LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “La porte du changement ne peut s’ouvrir que de l’intérieur. Chacun en détient la clé” Jacques Salomé

Deuxième région militaire : Le commandant Thomas Sawadogo, nouveau chef du 22ème régiment d’infanterie commando de Gaoua

Publié le samedi 31 octobre 2015 à 17h38min

PARTAGER :                          
Deuxième région militaire : Le commandant Thomas Sawadogo, nouveau chef du 22ème régiment d’infanterie commando de Gaoua

La garnison militaire de Gaoua a désormais un nouveau chef de corps. Le chef de bataillon Thomas Sawadogo remplace à ce poste le colonel Sadou Maiga qui a passé un an dans la cité de Bafuji. La passation de charge a eu lieu ce vendredi 30 octobre 2015 en présence d’autorités locales coutumières et religieuses et des populations. Le cérémonial militaire et le défilé militaire ont constitué les temps forts de la cérémonie.

Les soldats du 22ème régiment d’infanterie commando de Gaoua vont célébrer le 55ème anniversaire des forces armées nationales sous l’égide du chef de bataillon Thomas Sawadogo, nouveau chef de corps de la garnison militaire de Gaoua. Il a été installé ce vendredi 30 octobre 2015 par le commandant de la deuxième région militaire le colonel Gilles Bationo. Le quinzième chef de corps du 22ème RIC de Gaoua a traduit sa reconnaissance à la hiérarchie pour la confiance. Il dit inscrire son action sur trois volets. Il s’agit du renforcement de la discipline, le raffermissement de la cohésion entre les militaires d’une part et d’autre part entre les populations et les militaires, et enfin l’accent qui sera mis sur l’instruction et la préparation opérationnelle aux missions qui leur sont confiées.

Après avoir passé un an dans la cité de Bafuji, malgré les événements qu’a connu notre pays, le bilan pour le colonel Sadou Maiga se résume à l’organisation de l’instruction et quelques manœuvres opérationnelles. Par ailleurs le chef de corps sortant quitte Gaoua avec des pincements au cœur. « Lorsque vous venez à Gaoua, les appréhensions que vous avez de cette ville et ce qu’on vous raconte fait peur. Gaoua c’est l’école de la vie. Il n’y a rien de tel que Gaoua. C’est l’une des rares villes que j’ai beaucoup aimées. Je n’ai vraiment pas eu de souci avec les populations. », a- t- il dit. Le chef de corps sortant dépose désormais ses baluchons à l’Etat-major général des armées à la division opérationnelle.

Dalou Mathieu Da correspondant régional
Lefaso.net

PARTAGER :                              

Messages

  • ces changements sont-ils des sanctions ou des promotions ? je crois que c’est le 2e changement après le putsch et dans la 2e région militaire. qu’on nous éclaire. si les chefs de corps sont promus en récompense de leur action héroïque lors du putsch tant mieux. mais s’il s’agit de les mettre au garage pour les sanctionner d’avoir débarqué à Ouaga sans l’aval de l’état-major pour libérer le peuple alors là on va nous entendre ! nous ne nous immisçons pas dans les affaires militaires mais là c’est une question de justice et on ne fermera pas l’œil.

  • BRAVO AU CHEF SORTANT ET BONNE SUITE A CELUI ENTRANT

  • « Lorsque vous venez à Gaoua, les appréhensions que vous avez de cette ville et ce qu’on vous raconte fait peur. Gaoua c’est l’école de la vie. Il n’y a rien de tel que Gaoua. C’est l’une des rares villes que j’ai beaucoup aimées. Je n’ai vraiment pas eu de souci avec les populations. » Ceux qui racontent ça sont des gens qui sont bernés par les colons et qui n’arrivent pas à faire le discernement.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique