au moins l’occasion était belle pour vos sœurs de vous voter. Elles sont 52% et ç’allait être la majorité absolue, un coup KO, un 1/4 de tour. J’ai foi que le rêve qu’une femme soit à la tête de ce pays sera une réalité un jour. Les hommes prouvé pendant 55 ans. Aucun décollage économique, social, éducatif. C’est du surplace.
    Bravo l’Amazone.Vous êtes la référence. Vous les femmes ne parlez plus que les hommes ne veulent pas vous mettre au devant des choses. Vous avez eu une belle occasion pour vous venger, mais hélas. On sent que vous n’êtes pas solidaires entre vous ; si vous refusez de vous émanciper, les hommes vous prendront toujours comme un bétail électoral. Quel gâchis de n’avoir pas voté l’AMAZONE.

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2015 à 15:07, par karim En réponse à : Saran Sérémé et les élections couplées : Qu’est-ce qui n’a pas marché ?

    grande sœur vous êtes une femme battante et courageuse ; personnellement je vous
    encourage pour le future combat.

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2015 à 15:08, par tapsoba yassiriki En réponse à : Saran Sérémé et les élections couplées : Qu’est-ce qui n’a pas marché ?

    Désolé.Saran était seule. aucune personne ressource d’envergure pour oxygéner ses efforts sur le terrain . cher Journaliste c’est l’une des explication.

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2015 à 15:08, par karim En réponse à : Saran Sérémé et les élections couplées : Qu’est-ce qui n’a pas marché ?

    grande sœur vous êtes une femme battante et courageuse ; personnellement je vous
    encourage pour le future combat.

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2015 à 15:18, par Vrai Burkinabe En réponse à : Saran Sérémé et les élections couplées : Qu’est-ce qui n’a pas marché ?

    je suis résident a bobo apolitique mais j’ai vote pour elle,et cela ma fait très mal quelle n’a pas eu le législative une vraie battante c’est pour cela que je vais rentrée en politique rien que pour elle parce que elle ne méritait pas cette défaite je pense que c’est sont staff politique a humble avis na pas fait sont travail, je suis pas un messie mais je la promet inchilla en 2020 des places digne de sont rang, je veux rentrée dans le PDC houet mais uniquement si elle me le demande je la laisse mon N°74402426,il faudrait elle seul me le demande sinon je serrais pas d’accord.bonne compréhension.merci et du courage ne doute pas une seconde de ta grandeur.

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2015 à 15:19, par le republicain En réponse à : Saran Sérémé et les élections couplées : Qu’est-ce qui n’a pas marché ?

    ah toi saran aussi tu veux etre presidente au burkina. faut attendre 2030.
    seulement la concurrence etait très sevère par consequent saran ne pouvait pas resister dans ces tempètes violents.
    les gens n’ont pas voté projet de societé.
    en 2030 peut-etre que le taux de scolarisation peut atteindre 100% donc on aura un changement de mentalité. sinon presentement c’est très dur pour vous.
    en 2020 vous pouvez presenté un homme de votre parti et en ce moment a defaut de la presidence du faso vous pouvez avoir quelques deputés.

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2015 à 15:21, par Vrai Burkinabe En réponse à : Saran Sérémé et les élections couplées : Qu’est-ce qui n’a pas marché ?

    je suis résident a bobo apolitique mais j’ai vote pour elle,et cela ma fait très mal quelle n’a pas eu le législative une vraie battante c’est pour cela que je vais rentrée en politique rien que pour elle parce que elle ne méritait pas cette défaite je pense que c’est sont staff politique a humble avis na pas fait sont travail, je suis pas un messie mais je la promet inch alla en 2020 des places digne de sont rang, je veux rentrée dans le PDC houet mais uniquement si elle me le demande je la laisse mon N°74402426,il faudrait elle seul me le demande sinon je serrais pas d’accord.bonne compréhension.merci et du courage ne doute pas une seconde de ta grandeur.

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2015 à 15:22, par Raymond OUEDRAOGO En réponse à : Saran Sérémé et les élections couplées : Qu’est-ce qui n’a pas marché ?

    La RTB avait organisé une émission nommée Un Candidat Un Programme. Chaque candidat devait passer pour défendre ses idées devant tous les burkinabè les africains et le monde entier. Au tour de Saran SEREME il semble qu’elle est venue avec 30 mn de retard. J’estimais déjà que ce retard est un mépris pour le peuple burkinabè. Je pense avoir eu raison : son parti n’a eu aucun député. Tant pis pour ceux qui ne savant pas s’organiser et qui veulent diriger notre pays

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2015 à 15:25, par DOUGOUTIGUI En réponse à : Saran Sérémé et les élections couplées : Qu’est-ce qui n’a pas marché ?

    C’est tout simplement la réplique de la nature devant leur in humanisme vis à vis de Blaise Compaoré qui fut tout pour eux comme quoi tout se paye ici bas et c’est un avertissement pour les Ablassé hier griot de Blaiso et aujourd’hui son pyromane et toute la bande

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2015 à 15:30 En réponse à : Saran Sérémé et les élections couplées : Qu’est-ce qui n’a pas marché ?

    Exactement. Je suis d’accord avec vos conclusions chère journaliste. Persévérance, persévérance et puis viendra le succès. Elle est très courageusement, très combative. Bonne chance

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2015 à 15:33, par le republicain En réponse à : Saran Sérémé et les élections couplées : Qu’est-ce qui n’a pas marché ?

    saran ; les mossis avec leur histoire de naam/naba c’est dur qu’une femme devienne presidente dans ce pays.
    faut attendre que les mentalités ne changent dans 10 ou 15 ans.

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2015 à 15:37, par Africa En réponse à : Saran Sérémé et les élections couplées : Qu’est-ce qui n’a pas marché ?

    Mme Saran Sérérmé est une patriote au sens achevé du terme. je ne connaissais pas sa pensée politique mais au fur et à mesure de ses prises de positions, j´ai découvert une vraie patriote Africaine fière de ses racines Burkinabè. Partout où elle est passée elle a su transmettre son sens élevé du devoir envers la patrie. Elle n´a cherché à tenir un discours ethniciste nulle part. En cela, elle peut revendiquer l´héritage du président Lamizana qui déclara dès sa prise de pouvoir que « je ne suis d´aucune ethnie, d´aucun village, d´aucune region, je suis voltaique tout court ». J´encourage Mme Saran Sérémé à persévérer dans cette voie, car une campagne electorale, c´est aussi une vaste oprération pédagogique comme le disait son devancier, le Professeur Joseph Ki-Zerbo. Le Burkina vous sera reconnaissant tôt ou tard. Gardez votre grande dignité comme reférentiel des valeurs morales dont le pays est à la recherche.

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2015 à 15:40, par dieu merci En réponse à : Saran Sérémé et les élections couplées : Qu’est-ce qui n’a pas marché ?

    C ’est dieux qui donne le pouvoir.ta grande sœur Juliette n’a pas battu campagne mais elle deputé

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2015 à 15:50, par goin En réponse à : Saran Sérémé et les élections couplées : Qu’est-ce qui n’a pas marché ?

    l’hypothèse des conséquences de ses retards lors des meetings n’est pas à négliger. être à l’heure est un signe de respect, moi particulièrement qui comptais sur elle j’ai été découragé par le fait que lors de l’émission un candidat un programme de la télé elle n’a utilisé que la moitié de son temps et cela pour cause de retard. Nous t’aimons bien Saran, mais ces retards ne faisaient pas trop sérieux, à l’avenir il faut donner confiance à ton électorat, et la ponctualité compte. Bon courage BRAVE et DIGNE FEMME du FASO le jour de gloire arrivera !

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2015 à 15:53, par lewang En réponse à : Saran Sérémé et les élections couplées : Qu’est-ce qui n’a pas marché ?

    Moi j’ai horreur des retards ! et c’est le fort des femmes. courage à elle tt de meme.

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2015 à 15:56, par Tallbarké En réponse à : Saran Sérémé et les élections couplées : Qu’est-ce qui n’a pas marché ?

    Belle analyse de l’échec cuisante de la Tantie au spatule. Oui , Ma soeur , l’électorat burkanabé reste accroché sur ce qu’on appelle " Ici et maintenant". Loin d’un bon programme ou une bonne image, ce sont les moyens , et la capacité à impressionner le bétail électoral qui semble est la stratégie la plus propice pour se hisser au poste de député , ou de conseiller. Et comme tu l’a dit Bass, elle donner rapidement tirer , les leçons , les vraies leçons si elle compte toujours. Il faut aussi noter que la grande Saran n’a pas pur faire un tour dans certaines régions dont elle se dit zone à la gueule du loup.

    Bizarrement dans la région du Nord , un jeune parti a faillit ramasser les deux députés de sa province du Loroum d’origine. Cet parti, meme si son président a fait pleuvoir les bien de banque et faire de réalisations au présent de l’indicatif, a mis en difficultés certains parti aux moyens colossaux. comme le MPP et le CDP de Zack NHiampa.

    Donc , cher " belle et tonitruante Saran" courage , car , seuls ceux qui n’osent pas ne tombent pas. Relever toi Tantie , et va encore à l’école de la politique burkinabé. les municipales ne sont pas loin , ce sont tes résultats à ces élections qui nous diront si le PDC sera au frigo politique pour cinq ans ou pas. Si non plus de 53% de femmes , même s’il faut éviter le sexisme, Saran tu as des atouts qui ne ressemblent pas à ceux du moaga de l’autre coté.

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2015 à 15:56, par kongombo En réponse à : Saran Sérémé et les élections couplées : Qu’est-ce qui n’a pas marché ?

    c’est vraiment dommage qu’elle ne soit pas passée au législatives. On se demande pourquoi, vraiment que s’est il passé ?

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2015 à 16:00, par Omar Dao En réponse à : Saran Sérémé et les élections couplées : Qu’est-ce qui n’a pas marché ?

    J’ai vraiment eu de la peine pour SSS, j’imagine sa cruelle déception mais c’est le jeu de la démocratie.

    Elle a été inaudible durant la campagne qu’elle a confondu avec un défilé de mode, aucune proposition venant d’elle n’a retenu l’attention. On peut dire ce qu’on veut des propositions de Tahirou Barry sur les déviances sexuelles mais cela a retenu l’attention et on connaît la suite. Par ailleurs elle SSS est seule dans son parti, il faut d’autres cadres d’envergure pour organiser, implanter, animer le parti et battre campagne.

    J’espère qu’elle pourra avoir un portefeuille dans le prochain gouvernement, le Burkina a besoin de son dynamisme.

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2015 à 16:09, par vox veritatis En réponse à : Saran Sérémé et les élections couplées : Qu’est-ce qui n’a pas marché ?

    Moi je vous le dis, la plupart des électeurs prennent les élections pour un pari. Au lieu de voter les personnes qu’ils apprécient, ils pensent qu’on leur demande d’imaginer qui peut remporter les élections. Il faut comprendre la psychologie des électeurs pour expliquer les résultats de ce scrutin. Ce ne sont pas les résultats de Saran seule qui sont inexplicables, c’est l’ensemble des résultats qui sont pourtant transparents.

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2015 à 16:12, par le Gaoualais En réponse à : Saran Sérémé et les élections couplées : Qu’est-ce qui n’a pas marché ?

    c’est très bien fait pour elle. Sérémé fait partie des manifestants demandant à ce que Thomas SANKARA soit élevé au rang de héros et reçoive une sépulture digne, ce qui lui coûte arrestation et torture. Elle s’exile ensuite au Mali, où elle effectue des études de sciences économiques à l’école nationale d’administration.De retour au Burkina, Sérémé se présente pour le compte du CDP et est élue députée de la Boucle du Mouhoun en 2002, puis de la province du Sourou en 2007. tu as lutté pour SANKARA et tu viens aidé Blaise à fermer les dossier de SANKARA. c’est ta récompense. En 2012, le parti lui refuse son soutien en vue des élections législatives. elle démissionne et dit que le système est corrompu. c’est parce que tu n’as pas eu de soutien que tu dis que c’est corrompu. Nous on n’a jamais eu de soutien mais on n’a supporté. si tu veux transforme ton PDC en DPC ; DCP ; CPD

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2015 à 16:14, par le Gaoualais En réponse à : Saran Sérémé et les élections couplées : Qu’est-ce qui n’a pas marché ?

    c’est très bien fait pour elle. Sérémé fait partie des manifestants demandant à ce que Thomas SANKARA soit élevé au rang de héros et reçoive une sépulture digne, ce qui lui coûte arrestation et torture. Elle s’exile ensuite au Mali, où elle effectue des études de sciences économiques à l’école nationale d’administration.De retour au Burkina, Sérémé se présente pour le compte du CDP et est élue députée de la Boucle du Mouhoun en 2002, puis de la province du Sourou en 2007. tu as lutté pour SANKARA et tu viens aidé Blaise à fermer les dossier de SANKARA. c’est ta récompense. En 2012, le parti lui refuse son soutien en vue des élections législatives. elle démissionne et dit que le système est corrompu. c’est parce que tu n’as pas eu de soutien que tu dis que c’est corrompu. Nous on n’a jamais eu de soutien mais on n’a supporté. si tu veux transforme ton PDC en DPC ; DCP ; CPD

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2015 à 16:18, par Bouba En réponse à : Saran Sérémé et les élections couplées : Qu’est-ce qui n’a pas marché ?

    Je crois que ses mauvaises sorties inopinées ne l’ont pas arrangée non plus. On se rappelle que lors que les chefs de partis se réunissaient pour chercher une issue après le départ du Blaso, elle et allée à la TNB pour faire une déclaration - même si elle y a été contrainte par les militants (lol). On se rappelle également de sa mauvaise sortie contre le président intérimaire Shérif Sy en temps de résistance où l’enjeu était avant tout de faire partir les putchistes et sauver la démocratie plutôt que des querelles intestines.

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2015 à 16:23, par Sage En réponse à : Saran Sérémé et les élections couplées : Qu’est-ce qui n’a pas marché ?

    Mais dans tout ça, où est passé le fameux devin qui prédisait la victoire de Barry à la Présidentiel et des troubles qui seraient créés par 2 candidats se déclarant vainqueurs. Il disait que cela venait de Dieu et pas de lui. Messieurs les journalistes, allez retrouver le Monsieur pour qu’il nous dise pourquoi Dieu a changé, faisant de lui moins qu’un fou, ou bien si c’est pas plutôt avec Satan qu’il communique.

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2015 à 16:29, par Job Minoungou En réponse à : Saran Sérémé et les élections couplées : Qu’est-ce qui n’a pas marché ?

    Animer un parti politique n’est pas une sinécure a plus forte raison faire amende honorable a des élections nationales. Franchement tout candidat qui n’a pas atteint 5% de suffrage exprimé devrait se résoudre a être un parti accompagnateur et un partillon jockey dont on use les députés pour avoir une certaine majorité tout simplement. Les OSC gueulards, connaisseurs et pressés d’aller a la soupe n’ont qu’a se transformer en partis polontique, ils verront la réalité du terrain. Quand a Saran, je lui souhaite bon courage !

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2015 à 16:29, par VousEtesMaitreDeVotreDestin En réponse à : Saran Sérémé et les élections couplées : Qu’est-ce qui n’a pas marché ?

    Brave femme, ne vous découragez pas. L’avenir est devant vous. Le peuple vous a mis à l’épreuve pour savoir si vous êtes pressée ou pas. Ne choisissez pas la facilité et le mauvais chemin car la prochaine fois vous saurez que ce peuple vous aime. Courage à vous

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2015 à 16:32, par afinburkinalibre En réponse à : Saran Sérémé et les élections couplées : Qu’est-ce qui n’a pas marché ?

    Courage chère grande sœur ! la lutte continue et Dieu te réserve une belle place dans le Gouvernement de ROCK... ça viendra ne baisse surtout pas les bras car tu en es belle et bien un exemple pour nous.... Dieu te bénisse au delà de tes attentes !

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2015 à 16:34, par SAWADOGO Pascal En réponse à : Saran Sérémé et les élections couplées : Qu’est-ce qui n’a pas marché ?

    Triste pour elle ! Il paraît qu’elle n’a même pas pu voter. Mais le plus important c’est d’en tirer des leçons

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2015 à 16:35, par contrelemensonge En réponse à : Saran Sérémé et les élections couplées : Qu’est-ce qui n’a pas marché ?

    saran a fait une mauvaise affaire. je croyais qu’elle allait se sabordée au MPP pour la présidentielle en renonçant à sa candidature pour soutenir le rocco. en réalité certains politiciens n’ont pas de base électorale. ce qu’ils ont c’est juste un village natal dans lequel ils ne sont mêmes pas en odeur de sainteté. pour revenir à saran elle s’est surestimee. c’est tout.
    les politiciens sont souvent aveugles ils font de mauvaise analyses sauf une seule personne qui avait dit ceci " roch sera président" et "c’est au quart de tour" et sa prophetie se réalisa. saran apprendra pour l’avenir

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2015 à 16:41, par le_moine En réponse à : Saran Sérémé et les élections couplées : Qu’est-ce qui n’a pas marché ?

    Dommage, mais c’était prévisible. Elle a manqué de stratégie. 1.Elle aurait dû battre campagne pour le MPP pour la présidentielle.
    2. Elle aurait dû se positionner tête de liste PDC dans le Sourou. Exhorter la population du Sourou a voté Roch en tant que son esclave et dire de la voter pour qu’elle aille à l’Assemblée pour le surveiller. Ca aurait payé. Voyez comment le Sourou a voté MPP.
    3, Elle souffre du même syndrome que Zeph : super chef de parti omniprésent et omniscient. On ne connaît qu’ eux. Après eux c’est eux. Ca ne peut pas bien donner. Mais courage. Un potentiel militant.

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2015 à 16:50, par rance En réponse à : Saran Sérémé et les élections couplées : Qu’est-ce qui n’a pas marché ?

    C’est parce que nous avons affaire a un monde ou l’on permet difficilement à une femme d’être au devant de la scène que Saran a obtenu un score faible. Même aux USA à leur dernière campagne présidentielle, quant il a fallut choisir en une femme blanche Hilary Clinton et un homme de couleur noire Barak Obama, l’électorat malgré leur racisme a préféré choisir le candidat masculin, même s’il était noir.

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2015 à 16:51, par sekou En réponse à : Saran Sérémé et les élections couplées : Qu’est-ce qui n’a pas marché ?

    Courage Saran , la lutte continue.

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2015 à 17:05, par DROIT DE REPONSE En réponse à : Saran Sérémé et les élections couplées : Qu’est-ce qui n’a pas marché ?

    Rassembler 10000 personnes ne garantit pas une base électorale. Blaise a fait remplir le stade du 04 Aout pour une publicité aux yeux du monde et prouver qu’il est aimé mais aujourd’hui, il est assis à Abidjan. Attention, il y’a des gens qui savent très bien blaguer les gens pour finir leurs maisons en construction ou payer motos pour leurs copines, donc il faut beaucoup tention .

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2015 à 17:06 En réponse à : Saran Sérémé et les élections couplées : Qu’est-ce qui n’a pas marché ?

    en plus de n’avoir pas pu voter, Saran n’a pas obtenu un seul député. vraiment il va falloir qu’elle s’asseye faire un bilan, une introspection sans complaisance de ce qui n’& pas marché afin de rectifier le tir à l’avenir. peut être doit elle aller voir son marabout pour l’aider à y voir clair, sait-t-on jamais !

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2015 à 17:30, par kalumbie En réponse à : Saran Sérémé et les élections couplées : Qu’est-ce qui n’a pas marché ?

    cette dame prend pour atout ce qui lui dessert grandement : sa féminité. A toutes les fois qu elle a l’occasion de s’exprimer si elle ne justifie pas ses prises de position par sont statut de femme, elle les clarifie par le fait qu’elle est maman ou femme au foyer. Erreur. ANGELA MERKHEL, MARGARETT TATCHER, MICELLE BACHELET, MARTINE AUBRY, CONDOLEEZA RICE, ELEN JOHNSON SIRLIFE, AMINATA TRAORE...telles sont des femmes qui s’imposent nuit et jour au monde entier du fait de leurs convictions nobles, de la perpiscacite de leurs idées et non de leur genre.

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2015 à 17:42, par adakanla En réponse à : Saran Sérémé et les élections couplées : Qu’est-ce qui n’a pas marché ?

    l’heure n’est pas aux attermoiements mais une serieuse introspection.Q est ce qi n’a pas marché ? à cette question je dirai qelle a vraiment dispersé les force.Elle aurait du se concentré sur un seul objectif.Mais q’a cela ne tienne,Saran demeure et restera une grande dame.Les actes qelle a posé ,surtout lors de l’insurrection sont forts admirable et porteur de fruits qe nous tous consommeons allegrement aujordhui.J’estime aussi qelle n’a pas dit son dernier mot.Ou qelle soit,elle pourra contribuer qualitativement à la Kaborevolution.Elle croit a un bel avenir de ce pays ,son ays

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2015 à 17:52, par Idgomyan En réponse à : Saran Sérémé et les élections couplées : Qu’est-ce qui n’a pas marché ?

    Donnez-moi le numéro cellulaire de Saran s’il vous plait ! Je veux lui donner des conseils car je l’admire beaucoup ! Voyez sa beauté ! Saran, si vous me lisez, passez-moi votre numéro SVP, nous allons échanger car il faut que je devienne membre de ton parti pour te soutenir car je me rends compte que les gens sont ingrats, ils vous ont bouffé pour rien !

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2015 à 17:53, par Assane En réponse à : Saran Sérémé et les élections couplées : Qu’est-ce qui n’a pas marché ?

    Saran n’a pas démérité. Elle comme d’autres candidats à la présidentielle auraient dû savoir qu’au delà du programme, les citoyens ont besoin de savoir avec quelques personnes compétentes ils allaient gouverner. Un bon candidat à toujours un shadows cabinet. Même l’entourage de Zéphirin était flou. S’il faut qu’on vous donne le pouvoir pour que vous courriez chercher vos ministrables ça pose problème et ça ne rassure pas. Les candidats qui aspire à la fonction présidentiel devraient d’abord s’assurer d’avoir des cadres pour occuper les postes stratégiques pour impulser la dynamique qu’ils prône. Sans faire vouloir les vexer, ni Me SANKARA, ni Tahirou, ni Ablassé, ni Ram, ni Salvador, ni Saran, ni TOUGOUMA, ni Natama, ni Françoise, ni Tintin, ni ZAMPALIGRE, ne pouvait aligner derrière eux une quarantaine de cadres de haut vols, techniquement compétents et expérimenté pour immédiatement occuper les postes stratégiques de l’administration. Ce n’est pas pour prôner l’élitisme mais c’est le minimum requis. D’où la nécessité de recentrer les partis politiques pour en faire de vraies forces.

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2015 à 17:56, par Neekré En réponse à : Saran Sérémé et les élections couplées : Qu’est-ce qui n’a pas marché ?

    Courage, brave dame. Il ne fault pas abandoner.

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2015 à 18:14, par Remalia En réponse à : Saran Sérémé et les élections couplées : Qu’est-ce qui n’a pas marché ?

    Même Ablassé est élu, l’analyse devient difficile. Attention a la providence !

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2015 à 18:20, par le chef En réponse à : Saran Sérémé et les élections couplées : Qu’est-ce qui n’a pas marché ?

    la vrai raison du débâcle, est que les femmes qui venaient au meeting de Saran, non pas leur voix en main, elle votent selon les consignes de leur maris. Alors que nous tous nous savons que les hommes étaient beaucoup plus derrière les cadors car ils espèrent quelques choses après.

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2015 à 18:21, par yako En réponse à : Saran Sérémé et les élections couplées : Qu’est-ce qui n’a pas marché ?

    Des simples retards n’expliquent pas une defaite electorale ni le genre.Pemettez-moi donc d’enumerer a mon avis les causes du fiasco electoral du PDC:1)Mm Saran n’a jamais eu d’existence propre en dehors du CDP et lorsqu’elle a choisi de s’affirmer comme sujet politique autonome ce n’etait point fonde ni sur un ideal ni sur un programme politique mais plutot pour des raisons d’investitures (Moi Saran recalee au Sourou !Que leCDP aille au diable)j’en deduis que pour un ou une femme poltique quand on est pas capable de controler ses propres emotions comment voulez-vous presider aux destinees d’un pays ? 2) L’erreur monumentale qu’a commise la presidente du PDC consiste au fait que notre heroine de la place de la revolution confond l’insurrection et l,adhesion populaire a un projet politique car,de l,anarchie naissent tjrs des heros ephemeres seuls les plus talentueux parviennent a s,eriger en homme d,etat.3)Le pays reel a vote et rarement il se trompe.En observant bien les resultats on peut dire aisement que les extremes des journees folles du 30 et 31 n,ont pas ete plebiscites dans les urnes,M°Sankara et compagnons (les chemises noires) en savent qlq chose.Saluons donc la sagesse des Burkinabe,de sa moderation naitra une classe dirigente responsable.Que Dieu benisse le BF.

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2015 à 20:04, par SOME En réponse à : Saran Sérémé et les élections couplées : Qu’est-ce qui n’a pas marché ?

    il est clair que Mme sereme a manqué de strategie et pire elle n’avait pas reellement de base politique. De plus son louvoiement ideologique, son ralliement au CDP, pire ses attaques et positions lors du coup manqué ont montré le fond d’une politique politicienne et non pas sincerement patriotique. Ce manque de base a facilité le fait que le MPP a miné son parti de peur qu’elle leur fasse de l’ombre : on voyait bien que son parti etait un MPP bis. Pourtant elle aurait pu evoluer mieux que cela : il lui appartient d’eclaircir son positionnement ideologique
    SOME

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2015 à 21:44 En réponse à : Saran Sérémé et les élections couplées : Qu’est-ce qui n’a pas marché ?

    Bravo a Elle . Courage car la politique a toujour un point fort qui est la surprise . Le pays a Besoin d Elle .

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2015 à 22:53, par WWW En réponse à : Saran Sérémé et les élections couplées : Qu’est-ce qui n’a pas marché ?

    Selon ls resultats provisoires si j’ai bien lu SSS a été 6ème avec 1,73 pour cent et ABLASSE OUEDRAOGO 5ème avec 1,93 pour cent. MERCI !!!

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2015 à 23:24, par chris En réponse à : Saran Sérémé et les élections couplées : Qu’est-ce qui n’a pas marché ?

    Elle a aussi mal choisit ces leaders locaux. Ils étaient ni percutants ni connus dans le bon sens. Député, elle pouvait contribuer avec son savoir parler à l’emicycle. Du courage et longue vie à elle pour rebelloter.!

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2015 à 23:25 En réponse à : Saran Sérémé et les élections couplées : Qu’est-ce qui n’a pas marché ?

    aaaaaaaahhhhh ça m fait mal.

    Répondre à ce message

  • Le 10 décembre 2015 à 01:04, par Gbè En réponse à : Saran Sérémé et les élections couplées : Qu’est-ce qui n’a pas marché ?

    COMMENTAIRE 29
    Vous avez très bien compris la psychologie des électeurs au Burkina. Même des intellectuels se laissent prendre à ce piège sans s’en rendre compte. On regarde le candidat le mieux vu ou connu et on s’affiche pour bien montrer qu’on est dans le camp de la majorité...et de l’autre côté, ceux qui soutiennent les petits candidats par conviction ont peur de s’afficher pour ne pas être étiquetés après la défaite probable. Mais je crois que la maturité viendra un jour...

    Répondre à ce message

  • Le 10 décembre 2015 à 02:06 En réponse à : Saran Sérémé et les élections couplées : Qu’est-ce qui n’a pas marché ?

    Saran est sûrement courageuse. Mais au Burkina ici, arrêtons parfois de nous bercer d’illusions et de nous laisser bercer de flatteries plus ou moins sincères, pour pouvoir avancer.
    Saran est certainement une belle femme mais ça ne suffit pas en politique.
    Elle est couverte de très belles toilettes, tenues et parures qu’elle nous a exhibées tant et si bien que sa campagne avait plus l’allure d’un défilé de modes que d’une campagne électorale sans compter toutes les belles postures photographiques ; ça ne suffit pas en politique. L’engagement politique de la femme et notamment de la femme burkinabè se doit d’aller au delà du défilé de modes et autres djandjobas et bains de foules.
    Elle avait sa suite lors de la campagne électorale faite de danseurs et danseuses de djandjoba, de consommateurs de riz et de boissons, de griots en tout genre, flattant son ego (amazone de ceci, grande dame de cela, battante...bref, tous les superlatifs que nous savons déployer pour berner les gens...) et elle avait l’air d’y croire mais encore une fois, ça ne suffit pas en politique.
    Sa base électorale résumée aux encablures de sa région natale et alentour ainsi qu’à Bobo dans une certaine mesure et très peu ailleurs dans le pays, ne suffit pas non plus en politique.
    S’y croire déjà au point de faire attendre les gens de minutes voire des heures est très irrespectueux et peux signifier qu’on prend les gens de haut en se croyant supérieure à eux. Ce n’est pas être politique que d’adopter ce genre d’attitude. Et même socialement ça ne passe pas.
    D’autre part, elle n’a pas été percutante et convaincante quant à son programme. Toutefois je pense que ce reproche est à faire à tous les candidats, même à celui qui a été élu.
    Le fait d’avoir été activiste à la mort de Sankara la faisant passer pour courageuse, battante...ne fait pas d’elle une femme politique. Je pense qu’être "Homme ou Femme politique" va bien au delà de l’activisme et de toute la bravoure qu’on a pu y démontrer.
    Son parcours politique montre d’elle une femme courageuse certes, une femme très ambitieuse qui ose pousser les portes pour assouvir ses ambitions. Son parcours dénote aussi beaucoup d’opportunisme, d’équilibrisme, d’amateurisme, d’ambivalence :
    - protester à la mort de Thom Sank au point d’être torturée, s’exiler, revenir rejoindre le système compaoré contre lequel elle a protesté, et ce, pour pouvoir se hisser sur la scène politique et se faire connaître à l’intérieur et à l’extérieur, claquer la porte après s’être fait un nom par le biais de ce même système pour ensuite se présenter aux gens comme une politique plus propre que ce système qui l’a nourrie et qui la fait connaître. Très risqué en politique (surtout pour une femme ici au faso) car même si les gens ne vous disent rien et vous couvrent d’éloges et de flatteries, ils ont leur opinion de vous en eux et vous le font savoir lors des RDV électoraux et ce fut le cas pour Saran !
    - D’autre part, initier et/ou être au devant de manifestations et autres mouvements de foules du genre "femmes aux spatules" et autres...ne fait pas de vous un fin politique. Là, vous faites preuve de courage, de convictions, vous défendez les intérêts de votre pays mais cela ne signifie pas que vous êtes un fin politique !
    - Etre désignée sur l’échiquier international femme de l’année ou encoure femme ceci ou cela est certes, une distinction gratifiante mais ça ne suffit pas en politique. La preuve en est que le peuple burkinabè vient de le signifier à Saran par les urnes.
    Je pense très humblement que Saran est courageuse et ambitieuse. Cependant, elle n’a pas encore compris les rouages de la politique même si elle se prend pour une femme politique de 1er rang. Elle est encore loin de là. Du moins, j’espère me tromper. Pour autant, elle n’est pas non plus la seule femme dans ce genre de fantasme surtout quand on sait que les femmes sont souvent sensibles aux flatteries. Je lui conseille d’analyser sa défaite cuisante aux élections pour repartir sur de bons pieds et lui souhaite du courage.

    Répondre à ce message

  • Le 10 décembre 2015 à 06:35, par Matou à Sikassossièra En réponse à : Saran Sérémé et les élections couplées : Qu’est-ce qui n’a pas marché ?

    Une élection est loin d’être un défilé de mode .je crois de loin Saran attire , de près elle repulse. L’Amazone est comme le soleil . De loin elle vous éclaire bien mais évitez de vous approcher car vous serez très déçus .le rêve est permis au Burkina. Voilà une femme qui a toujours été élu sous la bannière du CDP. A l’époque meme si elle ne faisait pas campagne elle passait. A mon avis elle a commis trop de gaffe.
    1- La sortie des spatules
    2- la tentative de prendre le pouvoir A la RTB
    3- Le manque de Modestie et D’humilité
    4- Le langage et les attaques directes
    5- Le manque de programme,de stratégie et de vision
    6- L’omniprésence
    7- Les promesses non tenues
    8- LA méconnaissance des burkinabé
    9- le passé ( Saran A fait L’ université Hamani Diori du Niger dans son cv elle A volontairement omis d’en parler , alors que c’est son passé )

    au vue de ces résultats il serait mieux qu’elle se rapproche d’un autre parti de son choix pour continuer la politique . Bonne chance A elle.

    Répondre à ce message

  • Le 10 décembre 2015 à 06:56, par Promotion En réponse à : Saran Sérémé et les élections couplées : Qu’est-ce qui n’a pas marché ?

    Expériences, Espérance, Espoirs fait appel à des meilleurs conseils en politique tu as échoué parce que tu es toujours seule C’est vrai regarde autour de toi Courage

    Répondre à ce message

  • Le 10 décembre 2015 à 07:21 En réponse à : Saran Sérémé et les élections couplées : Qu’est-ce qui n’a pas marché ?

    Bonjour,
    Je tiens à féliciter SARAN pour son courage et son combat. le Burkina Faso est un pays qui vient de loin et qui souhaite aller loin avec les fils et filles du pays, les aspirations du peuple actuel est de voir maintenant le concret, prouve ce que tu sais faire,fini les promesses électorales. Comment dans une campagne électoral tu as ton calendrier et fixer des RDV et ne pas respecter ?? Quelqu’un qui cherche un électorat doit d’abord respecter le peuple et chercher comment convaincre ce peuple par son programme.
    Je pense qu’elle n’a pas encore comprit que le Burkina est à une autre vitesse, et son résultat électoral est le résultat de ce qu’elle mérite. Son retard a fait attendre les gens et bien les gens aussi ont fait elle va attendre pour le prochain scrutin. C’est simple.
    Le MPP a approcher la bonne dame pour qu’elle fusionne son parti, et la condition que la bonne dame a poser était de devenir numéro 2 du MPP après ROCH. Toi tu mets SALIF ou ??? Toi tu mets SIMON ou ??? Je me demande si le MPP va encore vouloir s’approcher de toi. Voila toi maintenant, tu t’ai mesurer, tu sais maintenant ce que tu pèse vis à vis du peuple Burkinabè.
    Bonne chance pour la suite.

    Répondre à ce message

  • Le 10 décembre 2015 à 07:38, par SY En réponse à : Saran Sérémé et les élections couplées : Qu’est-ce qui n’a pas marché ?

    La pauvre Saran SEREME, au moins il faut Salif DIALLO et ses camarades penses à récompenser cette pauvre dame pourquoi avec un poste ministériel au moins pour la remonter.En plus c’est une leçon pour beaucoup d’autres personnes pour qu’elles sachent que dans la politique il coups et des coups car n’oublient que les coups de poings que vous donnez à l’autre vous seront retourner. Oui j’ai chassé Blaise COMPAORE au pouvoir. Oui je suis l’initiateur du départ de COMPAORE avec des spatules. Bien dit mais voilà le sort de ces spatules continuent à dicter sa loi. Mais personnellement moi, j’ai aimé ta politique et je t’apprécie énormément mais saches que tes bourreaux ne sont pas loin de toi Saran. Pourquoi ils ont volé tes documents de vote ? Se sont les jaloux et cela a découragé tes électeurs car j’ai suivi ton Directeur National des Campagnes 2015 qui disait que les rumeurs sont allés même dire aux électeurs que tu es disqualifiée à la course de ces élections. Voilà ma chère pourquoi tu es tombée comme une mange mure. Mais c’est pas grave Dieu est grand il faut te battre pour devenir maire de ta localité c’est la seule façon de sauver ton parti PDC.

    Répondre à ce message

  • Le 10 décembre 2015 à 07:39, par Kankele Tigui En réponse à : Saran Sérémé et les élections couplées : Qu’est-ce qui n’a pas marché ?

     >Les premiers perdants de cette contre performance de Saran SEREME sont incontestablement les 52% de femmes que compte le Burkina. Elles ont manqué l’une des plus belles occasions de porter leur voix aussi loin que possible ; pour qui connaît cette Dame.
     >Les deuxièmes perdants sont les " SAMOS " et particulièrement de la Boucle du Mouhoun, la voix de Saran SEREME porte plus loin que tous les députés "SAMOS" qu’ils ont voté, vous allez le comprendre durant les 5 années de législature à venir.

    Elle mérite un portefeuille dans le prochain gouvernement : "l’action sociale et la solidarité nationale" par exemple ; elle peut mettre son dynamisme au service de nos populations.

    Répondre à ce message

  • Le 10 décembre 2015 à 08:00, par Temtore-B En réponse à : Saran Sérémé et les élections couplées : Qu’est-ce qui n’a pas marché ?

    Personnellement, mon esprit ne peut pas traiter ce que est arrivé. Je croyais en sa capacité à diriger ce pays. Je ne suis pas surpris qu’elle a perdu ; parce que tous les 14 candidats seront pas les présidents ensamble, mais pourquoi elle n’a pas réussi à obtenir des sièges tandis que CDP avec leurs âmes noires obtenu 18 ? Je vous jure, je suis sur le point de pleurer pour la situation. Mais Chaque déception est une bénédiction ; elle ne devrait pas abandonner ou de se fâcher avec les gens. Utilisez-le comme une leçon pour les futures élections. Plus important encore, elle ne doit pas se cacher ou se isoler du politique. Elle a besoin de reconstruire l’équipe de partie de la ville capitale du plus petit village du Burkina Faso. Je suis désolé que le Burkinabé ne vous comprends pas correctement. Apprendre et prendre etaps un peu plus loin a la prochains elections.

    Répondre à ce message

  • Le 10 décembre 2015 à 08:06, par Insurgé n°1 d’octobre 2014 En réponse à : Saran Sérémé et les élections couplées : Qu’est-ce qui n’a pas marché ?

    La plus grosse erreur politique de Saran, c’est de n’avoir pas accepté à temps fusionné son parti avec le MPP. Or à l’époque, elle a réuni tous ses cadres pour analyser l’offre politique du MPP et la tendance générale était pour la fusion. Elle a ensuite monté les étudiants du parti qui ont contesté cette vison et on mis la pression pour que la fusion n’ait pas lieu. Le résultat de ce mic-mac, le voilà aujourd’hui !

    Répondre à ce message

  • Le 10 décembre 2015 à 08:37 En réponse à : Saran Sérémé et les élections couplées : Qu’est-ce qui n’a pas marché ?

    Juste une coquille à signaler vers la fin
    ... la présidente du PDG ne devrait plus se fier à la foule qui n’est que leurre en matière électorale. (Il s’agit du PDC).
    La politique n’est pas facile au Burkina Faso, et encore plus si il s’agit d’une femme. Dans un pays ou l’on ne vote pas en fonction des programmes mais parce qu’on a reçu quelques franc.

    Répondre à ce message

  • Le 10 décembre 2015 à 08:39, par Kindo Ousmane En réponse à : Saran Sérémé et les élections couplées : Qu’est-ce qui n’a pas marché ?

    En effet comme certains l’ont deja dit ici, les gens ne votent pas par rapport au programme, il y’a plusieurs facteurs qui rentrent en jeu. On connait bien la lutte qu’elle a menee pendant la revolution au Burkina Faso, c’est difficile a ce stade que les gens votent pour un programme d’un parti politique, j’ai bien lu le programme du mpp et autres parti comme upc, l’unir et autres, il y’a beaucoup de coincidence, tout se resume autour de l’eau, l’energie, l’agriculture, l’innovation dans le secteur de l’enseignement, la sante, la resorbation du taux de chaumage par la creation des emplois, etc... il n’ya pas un parti qui n’a pas cité ces elements dans son programme electorale. Saran Sereme s’est bien battu en tout, je la felicite et l’admire beaucoup comme une femme courageuse et tres battante. Le combat a mon avis n’est pas terminé elle a des idees, elle devrait se rallier soit avec le mpp ou avec zeph au presidentiel pour faire jouer un grand poids politique, autour d’elle reellement on ne connait personne, elle pouvait gagner la deputation avec le mpp ou zeph, je crois qu’il est temps pour elle de chercher a fusionner son parti avec un grand parti politique pour donner plus de vitalite politique, il n’est pas trop pour apprendre et se lever, les municipalites viendront, il n’est pas tard Saran, elle peut egalement etre ministre dans la mesure ou rock veut travailler avec tous les Burkinabes qui veulent donner leur savoir pour developper le pays. Bonne chance et je crois que Rock tiendra compte de toi dans son futur gouvernement.

    Répondre à ce message

  • Le 10 décembre 2015 à 08:45, par Kôrô Yamyélé En réponse à : Saran Sérémé et les élections couplées : Qu’est-ce qui n’a pas marché ?

    - VRAI BURKINABÈ (15), tes intentions sont louches ! Pourquoi tu voudrais qu’elle seule te le demande ? Apparemment tu as d’autres idées derrière la tête, mais je t’informe qu’elle est mariée et que son mari, Mr Séré est un géant aux poings solides et que ses coups de poings ont la même puissance qu’un marteau tenu par un colosse. A bon entendeur, salut à toi et un homme prévenu en vaut 2.

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

  • Le 10 décembre 2015 à 08:50, par Kôrô Yamyélé En réponse à : Saran Sérémé et les élections couplées : Qu’est-ce qui n’a pas marché ?

    - VRAI BURKINABÈ (15) tes intentions sont louches ! Pourquoi tu voudrais que ce soit elle en personne qui te sollicite ton adhésion à son partie ? Tu dois avoir une autre idée derrière la tête, mais je t’informe qu’elle est mariée et son mari Mr Séré à des poings d’acier. Il peut te défigurer complètement au point de t’amener à changer de CNIB car ta figure ne sera plus la même encore ! A bon entendeur, salut et un homme prévenu en vaut 2.

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

  • Le 10 décembre 2015 à 08:55, par Elmagnifico En réponse à : Saran Sérémé et les élections couplées : Qu’est-ce qui n’a pas marché ?

    A l’internaute 6 "Ouvrez l’œil", le Ziro (Sapouy) a voté un homme Nama Baoui qui se trouve être un battant pour sa région. S’il militait au MPP, à l’UPC ou tout autre parti les électeurs auraient convergé vers cet autre parti. N’en voulez donc pas à son parti Le Faso Autrement sans analyse conséquente !
    Revenons maintenant à l’article :
    "...Dans tous les cas, ce serait certainement impertinent de penser que Saran a échoué juste parce qu’elle est une femme et de tirer la conclusion selon laquelle la politique n’est pas l’affaire des femmes au Burkina Faso..."
    Bassératou KINDO, en partie oui ! Elle a échoué parce qu’elle est femme. Car elle a confondu le défilé (de mode), propre à la journée internationale de la femme, au combat des élections qui se veut un combat où il faut savoir toucher la sensibilité des votants. S’il y a une frange de la population burkinabè propre à critiquer l’accoutrement des autres c’est premièrement les femmes envers le plus souvent d’autres femmes et deuxièmement les hommes complexés envers d’autres hommes qui ont réussi ! Je ne dis pas d’aller en haillons devant le peuple pour quémander le vote mais s’il faut exhiber tout le fond de la valise, les gourmettes, les boucles d’oreilles dorées, les perruques comme un masque de plumes et embaumer les spectateurs d’un parfum Christian Dior, votre échec est vite consommée car trop de jaloux, de mesquins et de gâteurs de noms ont sillonné ces élections ! Quand on est trop regardant sur le Look on arrive au lieu de rassemblement en retard ! Et le cumul de retards crée le cumul des frustrations et donc un manque de considération ! A cela il faut ajouter le taux élevé d’abstentions sur les 5 517 015 inscrits pour 3 309 988 qui ont voté soit 2 207 027 de non votants correspondant à 40%. Et que dire des 191 293 bulletins nuls !
    En temps de vote c’est le peuple qui est ROI ! Et le roi ne saurait attendre jusqu’à perdre patience ! Bonne chance à Dame Saran Sereme/Sere pour les prochaines échéances ! Elle n’a pas fait piètre figure. Elle a juste dispersé ses forces sans cibler des régions porteuses et c’est bien dommage ! Mais c’est une battante qui peut mieux faire demain. Qu’elle fasse surtout attention à cette jungle politique et ne pas tirer sur n’importe quel gibier car l’hyène n’est ni une espèce protégée encore moins consommable !

    Répondre à ce message

  • Le 10 décembre 2015 à 09:29, par lassane En réponse à : Saran Sérémé et les élections couplées : Qu’est-ce qui n’a pas marché ?

    On ne peut pas confier la direction de sa campagne électorale à des escrocs et des illustres inconnus même dans la province du Sourou et penser avoir un bon score à des élections aussi ouvertes .Comment par exemple peut on prendre comme directeur national de campagne un ancien maire chassé par la population de sa commune ? Qui ne sait pas que l’ancien maire de TOENI Mr Djerma Sita a été chassé par la population de TOENI pour cause de mauvaise gestion et la mairie fermée jusqu’à l’insurrection .Il faut être Saran pour commettre de pareilles erreurs et les résultats de la commune de Toeni sont assez édifiants à cet égard .Elle aurait dû se mettre effectivement tête de liste au Sourou vu que celui qui dirigeait cette liste n’était ni bien connu ,ni bien côté au Sourou .

    Répondre à ce message

  • Le 10 décembre 2015 à 09:37, par L’oeil En réponse à : Saran Sérémé et les élections couplées : Qu’est-ce qui n’a pas marché ?

    je pense que l’analphabétisme y ai pour beaucoup vu que la difficulté d’identification des logotypes de certains partis politiques sur le bulletin des législative était avérée. Certaines de ses militantes disent n’avoir pas pu voter pour elle pour cette raison, effet, elles s’attendaient à retrouver sa photographie sur le bulletin des législatives comme pour les présidentielles. Hélas ! aux politiques et la CENI de s’investir pour remédier à ce manquement. Merci

    Répondre à ce message

  • Le 10 décembre 2015 à 09:43, par Doulson En réponse à : Saran Sérémé et les élections couplées : Qu’est-ce qui n’a pas marché ?

    Découragement n’est pas Burkinabè ! Il faut travailler à asseoir une base électorale, c"est à dire à avoir les "grands électeurs" dans ton camp ! Car la majorité des électeurs vote à partir des consignes et non selon les programmes de sociétés des candidats. Rassures-toi, le peuple t’aime et te le prouvera un jour. Courage ! Nous sommes avec toi

    Répondre à ce message

  • Le 10 décembre 2015 à 09:50, par Minnayi En réponse à : Saran Sérémé et les élections couplées : Qu’est-ce qui n’a pas marché ?

    Très belle analyse de la part de Bassératou KINDO. Vous avez tout mon respect. Ne perdons surtout pas espoir et j’ose croire qu’elle va se relancer avec plus de succès.

    Répondre à ce message

  • Le 10 décembre 2015 à 10:46, par La Doctrine En réponse à : Saran Sérémé et les élections couplées : Qu’est-ce qui n’a pas marché ?

    D’abord j’ai quelques observation pour la journaliste. Franchement je suis resté sur ma soif quant à votre analyse. Je trouve que vous avez manqué de courage pour creuser certains aspects ou que vous n’y avez rien vu. Mais de toutes les façons, je vous suggère quelques autres raisons. Ne pensez-vous pas que le statut de femme de Saran a pu joué négativement sur sa candidature à la présidentielle ? Ne fuyez pas le débat madame. Le peuple burkinabè à bien le comprendre n’est pas encore prêt à se faire diriger par une femme. Cela est connu depuis le choix de Miche KAFANDO en lieu et place de Joséphine OUEDRAOGO qui était pourtant arrivée en tête ; le message est clair. J’ai échangé avec certaines femmes qui m’ont clairement dit qu’elles en sont pas prêtes pour elle. Même les femmes. En plus vous savez très bien que Saran s’est dispersée beaucoup car elle savait pertinemment qu’elle n’allait pas gagné grand’chose à la présidentielle, elle aurait dû concentré ses énergie aux législatives. Comprendre ce que l’on vaut est une source du succès. En plus, vous n’avez peut-être pas voulu faire cas de sa sortie hasardeuse du 2 novembre 2014 avec cette affaire de se proclamer présidente. Même si elle s’est expliquée, cela n’a pas convaincu beaucoup de burkinabè et cela se voit dans les résultats de ces élections. En plus, Saran manque cruellement de ressources humaines qualifiées. Elle semble être seule à se battre sur tous les fronts. D’ailleurs son parti n’était pas suffisamment implanté sur le territoire burkinabè. Les retards et autres, je suis d’accord avec vous ne sont à négliger. Un bon leader ne vient pas tous les jours en retard à ses rendez-vous. Voyez-vous un Simon COMPAORE à ce qu’on dit attend toujours les gens et non le contraire ; c’est cela être leader. Regardez même Blaise COMPAORE même si on l’a chassé, il ne vient pas en retard à ses réunions. Il est à l’heure et c’est déjà un signe de respect aux invités. Bon, merci madame KINDO et du courage à Saran Sérémé. Rien n’est encore perdu ; elle peut faire des alliances ; elle peut peaufiner ses stratégies ; ça finira par marcher pour elle.

    Répondre à ce message

  • Le 10 décembre 2015 à 11:03, par Danton En réponse à : Si tu as planté piment, tu ne peux pas avoir l’argent de cacao.

    Le lundi 14 septembre, alors que je revenais de Koudougou, j’ai apercu dame Sere/Sereme en meeting de campagne à Ramongo, au bord de la route (soit dit en passant, la campagne n’étaitpas encore ouverte, mais bon, le MPP avait tenu meeting la veille à Koudougou).Une chose m’a intrigué et fait douter de la capacité de Saran à mobliliser l’electorat sur des bases saines : elle distribuait de l’argent. C’est pas bon en démocratie, surtout quand on veut inscrire notre histoire politique post-insurrectionnelle dans la morale. Un autre fait suffisamment éloquent pour être mentionné, c’est le manque de rigueur dont elle a fait montre dans la tenue de son meeting de Tougan : convoqué pour 15h, le meeting n’a pu commencer qu’à 19h, après que la bonne dame soit arrivée avec 4h de retard. Quand on prétend respecter le peuple qu’on veut représenter, on ne se comporte pas de la sorte. Je loue le courage de Saran, mais il faudrait qu’à l’avenir, elle se comporte avec beaucoup plus de sérieux. Vive le Burkina Faso ! Danton.

    Répondre à ce message

  • Le 10 décembre 2015 à 11:41, par kabore omar En réponse à : Saran Sérémé et les élections couplées : Qu’est-ce qui n’a pas marché ?

    Un parti politique ne se resume pas un individu. Saran s’est bernée elle meme en voyant la foule derrière elle lors de ses multiples sorties au moment de l’insurrection. Conséquence campagne bâclée et pas de travail à la base......qu’elle cesse de pleurer, tire les conséquences et se réoriente ....

    Répondre à ce message

  • Le 10 décembre 2015 à 13:30, par franck En réponse à : Saran Sérémé et les élections couplées : Qu’est-ce qui n’a pas marché ?

    SARAN SEREME a perdu simplement parce que la majorité de ses electeurs sont des femmes qui sont bien souvent analphabètes. hors si tu es analphabète c est dur pour toi de memoriser PDC ensuite pour trouver PDC sur le bulletin de vote n etais pas une messe a faire j en connais meme lettré qui ont fais 10mn dans l urne avant de trouver le logo de PDC. je crois que elle doit plus communiquer sur son logo que sur elle meme sur quand on a affaires à une population majoritairement analphabète

    Répondre à ce message

  • Le 10 décembre 2015 à 13:39, par Saran souffle le vent En réponse à : Saran Sérémé et les élections couplées : Qu’est-ce qui n’a pas marché ?

    Qui sème la tempête, récolte le vent. Cet adage s’applique bien à Saran Sérémé. Cette dame n’a réellement pas encore une base électorale solide mais elle donne l’impression illusoire qu’elle jouit d’une popularité. Par le passé, si elle a pu siéger à l’Assemblée nationale sous la bannière du CDP dans la province du Sourou, c’est grâce aux efforts politiques conjugués d’autres cadres du parti de la région comme Maurice Dieudonné Bonané,Robert Bibia Sangaré, Jiri Dakar que le parti avait pu ravir des sièges de députés pour lui permettre d’accéder au Parlement sur la liste CDP d’alors en 2012.En 2002,c’est sous l’impulsion de l’un de ces 3 mousquetaires, c’est à dire Robert Sangaré, alors tête de liste que le CDP a atteint une prouesse électorale au Sourou. Après avoir créé son parti le PDC, ne bénéficiant plus du poids électoral de ceux qui l’avaient propulsée, elle se retrouve dans sa portion congrue sans aucun siège de député ni au Sourou ,ni au plan national. Le trio qui avait contribué à son ascension parlementaire autrefois, se retrouve aujourd’hui comme des poids lourds constants du Sourou qui ont permis au MPP d’emporter l’un des 2 sièges parlementaires du Sourou.Saran ferait mieux de revoir son langage qui frise un manque de modestie et de considération pour les gens qui joue en sa défaveur. Un parti, ce n’est pas une action solitaire mais plutôt un travail de groupes qui repose sur des cadres aux compétences politiques avérées, ce qui fait défaut à Saran et à son parti.

    Répondre à ce message

  • Le 10 décembre 2015 à 14:14, par le citoyen En réponse à : Saran Sérémé et les élections couplées : Qu’est-ce qui n’a pas marché ?

    Je félicite la grande sœur pour son courage et j’estime que les observations pertinentes faites seront prises en compte par l’amazone pour les futures élections. Mais, son salut viendra par sa réconciliation totale avec ses parents de Tougan.

    Répondre à ce message

  • Le 10 décembre 2015 à 14:18, par Ladji En réponse à : Saran Sérémé et les élections couplées : Qu’est-ce qui n’a pas marché ?

    Ma soeur. Courage. Depuis que ceux qui ont fait tout le mal à ce pays ont été élus au premier tout, rien ne me surprend chez les Burkinabé.

    Répondre à ce message

  • Le 10 décembre 2015 à 14:26, par WWW En réponse à : Saran Sérémé et les élections couplées : Qu’est-ce qui n’a pas marché ?

    SELON LES RESULTATS PROVISOIRES L’AMAZONE A ETE 6ème AVEC 1,73 pour cent. MERCI !!!

    Répondre à ce message

  • Le 10 décembre 2015 à 14:43, par Alex En réponse à : Saran Sérémé et les élections couplées : Qu’est-ce qui n’a pas marché ?

    Internaute N°2 nommé Charles, ce que tu dis est mensonge et ne relève que de la superstition. Tu vois le pays mossi partout. D’ailleurs, tu ne connais pas bien la culture et la tradition moaga. Va voir les anciens ou ceux qui connaissent pour prendre des leçons d’enracinement culturelles au lieu de te laisser aliéner.

    Répondre à ce message

  • Le 10 décembre 2015 à 15:01, par ssss En réponse à : Saran Sérémé et les élections couplées : Qu’est-ce qui n’a pas marché ?

    personnellement je salue le courage de cette femme mais je pense que son échec aux législatives est du au fait qu’elle a choisi des compagnons qui ne pensent à leurs ventre plus que l’idéal qu’elle veut défendre en tant que femme battante militante convaincue. beaucoup du courage à elle et nous le souhaitons de prendre le temps nécessaire pour réorganiser son parti qui est prometteur.

    Répondre à ce message

  • Le 10 décembre 2015 à 15:04, par ssss En réponse à : Saran Sérémé et les élections couplées : Qu’est-ce qui n’a pas marché ?

    personnellement je salue le courage de cette femme mais je pense que son échec aux législatives est du au fait qu’elle a choisi des compagnons qui ne pensent à leurs ventre plus que l’idéal qu’elle veut défendre en tant que femme battante militante convaincue. beaucoup du courage à elle et nous le souhaitons de prendre le temps nécessaire pour réorganiser son parti qui est prometteur.

    Répondre à ce message

  • Le 10 décembre 2015 à 15:48, par Alex En réponse à : Saran Sérémé et les élections couplées : Qu’est-ce qui n’a pas marché ?

    Internaute N°2 nommé Charles, ce que tu dis est mensonge et ne relève que de la superstition. Tu vois le pays mossi partout. D’ailleurs, tu ne connais pas bien la culture et la tradition moaga. Va voir les anciens ou ceux qui connaissent pour prendre des leçons d’enracinement culturelles au lieu de te laisser aliéner.

    Répondre à ce message

  • Le 10 décembre 2015 à 15:57, par ZigriRooKooKa En réponse à : Saran Sérémé et les élections couplées : Qu’est-ce qui n’a pas marché ?

    Pour ma part Mme SARA SEREME, ainsi que d’autres ténor de l’opposition historique du Burkina n’ont pas su se défaire du mal qui les gangrène et qui a servi au régime compaore. Ils ont manqué de s’approprier la devise du balais citoyen "Unis nous sommes fort !". Il se sont laissé chacun à croire à sa bonne étoile et surtout à une hypothétique envergure politique. Les urnes avec les taux que nous avons eu ont données un coup de masse à chacun. Pour faire face au bloc RSS il eu fallu un bloc d’envergure : SARA, SANKARA, ABLASSE, ZEPH. ces quatre ténors de l’opposition de la 12 ème heure aurait pu faire trembler les monstres politique d’en face. Ne nous faisons pas d’illusion le bloc RSS n’est pas aussi soudé en face, ils ont seulement su conjuguer ce qui les unis et les rends plus fort au présent. Sinon Simon, Salif et Roch pris individuellement sont des candidats présidentiable à part entière. Il ne reste plus qu’à souhaiter aux uns et aux autres un bon retour au CFOP d’avant MPP ! Quel dommage !

    Répondre à ce message

  • Le 10 décembre 2015 à 18:34, par wotto En réponse à : Saran Sérémé et les élections couplées : Qu’est-ce qui n’a pas marché ?

    Je suis entièrement d’accord avec les internautes 18 et 19. Lors de l’émission de la RTB elle est effectivement venue avec 30 mn de retard et cela est un mépris pour le peuple. Cette femme ne t’approche que lorsqu’elle a besoin de toi.

    Répondre à ce message

  • Le 10 décembre 2015 à 18:40, par wotto En réponse à : Saran Sérémé et les élections couplées : Qu’est-ce qui n’a pas marché ?

    Chers Internautes,
    Je voudrais tout simplement rappeler que l’ingratitude se paye. Sara a bénéficié des largesses du régime Compaoré. Avec le quota genre elle a été positionnée sans avoir fait d’effort pour être député et c’est elle aujourd’hui qui INSULTE Blaise. Leçon : dans la vie il faut être un peu reconnaissant car c’est une des valeurs pour GOUVERNER

    Répondre à ce message

  • Le 10 décembre 2015 à 19:05, par SOME En réponse à : Saran Sérémé et les élections couplées : Qu’est-ce qui n’a pas marché ?

    L’intervenant N°58 a bien vu et exprime ce que je voulais dire Contrairement a ce qu’on le peuple burkinabe est pret et demande meme que la situation de la femme change. Malheureusement les femmes elles memes n’ont encore compris ni eu le courage de se prendre en charge dans un sens pour la femme en general. Thomas sankara avait dit qu’il appartenait aux femmes de lutter pour leur liberation. Malheureusement l’Union des Femmes Burkinabe, ca a ete nul surtout apres l’assassinat de sankara.
    Saran est restée en deca des enjeux, soit par pur calcul politicien,soit par incapacité ou simplement par reflexe de complexe d’inferiorite. Car il faut reconnaitre que le probleme se trouve au niveau des soi disant intellectuels et de la classe politique et non pas dans la population. C’est pourquoi Mme Josephine Ouedraogo a été purement et simplement ecartée alors qu’elle avait la confiance du peuple. Ajoutez a cela le fait qu’elle est restée une fidele des fideles de Thomas sankara... Alors vous comprendrez que les Zida, Kafando, et MPP, etc ne pouvaient tolerer de la voir a un tel poste. Voyez comment ils ont bloqué la transition et barricadé Sheryf pour qu’il ne puisse rien faire.
    L’echec de Mme Sereme provient surtout d’elle meme et au sein de son parti. Se lancer en politique dans le contexte actuel au Burkina demande beaucoup plus de profondeur dans l’analyse sociologique et politique. C’est a quelque chose le meme probleme de l’Unir PS
    SOME

    Répondre à ce message

  • Le 12 décembre 2015 à 12:14, par Pasteur En réponse à : Saran Sérémé et les élections couplées : Qu’est-ce qui n’a pas marché ?

    Brave femme SARAN SEREME vous êtes à féliciter par tout et pour tout. Je vous admire comme une femme battante. Ne baissez surtout pas les bras.
    Vous avez pouvez aux populations Burkinabè en général et particulièrement à vos sœurs(52%) que au BURKINA FASO il y a des braves femmes.
    Votre victoire allait vous permettre de changer véritablement beaucoup de choses p dans ce pays et pourquoi pas en AFRIQUE et tout le monde. Comme Thomas SANKARA, vous pouvez être la voie des sans voies.Bravo l’Amazone.Vous êtes une héroïne.
    Vous les femmes du Faso, ne dites plus que les hommes ne veulent pas vous mettre au devant des choses. Vous avez eu une belle occasion pour changer la donne, mais hélas. On sent que vous n’êtes pas vraiment solidaires entre vous ; si vous refusez de vous émanciper. Vous permettez aux hommes de vous prendre toujours comme un bétail électoral.
    « Moi même je suis un garçon, mais j’ai voté « l’Amazone » ».
    DU COURAGE MA SŒUR TON TEMPS VIENDRA CERTAINEMENT !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Arrondissement N°4 de Ouagadougou : « Il nous faut être plus civiques, avoir un esprit citoyen et républicain », invite le maire, Issa Anatole Bonkoungou
Commune de Saponé : « Je suis obligé de placer l’intérêt des populations au-dessus de toutes considérations », conçoit le nouveau bourgmestre, Abdoulaye Compaoré
Commune de Bouroum-Bouroum : Koko Momo, élu maire
Vie des communes du Nord : Zogoré a désormais son organe délibérant
Elections municipales : Le Conseil d’Etat a donné les résultats définitifs
Elections municipales complémentaires du 28 mai : Légitimité renforcée pour le MPP
Elections partielles à Zogoré : le MPP Yatenga tire les enseignements du scrutin
Elections municipales dans l’arrondissement 4 : Campagne de sensibilisation pour éviter les reprises
Élections municipales partielles à Karangasso-Vigué : Le MPP vainqueur avec 31 conseillers sur 55
Elections municipales partielles à Karangasso-Vigué : Le MPP et le CDP ont prôné la paix
Elections municipales partielles au Nord : Le MPP largement vainqueur à Zogoré
Elections municipales partielles : A l’arrondissement 4 de Ouaga, les électeurs sont fatigués
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés