Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Qui veut faire quelque chose trouve un moyen ; Qui ne veut rien faire trouve une excuse.» Proverbe Arabe

Burkina Faso : Le couvre-feu ralentit les activités économiques

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Putsch du Conseil National pour la Démocratie • • mardi 29 septembre 2015 à 19h49min
Burkina Faso : Le couvre-feu ralentit les activités économiques

Avec le coup d’Etat du régiment de sécurité présidentielle, la vie connait un autre rythme au pays des hommes intègres. Par mesure de sécurité, un premier couvre-feu a été instauré sur toute l’étendue du territoire par les militaires, de 19 heures à 6 heures du matin. Par la suite, il a été ramené de 23 heures à 5 heures du matin par le chef d’Etat-major des armées, le général Pingrenoma Zagré. Cette mesure semble freiner l’essor de nombreuses activités économiques.

Instauré depuis le 16 septembre dernier, le couvre-feu a déjà sans doute laissé des séquelles à l’économie burkinabè. Selon Safi Compaoré, vendeuse de poulets et de poisson braisé au quartier Tampouy, le contexte politique actuel l’oblige à revoir la quantité de sa provision pour son commerce. « Depuis l’avènement du couvre-feu, j’ai réduit ma commande de poulets et de poisson pour ne pas enregistrer de perte » explique t-elle très soucieuse.
En outre, elle déplore le fait que les clients se fassent de plus en plus rares. « A partir de 22 heures, les rues se vident peu à peu des noctambules et je me retrouve pratiquement seule avec mes serveuses. Dès les premières heures du couvre-feu jusqu’aujourd’hui, mes recettes ne sont plus bonnes », désapprouve Mme Zoungrana. Par ailleurs, pour elle, la préoccupation actuelle des burkinabè n’est pas de faire fortune en menant leurs activités, mais de retrouver, le plus tôt possible, la stabilité et la quiétude qui régnaient auparavant au pays des hommes intègres. « Aucune activité économique ne peut prospérer dans un pays où il y a l’instabilité », souligne la vendeuse de poulets et de poisson braisé.
Même son de cloche chez Dakisaga Remis, tenancier d’un grand maquis de la place : « Cette situation d’instabilité nuit considérablement à mon activité et je crains fort de ne pouvoir atteindre mon objectif ce mois-ci ». Avant d’expliquer que son maquis était bondé à chaque week-end et beaucoup plus à chaque fin du mois.
Au niveau des sociétés de transport, le constat est le même. Là-bas, les départs des cars pour l’intérieur du pays sont désormais limités. Dans certaines compagnies, telles que Rakièta, le dernier départ pour Bobo Dioulasso qui était fixé à 22 heures est ramené à 16 heures. Dans d’autres sociétés, le dernier car bouge pratiquement à partir de 14 heures.
« Pour l’intérêt national, nous collaborons avec les forces de l’ordre parce que nous ignorons ce que nous transportons réellement », a expliqué le responsable de zone de la compagnie burkinabè de transport Rakièta, Lamine Ky.
Selon les différents guichetiers rencontrés, le couvre-feu a un impact fort désagréable sur leur revenu quotidien. « Vivement qu’une solution soit trouvée. Si cela perdure, notre économie sera ruinée », fait savoir un des guichetiers de la compagnie STAF. Cette situation laisse donc entrevoir des horizons très sombres pour les opérateurs économiques et du coup pour toute l’économie nationale.
Pendant combien de temps encore va durer cette situation de marasme ? Gageons que les éléments de l’ex RSP, du gouvernement ainsi que les dignes fils et filles du Burkina sachent raison garder pour que le pays retrouve un lendemain meilleur.

Aïssata Laure G. Sidibé
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Putsch de septembre 2015 : Minata Guelwaré est décédée
Coup d’Etat de septembre 2015 : Dans l’attente des indemnisations...
AN 5 du putsch de 2015 : « Nos cœurs portent encore les souvenirs douloureux et indélébiles... »
Procès du putsch : Les accusés condamnés solidairement à payer 947 279 507 F CFA à titre de dommages et intérêts aux parties civiles
La problématique de la liberté chez Jean-Jacques Rousseau
Procès du putsch du CND : L’audience sur les intérêts civils à nouveau renvoyée au 19 novembre 2019
Procès du putsch : L’audience sur les intérêts civils renvoyée au mardi 29 octobre 2019
Procès du putsch manqué de 2015 : Pour le journaliste Sita Tarbagdo, « les faits sont têtus »
An IV du putsch de septembre 2015 : Déclaration du balai citoyen en cette journée d’unité d’action patriotique
An IV du putsch manqué de septembre 2015 : Des Bobolais prônent la réconciliation nationale
Putsch de septembre 2015 : Quatre ans après, syndicalistes et citoyens se souviennent de la résistance opposée par le peuple
Procès du coup d’Etat : En fuite, Fatou Diendéré et 6 autres écopent de 30 ans de prison ferme
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés