Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les gens sollicitent vos critiques, mais ils ne désirent sеulеmеnt quе dеs lοuаngеs. » William Somerset Maugham

Elections à Bobo-Dioulasso : Un concert pour promouvoir le civisme

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Elections 2015 • • dimanche 22 novembre 2015 à 23h34min
Elections à Bobo-Dioulasso : Un concert pour promouvoir le civisme

Le mardi 24 novembre 2015, à la place Tiefo Amoro, l’association Sitala du Faso, en prélude aux élections du 29 novembre, organise un concert gratuit sur la promotion du civisme. L’initiative est de Mamadou Besmert Coulibaly, artiste musicien, par ailleurs président de ladite association.

Lefaso.net : Présentez-vous à nos lecteurs

Je suis Mamadou Coulibaly, artiste musicien, auteur compositeur. Je suis né le 20 mars 1976 à Kombougou, quartier Dioula de Bobo-Dioulasso. J’ai été bercé dans la musique traditionnelle dioula depuis l’âge de 12 ans. Après plusieurs tournées en Europe, et au regard du brassage culturel, j’évolue en genre tradi-moderne. Je suis également le président de l’association culturelle et sportive Sitala du Faso.

Vous organisez un concert pour la promotion du civisme le mardi 24 novembre à la place Tiefo Amoro, Pourquoi une telle initiative à Bobo-Dioulasso ?

Il faut dire que l’association Sitala (« nous sommes tous les mêmes » en dioula) a fait du rapprochement des peuples et des générations son cheval de bataille. Elle mène pour ce faire et ce depuis plusieurs années des activités culturelles et sportives au Burkina et à l’extérieur du pays. Le 21 octobre 2014, à l’occasion du 54ème anniversaire des Forces Armées Nationales, nous avions déjà organisé un concert de ce type, où l’objectif était de renforcer les liens entre les FAN et la population. Cette année, le contexte socio-politique est marqué par un processus électoral historique qui suscite de nombreux enjeux pour notre pays, et d’importants défis à relever. C’est pourquoi l’association Sitala du Faso souhaite accompagner ce processus à travers l’organisation d’un grand concert gratuit dénommé « Concert pour la promotion du civisme ».

Quel est l’objectif poursuivi à travers ce concert ?

Notre objectif est d’initier une dynamique d’émergence du civisme et du patriotisme à travers toutes les couches socio-professionnelles. Il s’agit aussi pour nous de proposer un cadre d’intervention durable pour des actions d’éveil et de sensibilisation à travers la pérennité de cette initiative.

Vous souhaitez certainement avoir des résultats à l’issue de ce concert. Ce sont lesquels ?

Les résultats attendus à l’issue de cette initiative sont au nombre de 5. Il s’agit
• Les politiques sont sensibilisés sur l’adoption de comportements responsables pendant le processus électoral, et sur la prise en compte des préoccupations réelles des populations.
• La population est sensibilisée sur le civisme, le patriotisme, le respect des institutions et des biens d’autrui.
• La population est sensibilisée sur les notions de base du processus électoral, du vote et de la démocratie
• La frange jeune, cultive la paix et la non-violence pendant toute la durée du processus électoral.
• Le pardon et la tolérance son les valeurs les plus partagées avant et après ce moment historique pour le Burkina Faso, pays des hommes intègres.
A travers ce concert, nous entendons établir un modèle d’intervention axé sur des actions culturelles. Pour nous, le concert permet de créer une interaction saine et participative avec la population. Il faut aussi noter que Sitala du Faso ne va pas seul dans ce projet. Elle compte s’appuyer sur toutes les autres associations locales séduites par cette démarche.

Parlez-nous justement de cette association- Sitala du Houet devenue Sitala du Faso ?

L’association Sitala du Houet, créée en 1998 à Bobo-Dioulasso, est devenue récemment Sitala du Faso en 2015. Elle réunit des artistes burkinabè et français. Au sein de l’association, nous avons une troupe musicale du même nom –Sitala -. De nombreuses tournées européennes ont été organisées par l’association Sitala Lillinba (association sœur en France créée en 2003). Nous avons, entre autres, à notre actif : 18 séjours d’accueil de burkinabè en France, 12 animateurs formés au métier de l’animation sur les deux pays, plusieurs centaines de français accueillis et accompagnés au Burkina, plus de 200 rencontres organisées en France, et près de 15 000 participants français au sein de la troupe. Au fil des années, Sitala a accumulé une expérience importante en termes d’accompagnement de rencontres interculturelles et de portage de projets dans le champ de la solidarité internationale.

Dans le cadre des activités de l’association Sitala, vous devez vous rendre en France pour signer un accord de coopération avec la région de Bretagne. Il s’agit de quel accord ?

C’est, en effet ; pour reconnaitre politiquement 15 ans d’échanges. Nous estimons que la mobilité des artistes reste un des ciments incontournables de la paix.Cet accord entre les autorités et la région Bretagne et l’association Sitala a pour but de renforcer les échanges. Sitala a généré de nombreux échanges autour d’objectifs éducatif et thérapeutique. L’ambition reste grande, et nous pensons que les échanges entre les sociétés française et burkinabè pourront répondre à des enjeux identifiés dans le domaine de la formation, du développement durable, etc.

Un message à l’endroit des acteurs en charge de la promotion de la culture ?

D’abord, j’appelle les populations de la ville de Bobo-Dioulasso et l’ensemble du pays à aller voter. C’est un acte citoyen. Quant aux acteurs en charge de la culture, je pense qu’ils font au mieux pour accompagner les artistes. Il nous revient, nous artistes, à sortir de l’amateurisme. Beaucoup de jeunes se cachent derrière l’art pour atteindre un seul objectif : celui de se réfugier en Europe sous prétexte d’union légale. Je pense que les artistes du Burkina doivent d’abord mettre au-devant la recherche du professionnalisme.

Propos recueillis par Bassératou KINDO
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Arrondissement N°4 de Ouagadougou : « Il nous faut être plus civiques, avoir un esprit citoyen et républicain », invite le maire, Issa Anatole Bonkoungou
Commune de Saponé : « Je suis obligé de placer l’intérêt des populations au-dessus de toutes considérations », conçoit le nouveau bourgmestre, Abdoulaye Compaoré
Commune de Bouroum-Bouroum : Koko Momo, élu maire
Vie des communes du Nord : Zogoré a désormais son organe délibérant
Elections municipales : Le Conseil d’Etat a donné les résultats définitifs
Elections municipales complémentaires du 28 mai : Légitimité renforcée pour le MPP
Elections partielles à Zogoré : le MPP Yatenga tire les enseignements du scrutin
Elections municipales dans l’arrondissement 4 : Campagne de sensibilisation pour éviter les reprises
Élections municipales partielles à Karangasso-Vigué : Le MPP vainqueur avec 31 conseillers sur 55
Elections municipales partielles à Karangasso-Vigué : Le MPP et le CDP ont prôné la paix
Elections municipales partielles au Nord : Le MPP largement vainqueur à Zogoré
Elections municipales partielles : A l’arrondissement 4 de Ouaga, les électeurs sont fatigués
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés