Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Vous n’empêcherez pas les oiseaux de malheur de survoler votre têtе, mаis vοus рοuvеz lеs еmрêсhеz dе niсhеr dаns vοs сhеvеux.» Proverbe chinois

Pénurie céréalière : Halte à la spéculation autour de la famine

Accueil > Actualités > Economie • • mercredi 13 avril 2005 à 07h18min

La campagne agricole écoulé a été particulièrement difficile au Burkina Faso. La mauvaise pluviométrie, le péril acridien ont eu un effet négatif sur la production agricole.

A la fin de la saison, le bilan faisait état de provinces déficitaires et de provinces excédentaires d’environ 400 000 tonnes. Cependant, au jour d’aujourd’hui, la situation sur l’ensemble du pays est toute autre. Le sac de maïs qui se vendait autrefois à 5000 F dans certaines régions du pays, varie entre 17 500 F et 22 500 FCFA dans les provinces où la situation est plus critique.

A l’heure actuelle, il y a une flambée des prix sur l’ensemble du territoire, même dans les provinces reconnues excédentaires.

Pour les spéculateurs, le temps est favorable. Ces "tortionnaires" ont choisi leur camp :"bouffer" la misère et la souffrance des populations. Et ils le font à pleines dents, sans remords. C’est sans doute pour freiner l’élan de ces "profiteurs" que le gouvernement, par la voix du ministre en charge de l’Agriculture, est monté au créneau.

Plusieurs mesures ont été prises

La guerre est déclarée aux spéculateurs. Des céréales seront vendues à des prix sociaux. Des sanctions fermes seront prononcées contre les fonctionnaires qui entraveraient ces différentes mesures palliatives. Les commerçants affameurs des populations courent le risque de se voir retirer leur agrément.

Autant de mesures dissuasives certes mais qui doivent être traduites dans les faits. De par le passé, les vivres qui étaient destinées aux populations en difficulté pour être distribués gracieusement ou vendus à des prix sociaux n’ont pas atteint leur cible. Les populations en ont juste entendu parler. Dans certaines contrées, les autorités provinciales ou départementales se sont accordé le droit de jouir des vivres destinés aux populations défavorables, il va falloir être ferme, très ferme. Le ministre Salif Diallo à ce propos, brandi l’article 147 du Code des fonctionnaires de l’Etat. "Un licenciement sec sans passage par le conseil de discipline de tout fonctionnaire contrevenant aux mesures gouvernementales".

Le tout, c’est d’œuvrer à ce que des populations dont le dernier recours reste l’Etat ne soient pas spoliés par des agents de ce même Etat. Si les agents de l’Etat foulaient au pied ces mesures, ça sera une belle caution pour les commerçants à qui on ne pourra plus empêcher de spéculer sur les vivres. Il y a eu tout juste un changement de spéculateurs. L’administration locale a pris la place du privé pour vendre les céréales aux "pauvres" populations. A ce propos, l’anecdote qu’on raconte le plus souvent, est qu’un responsable d’un comité départemental dans le Sahel a effectué le pèlerinage à La Mecque grâce au détournement de plus de 200 sacs de ces céréales destinés aux "nécessiteux". L’anecdote souligne quoique l’affaire ait fait beaucoup de bruit, il n’a pas du tout été inquiété. "Il avait des relations très haut placée", dit-on.

En tout les cas, la situation alimentaire et financière des populations à travers le pays est difficile. Au stade actuel, elles n’ont point d’oreille pour les discours et les bonnes intentions. Elles attendent des actes salvateurs. Rien que des actes.

Rabankhi Abou-Bakr ZIDA
Sidwaya

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Monnaie unique de la CEDEAO : L’Eco de l’UEMOA ne sera pas celle de la CEDEAO
Finance : ICCO Coopération sensibilise six institutions de microfinance sur la gestion du risque
Salon international du coton et du textile 2020 : « La victoire qui est endogène aujourd’hui, le sera avec des produits made in Burkina », dixit le ministre Harouna Kaboré
Cour des Comptes : Des insuffisances constatées dans l’exécution du Programme de modernisation de l’administration publique en 2017
The U.S. Mission in Ouagadougou, Burkina Faso is seeking eligible and qualified applicants for the position of Travel Clerk in the General Services Section.
Vœux de nouvel an à Coris Bank : Bientôt la construction d’un immeuble à dix niveaux pour abriter le siège
Assurances : Allianz Burkina devient SUNU Assurances IARD Burkina Faso
Banque Atlantique Burkina Faso : En fin de mission, le directeur général, Issouf Gbané, reçoit une distinction de la nation burkinabè
25 ans d’existence de l’UEMOA : Le renforcement des acquis de l’intégration, requis par les populations de l’espace
Commerce et industrie : « Si les actions se poursuivent dans ce sens, le Burkina sera un pays industrialisé à l’horizon 2023 », estime le ministre du Commerce, Harouna Kaboré
Gérer son portefeuille : « Ce n’est pas le revenu qui rend riche, mais la gestion de ce revenu », selon Cédric Zongo, expert -comptable
Economie burkinabè : Les affaires de charbon fin et des sociétés de trading n’ont pas été résolues en 2019
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés