LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Il faut penser tout ce qu’il y a de pensable dans l’impensable” De Vladimir Jankélévitch

38è conférence générale de L’UNESCO le Burkina sollicite une place au comite du patrimoine mondial

Publié le mardi 10 novembre 2015 à 00h07min

PARTAGER :                          
38è conférence générale de L’UNESCO le Burkina sollicite une place au comite du patrimoine mondial

(Paris, 6 novembre 2015) Depuis le 3 novembre dernier et ce, jusqu’au 18 novembre, se tient à Paris la 38e session de la Conférence générale de l’UNESCO sous le signe des Objectifs de développement durables (ODD), adoptés à New York en septembre dernier.

Cette session se tient alors que l’UNESCO célèbre cette année le 70è anniversaire de sa création.
A la tribune de cette conférence générale, ce vendredi 6 novembre, l’Ambassadeur Eric Tiaré, représentant le Pr Filiga Michel Sawadogo, Ministre des Enseignements secondaire et supérieur et Président de la délégation nationale pour l’UNESCO, a livré la vision du Burkina Faso qui est que "l’actualité internationale reste fortement dominée par la montée du terrorisme et de l’extrémiste violent et par de multiples crises sociopolitiques qui embrasent tous les secteurs de développement et impactent négativement la vie individuelle et collective"

De ce fait, le Burkina Faso a invité les Etats membres, quel que soit leur niveau de développement et de richesse, à plus d’engagement aux côtés de l’UNESCO.
Saluant le rôle de la Directrice générale Irina Bokova dans l’adoption de l’agenda 2030 de développement durable, le Burkina Faso a exprimé toutes ses attentes relatives à la COP 21 qui se tiendra dans les prochaines semaines à Paris. Notre pays souhaite que " les négociations aboutissent à la conclusion d’un Accord juridiquement contraignant, afin de sauver notre planète menacée" dira Eric Tiaré.
Dans le domaine de l’éducation, le Burkina Faso se réjouit de ce que le Conseil exécutif de l’UNESCO ait reconduit le Centre International pour l’Education des Filles et des Femmes en Afrique (CIEFFA), basé à Ouagadougou, au rang de centre de catégorie 2 de l’institution.
Après un tour d’horizon de sa vision sur des sujets divers en rapport avec la culture, l’éducation et la diversité, le gouvernement du Burkina Faso a saisi l’opportunité de son allocution à la 38è conférence, pour solliciter le soutien des Etats membres, à sa candidature au Comité du Patrimoine mondial, dont l’assemblée générale des Etats parties est prévue pour se tenir du 18 au 20 novembre 2015 au siège de l’UNESCO.
Au sortir des dernières péripéties tumultueuses de la vie sociopolitique nationale, le Burkina Faso a exprimé, à la tribune de l’UNESCO, sa reconnaissance à la presse nationale, dont la liberté a été mise à rude épreuve. Cette reconnaissance va aussi à l’endroit de tous les acteurs des relations internationales, qui ont permis de faire échec au coup d’Etat du 16 septembre dernier, et de remettre en selle les institutions de la Transition "qui préparent sereinement les élections présidentielle et législatives prévues le 29 novembre 2015" a conclu l’Ambassadeur Eric Tiaré.

R. A. BAMBARA- N- TRAORE, AmbabfParis
service.presse@ambaburkina-fr.org
www.ambaburkina-fr.org
www.facebook.com/ambabfparis

PARTAGER :                              
 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Musique : Les rideaux tombent sur le festival jazz à Ouaga