Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les obstacles sont les choses effrayantes que vous voyez quand vous détournez les yeux de votre objectif. » Henry Ford

Me Sankara est-il maudit ?

Accueil > Actualités > Opinions • • vendredi 15 avril 2005 à 07h31min

Assurément, cet homme-là a perdu le sens des réalités. Et comme si cela ne suffisait pas le voilà qui nous sort l’artillerie lourde du Sankarisme pur et dur : l’hypertrophie du Moi qui fait d’un simple petit citoyen, le sauveur attendu par le peuple ! Ça c’est du SANKARA tout fait !

Serait-il grisé par les à-côtés de sa mission à Johannesburg que Me B. Stanislas SANKARA ne s’y serait pas pris autrement pour invectiver des Burkinabè dont le tort est de ne pas partager ses opinions par rapport à la JNP.

Prenant prétexte de la célébration du 4e anniversaire de la Journée nationale du Pardon (JNP), il s’en est violemment pris à la IVe République et à de simples citoyens dans un langage particulièrement ordurier et une légèreté dont il est coutumier (dans sa profession comme dans sa vie politique), qui ne peuvent laisser indifférent. Pour qui connaît l’homme, le propos ne surprend guère ni dans la forme, ni dans le fond ; c’est lui-même tout craché.

Notre intention n’est pas de lui dénier le droit d’avoir ses opinions et de les exprimer dans les tons qu’il estime les meilleurs pour se faire entendre, voir ou comprendre ; ni de le raisonner (à son âge on ne change plus) encore moins de lui faire une leçon de morale (il n’y a pas plus hypocrite que le voleur qui crie au voleur) mais de lui faire comprendre qu’on ne peut pas se regarder dans la glace, se décrire à haute voix et exiger de ceux qui vous écoutent de voir dans l’horrible tableau une autre personne que vous-même.

De même, on ne peut pas invoquer la liberté d’expression pour accepter sans réagir des insanités sur l’honneur et la dignité d’hommes et de femmes dont le seul tort est de ne pas avoir les mêmes points de vue que lui. Pour ma part, après avoir lu et relu son laïus, plisser et replisser les paupières pour discerner son sens profond, c’est son image qui reste figée devant moi se précisant d’ailleurs davantage à mesure que se font jour les sous-entendus sordides qu’il a laissés traîner ici et là comme pour signer davantage son propos.

Il y a d’abord cette propension à l’injure facile et à l’anathème, ce recours systématique aux clichés et cette manie de tout ramener au « petit tas de viande » qu’il est et qui se donne des missions messianiques comme ces petits drogués qui se croient au nirvana après avoir un peu trop forcé sur la dose.

Plus que jamais nous revient à l’esprit cette exclamation que son ami, qui le connaît si bien, Me Hermann YAMEOGO, lui lançait « ... pour prétendre être un bon avocat il faut un minimum d’éducation... ». A la vérité, Me YAMEOGO ne croyait pas si bien dire car à l’épreuve des faits cette pique s’est révélée d’une exactitude chirurgicale, tant il est vrai que ce qu’on est obligé de reprocher à Stanislas SANKARA relève beaucoup de cela que d’autre chose.

Sinon comment comprendre qu’il puisse écrire de sang froid, à propos de la JNP que « ...tous ceux qui applaudissent aujourd’hui cette trouvaille machiavélique de Blaise COMPAORE n’aiment ni la vérité, ni la justice. Par conséquent ils n’ont ni toléré ni pardonné, ils ont simplement trouvé la belle occasion pour s’enrichir ou se faire coopter... ». Je vous vois d’ici sursauter et vous demander si c’est bien ce qu’il a écrit. Pas une virgule de plus ou de moins, vous pouvez en être sûrs et d’ailleurs le vérifier dans les quotidiens du lundi dernier.

Ainsi donc selon lui, tous les ayants droit des personnes ayant perdu la vie du fait des violences en politique et toutes les victimes de ces faits qui ont accepté le pardon demandé à l’occasion de la JNP n’ont été guidées que par l’argent ou des avantages matériels quelconques. N’est-ce pas particulièrement injurieux ? Et la gravité de l’injure ne donne t-elle pas droit à s’interroger sur l’éducation de celui qui la profère ?

Que le politicien de l’opposition dise que ces personnes ont été à son sens induites en erreur par le pouvoir peut se comprendre, mais qu’il les accuse d’avoir « vendu » leurs morts et leurs douleurs est pour le moins inadmissible et relève beaucoup plus d’un manque d’éducation que d’intelligence ou de la capacité à accepter la différence. Autant le pouvoir a eu l’intelligence de n’avoir cherché à obliger personne à adhérer à la JNP, autant les opposants de celle-ci, surtout des années après, ne devraient pas se permettre de fustiger ceux qui y ont adhéré au point de les injurier aussi bassement.

En vérité, les victimes et leurs ayants droit devraient être tenus à l’écart du débat entre politiciens sur l’opportunité ou non de cette JNP ; ou sur sa justesse ou non, etc. Ils ont déjà trop souffert du fait de la politique pour qu’on en rajoute.

Et cela, on n’a pas besoin de n’être pas forcement un Sankariste pour le comprendre et l’accepter. Entre un Blaise COMPAORE qui a admis le refus de certains hommes politiques et de certaines victimes et ayants droit de victimes, adhérer à la JNP et les a exhortés à ne toutefois pas fermer la porte au pardon et ceux qui insultent bassement ceux qui y ont adhéré on voit qui a le souci du peuple. Parlant justement de ceux qui « ont trouvé la belle occasion pour s’enrichir », au Faso ici, on sait qui s’est le plus enrichi de la mort et des souffrances d’autres Burkinabè ! Me SANKARA combien de millions avez-vous « mangé » dans la mort de David OUEDRAOGO ? Et l’affaire des travailleurs licenciés de l’ex-RAN ; combien en avez vous tiré ?

Et encore cette autre affaire de licenciement de travailleurs avec l’ex-RNTC-X9 ? Pas moins de 35 millions de F CFA. Soit dit en passant et relativement à cette dernière affaire dans laquelle notre cher avocat est condamné pour n’avoir pas près d’une décennie après les faits payé les droits de certains travailleurs à lui remis, n’est-on pas en droit de s’interroger sur la probité de certains magistrats quand on sait qu’en première instance les plaignants ont été condamné pour avoir réclamé leur dû ?

C’est vrai que lorsque la justice est capable de condamner d’innocents citoyens sans défense et sans moyens, qui réclament les droits résultant d’années et d’années de travail à leur avocat qui les a encaissés, « elle ne peut plus sécuriser et mettre en confiance les citoyens et autres investisseurs... » comme l’écrit Me SANKARA. Mais les coupables ne sont ni la IVe République, ni l’appareil judiciaire dans son ensemble comme il l’affirme noyé qu’il est dans ses clichés ; mais bien quelques individus.

La preuve, Me SANKARA lui-même a fini par être rattrapé par la justice et va rendre gorge. Ce faisant, à moins d’une mauvaise foi innommable il est bien placé pour savoir qu’il y a encore des juges sur lesquels il n’a aucune influence et sur lesquels ses injures n’ont aucun effet. Est-ce cela qui le pousse à insulter aussi gratuitement tous les acteurs du système judiciaire qu’il ne craint pourtant pas de devoir rejoindre en « approfondissant la réflexion sur (son) éventuel retour au barreau... ». Le futur avocat Halidou OUEDRAOGO, président du « Pays réel » devrait se le tenir pour dit : l’intrépide Me SANKARA sera prochainement de retour !

Par ailleurs, que penser d’un candidat à l’élection présidentielle qui mène de telles réflexions au lieu de réfléchir sur comment se battre pour gagner les élections et conduire le peuple qu’il prétend vouloir sauver ! N’est-ce pas un aveu d’échec avant même d’avoir livré le combat, ce qui indique bien la nature réelle de l’individu : un minable petit acteur de série noire qui s’amuse à se faire peur. A tout le moins il donne l’impression de n’avoir aucun sens de la mesure et de la logique puisqu’il semble ne pas savoir de quel poste entre Président du Faso, député ou avocat il pourrait le plus « protéger et défendre » le peuple comme il le prétend.

Assurément, cet homme-là a perdu le sens des réalités. Et comme si cela ne suffisait pas le voilà qui nous sort l’artillerie lourde du Sankarisme pur et dur : l’hypertrophie du Moi qui fait d’un simple petit citoyen, le sauveur attendu par le peuple ! Ça c’est du SANKARA tout fait !

Cheick AHMED
L’Opinion

Vos commentaires

  • Le 15 avril 2005 à 22:37, par Patience En réponse à : > Me Sankara est-il maudit ?

    Vous etes la pire des maledictions qui puissent arriver au Burkina Faso. Vous etes plus que maudit. Vous etes ce que Me Sankara n’est pas : vous donnez dans les clichés et les a-priori, et vous ne manquez pas de donner de lecons. Et Me Yameogo est votre model de sagesse et de probité morale jusqu’à ce que vous le preniez pour reference. c’est à mourir de honte !!! Vous avez le droit de ne pas penser comme Me Sankara, mais sachez qu’il n’est pas payé comme vous pour dire des choses et souvent avec beaucoup de remords. Bien sûr que des personnes de votre espece ne peuvent pas voir l’innopportunité des JNP parce que c’est votre fond de commerce, malheureux canibales. Comme votre maitre, sachez que toute chose à une fin et le peuple vous demandera des comptes un jour. Le jour ou un de vos proches parents sera victime de la machine assassine de la 4e rep, vous sortirer de votre coquille. La sagesse enseigne que c’est la victime qui pardonne. Mais au Burkina, le bourreau se pardonne en achetant la conscience des aignants droit des victimes, et de quelle maniere : la pression de la rue. C’est parce que les victimes ont refusé de se vendre qu’ils ont payé le prix fort. Vous rendez vous compte, au Faso, ceux qui pardonnent reellement n’acceptent jamais les compensations financieres parce qu’une vie ne se vend pas. Tout le monde à lu le propos de Me Sankara. Personne ne compte sur vous pour le comprendre dans ses details. gardez votre verbe pour vous-memes

    Répondre à ce message

    • Le 18 avril 2005 à 14:07 En réponse à : > Me Sankara est-il maudit ?

      Rien a ajouter a la reaction de Patience,tellement elle est objective.On pourrait ailleurs se poser la question de savoir pourquoi de tels propos aussi disproportionnes qu’injurieux a l’egard de ce qui est l’opinion d’un leader politique.M. Cheick,s.v.p,un peu d’egard pour vous-meme.Je me demande ce que vous auriez ecrit si vous-meme aviez ete une victime.Merci

      Répondre à ce message

      • Le 19 avril 2005 à 12:44, par Lex En réponse à : > Me Sankara est-il maudit ?

        Je n’ai pas autre chose à ajouter que les deux précédentes réactions à cette pisse du sieur Cheick. Seulement, je suis peiné de savoir que cette espèce d’indivudus existe encore sur le sol libre du Burkina. A l’analyse, je comprends mieux que le développement soit encore loin de nos cieux. Tant que cette mentalité aliénée, cette espèce de personnage au ventre très bas existerait,on sera loin du compte. Ca me donne envie de vomir à voir des gens comme ce monsieur Cheick Ahmed torturer ainsi la vérité pour récolter de pauvres dividendes et se retrouver le soir dans un maquis pour entretenir, un ventre devenu trop volumineux et craignant la moindre bulle d’air. Saches que tu es une honte pour tes parents, pour la nation ; une erreur de création. Dieu saura te recompenser à la juste hauteur de tes méfaits.
        Comme dirait l’autre, le sorcier oublie toujours mais les parents de la victime n’oublient jamais ! Bouffe les fruits de ton impunité, le temps venu, on te le fera vomir ! Laisse Me SANKARA tranquille, tu n’es même pas digne de prononcer son nom, pauvre type ! La question posée en titre de ton article t’est adressée en fait. Mais on connaît la réponse, c’est oui.

        Répondre à ce message

        • Le 20 avril 2005 à 12:56, par Sagla En réponse à : > Me Sankara est-il maudit ?

          Tous les trois, autant que vous êtes, vous ne méritez que mépris et malédiction, vous qui vous complaisez dans l’intolérance et la haine.

          Répondre à ce message

          • Le 20 avril 2005 à 14:01, par Lex En réponse à : > Me Sankara est-il maudit ?

            C’est quel nain intellectuel qui vient de vomir sur le net et qui n’a pas eu le courage de signer son dépôt. Avant de maudire les autres, tu feras mieux de te regarder dans un miroir. Tu ne vaux même pas le néant. Que pèsent alors ta méprise et la malédiction ? Espèce de parasite

            Répondre à ce message

  • Le 20 avril 2005 à 07:45, par KISWENDSIDA En réponse à : Je suis TRISTE

    Comme je suis triste, meme tres triste de la ou je suis aujourd’hui hors de mon pays mon cher pays bien aime de lire dans la presse que des personnes qui senses eduquer ou aider a eduquer la population burkinabe par leurs ecrits se mettent a injurier, voir de facon impolie traiter les autres de ce qu’ils sont. je suis triste car mr cheick ahmed, je ne peux meme pas ecrire votre nom avec des majuscules car vous ne le meriter, vous etes la honte de Blaise Compaore car jamais il ne vous donnera meme pas une dime pour votre manque de grandeur d’esprit et de savoir vivre ; car seuls les truants et les delinquants agissent comme vous sans respect pour leurs victimes quand ils sont en action ; vous etes sans respect pour les lecteurs que nous sommes et pour votre manque de savoir vivre vivre dans d’autre pays plus democratiques vous seriez tout simplement radie du corps de la presse pour votre manque de savoir a la deonthologie du journaliste dont la premiere qualite est l’education.
    Comment ne pouvez vous pas accepter les realites de me Sankara ne serait ce que pour le courage qu’il a eu de dire la verite sur ce projet de JNP que je sais a ete inspiree par les memes assoiffes du regime de Blaise compaore qui chaque jour reflessissent sur de nouvelles trouvailles qui pourraient d’abord leur donner a mamger aupres du boss et penser ensuite voiler la realite aux pauvres dignes fils du Burkina Faso.
    Nombreux nous sommes a prier pour que le bon sens anime Blaise Compaore afin qu’il comprenne qu’il est vraiment temps de mettre fin aux exactions de ceux qui pensent que faire du mal a qui donne son opinion sur le pouvoir en place est un signe de soutien et d’amour sur sam personne.
    Non mr le president, j’ai du quitter le Burkina Faso mon pays bien aime pour des menaces de mort que j’ai recu par des personnes pretextant avoir fait des gens plus important que moi et que je suis trop petit pour jouer avec le boss que vous etes.
    Aujourd’hui je suis un inconnu ou je me trouve mais Dieu seul sais ma devotion pour l’epanouissement de la jeunesse de mon pays par la culture ; alors qu’ai je donc fait de mal pour meriter ces menaces de mort.
    La sagesse voudrait que vous pensez un peu a votre famille, vos proches pour leur sort apres vous et le bien etre du pays entier le jour ou l’histoire decidera de changer son court.
    Cesser la place n’est pas signe de faiblesse mais plutot un acte de bravour.
    Pour finir, je dirai que je suis certe trop petit pour penser pouvoir gener le boss mais qui vivra verra, les jours finissent par arriver et ce ne sera pas Me Sankara et surtout pas vous cher journaliste de l’opinion qui en serez la cause mais le tout puissant Dieu qui voit la souffrance du peuple burkinabe.
    Dieu benisse le Burkina Faso et son peuple.

    G.K.K

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso.net TV
 Articles de la même rubrique
Terrorisme : Les populations civiles sont les premières victimes, se désole Boubacar Samba
Burkina Faso : C’est le moment de réussir à construire la cohésion sociale ou périr, estime Elhadji Boubacar
Terrorisme : Un avenir difficile pour le JNIM et l’EIGS
Insécurité : La procédure de flagrant délit est-elle applicable aux actes de grand banditisme ? interroge le magistrat Zakaria Bandaogo
Burkina Faso : Bâtir un nouveau leadership, préconise le journaliste et consultant André Marie Pouya
Burkina : « Pour une réconciliation nationale vraie et sincère, aucun type de justice ne devrait être une fin en soi ! », foi de l’ATR/DI
Renaissance africaine : Un citoyen plaide pour « une Afrique de demain nourrie à la pensée de Cheikh Anta DIOP »
Sommet de N’Djamena : Fin de partie pour les terroristes, exulte Ibrahim Keïta
Limitation des partis politiques : Formons plutôt des « citoyens techniquement compétents et politiquement conscients », avise Ousmane So
Enseignement supérieur : Quelques pistes pour des institutions réellement au service du développement du capital humain
Djihadisme au Sahel : Propagation ou repli ?
Rencontre des pays du G5 Sahel et de la France : La communauté peule du Sahel lance un appel
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés