Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Si vous fermez la porte à tous les échecs,le succès restera dehors.» Jim Rohn

Situation nationale : « Il y a malheureusement des Burkinabè qui n’ont même pas la mémoire », dixit Isaac Yacouba Zida

Accueil > Actualités > Politique • • mercredi 8 juillet 2015 à 05h28min
Situation nationale : « Il y a malheureusement des Burkinabè qui n’ont même pas la mémoire », dixit Isaac Yacouba Zida

Annoncé pour 16 h, c’est finalement à 17 h 10 que le Premier ministre, Isaac Yacouba Zida a franchi la sortie de la base aérienne ce mardi 7 juillet 2015, de retour d’Abidjan, capitale économique de la Côte d’Ivoire.

A sa sortie, il est accueilli par des sympathisants d’organisations de la société civile qui avaient pris position quelques heures avant. A coups de slogans le magnifiant et parfois hostiles au RSP, Isaac Yacouba Zida est ‘’accompagné’’ à pied jusqu’au Premier ministère où, arrivé 20 minutes après, il a livré un message à ses sympathisants devant l’institution.

Et c’est Hervé Ouattara, coordonnateur du CAR, qui a introduit le Premier ministre en ces termes : « Chers camarades, je vais vous remercier pour ce que vous avez fait ce soir. Vous devez être fiers de vous, vous devez être fiers d’être Burkinabè. Ce que nous avons fait les 30 et 31, nous sommes-là ce soir pour rappeler à ceux qui ont la mémoire courte, que nous, nous n’avons pas oublié. Ce pour quoi nous sommes sortis, nous allons ressortir s’il le faut, et cette fois-ci c’est pour nettoyer les ennemis du peuple. Nous demandons au Premier ministre d’être rassuré, parce que c’est un Premier ministre du peuple et non un Premier ministre d’un groupuscule. Nous voulons également que les uns et les autres comprennent que la transition sera-là jusqu’au 11 octobre, n’en déplaise à nos détracteurs. Et je vais vous demander d’applaudir très fort pour notre Premier ministre qui va organiser les élections ».

Isaac Yacouba Zida, après avoir salué ses « camarades », a déclaré : « Cela me rappelle un peu le 30 octobre 2014. Nous n’avons pas oublié. Mais comme l’a dit le camarade Hervé Ouattara, il y a malheureusement des Burkinabè qui n’ont même pas la mémoire. Ils ont oublié hier », a déclaré le Premier ministre. Plus d‘une fois stoppé dans son élan par les cris d’approbation, Isaac Yacouba Zida a poursuivi : « Alors que dans l’histoire, quand le peuple a parlé, il a parlé. Quand le peuple a montré clairement sa volonté, il n’y a pas une autre volonté au-delà de sa volonté. Malheureusement, il y a de petits malins, de très petits malins, qui pensent qu’ils peuvent ruser, qu’ils peuvent tromper les gens autour d’eux pour atteindre leur objectif. Ce que vous avez fait ce soir, montre encore, s’il le fallait, que nous ne nous laisserons pas abuser ».

Le Premier ministre a appelé ses « soutiens » du jour à la vigilance, parce que les 30 et 31octobre ont été acquis au prix de la vie de certains de leurs camarades. « Est-ce qu’ils comprennent cela ? Il y a des jeunes Burkinabè, qui ont payé de leur vie. Nous ne voulons pas que leur sacrifice soit vain. Ils ont payé cher. Il faut que cela leur apporte un prix. Et ce prix, ce sont des élections démocratiques le 11 octobre », a-t-il martelé avant d’ajouter : « Nous allons organiser des élections démocratiques le 11 octobre pour honorer la mémoire de ceux qui sont partis pour toujours, pour que chaque Burkinabè des villes et des campagnes, qu’il soit jeune, vieux, femme, homme, enfant, ait de l’espérance enfin dans ce pays ».

« Aujourd’hui, les gens veulent nous faire la morale »

Abordant un autre pan des élections, le Premier ministre a déclaré : « On nous parle d’exclusion. Ecoutez, soyons sérieux. Vous parlez de quelle exclusion ? Je connais des Burkinabè qui ont quitté ce pays depuis 27 ans. Ils n’osent pas mettre le pied ici parce qu’ils ont été définitivement exclus. Aujourd’hui, les gens veulent nous faire la morale. Nous leur avons dit que si le peuple s’est exprimé, alors nous allons marcher selon la volonté du peuple ». Selon lui, « cet accueil » qui lui a été réservé est un encouragement à tenir ferme.
« Je vais tenir ferme, parce que je sais que je suis dans la volonté de Dieu et dans la volonté du peuple », a-t-il insisté avant de relever l’accueil chaleureux qui lui a été réservé par les Burkinabè de la Côte d’Ivoire ainsi que par les autorités ivoiriennes elles-mêmes. « Il nous a accueillis pour dire qu’entre les deux peuples, le peuple burkinabè et le peuple ivoirien, il n’y a aucun problème », a affirmé Isaac Yacouba Zida.
« Ceux qui veulent inventer des problèmes, c’est dans leurs rêves que ces problèmes existent. Il n’y a pas de problème entre le petit mossi du plateau-central au Burkina et le petit Baoulé en Côte d’Ivoire. Ils vivent en parfaite symbiose là-bas à Abidjan. Ils étaient des centaines ce matin. Je les ai rencontrés à l’Hôtel Ivoire. Ils me chargent de vous transmettre leurs salutations. Ils me disent qu’ils soutiennent la Transition, qu’ils soutiendront la Transition jusqu’au bout. Et que, eux, ressortissants du Burkina Faso en Côte d’Ivoire, ils n’imaginent pas que quelqu’un perturbe la Transition », a expliqué le Premier ministre, appelant ses « camarades » à rester sereins parce que, « je suis très serein moi-même ». A l’en croire, les dirigeants que le peuple aura choisis vont diriger le pays, pas quelqu’un d’autre. Tout en remerciant ses « camarades » pour le soutien, il a lancé en guise de conclusion : « Allons seulement, il n’y a rien ».

Oumar L. OUEDRAOGO
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Situation nationale : « Le malheur du Burkina Faso, c’est d’avoir Roch Kaboré à la tête de l’Etat et Zéphirin Diabré à la tête de l’opposition », estime Ablassé Ouédraogo
Dialogue politique au Burkina : Le Faso autrement parle de mascarade organisée par le président du Faso
Système de santé : Le Mouvement des intellectuels pour le développement monte au créneau
Burkina Faso : La traite de nouveaux acteurs dans la politique, un vent d’espoir ?
Burkina : L’UPC dénonce une campagne déguisée du Président Roch KABORE
Tabaski 2019 : L’UPC souhaite une joyeuse fête aux musulmans
Fête de l’Aid El kébir : « Un moment privilégié de partage et de solidarité en Islam », salue l’UNIR/PS
Vie politique : Une délégation du Mouvement patriotique pour le salut chez le Mogho Naaba
Fête de l’Aïd-El-Kébir : Les vœux du MPP aux fidèles musulmans
Démocratie : « De l’urgence d’interdire les partis politiques »
5 août 1960-5 août 2019 : Le Burkina commémore le 59e anniversaire de son indépendance
Anniversaire du 4 août : Le président du Faso salue « l’engagement patriotique des acteurs » de la révolution
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés