Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les obstacles sont les choses effrayantes que vous voyez quand vous détournez les yeux de votre objectif. » Henry Ford

Scrutins : Pourquoi l’electorat est passif

Accueil > Actualités > Opinions • • jeudi 7 avril 2005 à 09h06min

L’auteur de cet article analyse sous un angle sociologique, les raisons de la désaffection de l’électorat burkinabè au moment des échéances électorales.

"Qui ne s’est posé cette question de savoir "Pourquoi le citoyen burkinabé se soucie peu des votes au Burkina" ? Question toujours et encore d’actualité si on sait que l’année en cours et celle à venir battront aux rythmes de joutes électorales et de pêches d’électorat.
Pour ajouter de la terre à la terre, nous dirons que plusieurs facteurs expliquent le désenclavement ou la désaffection électorale au Burkina Faso.

L’absence de socialisation politique. Le citoyen Burkinabè ne bénéficie pas d’une inculcation méthodique et autoritaire aux valeurs, attitudes et normes politiques. Toutes les préférences partisanes, les valeurs citoyennes s’acquièrent au fil d’une longue période de socialisation.
Aujourd’hui, les controverses politiciennes les comportements vexatoires, les revers politiques de politiciens constituent des affects négatifs à l’identification ou à la personnalisation politique.

En Europe par exemple, l’enfant dès son adolescence a déjà une idée de ce qu’est le politique et commence à s’identifier à des politiciens de renom. L’absence d’une telle socialisation conduit à la situation du "passif électeur".
Un autre facteur de la situation de l’indifférence aux élections est l’absence d’un héritage politique électoraliste ; ce qui inhibe l’instinct politique.

A considérer la tranche d’âge de 20 à 25 ans , on constate qu’à leur âge de socialisation politique, le Burkina Faso fut marqué politiquement par la prédominance des régimes militaires. Mieux, à une époque antérieure, rares sont les régimes politiques qui avaient fait l’épreuve de suffrage. C’est dire que la plupart de la génération votante n’a aucun héritage politique électoral .Le passé de Burkina Faso n’est pas riche en faits électoraux.

L’importance de l’enjeu électoral justifie aussi l’indifférence plus ou moins pour les élections. L’engouement électoral pour une élection locale est différent de l’engouement pour une élection présidentielle au motif que le préjugé connu est que l’élu local, plus près de la masse, plus contrôlable gère des problèmes directs des populations.

A cela, il faut ajouter l’ignorance des préoccupations réelles des populations dans les programmes de société. Conçus à tour d’intelligence dans des laboratoires d’idéologie, ces programmes assimilables à des décisions de monarques qui se contentent des informations que leur donnent les hauts dignitaires de la cour, ignorent tout des préoccupations essentielles à court, moyen et long terme des masses.

Certes, beaucoup d’éléments peuvent être évoqués mais tant que l’on ne fera pas voler en éclats ses verrous à coups de socialisation, l’électorat demeurera une marchandise spéculable en CFA et comme des moutons de panurge, voguera inlassablement vers les bords du dépit."

S. Raphaël OUEDRAOGO,
Sociologue, consultant, Chargé de communication à l’ARD
Tel : 76 66 59 88

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso.net TV
 Articles de la même rubrique
Terrorisme : Les populations civiles sont les premières victimes, se désole Boubacar Samba
Burkina Faso : C’est le moment de réussir à construire la cohésion sociale ou périr, estime Elhadji Boubacar
Terrorisme : Un avenir difficile pour le JNIM et l’EIGS
Insécurité : La procédure de flagrant délit est-elle applicable aux actes de grand banditisme ? interroge le magistrat Zakaria Bandaogo
Burkina Faso : Bâtir un nouveau leadership, préconise le journaliste et consultant André Marie Pouya
Burkina : « Pour une réconciliation nationale vraie et sincère, aucun type de justice ne devrait être une fin en soi ! », foi de l’ATR/DI
Renaissance africaine : Un citoyen plaide pour « une Afrique de demain nourrie à la pensée de Cheikh Anta DIOP »
Sommet de N’Djamena : Fin de partie pour les terroristes, exulte Ibrahim Keïta
Limitation des partis politiques : Formons plutôt des « citoyens techniquement compétents et politiquement conscients », avise Ousmane So
Enseignement supérieur : Quelques pistes pour des institutions réellement au service du développement du capital humain
Djihadisme au Sahel : Propagation ou repli ?
Rencontre des pays du G5 Sahel et de la France : La communauté peule du Sahel lance un appel
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés