Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Ne vous laissez pas éteindre, vous ne savez pas pour qui vous êtes lumière. »  Igor Markvitch

Eaux et assainissement en Afrique de l’Ouest : WaterAid pour un accès universel d’ici 2030

Accueil > Actualités > Environnement • • lundi 2 mars 2015 à 19h57min
Eaux et assainissement en Afrique de l’Ouest : WaterAid pour un accès universel d’ici 2030

Ouagadougou abrite du 2 au 6 mars 2015, le programme de l’atelier régional sur le renforcement du secteur de l’eau et de l’assainissement organisé par Water aid. Venus de l’Angleterre, du Nigéria, du Ghana, de la Sierra-Leone, du Libéria, du Niger, du Mali, et du Burkina Faso, la trentaine de participants devront réfléchir pour un accès universel à l’eau potable.

L’accès à l’eau potable en Afrique de l’Ouest demeure jusqu’à présent une problématique que WaterAid souhaite résoudre définitivement. Plusieurs actions sont déjà enregistrées et qui ont contribué à réduire le « fossé ». L’objectif de l’ONG, d’ici 2030 est d’en fermer totalement. Ce qui ne saura se faire sans une harmonisation avec les autres secteurs. Autrement dit, l’accès universel d’ici l’année sus-citée est tributaire d’un secteur efficace et qui contribue à la réalisation des objectifs des autres secteurs tels que l’éducation, la santé, etc…

C’est pourquoi, les nouveaux objectifs stratégiques de WaterAid lui assignent un rôle plus efficace et efficient pour contribuer à la réalisation dudit objectif. D’où l’importance de renforcer et de pérenniser les acquis déjà engrangés en clarifiant particulièrement le rôle des acteurs de l’ONG dans ce processus. Cinq jours durant, les directeurs de programmes, les représentants pays de WaterAid, les membres du bureau Londres, du département politique et campagne, des unités d’appui au programme échangeront autour des communications relatives aux études réalisées en Asie de l’Est. D’autres communications porteront sur les fournitures des services de base dans les milieux précaires et/ou instables avec l’exemple du Mali et du Nigéria, la cartographie des points d’eau, l’approche communale avec le cas du Ghana, les facteurs moteurs du changement politique, etc…

Des approches techniques, selon Mariame Dem, directrice régionale de WaterAid, qui permettront de situer concrètement les acteurs sur leur rôle et comment doivent-ils intervenir dans ce processus pour l’atteinte des objectifs. En clair, l’atelier de Ouagadougou s’inscrit dans le cadre du programme de mise en œuvre de la nouvelle stratégie mondiale de WaterAid qui doit en principe démarrer courant 2015 autour de quatre buts principaux. Ce sont, note la directrice régionale : la réduction des inégalités pour un accès à l’eau potable et aux services d’assainissement et d’hygiène, l’accès aux services durables et de qualité, l’adoption de bonnes aptitudes d’hygiènes. Sur ce point, il est prévu la mise en place de politiques de renforcement de l’hygiène de qualité à même d’impacter sur l’éducation et la santé. Enfin, les acteurs de WaterAid réfléchiront au replacement de l’accès à l’eau potable dans le développement global et à l’établissement de liens solides avec les autres secteurs. Les femmes et les enfants seront au cœur de processus car, soutient Mariame Dem, ne pas avoir l’eau à proximité impacte forcement sur l’éducation des enfants. Quant aux femmes, cela réduit sûrement le temps pour mener à bien leurs activités économiques.

Si au Burkina 18% de la population ont accès à l’assainissement et qu’au Nigéria, ce sont 64% qui ont accès à l’eau potable, WaterAid entend dénicher les problèmes qui existent. Pour la directrice régionale, il doit avoir une coordination et/ ou une harmonisation entre les différentes partie prenantes. Etant donné qu’il y a parfois une bonne volonté politique, mais reste toujours le problème de capacité de décaissement de fonds qui est lent. Au cours de l’atelier de Ouagadougou, les acteurs discuteront sur leur entendement de ce secteur pour un accès au droit fondamental qui est celui de l’eau potable.

Bassératou KINDO
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Gestion durable des terres : L’Initiative grande muraille verte outille les journalistes
Programme d’investissement forestier : La patronne du Fonds d’investissement climatique satisfaite des résultats
Cadre sectoriel « Eau, hygiène et assainissement » : Le programme 2019 réalisé à 64,3%
Eau et assainissement : Des journalistes invités au suivi des engagements du secteur
Développement durable : Un atelier pour valider et lancer le plan de partenariat du Burkina
Protection de l’environnement : Les députés outillés sur les mécanismes juridiques
Gestion des ressources en eau : Les Pays-Bas veulent partager leur expérience avec les Burkinabè
Protection de l’environnement : Qu’est-ce qui freine la mise en œuvre effective de la loi 017 ?
Aménagement de périmètres irrigués à Samendéni : Le ministre de l’Eau s’imprègne de l’état d’avancement des travaux
Gestion durable des ressources forestières et fauniques : L’exécution des programmes et projets estimée à environ 90%
Environnement : Le Comité de gestion passe en revue le Projet EBA-FEM
Hygiène et assainissement : WaterAid outille des acteurs sur le changement de comportement
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés