Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les idées ont une durée de vie courte. Vous devez agir avant qu’elles n’expirent.» John C. Maxwell

Gneblessier Simplice Poda, président de la commission sur le putsch : « (…) Nous sommes restés sur notre faim… »

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Putsch du Conseil National pour la Démocratie • • jeudi 12 novembre 2015 à 08h39min
Gneblessier Simplice Poda, président de la commission sur le putsch : « (…) Nous sommes restés sur notre faim… »

La commission d’enquête mise en place au lendemain du coup d’Etat du 17 septembre a fini son Job. Dans la soirée du 11 novembre 2015 à Ouagadougou, le président de ladite commission, accompagné de ses collaborateurs, est allé remettre le rapport au Premier ministre.

Le 12 octobre 2015, le premier ministre Yacouba Isaac Zida installait la commission d’enquête sur le putsch perpétré par le Gal. Gilbert Diendéré et certains membres de l’ex RSP. Presqu’un mois après, la commission est venue remettre les résultats de ses travaux au chef du gouvernement.

Selon le président, Gneblessier Simplice Poda, qui n’a pas voulu dévoiler le contenu du rapport à la presse, les investigations ont permis « d’identifier des personnes qui sont commanditaires, complices, ou exécutants ». Mais, ajoute-t-il, « Je ne peux donner le nombre pour le moment ».

Ce sont au total 211 victimes, notamment des blessés, des gens qui ont vu leurs biens saccagés, que la commission a dénombréés. Par ailleurs, la commission, présidée par le magistrat et avocat à la cour de cassation, a mené des investigations sur l’ensemble du territoire national « et auditionné des personnes » et « toute la hiérarchie militaire ».

La méthodologie de travail de la commission a consisté à des appels à témoignage. « Avec le numéro vert et l’appel à témoin, beaucoup de victimes se sont présentées et sont au nombre de 211 ».

Les appels à témoins ont concerné surtout les blessés. Et à ce niveau, a ajouté le président, « des gens avaient peur en appelant, pour leur propre sécurité. Sur ce côté, nous sommes restés sur notre faim ». En plus, avec le temps imparti, la commission dit n’avoir pas eu le temps « d’auditionner tout le monde. Surtout qu’il y a des gens qui ont dû prendre la fuite ».

Pas d’interférence avec la Justice

En attendant d’en savoir davantage sur le contenu du rapport, le président de la commission a indiqué que les personnes déjà détenues dans le cadre de l’affaire du coup d’Etat ont été aussi entendues. « Nous les avons fait extraire pour les entendre ».

Et justement, alors que la procédure judiciaire s’est déjà mise en branle sur l’affaire, Gneblessier Simplice Poda a précisé que la commission d’enquête qui est une commission administrative « ne doit pas interférer dans la procédure judiciaire » parce que ce sont « deux choses différentes ».

Quant à l’implication de certains pays étrangers dans le putsch, comme sur le contenu du rapport, le président n’a pipé aucun mot. « Je m’abstiens de dire quoi que ce soit sur ce sujet et vous me comprenez ».

Tiga Cheick Sawadogo (tigacheick@hotmail.fr)
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 12 novembre 2015 à 08:55, par Kôrô Yamyélé En réponse à : Gneblessier Simplice Poda, président de la commission sur le putsch : « (…) Nous sommes restés sur notre faim… »

    - Voilà ! Tout est du flou ! Rien de précis, pas de nom, absolument rien ! Un travail inutile dirai-je ! Voilà pourquoi moi je combat ce réflexe fataliste qui veut que chaque fois on mette en place une commission alors que la justice est là pour ce travail. Les commissions affaiblissent la justice dans son boulot !

    - Madame la ministre de la Justice, j’ai toujours dit et répété que ce n’est certainement pas avec piou...piou...piou d’oiseau granivore qu’on va régler les problème de la justice dans ce pays.

    Et à quel titre on donne ce rapport à ZIDA ? Est-il ministre de la Défense ou ministre de la justice ? Tout premier ministre qu’il soit il fut un acteur central qui est une des causes majeures de coup d’état parce que c’est lui et ses accolytes que DIENDERE et sa clique ne voulaient pas sentir dans la Transition !!!! Si jugement il y a un jour sur cette affaire, ZIDA lui-même sera à la barre, même si pour un témoignange. ZIDA n’est pas un magistrat ! Pourquoi lui donner le rapport ? Et pourquoi le faire en l’absence du Chef de l’Etat en mission ? Ce ZIDA outrepasse son rôle ! Ne sait-il pas qu’il est PM par négociation ?

    J’aurai préféré que le rapport soit remit au président du CNT ! Celà aurait eu plus de valeur.

    Au Burkina, on vogue toujours à contrecourrant et on veut amener le peuple à prendre des vessies pour des lanternes. Alors l’insurrection n’est pas finie et je donne raison au Pr. Laurent BADO qui a prédit l’ouverture des portes de l’enfer pour bientôt pour le Burkina Faso. Pas que je sois un oiseau de mauvaise augure, mais les faits sont entrain de donner raison au Pr. Laurent BADO !

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2015 à 08:56, par Pagomziri En réponse à : Gneblessier Simplice Poda, président de la commission sur le putsch : « (…) Nous sommes restés sur notre faim… »

    On veut tout savoir sur ce fameux coup d’Etat, publiez le rapport de la commission pour que le peuple puisse savoir qui a fait quoi. C’est très important pour mettre fin aux spéculations.

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2015 à 09:09, par le méssagé En réponse à : Gneblessier Simplice Poda, président de la commission sur le putsch : « (…) Nous sommes restés sur notre faim… »

    Votre commission n’avait même pas sa raison d’être puisque la justice s’était déjà saisie de l’affaire. Dites nous, quel est le coût de vos investigations de moindre importance ?
    Ne dilapidez pas l’argent du contribuable !

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2015 à 09:13, par Mamon Yélé En réponse à : Gneblessier Simplice Poda, président de la commission sur le putsch : « (…) Nous sommes restés sur notre faim… »

    Je veux et je ne veux pas commenter un coup d’épée dans l’eau ; une autre dispersion de nos maigres ressources. In fine cette commission n’aurait pas due exister. Elle est une illégalité formelle et fondamentale. Vous avez bien fait d’arrêter, car vous gêniez, en tant qu’enquêteurs partisans l’instruction du dossier. la Justice doit regarder la bêtise de Guinguéré depuis ses racines alors que vous cherchiez juste à savoir qui a essayé de chasser Zida du Pouvoir pour en informer Zida afin qu’il ne fasse rien puisque nous sommes resté en état de droit et qu’il (Zida) n’a plus le droit de se rendre justice lui même. ça devait être du ressort d’une cours martiale pour très haute trahison et suivi rapidement de la mise en exécution immédiate de la sentence (mise en place d’un peloton et exécution).

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2015 à 09:45, par bush En réponse à : Gneblessier Simplice Poda, président de la commission sur le putsch : « (…) Nous sommes restés sur notre faim… »

    Yaakooooo Burkina Faso. Commission , États généraux, audit, gala ...........DU yin-nin portekoi.vraiment y a koi à faire avec une commission d’enquête dans 1 coup d ’état ayant engendré des morts SI LA JUSTICE DOIT FAIRE SON JOB

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2015 à 09:54, par éteincelle En réponse à : Gneblessier Simplice Poda, président de la commission sur le putsch : « (…) Nous sommes restés sur notre faim… »

    A oui ! mes frères burkinabè,toujours polémistes et entrain de chercher la petite bête.
    A quoi servirait une publication de l’enquête diligentée par le gouvernement alors que l’instruction est en cours ? je ne suis pas juriste mais c’est juste une question de bons sens à mon avis. Il est revenu et c’est compréhensible que le magistrat en charge du dossier tout en n’étant pas lié par cette enquête pourrait en exploiter les résultats. Si l’instruction est marquée par le sceau de la discrétion,il est de bon aloi que cette enquête ne soit pas publiée. ce que les burkinabè dans leur grande majorité demande ce n’est pas du spectacle,mais la justice au bout du processus.Quand à ceux qui parlent de gaspillage de ressources,je leur rappelle que des innoncents ont perdu la vie et rien ne vaut une vie surtout pas des resources financières. Des généraux ont utilsé l’argent du contribuable pour tuer et mutiler à vie des burkinabè et vous ne trouvez rien à dire que de parler de gaspillage de ressources aux fins de découvrir les tenants et aboutissants d’agissements dignes de personnes amorales . Arrêtons de nous quereller sur des évidences car demain,des chantiers nous attendent et ce,de quelque bord que l’on soit.

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2015 à 10:01, par éteincelle En réponse à : Gneblessier Simplice Poda, président de la commission sur le putsch : « (…) Nous sommes restés sur notre faim… »

    A oui ! mes frères burkinabè,toujours polémistes et entrain de chercher la petite bête.
    A quoi servirait une publication de l’enquête diligentée par le gouvernement alors que l’instruction est en cours ? je ne suis pas juriste mais c’est juste une question de bons sens à mon avis. Il est revenu et c’est compréhensible que le magistrat en charge du dossier tout en n’étant pas lié par cette enquête pourrait en exploiter les résultats. Si l’instruction est marquée par le sceau de la discrétion,il est de bon aloi que cette enquête ne soit pas publiée. ce que les burkinabè dans leur grande majorité demande ce n’est pas du spectacle,mais la justice au bout du processus.Quand à ceux qui parlent de gaspillage de ressources,je leur rappelle que des innoncents ont perdu la vie et rien ne vaut une vie surtout pas des resources financières. Des généraux ont utilsé l’argent du contribuable pour tuer et mutiler à vie des burkinabè et vous ne trouvez rien à dire que de parler de gaspillage de ressources aux fins de découvrir les tenants et aboutissants d’agissements dignes de personnes amorales . Arrêtons de nous quereller sur des évidences car demain,des chantiers nous attendent et ce,de quelque bord que l’on soit.

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2015 à 10:21 En réponse à : Gneblessier Simplice Poda, président de la commission sur le putsch : « (…) Nous sommes restés sur notre faim… »

    Si des portes de l’enfer doivent s’ouvrir, elles s’ouvriront peut être sur koro yamyélé et Laurent bado mais pas sur notre cher pays !!!
    Merci d’aller soutenir ces pensées sataniques ailleurs !

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2015 à 10:59, par jan jan En réponse à : Gneblessier Simplice Poda, président de la commission sur le putsch : « (…) Nous sommes restés sur notre faim… »

    Kôro Yamyélé a fait une belle analyse de la situation, ceux qui ne veulent pas voir la réalité des choses n’ont qu’à continuer à se flatter, les portes de l’enfer vont s’ouvrir malgré tous. Ce Zida lui-même doit faire l’objet d’enquête pour les morts du 30 et 31 octobre, et c’est à lui que l’on remet le rapport, à quel titre ?? Cet homme ne devrait même plus faire partis du gouvernement transitionnaire, il traîne trop de casseroles derrière lui, un vrai opportuniste. S’il pense échapper à la justice du Peuple, il rêve.

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2015 à 11:06, par TOGSDASIDA En réponse à : Gneblessier Simplice Poda, président de la commission sur le putsch : « (…) Nous sommes restés sur notre faim… »

    A l’internaute "Kôrô Yamyélé",on ne te comprend pas. Quel est ton problème ? Je veux savoir.

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2015 à 11:11, par 2MI En réponse à : Gneblessier Simplice Poda, président de la commission sur le putsch : « (…) Nous sommes restés sur notre faim… »

    (Yam)yélé est un vrai problème.Sa passion sur chaque chose prend le dessus sur sa raison. Pour savoir pourquoi le rapport a été remis au chef de gouvernement, il faudrait savoir comment la commission, par qui et pourquoi ,a été mise sur pied ?
    En plus ce rapport jouralistique (si on peut le nommer ainsi) est juste pour rendre compte au lectorat de ce qui est. Ce ne point la publication du contenu du rapport, ce qui serait très fatal. Voyons comment (Yam)yélé a reagi au rapport journalistique, comment reagirait il si les noms des soupconnés de complicité etaient publiés ? En plus il faudrait bien que ceux qui ont instruit la mission soient dabord informés. (Yam)yélé, tout est une question d´ordre et de raison. On ne court pas la tete baissée. sinon on risque de ne jamais arriver a destination.
    (Yam)yélé, je crains de me tromper, mais jai l impression que vous êtes pleins de haine.Il faut savoir raison garder dans vos commentaires, même si souvent ils sont constructifs.
    Bien à vous.
    Que le meilleur soit tiré des résultats de cette commission.

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2015 à 11:29, par le vigilant En réponse à : Gneblessier Simplice Poda, président de la commission sur le putsch : « (…) Nous sommes restés sur notre faim… »

    A quand la commission sur les crimes de l’insurrection de 2014. On doit savoir tout aussi
    qui a dit de tirer , qui a tirer . Un jour on saura tou et tout et tout

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2015 à 12:03, par Nabiiga En réponse à : Gneblessier Simplice Poda, président de la commission sur le putsch : « (…) Nous sommes restés sur notre faim… »

    Pour moi, la questions centrale est : à quelle fin ????
    L’idée même d’avoir institué une commission était une débile insondable car pas de raison d’être. Parfois, je peine, et sérieusement, à comprendre comment les meneurs de la transition raison. Je suis très informé sur la politique, les différents bouvelsement dans les pays politiques de la sous région et le continent africain tout entier depuis les années de cette farce qu’on appelle abusivement l’indépendence donc je peux, avec autorité, commenter sur la débilité de notre gouvernement de transition. Dans la sous-région ouest africaine, il y a notamment des coups d’état et des contre coup d’état au Ghana, au Togo, au Nigéria, au Bénin, au Niger, au Burkina, en Guniée, au Libéria etc. À ce que je sache, des coups d’état qui ont réussi, les généraux ont gouverné mais ceux qui n’ont pas réussi, les meneurs ont été mis aux arrêts immédiatement ont été fusillés, le Burkina en est example ; mais où sont bien passés Lingani et Henri ? Donc ce n’est pas pour dire qu’on n’a jamais vécu une précédence, il y en a eu, certes, dans ce pays même. Le même peut se dire des autres pays de la sous région.

    Ainsi donc, Gilbert et son RSP mènent un coup de force et ils ont essuyé un échec couissant. On les arrête, et au lieu en place de les juger comme Diendéré lui-même n’a pas lésiné a juger ceux qu’il a mis aux arrêts ; non, quant à la transition, il faut mettre sur place une commission pour déterminer ceux qui étaient impliqués, les commanditaires, ceux qui ont apporté de l’eau au putchistes, ceux qui les ont applaudis, ceux qui ont rêvé des postes, ceux qui s’enfichaient, ceux, ceux et ceux à n’en finir. Et tout cela à quelle fin ?? Ceux qui sont derrière les barreaux présentement, ne sont-ils pas capable de citer les autres accompllices ? Il faut battre le fer pendant qu’il est chaud ; cela n’a pas été fait or cette même transition sait plus que d’aucun qu’il vit ses derniers jours au pouvoir. Ne fallait-il pas tout faire pour fermer ce dossier avant de remettre le pouvoir à un gouvernement civil en jugeant, en punissant ceux qu’on a mis aux arrêts. Ne fallait-il faire le maximum avec le peu dont elle disposait au llieu de institutuer une commission pour déterminer les commanditaires que nous tous connaissons déjà ??? Vraiment

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2015 à 14:34, par Nongom En réponse à : Gneblessier Simplice Poda, président de la commission sur le putsch : « (…) Nous sommes restés sur notre faim… »

    Tout ceci pour empêcher Bassolé de se présenter aux élections au profit de Rock ; c’est de l’indécence pure. Il faut arrêter ces bandits. Nous allons nous retrouver encore dans la rue car certains profitent trop de cette insurrection pour beurré leur combo.

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2015 à 14:55 En réponse à : Gneblessier Simplice Poda, président de la commission sur le putsch : « (…) Nous sommes restés sur notre faim… »

    Pourquoi ici au Burkina, nous aimons à ce point les affaires louches ? Une commission sur le putsch financée sur nos deniers, juste pour informer Zida en catimini en lui remettant le rapport de la commission, sur quoi et sur qui donc ? Et puis le peuple qui est sorti verser son sang ne peut pas être informé ? Qu’est-ce qu’on veut encore camoufler ? Ne jouons pas à ça. Mme le ministre de la justice, quelle lenteur... et que de cachoteries dans ce dossier ? On ne s’y attendait pas du tout, surtout pas dans une affaire de coup d’Etat manqué. De grâce, ne sortez pas de cette affaire par la petite porte en entérinant des tripatouillages qui plus est à la suite d’un putsch manqué avec plein de morts et de blessés. On vient encore d’annoncer le décès d’un blessé, 15ème victime. Tout porte à croire que ces faiseurs de coup d’Etat, au lieu d’être interrogés et jugés, sont plutôt caressés dans le sens du poil. Où se trouve la justice dans ce pays ? Il n’y a pas de cour martiale au Burkina pour juger des faiseurs de putsch puis les passer par les armes s’il le faut ? Diendéré et Cie ont passé combien de personnes par les armes dont on n’était même pas sûr que le putsch qu’on leur reprochait était réel ? Pourquoi lui serait traité aujourd’hui avec tant de complaisance pour ne pas dire de complicité, alors que lui Diendéré, son putsch manqué est acté et indéniable. Il y a-t-il deux poids deux mesures ici au faso ? Il y a-t-il des personnes dans ce gouvernement de transition qui gagneraient à jouer sur le temps et/ou à étouffer ce putsch en injuriant ainsi notre patrie et la mémoire de nos morts ? Si oui, ceux-là aussi devraient être arrêtés et être entendus tôt ou tard. Je demande au président Kafando de ne pas se mêler à se jeu macabre si jeu il y a. Le gouvernement de transition va bientôt, nous l’espérons, passer la main. Le gouvernement qui sera issu des élections va devoir se pencher sérieusement sur ce dossier de putsch avorté, veiller à ce que les potentats soient jugés devant une cour martiale comme il se doit et veiller à ce que les sentences qui en découleront, fussent-elles capitales ou autres, soient exécutées sans ménagement même s’il s’agit de leurs copains. Sinon, on n’a pas fini avec l’insurrection car le peuple burkinabè n’admettra pas la complaisance dans ce dossier-là. Et il faut le comprendre. Trop de sang d’innocents versé pour faire échouer ce putsch insensé.

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2015 à 15:59, par alex En réponse à : Gneblessier Simplice Poda, président de la commission sur le putsch : « (…) Nous sommes restés sur notre faim… »

    Kôrô Yamyélé dijoncte. C’est quelle haine viscérale envers Zida ? Pourquoi doit-on remettre un rapport au CNT alors que c’est le gouvernement qui l’a commandité. Et si le gouvernement remet une copie du rapport au CNT, qu’est-ce que ça change dans le fond ? Je ne comprend plus rien en Kôrô Yamyélé.
    Si Diendéré en voulait à Zida, c’est parce qu’il n’a pas pu le manipuler à sa faveur. Kôrô Yamyélé, vois-tu où la haine que Diendéré nourrissait pour Zida l’a conduit ? Combien de fois dans ce pays allons-nous comprendre que Zida a risqué sa vie pour faire de son mieux pour le peuple burkinabè. Faut-il ne pas le croire comme Norbert Zongo qui a lancé maintes fois un SOS et que personne n’y croyait ? Il a fallut qu’on le carbonise pour que les gens comprennent qu’il était en détresse. Kôrô Yamyélé, sois un tout peu raisonnable ! Je ne suis pas un partisan de Zida, mais au moins, reconnaissons-lui les risques qu’il a courus et les efforts qu’il fait.

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2015 à 16:43, par Oussou Pitroipa En réponse à : Gneblessier Simplice Poda, président de la commission sur le putsch : « (…) Nous sommes restés sur notre faim… »

    Moi je ne suis pas du tout étonné de ce que la commission d’enquête a produit, car sous cette transition la justice n’est que de façade, on a trouvé une occasion pour distribuer des perdiem à des amis ! si non si la justice s’est saisi du dossier, à quoi sert cette commission d’enquête si ce n est pour dilapider les maigreurs, l’argent du contribuable. C’est vrai cet argent pourrait servir à payer au moins ces pauvres formateurs de l’ANPE qui réclament leur argent depuis maintenant un an.

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre 2015 à 22:49, par Amen En réponse à : Gneblessier Simplice Poda, président de la commission sur le putsch : « (…) Nous sommes restés sur notre faim… »

    Rien à reprocher pour le moment à la Commission qui a fait son travail. Nous ne savons rien du contenu et nous ne pouvons donc pas commenter. Le gouvernement a commandité un travail et on lui a rendu les résultats : c’est tout à fait normal. Si quelqu’un doit publier les résultats, c’est bien le gouvernement et non la commission. Et comment publier ce rapport actuellement sans gêner l’instruction et permettre aux avocats des mis en cause de tirer les marons du jeu. Pour le moment, il n’y a pas matière à polémiquer. Notre soif de justice ne doit pas nous amener à commettre des impairs qui vont bénéficier aux ennemis de la justice.

    Répondre à ce message

  • Le 13 novembre 2015 à 14:15, par Karl Max En réponse à : Gneblessier Simplice Poda, président de la commission sur le putsch : « (…) Nous sommes restés sur notre faim… »

    Je me rend compte que le Burkina Faso compte de très nombreux petits esprits. Toujours prêts à critiquer les autres, à demander combien ceci ou cela a coûter au contribuable ! Il sera mieux que les gens grandissent un peu. Pourquoi les gens veulent-ils tout de suite connaître le contenu du rapport ? Juste pour savoir et c’est parti pour les commérages. Je me demande parfois si ceux qui agissent ainsi aiment notre pays comme ils le prétendent. Celui qui ne fait confiance à son prochain a certainement quelque chose à se reprocher.
    Bravo à la commission qui a fait son travail et vivement que le rapport soit judicieusement utilisé par le juge d’instruction. Un acte a été posé, des gens en sont morts et des projets étaient en vue. Le rapport sera d’une grande contribution pour qu’on en sache d’avantage et appliquer la justice dans toute sa rigueur. L’époque du "tigre qui bondit sur moi a raison et moi qui l’abat, j’ai aussi raison" est révolue avec la démocratie. Allons doucement les gars car nous sommes pressés !

    Répondre à ce message

  • Le 13 novembre 2015 à 14:55, par Kôrô Yamyélé En réponse à : Gneblessier Simplice Poda, président de la commission sur le putsch : « (…) Nous sommes restés sur notre faim… »

    - Vous qui m’insulter, continuez car lorsque les portes de l’enfer vont s’ouvrir, il sera trop tard pour vous de détaler ! En ce moment, moi Yamyélé je serai déjà très loin.

    Et puis souvenez-vous quand les toutes premières attaques du MNLA ont eu lieu au Mali il y a quelques années, j’avais alerté que ce n’est pas l’affaire du Mali seul et que celà allait même toucher les pays côtiers, donc qu’il fallait se cohaliser pour aider le Mali ! Des gens se sont mis à m’insulter copieusement alors que les chefs d’Etats de la sous-région traînaient les pieds jusqu’à ce que DIONCOUNDA TRAORÉ (Président de la Transition au Mali) appelle la France au secours car le MNLA était à moins de 100 Km de Bamako. Il a fallu une oalition France/Tcahd pour faire reculer les Jihadistes. Là aussi bien avant, j’avais dit qu’aucune amrée de la sous-région ne peut faire face à ces gens et que seul le Tchad pourrait le faire efficacement car ayant déjà combattu les soldats de KADDAFI qui composait le gros des Jihadistes et du MNLA. Aujourd’hui les faits me donnent amplement raison avec BOK HARAM qui s’est acoquiné avec l’Etat islamique, sans oublier la naissance de d’autres branches ijhadistes sous la tutelles de IAD AG GHALI (MUJAO , etc.) qui est refugié en Algérie (L’Algérie même ne joue pas franc jeu avec le Mali !). Et la récente naissance du Front de Libération du Macina (FLM) sous AMADOU KOUFA responsable de l’attaque de SAMOROGOUN au Burkina et à la fronctière de Côte-d’Ivoire me donne encore plus raison plus que jamais !

    Vous bavardez sans savoir ! Connaissez-vous le MACINA ? Eh bien moi Yamyélé je vais vous le dire :

    Chers amis injurieux, sachez que la mauvaise politique d’éducation religieuse est la cause de l’expansion du djihadisme en Afrique de l’Ouest. Depuis 1072 après la chute du royaume du Ghana et de sa Koumbi Saleh suite à l’invasion des berbères islamisés que l’on appellera Almoravides, le soudanais (Soudan d’avant, donc vous aussi !) a toujours été soumis à l’islam par le coup du sabre et du fusil. C’est dans ce contexte que naissent les courants jihadistes au nez et à la barbe des noirs (ou nègres si vous voulez pour faire plus net). Quand on prend le Macina qui originalement couvre presque toute la partie centrale de la région administrative de Mopti (Nord de Ségou, le Séno et le plateau Dogon, l’ancienne Kounari, la grande cuvette centrale de la boucle du Niger jusqu’à la lisière du Gourma, vous verrez que les chefs traditionnels ont plus de poids que les représentants de l’Etat qu’on respecte par peur et non par conviction tant on croit aux marabouts. C’est toute cette zone que AMADOU KOUFA veut reconstituer car les dogons et les peuplades noires sont devenus si forts avec l’administration que d’autres peuples comme les touaregs et les peuls et assimilés qui sont aujourd’hui privés de leurs base de vie à savoir les pâturages.

    La prolifération des écoles medersa (dont leurs promoteurs et financiers sont des précurseurs du mode oriental enclin aux extrémismes) a déblayé le champ au déviationnisme religieux. L’Etat est en face des jeunes formés en arabe mais qui sont jetés au chômage direct sans garanti d’emploi. Tous ces jeunes diplômés en arabe se prennent par conséquent comme prêcheurs car ils n’ont autres possibilités de jouir du fruit de leur scolarité contrairement aux francophiles et anglophiles.

    Alors chers injurieux : Comment ouvrir le marché de l’emploi à ces milliers de jeunes formés dans les écoles medersa dont certains venant des pays du moyen orient ? Voilà entre autre la réflexion à mener si l’on veut réellement barrer la route à l’intégrisme au lieu de m’insulter car ce sont là des potentielles cellules dormantes pour une vengeance sociale.

    Et ils réussiont si des gens comme vous refusent de voir en face la réalité et d’insulter Yamyélé (Foi de Yamyélé !).

    Maintenant, chers injurieux, arrêtez vos injures à mon endroit car vous êtes entrain de vouloir tirer mon 3ème poil. Ceci étant, ma grand-mère disant qu’un adulte a 3 poils. Suivez l’enseignement des 3 poils :

    - Si tu tires le 1er poil d’un adulte, vous riez ensemble,
    - Si tu tires le 2ème poil d’un d’adulte, tu ris toi seul. Lui ne rit plus !
    - Si enfin tu tires le 3ème poil, vous vous rentrez dedans ! Et donc ne tirez pas mon 3ème poil !

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

  • Le 13 novembre 2015 à 15:11, par Kôrô Yamyélé En réponse à : Gneblessier Simplice Poda, président de la commission sur le putsch : « (…) Nous sommes restés sur notre faim… »

    - Mon ami TOGSDASIDA, mon problème est que ZIDA est entrain d’instrumentaliser la justice et les commissions et que les gens refusent de voir en face cette triste réalité !! Pour celà, quelques questions s’imposent :

    - Les gars ! Croyez-vous un seul instant que ce sera de gaité de coeur que ZIDA va suivre tranquillement le procès de son Chef de corps DIENDÉRÉ ?
    - Qu’appelez-vous alors ’’Frères d’armes’’ dans l’Armée ?-
    - Pensez-vous sincèrement que DIENDÉRÉ soit incapable de noyer ZIDA par certaines révélations ? Et pensez-vous sincèrement que ZIDA ignore cette vérité-là ?
    - Croyez-vous sincèrement que sans l’aide de DIENDÉRÉ, ZIDA qui n’est que Lieutenant-Colonel aurait pu prendre le pouvoir à la barbe des Généraux ?
    - Que connaissez-vous des secrets qui lient les ZIDA et Général DIENDÉRÉ depuis le Libéria en passant par la rebellon ivoirienne jusqu’au MNLA au Mali ?

    ZIDA n’avait même pas le droit d’installer cette commision qui participe à brouiller les cartes de la justice !

    Mon cher TOGSDASIDA, dit aux de réfléchir au lieu de perdre des énergies à m’insulter. Merci.

    - WEBMASTER, SVP pardon met mes 2 posts parce que j’ai l’impression que les gens m’insultent sans analyser et décortiquer les faits pour les comprendre !

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

  • Le 13 novembre 2015 à 17:03, par ELKABOR En réponse à : Gneblessier Simplice Poda, président de la commission sur le putsch : « (…) Nous sommes restés sur notre faim… »

    Kôrô Yamyélé pose des questions de principe et de fond et je le cite "Et à quel titre on donne ce rapport à ZIDA ? Est-il ministre de la Défense ou ministre de la justice ? Tout premier ministre qu’il soit il fut un acteur central qui est une des causes majeures de coup d’état parce que c’est lui et ses accolytes que DIENDERE et sa clique ne voulaient pas sentir dans la Transition !!!! Si jugement il y a un jour sur cette affaire, ZIDA lui-même sera à la barre, même si pour un témoignange. ZIDA n’est pas un magistrat ! Pourquoi lui donner le rapport ? Et pourquoi le faire en l’absence du Chef de l’Etat en mission ? Ce ZIDA outrepasse son rôle ! Ne sait-il pas qu’il est PM par négociation ?" Fin de citation. Relisez bien ses interrogations et tentez d’y répondre si vous pouvez sans tomber dans le ridicule ! Quant à l’internaute qui demande si Kôrô Yamyélé n’est pas en train de disjoncter, il fera mieux de bien relire son post et de le comprendre avant toute réaction. Selonr lui parce que ZIDA a risqué sa vie, cela lui donne le droit de poser des actes qui n’ont aucun sens et avec notre argent ? J’ai bien suivi dans les médias quand ce même PM ZIDA disait à l’installation de la commission qu’il fallait des éléments sur lesquels s’appuyer pour prononcer des sanctions administratives. Maintenant, il a les éléments de sa commission, on va voir ce qu’il va faire : sanctionner les coupables ? Et qui sont les coupables et sur quelle base ? Et le principe de la présomption d’innocence on le met où ?. Les gars, si on aspire à la vrai démocratie, on fait les choses sans haine ni passion et comme cela se doit, surtout que la justice est saisie du dossier. En conclusion la commission d’enquête mise sur pied est inutile et son rapport est bon pour la poubelle, car personne ne peut obliger un juge indépendant chargé de ce dossier à tenir compte de ses conclusions s’il décidait le contraire. Après c’est encore vous qui allez venir parler de juges acquis !

    Répondre à ce message

  • Le 13 novembre 2015 à 20:00, par Un Passant En réponse à : Gneblessier Simplice Poda, président de la commission sur le putsch : « (…) Nous sommes restés sur notre faim… »

    Haaaaya ! Koro Yamlele !!!! Trop fort !!

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Putsch de septembre 2015 : Minata Guelwaré est décédée
Coup d’Etat de septembre 2015 : Dans l’attente des indemnisations...
AN 5 du putsch de 2015 : « Nos cœurs portent encore les souvenirs douloureux et indélébiles... »
Procès du putsch : Les accusés condamnés solidairement à payer 947 279 507 F CFA à titre de dommages et intérêts aux parties civiles
Procès du putsch du CND : L’audience sur les intérêts civils à nouveau renvoyée au 19 novembre 2019
Procès du putsch : L’audience sur les intérêts civils renvoyée au mardi 29 octobre 2019
Procès du putsch manqué de 2015 : Pour le journaliste Sita Tarbagdo, « les faits sont têtus »
An IV du putsch de septembre 2015 : Déclaration du balai citoyen en cette journée d’unité d’action patriotique
An IV du putsch manqué de septembre 2015 : Des Bobolais prônent la réconciliation nationale
Putsch de septembre 2015 : Quatre ans après, syndicalistes et citoyens se souviennent de la résistance opposée par le peuple
Procès du coup d’Etat : En fuite, Fatou Diendéré et 6 autres écopent de 30 ans de prison ferme
Procès du putsch de 2015 : Fatoumata Diallo, l’épouse du Général Diendéré condamnée à 30 ans de prison fermes
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés