Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «L’amour, c’est être toujours inquiet de l’аutrе.» Marcel Achard

Suspension des émissions interactives : La décision sera levée le 30 mai avec la signature d’une charte de bonne conduite

Accueil > Actualités > Multimédia • • vendredi 22 mai 2015 à 23h24min
Suspension des émissions interactives : La décision sera levée le 30 mai avec la signature d’une charte de bonne conduite

La décision du Conseil supérieur de la communication (CSC) de lever la suspension des émissions interactives comme demandé par les organisations professionnelles des médias, se fera probablement le samedi 30 mai prochain. Avec la signature d’une charte de bonne conduite et l’adoption d’un nouveau texte portant réglementation des émissions interactives. C’est du reste, ce qu’a annoncé Jean-Paul D. Toé, directeur général de l’observation des médias et des études au Conseil supérieur de la communication dans cette interview qu’il nous a accordée, le jeudi 21 mai 2015.

Lefaso.net : Il est question depuis le 7 mai de la suspension des émissions interactives que les organisations professionnelles des médias n’approuvent pas. Plusieurs rencontres ont eu lieu à cet effet. Qu’est-ce qu’on peut retenir comme bilan ?

Le Conseil supérieur de la communication (CSC), après l’adoption de la décision, a effectivement publié une déclaration dans laquelle il était indiqué qu’il allait engager de larges concertations avec les promoteurs des médias audiovisuels, lesquelles doivent aboutir à l’élaboration d’une décision portant réglementation des émissions d’expression directe.

Le samedi 16 mai précisément, ces concertations ont commencé. Le CSC a rencontré à 9 heures, les promoteurs de médias commerciaux et à 11 heures, les promoteurs de médias non-commerciaux, c’est-à-dire les médias confessionnels et les médias communautaires.

De ces concertations, l’on retient que les promoteurs des médias ont apporté beaucoup de propositions dans le sens de l’amélioration de la conduite des émissions interactives. Au titre de ces propositions, on peut citer l’éducation et la formation des animateurs des émissions interactives, l’acquisition d’équipements techniques appropriés à même de garantir l’identité et les coordonnées des intervenants, la signature par les promoteurs de médias audiovisuels d’une charte de bonne conduite.

Qui des entités a fait ces propositions ? Les organisations professionnelles des médias ou les promoteurs des médias ?

Je parle des promoteurs de médias audiovisuels qui étaient à la rencontre du samedi 16 mai. Il y a eu aussi des propositions dans le sens du retardement de la voix et de la mise en œuvre des sanctions prévues par les textes. C’est dire que lorsqu’un auditeur appelle, s’agissant du système de retardement de la voix, sa voix n’est pas entendue immédiatement. Le système de retardement de la voix permet à l’animateur de contrôler le contenu du message qui est en train d’être diffusé. On peut donc interrompre si toutefois il y a des manquements.

Quelle a été la proposition des organisations des professionnels des médias ?

Il y a eu effectivement une rencontre le vendredi 15 mai avec ces organisations. Elles ont demandé la levée pure et simple de la suspension. Mais l’objectif des concertations engagées par le CSC était de recueillir des propositions visant l’amélioration de la conduite des émissions interactives en vue de la levée de la suspension.

Votre communiqué du 16 mai a été démenti par les organisations professionnelles des médias lors d’une conférence de presse ce mercredi 20 mai 2015. Quelle est votre réponse ?

Effectivement, elles ont parlé de division et de désinformation. En ce qui concerne la division, je pense que c’est une question d’approche. Le CSC dans son approche a voulu rencontrer chaque association individuellement pour leur permettre de s’exprimer et de faire des propositions sur la conduite de ces émissions. C’est ce que le Conseil a fait avec les promoteurs de médias audiovisuels, le 16 mai ; il a pris en compte la typologie des médias. Le CSC a rencontré les médias commerciaux d’un côté et les non-commerciaux d’un autre. Le CSC n’est pas dans une dynamique de division des médias et de désinformation. Il s’est agi d’une incompréhension.

Mais qui sont ces organisations et/promoteurs de médias qui approuvent la décision du CSC de suspendre les émissions ?

La question n’est pas à ce niveau. L’objectif recherché à travers ces concertations n’était pas de savoir qui était avec le CSC et qui était contre le CSC. Je pense que le Collège des conseillers a été clair dans sa déclaration. Ce sont des concertations que le CSC a engagées avec les promoteurs pour recueillir des propositions qui vont garantir une meilleure conduite des émissions interactives. Ramener le débat à qui approuve ou pas ne nous amènera nulle part.

Le Collège des Conseillers s’est inscrit dans une dynamique de recherche de solutions pour encadrer au mieux la conduite de ces émissions. A la suite des concertations, il s’est engagé à prendre en compte les propositions dans un texte, portant réglementation des émissions d’expression directe.

Est-ce à dire que la suspension ne sera pas levée dans les 72 heures comme l’exige les organisations professionnelles des médias qui annonce par ailleurs un sit-in si toutefois elles n’obtiennent pas satisfaction ?

Le CSC dans sa démarche a déjà élaboré un calendrier à la suite des concertations qu’il a eues avec les différentes entités. Selon ce calendrier, une nouvelle décision sera élaborée, laquelle prend en compte les différentes propositions issues des concertations du 16 mai. Le projet a déjà été envoyé aux promoteurs de médias et aux organisations des professionnelles de médias pour amendement. Ceux-ci disposent de cinq jours pour faire parvenir au CSC leurs amendements. Ils ont jusqu’au mardi 26 mai pour amender le texte. A la suite des amendements, il sera mis en place un comité restreint composé d’une délégation des promoteurs et des membres du Conseil pour prendre en compte les prochaines propositions dans le projet de texte.

Si tous les amendements sont pris en compte, il appartiendra au Collège des conseillers de valider le projet de texte portant réglementation des émissions interactives. Et le samedi 30 mai la mesure sera la levée avec la signature d’une charte de bonne conduite des émissions d’expression directe.

Interview réalisée par Bassératou KINDO
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 22 mai 2015 à 10:30, par Jean MOULIN En réponse à : Suspension des émissions interactives : La décision sera levée le 30 mai avec la signature d’une charte de bonne conduite

    Oui pour le retardateur de voix, le reste est du superflu et une occasion pour que certains s’engraissent. Pauvre de mon Faso.

    Répondre à ce message

  • Le 22 mai 2015 à 11:04, par RAOUA En réponse à : Suspension des émissions interactives : La décision sera levée le 30 mai avec la signature d’une charte de bonne conduite

    Qui vous a demandé de chercher poux dans tête rasé.
    Les gens en ont mares, ils dénoncent à travers ces émissions les injustices, les vols, les pillages, en un mot la mal gouvernance, et c’est dans ça que vous prenez des décisions pareils ?
    Celui qui n’est pas d’accord, il attaque le média qui diffusé l’émission en justice ou auprès du CSC.
    Ou est votre problème dans ça ?
    Levez cette mesure qui sens une oppression des libertés.

    Répondre à ce message

  • Le 22 mai 2015 à 11:18, par Kôrô Yamyélé En réponse à : Suspension des émissions interactives : La décision sera levée le 30 mai avec la signature d’une charte de bonne conduite

    - Si vous voulez, ne levez pas la décision. Nous allons marcher et venir manifester bruyamment devant le CSC et vous contraindre à lever la mesure de gré ou de force ! On ne peut plus museler le peuple burkinabè. Levez la mesure et nous allons de plus belle vous attaquer sur les radios ! Il faut que tous les vieux conseillers potentats aux allures dictatoriales soient extirpés du CSC et jettés dehors !!!! Ils sont tapis dedans sans s’informer et ignorant que le peuple a changé de mentalité !! Finie la dictature !!!!

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

  • Le 22 mai 2015 à 12:55, par Le fache En réponse à : Suspension des émissions interactives : La décision sera levée le 30 mai avec la signature d’une charte de bonne conduite

    On s’en fou ! Nous allons sortir nombreux pour le sit-in... RDV le 27/05.... Aucune restriction n’est acceptable... Laisser nous parler en direct / life / en temps reel.

    Répondre à ce message

  • Le 22 mai 2015 à 13:13 En réponse à : Suspension des émissions interactives : La décision sera levée le 30 mai avec la signature d’une charte de bonne conduite

    Le CSC, nous vous prions de demeurer respectueux des avis des gens. Le Grand frère RN, promoteur de Radio Salankoloto a demandé la leée de la suspension. AB, promoteur de Radio Omega a demande la levée de la suspension. CA promoteur de Savane FM a demandé la levée de la suspension. AEI promoteur de la radio des écoles de Radio vive le paysan a demandé la levée de la suspension. Les deux jumelles de Femina FM ont demandé la levée de la suspension. Quand les associations professionnelles parlent de la stratégie de la désinformation et de la division, voilà ce que c’est. Si le CSC arrivent à faire la prouesse que maintenant on doute de leur sincérité, tout est cuit.

    Répondre à ce message

  • Le 22 mai 2015 à 13:21, par L’homme de Ochînkoêrêpoûn (sanguié profond) En réponse à : Suspension des émissions interactives : La décision sera levée le 30 mai avec la signature d’une charte de bonne conduite

    Et comça nos journalistes 1000collines sont contents !Quand il s’agit de ces genres d’émissions ôu il faut insulter..ya pas l’Homme pour eux , là ils sont champions ! Mais quand on commence à chercher un "Christophe Bouabouvié" ou un "Lamine Guirassy" ( espace tv guinée), subitement nos gros gros français deviennent carpes !!

    Répondre à ce message

  • Le 22 mai 2015 à 13:44, par Kôrô Yamyélé En réponse à : Suspension des émissions interactives : La décision sera levée le 30 mai avec la signature d’une charte de bonne conduite

    - On va même demander la dissolution du CSC ! Cette institution est inutile dans la mesure où la justice existe. Si je me sens diffamé, je peux aller déposer plainte en justice contre la radio qui va livrer le diffameur. Le CSC est inutile sauf qu’il est budgétivore !! Il ne sert à rien !!!

    Le CSC ne fait même pas son travail ! On l’a vu ici quand dans les meetings de la FEDAP/BC et du CDP ces militants enflammaient les et incitaient à la violence. ASSIMI KOUAMDA a dit ici : ’’S’ils brûlent vos maisons, brûlez les leurs’’ comme si quelqu’un avait dit de brûler des maisons !! Le CSC était là et il n’a pas daigné ni osé lever le petit doigt ! Faut pas nous faire chier à présent !!!!

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

  • Le 22 mai 2015 à 14:53, par et pourtant En réponse à : Suspension des émissions interactives : La décision sera levée le 30 mai avec la signature d’une charte de bonne conduite

    Charte de bonne conduite comme si les medias ne s etaient pas bien conduit. Prisoniers politic,interdiction de manifestations, censure de medias, en moins de 6 mois vous avez fait ceque blaise n a pas fait en 27 ans .

    Répondre à ce message

  • Le 22 mai 2015 à 15:40, par Le fache En réponse à : Suspension des émissions interactives : La décision sera levée le 30 mai avec la signature d’une charte de bonne conduite

    Le Koro Yamyele à tout dit.
    Levez vite cette décision. Vous avez peur des verite qui sont diffuser à longueur de journee. On est courant de vous.... Rien ne sera plus comme avant. Et pire si on arrive pas a parler, on va encore descendre dans les rues

    Répondre à ce message

  • Le 22 mai 2015 à 15:48, par mninda En réponse à : Suspension des émissions interactives : La décision sera levée le 30 mai avec la signature d’une charte de bonne conduite

    Quoi qu’on dise cette décision du CSC méritait d’être analysée avec beaucoup hauteur d’esprit .Il faut le dire, la liberté d’expression mal comprise et mal exploitée a valu à certains pays des crises très graves .D’accord donc pour la levée de la mesure mais franchement certaines radio FM notamment Horizon FM de Moustapha par exemple sont de véritables radios 1000collines et de délation d’autant que le fondateur lui même n’est pas à la hauteur du débat pour bien l’encadrer et en rajoute un peu trop par des affirmations parfois gratuites et même stupides à la limite .

    Répondre à ce message

  • Le 22 mai 2015 à 17:55 En réponse à : Suspension des émissions interactives : La décision sera levée le 30 mai avec la signature d’une charte de bonne conduite

    Koro Yamyele tu un tres mauvais citoyen ! On doit te baillonner car c’est vous autres qui appelliez a ces emissions pour diffamer et denigrer. Je t’ai remarque, tu es tout le temps en train de critiquer, d’insulter sans objectivite. Tu n’analyse jamais les fonds des problemes avant de t’exprimer. Tu dois etre vraiment aigriiis ! Bois un peu d’eau fraiche et apprends a reconnaitre souvent le bien. Je me demande quel niveau tu as. Dans tous les pays il y’a une institution qui regule la communication. La justice a bien d’autres prerogatives. Tu veux que le CSC laisse les gens insulter denigrer et diffamer ? C’est parce-qu’on t’a pas encore insulte et denigrer inutilement que tu t’excite au hasard.Kayiiiii

    Répondre à ce message

  • Le 22 mai 2015 à 19:03 En réponse à : Suspension des émissions interactives : La décision sera levée le 30 mai avec la signature d’une charte de bonne conduite

    Permettez de vous citer la décision du CSC pour ceux qui aiment la vérité. "Constatant des dérives dans certaines radios et vu les mises en garde répétées contre ces radios". Cela veut dire CLAIREMENT que le CSC connait les radios qui font des dérapages.
    1)Si c’est dans l’armée, la règle est que si un fait des bêtises, on frappe tout le monde (c’est la règle pour forger l’esprit de corps).
    Dans un KIOGO, initiation traditionnelle moaga, lors de la circoncision ou de l’excision, si un "déconne" on lave tout le monde à l’eau fraîche au mois de décembre et nul ne se couvre d’un habit jusqu’à sécher. (c’est la règle pour forger l’esprit de groupe).
    En classe du primaire ou du secondaire, quand un élève bavarde, si toute la classe refuse de dénoncer celui qui trouble la classe, on punit toute la classe (SVP notez bien) non pas parce que un élève a bavardé, mais "parce toute la classe est solidaire du mal". C’est la règle pour dire que la solidarité n’est pas dans le mal.
    Mais ici, une radio fait une faute, on appelle toutes les radios et on les frappe tous. C’est quel système d’éducation ou de formation ? Entendons-nous bien, les journalistes ne défendent pas les dérapages, ils disent au CSC qu’ils sont contre la punition collective. Est-ce vraiment dur à comprendre pour les honnêtes gens. Vraiment des Burkinabè deviennent de plus en plus des abrutis et soutiennent l’insoutenable. Si tu es fautif, on te frappe. Si tu es innocent, ce n’est pas que on te ne sanctionne pas, ON TE PROTEGE. Voici la position de ceux qui aiment la liberté.

    Répondre à ce message

  • Le 23 mai 2015 à 06:45 En réponse à : Suspension des émissions interactives : La décision sera levée le 30 mai avec la signature d’une charte de bonne conduite

    @Koro Yamyele tu melange carement tout ! Assimi Kouanda n’a pas tenu ces declarations a travers un canal de media precis mais plutot lors d’une rencontre politique des membres du CDP. Donc ses declarations devaient etre condamnes par les forces de l’ordre ou de la Justice pour trouble a l’ordre publique. Ce qui a ete d’ailleurs fait par les forces de l’ordre apres l’insurection puis-qu’il a ete interpelle puis mis en garde a vue. S’agissant des individus qui appelent a ces emissions d’expressions directes pour diffamer il es normal que le CSC prenne des mesures ! Le CSC s’occupe des derives de la communication par le biais de medias reconnus au Faso, NON des declarations des uns et des autres dans la rue ou meme lors des rencontres ou meeting politiques. Ne fais. pas d’amalgame.

    Répondre à ce message

  • Le 23 mai 2015 à 10:22 En réponse à : Suspension des émissions interactives : La décision sera levée le 30 mai avec la signature d’une charte de bonne conduite

    Réponse à CSC
    Qui s’y frotte s’y pique. Et elle s’y piqua. Pour une démocratie en construction comme la notre, la pluralité d’idées et d’expressions est plutôt à encourager. Nous avons une population analphabète à 90%, donc exclus des journaux d’expressions écrites. Où voulez vous que ce beau monde se forme politiquement ? Il n’y que par ces canaux d’échanges interactives que cette frange écrasante de la population peut se former. De la discussion jaillit la lumière. Et en mooré on dit bien "kelgd taara yam" pour dire que analphabétisme n’est pas toujours synonyme d’absence de bon sens. Je parie que Madame SOME n’a peut être pas encore écouté ses Émissions interactives, si non elle serait surpris par la qualité des analyses que mènent les intervenant. Cela est à actif de notre jeune démocratie qui devra sa croissance rapide à ces canaux de communication. Déformation professionnelle ou pas, il apprendre à regarder ces émissions d’un autre œil. Non au musellement à nouveau de notre peuple.

    Répondre à ce message

  • Le 23 mai 2015 à 18:07, par BONKOUNGOU En réponse à : Suspension des émissions interactives : La décision sera levée le 30 mai avec la signature d’une charte de bonne conduite

    La liberté ne se donne pas. Elle s’acquiert. Que le CSC comprenne cette assertion et lève vite la mesure.

    Répondre à ce message

  • Le 23 mai 2015 à 23:03, par kelet En réponse à : Suspension des émissions interactives : La décision sera levée le 30 mai avec la signature d’une charte de bonne conduite

    Koro yamyele . Tu es vraiment illogique et aigri .Assimi n a fait que repondre aux pyromane qui menaçaient de bruler les maisons des dignitaires du CDP . Et effectivement , vous avez brûlé et pillé.

    Répondre à ce message

  • Le 24 mai 2015 à 20:52, par le jeuneleader En réponse à : Suspension des émissions interactives : La décision sera levée le 30 mai avec la signature d’une charte de bonne conduite

    Suspension des émissions interactives : La décision sera levée le 30 mai avec la signature d’une charte de bonne conduite
    Le train de la démocratie a démarré et pas question qu’un individu veuille mettre en mal ce processus. Cette décision de Nathali Somé est très impopulaire. Elle vient de violer flagramment la constitution burkinabé et la DUDH. Même Blaise qu’on taxe d’être dictateur n’a pas fait ça. Même si la perte du pouvoir par certains fait vraiment mal elle doit savoir que ceux qu’elle servait et qui l’avaient placée là ne sont plus aux commandes ! Ce sont des attitudes des rescapés de l’insurrection populaire des 30 & 31 octobre 2014. Plus jamais ça au Faso !!! Si non les mêmes causes produisent les mêmes effets ! N’gaouuuuuuu !!!!!!

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
15e édition de Ciné Droit Libre : Les Fake news s’invitent au débat
Norbert Zongo, « courageux et non téméraire » : Témoignage de Jean Claude Méda, journaliste à la retraite
Réseau 4G+ au Burkina : Orange Faso S.A rapproche Tenkodogo de l’essentiel
Informatique : L’ANPTIC initie 500 élèves et travailleurs de Tenkodogo
Cyber sécurité : L’Agence nationale vulgarise ses textes
Concours de reportage humanitaire du CICR : Cheick Sawadogo de Lefaso.net remporte le premier prix
Technologies de l’information et de la communication : La CIL renforce les capacités des élèves du collège Saint Jean Baptiste de la Salle
Communication et géopolitique : « Tout le monde parle de l’Afrique sauf les Africains eux-mêmes », déplore Pr Charles Moumouni de l’Université Laval de Québec
Communication et géopolitique : L’Afrique en quête d’une nouvelle image
Communication en période de crise : « On répond à l’information par l’information », recommande Marie-Soleil Frère
Bobo-Dioulasso : Le ministère en charge de l’Economie numérique tient son deuxième CASEM de l’année
Semaine du numérique : Vers la création de startups innovantes dans le monde rural
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés