Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les obstacles sont les choses effrayantes que vous voyez quand vous détournez les yeux de votre objectif. » Henry Ford

Partage du pouvoir au Burkina : Mode d’emploi

Accueil > Actualités > Opinions • • mercredi 13 avril 2005 à 07h15min

Pour l’auteur de cet article, la distribution ou partage du pouvoir n’est pas un fait du hasard. Elle est faite à la tête du client, donc sous-tendue par des considérations de toutes natures.

Croire que la composition de l’appareil étatique ne répond à aucune logique sociologique de distribution, c’est oublier que toutes formes d’organisation sociale se fondent sur un socle d’alliance, d’appartenance, de confiance, de légende et d’ordre. Comment comprendre la logique qui sous-tend la composition de l’exécutif , du judiciaire et du législatif au Burkina ? L’executif est le domaine des sujets sociaux tenus par des relations sociales tissées au cours des études, dans les syndicats ou partis politiques, sur un fond matrimonial, parental générationnel ou géographique.

Ceux qui occupent un poste dans l’exécutif au Burkina Faso partagent entre eux au moins un de ces liens. Ils disposent alors d’un pouvoir relationnel légitimé par la proximité. La rupture d’une de ces relations entraîne l’écartement du sujet. Dans une organisation sociale traditionnelle ils sont comparables à des notables ou à des vassaux bénéficiant de la main généreuse et de la bienveillance du souverain qui déchoit et promet.

Le judiciaire est l’autre des élites disposant de pouvoir élitique fondé sur un substrat intellectuel. Ils disposent d’un pouvoir d’initiés. L’institution fonctionne comme une secte, comme un ordre transcendantal d’où le vocable "suprême" qui y est attaché. Ce sont des prêtres, des initiés tenus par un serment social à l’instar de ceux que l’on rencontre dans les sociétés africaines.
Quant au législatif, il est un melting pot. Les sujets sociaux disposent de pouvoir populaire légitimé par la volonté des masses locales.

Les individus qui composent le législatif jouissent de grands prestiges acquis à coût de hauts faits d’arme, d’éloquence dans les assemblées, de charisme et à coût de statut d’anciens scolarisés reconnus comme les connaisseurs de la modernité, fut-elle minime. Ils sont des chargés de missions lourdement endettés qui doivent leurs situations aussi bien aux sacrifices consentis auprès des divinités qu’aux bénédictions dans tel ou tel sanctuaire.

Ce sont des porteurs d’idéaux sur qui reposent tous les espoirs du village, des héros de légende.
Au regard de la différenciation qui se révèle de ces statuts, on ne peut s’attendre à une fluidité vu les cloisons qui murent chaque entité. Chaque segment de pouvoir est une reproduction sociale de la stratification et des pouvoirs dans les sociétés africaines.

Toutefois s’il est plus facile à un justicier de devenir législateur (la jurisprudence est une émanation de la capacité législatrice du juge) ou exécutant, il est plus ou moins difficile à un exécutant de devenir justicier au risque de se venger de certains faits et plus difficile à un législateur de devenir justicier. Car autant un noble ne devient prêtre ou sacrificateur, autant il en est pour un héros.

S. Raphaël OUEDRAOGO
Sociologue-consultant, chargé de communication de l’AERD
Tél : 76 66 59 88

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso.net TV
 Articles de la même rubrique
Terrorisme : Les populations civiles sont les premières victimes, se désole Boubacar Samba
Burkina Faso : C’est le moment de réussir à construire la cohésion sociale ou périr, estime Elhadji Boubacar
Terrorisme : Un avenir difficile pour le JNIM et l’EIGS
Insécurité : La procédure de flagrant délit est-elle applicable aux actes de grand banditisme ? interroge le magistrat Zakaria Bandaogo
Burkina Faso : Bâtir un nouveau leadership, préconise le journaliste et consultant André Marie Pouya
Burkina : « Pour une réconciliation nationale vraie et sincère, aucun type de justice ne devrait être une fin en soi ! », foi de l’ATR/DI
Renaissance africaine : Un citoyen plaide pour « une Afrique de demain nourrie à la pensée de Cheikh Anta DIOP »
Sommet de N’Djamena : Fin de partie pour les terroristes, exulte Ibrahim Keïta
Limitation des partis politiques : Formons plutôt des « citoyens techniquement compétents et politiquement conscients », avise Ousmane So
Enseignement supérieur : Quelques pistes pour des institutions réellement au service du développement du capital humain
Djihadisme au Sahel : Propagation ou repli ?
Rencontre des pays du G5 Sahel et de la France : La communauté peule du Sahel lance un appel
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés